Appelez-moi Nathan de Catherine Castro

CVT_Appelez-moi-Nathan_2226Catherine Castro
Quentin Zuttion (Illustrateur)

ISBN : 2228921629
Éditeur : Payot et Rivages (05/09/2018)
Nathan est né Lila, dans un corps de fille. Un corps qui ne lui a jamais convenu, il décide alors de corriger cette erreur génétique avec le soutien indéfectible de sa famille, ses amis, ses profs et, à seize ans, des injections de testostérone de 0,8 mg par mois. Quitte à devenir quelqu’un, autant que ce soit vous-même.
———————————————————————————————
Lila a tout pour être heureuse, des parents qui l’aiment, des amis. Mais Lila ne l’est pas, crise d’adolescence, non. Dans son corps, elle ne se sent pas fille. Née dans un corps de fille, elle ne s’est jamais considérée comme telle. Elle se sent différente. Toujours habillée en « garçonne »Qui est-elle ? Est-elle homosexuelle ? Elle tente de comprendre qui elle est vraiment.

Alors qu’elle se scarifie, sa mère est convoquée par l’infirmière du collège. Puis un soir, à la maison, un dialogue avec ses parents :

« – Ma chérie… qu’est-ce qui se passe ? Tu veux devenir un garçon, c’est ça ?

– Ma ta gueule ! Tu ne comprends rien ! Je suis un garçon ! Un garçon !!! Vous m’avez fait des seins pourris et une voix de merde !!! J’suis pas un fille !!! Vous n’avez pas de fille. » C’est le début du long parcours du combattant pour changer d’identité et de sexe…

La transformation de son corps, de petite fille à femme, sa poitrine naissante la confortera dans son choix.  Elle a réussi à savoir ce qu’elle voulait vraiment .Le parcours n’est pas simple, il est semé d’embûches.
Alors elle demande à ses parents de l’appelez Nathan.
Inspirée de faits réels, cette BD traite tout en délicatesse et bienveillance d’un sujet peu médiatisé, le transgenre. Le roman graphique met tout d’abord en avant le mal être, au combat de Lila. Puis dans la seconde partie, le cheminement vers la transformation, les rendez-vous multiples chez le psy, chez l’endocrinologue. L’ablation des seins, les démarches administratives fastidieuses rythment donc  la nouvelle vie de Nathan.
La grande chance de Nathan est qu’il est né dans une famille compréhensive et qui va l’accompagner tout au long de son parcours.
Appelez-moi Nathan sait raconter la transidentité avec une rare tendresse, portée par de superbes illustrations .

 Des planches tout en délicatesse, qui sont dessinées par Quentin Zuttion . Ses superbes couleurs à l’aquarelle lui permettent de restituer les ambiances chaleureuses et parfois violentes de cet merveilleux album. Il y a aussi de la sensualité et de l’émotion dans ces très belles pages.

Appelez-moi Nathan : un album qui fait du bien à tout le monde, un parcours de vie qui a valeur d’exemple.

Les regrets de Jacques Rabemananjara

                                           carte empruntée au site indiqué, et titrée : « Madagascar menacée par la déforestation »

Madagascar (capitale Antananarivo, en malgache Ankadibevava, devenue Tananarive). République ayant gagné en 1960 sa liberté de gouvernement contre la France (elle a été colonie française, puis de 1946 à 1958, Territoire d’outre-mer), Madagascar a vécu de nombreux changements politiques. L’île est depuis 1960 un état indépendant, aujourd’hui République démocratique de Madagascar.

Les regrets

J’ai voulu retrouver quelque chose de toi,
De nouveau respirer un peu de ton parfum ;
Et je suis revenu tout seul au fond des bois.

Mais la route est si noire et le soir est si brun !
Notre bonheur n’est plus qu’un songe d’autrefois
Qui flotte tristement au seuil des jours défunts.

Le rêve disparu s’agite et me fait signe.
La barrière est franchie où naquit le Passé.
Ô Rampela, regarde au-delà de la ligne :

La lumière s’éteint. L’azur s’est effacé.
Et vois sur le versant nos destins qui s’alignent
Comme de faux ibis dont l’essor s’est lassé.

Je cherche vainement tes pas sur le gazon.
Je murmure ton nom à l’herbe où nous passâmes.
Mais la rose a trahi les vœux de la saison.

Les vents ont dispersé les secrets de nos âmes.
Les lotus dans le puits tombent sans floraison.
Les sables blancs ont bu ton sang avec mes flammes.

Le monde a violé le pacte et le serment.
Les fanes ont surpris les feuilles des ramures.
J’ai beau troubler la sente et couper le sarment,

Tout parle de silence au fond de la clôture.
À l’ombre des remparts tout parle de tourment
Et je meurs sans avoir terminé l’aventure.

Ô Rampela, contemple au-delà de la ligne :
Ton visage me manque et le monde se voile.
La boue a traversé jusqu’au front des étoiles.

Ma Bien-aimée, entends la voix d’outre-rempart :
Mon cœur fond en sanglots et, depuis ton départ,
La vie est devenue un ennui rectiligne.

Et je reviens tout seul, tout seul au fond des bois,
Afin de recueillir un souvenir de toi,
De nouveau respirer un peu de ton parfum.

