Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon de Jean-Paul Dubois

 Cela fait deux ans que Paul Hansen purge sa peine dans la prison provinciale de Montréal, où il partage une cellule avec Horton, un Hells Angel incarcéré pour meurtre. Fils d’un pasteur danois et d’une exploitante de cinéma à Toulouse, Paul Hansen vivait déjà au Canada quand s’est produit le drame……

 

 

Après le Japon, me voici arrivée au Canada, j’ai apprécié et reconnu certains endroits décrits par l’auteur.

Paul Hansen est incarcéré dans le pénitencier de Bordeaux, à Montréal. Le lecteur découvre tardivement quelle peine il purge. Il partage une petite cellule avec  Patrick Horton, fan de Harley, qui s’est fait tatoué sa vie sur le dos, incarcéré pour meurtre.

Jean-Paul Dubois alterne le présent et le passé de la vie de Paul Hansen. On découvre peu à peu les membres de la famille de Paul, son enfance avec  son père, Johanes danois d’origine qui était venu s’installer au Québec, pasteur de son état, sa mère, Anna qui tenait un petit cinéma. . Puis il y a sa compagne Winona, qui pilote un aaéroplane, qui le fera voler avec son inséparable Nouk, sa chienne fidèle. Winona qui savait » lire les messages du vent, les rideaux de la pluie, écouter grincer les arbres ». Notre héros vit dans sa petite cellule avec les fantômes du passé.

La liberté peut se perdre, mais pas la dignité. Qu’est-il arrivé à cet homme, concierge d’un immeuble pour en arriver là ? Paul fut homme à tout faire, gardien d’immeuble, tâche qu’il a toujours pratiquée dans la bienveillance. Il n’a pas fallu grand chose pour déstabiliser l’ensemble, juste l’arrivée d’un gestionnaire manipulateur et autoritaire.

Paul n’est pas de ce monde-là. . Paul est seul mais digne. Il trouve la consolation dans un dialogue très vivace avec les fantômes de son passé qu’il convoque le plus qu’il peut.
Ce livre fait du bien et rassure dans le flot des désillusions. Il est pourtant fort mélancolique et narre l’histoire d’une chute, mais ce qu’on retient, c’est la bienveillance humaniste, la tendresse humaine . L’humour est aussi présent dans ce livre.

Éditeur : L’Olivier (14 août 2019), ISBN : 2823615164

 

 

 

 

 

 

 

 

Le parapluie de Louis Delorme

 Le parapluie

C’est un objet des plus bizarres
Qu’on n’a jamais au bon moment,
Soit qu’on l’oublie, soit qu’on l’égare,
On ne s’en sert que rarement.

Les gens superstitieux vous disent
«Ne l’ouvrez pas à l’intérieur !
(Mais ce ne sont que des sottises )
Cela vous porterait malheur ! »

Qu’est-ce qui vaut mieux ? une tuile
Ou tout bonnement un pépin ?
Lorsque je me promène en ville,
C’est plutôt les toits que je crains.

Quelquefois le vent les renverse
Pour voir le dos de leur décor
Alors que redouble l’averse,
Vous cinglant de plus en plus fort.

Les gens rient comme des baleines
En le voyant tout retourné
Mais le vent qui n’est pas en peine
Leur en donne un coup sur le nez.

Certains qui passent votre porte
Aiment le voir dégouliner :
Tout ruisselant ils vous l’apportent
Espérant vous voir fulminer.

Il est des gens qui l’utilisent
Pour se garantir du soleil ;
Pour avoir de l’ombre à leur guise
Lorsque en plein sud ils ont sommeil..

La jeune femme aventurière
Qui compte revoir son amant
Le cache dans la garçonnière
Pour revenir incessamment.

J’en sais des bleus, des noirs, des mauves,
Certains de toutes les couleurs ;
Et ce qu’ils voient dans les alcôves
Leur fait même pousser des fleurs.

Je connais des malins qui l’ouvrent
Et qui s’en font un paravent ;
Au moindre signal, ils se couvrent,
Quelquefois même bien avant.

Certains l’avaient pour Pentecôte
Quand s’est mis à souffler l’esprit
Ce n’était pas vraiment leur faute
Leur médecin l’avait prescrit.

Oh ! gloire à cet objet fétiche
Que fans de l’imper dédaignaient ;
Le vrai gentleman s’en entiche
Et le suspend à son poignet.

Gloire aussi bien à la mégère
Qui court à la rixe avec lui,
Quand la discussion dégénère,
Quand le beau temps meurt sous la pluie.

Riflard, pébroque ou simple ombrelle,
D’Aurillac comme de Cherbourg,
On aime voir sous lui la belle
Qu’elle soit de nuit ou de jour.

Moi qui le trouve poétique,
J’aimerais pouvoir m’envoler
Avec sa coupole magique,
Aller sans fin batifoler,

Aller passer ma république
Sous un ciel immensément bleu
Où le soleil toujours s’applique,
Où jamais nuage ne pleut.

L’exposant dans une vitrine,
Ouvert largement déployé,
Comme une relique divine,
J’aurais à cœur de le choyer.

Louis Delorme : extrait de POUR DE RIRE
le Brontosaure éditeur.

Lundi, c’est poésie !

Baisers de brouillard (poème)

Le visage du ciel dérobe la gravité du monde.
De baisers en étreintes, couleurs dévorées,
La fraîcheur de l’instant née de toutes les chaleurs
S’étend pour rendre illisible les secondes qui s’écoulent.

Le souffle de la nuit chasse la poésie
Que les hommes, absents en ces heures
Et pourtant se signifiant omniprésents et aveuglés par leurs lumières,
Habillent encore et toujours de leurs étoiles.

 

Boris Sentenac

 

Japon gourmand de Laure Kié

Un grand Merci aux Éditions Mango et à Babelio pour l’envoi de ce livre.

Je vous emmène en voyage avec ce premier livre de l’année 2020. Je fus surprise par son format..Mais qu’importe le contenu est très intéressant. L’auteur Laura Kié, avec sa double appartenance au Japon et à la France (une maman japonaise et un papa français) nous entraîne dans ce pays .

Dans ce livre, vous trouverez de très belles illustrations qui accompagnent des textes clairs, accessibles à tous.Les ingrédients qui composent les recettes sont mis en valeur et expliqués:

Savez-vous « qu’en japonais le mot <riz> (gohan) veut également dire repas. C’est

dire son importance « 

Vous saurez tout sur la culture du riz.

Non seulement la cuisine et ses nombreuses recettes sont décrites ici, mais aussi les traditions ancestrales y sont citées et expliquées.

Quelques leçons de japonais sont aussi enseignées, de simples mots de tous les jours nommés « les bases de survie ». et d’autres mots de la vie de tous les jours.

Ce livre propose des anecdotes, de nombreuses recettes. Quelques unes me tentent bien.

Les illustrations de Haruna Kishi sont très belles. En cliquant sur le lien, vous pouvez voir les différentes pages de ce beau livre.

Voyage culinaire au pays du soleil levant – Japon gourmand de Laure Kie – Éditions Mango  – Novembre 2019 – ISBN : 2317020848

 

 

 

 

Janvier de Victor Hugo

Janvier est revenu

Janvier est revenu. Ne crains rien, noble femme !
Qu’importe l’an qui passe et ceux qui passeront !
Mon amour toujours jeune est en fleur dans mon âme ;
Ta beauté toujours jeune est en fleur sur ton front.

Sois toujours grave et douce, ô toi que j’idolâtre ;
Que ton humble auréole éblouisse les yeux !
Comme on verse un lait pur dans un vase d’albâtre,
Emplis de dignité ton cœur religieux.

Brave le temps qui fuit. Ta beauté te protège.
Brave l’hiver. Bientôt mai sera de retour.
Dieu, pour effacer l’âge et pour fondre la neige,
Nous rendra le printemps et nous laisse l’amour.

Victor Hugo

Les fleurs du lac de Christelle Angano

Mebrat est éthiopienne. Dans son village, on pratique encore l’excision. C’est contre cette tradition que la jeune femme, moderne et courageuse, va décider de s’élever en refusant de confier sa cadette à l’exciseuse. Comment réagira le village ?

 

 

 

« Dans le monde, une fillette es excisée toutes les dix secondes « 

En Éthiopie toutes les femmes sont excisées, c’est une coutume. On doit le faire.

Mais un jour, Mebrat refuse. Elle est excisée, sa fille aînée aussi mais pour cette deuxième fille ,Shoaye, elle ne veut plus de ce barbarisme. Elle veut que sa fille soit  une  femme à part entière. Elle refusera de remplacer sa belle – mère qui est l’exciseuse attitrée et qui va devoir arrêter après des années de travail .

« tu seras une femme fière et entière »
Non, on ne te coupera pas.
je n’ai pas eu ce courage pour ta sœur, je l’aurai pour toi. Je n’ai plus peur.»
 
« Les fleurs ne sont pas faites pour être coupées »

Son mari est à ses côtés. Le village va se liguer contre elle.  Ce sera long, mais elle luttera contre tous. Peu à peu d’autres personnes la suivront.

Shoaye  adulte, deviendra médecin. Elle proposera aux femmes mutilées  une reconstruction de leur intimité.

Un sujet malheureusement encore d’actualité de nos jours, que l’auteur aborde avec délicatesse ,  sans jugement, juste des faits.

J’ai aimé ce livre, le sujet est fort mais l’auteur a su nous plonger dans ce pays aux couleurs chatoyantes et aux odeurs de café grillé malgré le sujet du livre.

L’excision est un acte grave, il faut continuer à informer , et à faire prendre conscience qu’il peut être abandonné, le chemin sera très long…

Les fleurs du lac – Christelle Angano – ISBN : 9791093552866 Éditeur : éditions de la Rémanence (05/04/2019).

Lu en décembre 2019.

 

 

%d blogueurs aiment cette page :