Mais la route est si noire et le soir est si brun !
Notre bonheur n’est plus qu’un songe d’autrefois
Qui flotte tristement au seuil des jours défunts…

Jacques Rabemananjara (« Sur les marches du soir » éditions Ophrys, Gap – 1940 )

Jacques Rabemananjara, (1913-2005), écrivain, dramaturge, essayiste et poète de langue française, et aussi homme politique de premier plan, est né en à Maroantsetra (Madagascar). Il est l’un des fondateurs et élu député du MDRM (le Mouvement démocratique de la rénovation malgache) en 1946. Il est envoyé, après la révolte de l’année suivante (29 mars 1947 *) à dix ans de travaux forcés, et libéré par l’amnistie de 1956. C’est en 1960 qu »il est élu député, ministre, puis vice-président de la République de Madagascar, avant de s’exiler en France après la révolution de 1972. Il y séjourne jusqu’à sa mort, en 2005, à Paris.

Rien que pour moi de J.L.Butler

J. L. Butler

Rien que pour moi

ISBN : 235584674X
Éditeur : Sonatine (07/11/2019)
Il voudrait que sa femme disparaisse… et vous aussi !
Tout commence comme dans un conte de fées. Ambitieuse avocate à Londres, Francine Day tombe folle amoureuse de son nouveau client, Martin, un banquier d’affaires qui l’a engagée pour s’occuper de son divorce. L’attraction est réciproque, c’est le début d’une aventure clandestine. Mais lorsque Francine engage un détective privé pour suivre Donna, la femme de Martin, afin de préparer son dossier, elle s’aperçoit que son amant ne lui dit pas toute la vérité. Désespérée, elle décide un soir d’aller espionner le couple au domicile conjugal.
Le lendemain, elle apprend que Donna a disparu pendant la nuit et que Martin fait figure de suspect aux yeux de la police. Bientôt, l’étau se referme sur Francine, qui est la dernière à avoir vue Donna vivante.
Merci à NetGalley et aux Éditions Sonatine pour ce partenariat.
——————————————————————————————
Francine Day, avocate renommée va se voir confier une affaire de divorce. Francine tombe sous le charme de cet homme séduisant. Elle va entretenir une relation intime avec cet homme, Martin. Tout se gâte, lorsque la femme de Martin disparaît. Il semblerait que la dernière personne à l’avoir vue, soit son mari Martin ou peut-être Francine. S’agit-il d’une disparition volontaire, d’un accident ou d’un assassinat ?
Francine déploie tout son savoir-faire d’avocate, et nous introduit dans les rouages de la justice.  L’enquête est bien menée. Parfois, elle est contrainte de prendre des décisions qui ne seront pas bonnes pour elle.
Le thriller est bien mené avec de nombreux rebondissements. Le suspens est maintenu jusqu’à la fin.
L’analyse des différents acteurs est intéressante. Surtout le personnage de Francine, qui est en manque d’amour. Celui-ci va la conduire bien loin de son « moi » habituel, presque jusqu’à devenir obsessionnel.
Avec ce thriller, nous parcourons les rues de Londres, sous un temps bien anglais..
J’ai trouvé le prologue très intéressant , l’auteur nous délivre un premier message.

Casse-Noisette de Fiona Watt

Merci à Babelio et aux Éditions Usborne  pour ce partenariat.

Le temps des fêtes est arrivé, et la magie s’installe, un album alliant la lecture et la musique.  Les petits prendront plaisir à écouter les airs les plus célèbres de Casse-Noisette de Tchaïkovski.

A Noël, Clara reçoit de son oncle un casse-noisette. Pendant la nuit, une merveilleuse féerie commence : dans le salon, les jouets s’animent et le casse-noisette devient prince.

Ils découvriront l’histoire étonnante de ce casse-noisette, ainsi que sur chaque page,  une pastille d’où s’envolent les airs de ce ballet, que l’enfant pressera avec joie.

Ce livre sera une approche pour découvrir le ballet de Tchaïkovski et son auteur.

Petite, j’ai souvent écouté cette musique. Une envie de faire découvrir cette histoire et cette musique à mes petits enfants. Ce livre ira rejoindre les autres albums mis à leur disposition à la maison.

 

Décembre de Émile Verhaeren

Décembre

(Les hôtes)

– Ouvrez, les gens, ouvrez la porte,
je frappe au seuil et à l’auvent,
ouvrez, les gens, je suis le vent,
qui s’habille de feuilles mortes.

– Entrez, monsieur, entrez, le vent,
voici pour vous la cheminée
et sa niche badigeonnée ;
entrez chez nous, monsieur le vent.

– Ouvrez, les gens, je suis la pluie,
je suis la veuve en robe grise
dont la trame s’indéfinise,
dans un brouillard couleur de suie.

– Entrez, la veuve, entrez chez nous,
entrez, la froide et la livide,
les lézardes du mur humide
s’ouvrent pour vous loger chez nous.

– Levez, les gens, la barre en fer,
ouvrez, les gens, je suis la neige,
mon manteau blanc se désagrège
sur les routes du vieil hiver.

– Entrez, la neige, entrez, la dame,
avec vos pétales de lys
et semez-les par le taudis
jusque dans l’âtre où vit la flamme.

Car nous sommes les gens inquiétants
qui habitent le Nord des régions désertes,
qui vous aimons – dites, depuis quels temps ? –
pour les peines que nous avons par vous souffertes.

Emile Verhaeren

A la lune de Léon -Pamphile Le May

moon-1859616_960_720A la lune

Quand tu luis au-dessus de la forêt mouvante,
On dirait que des feux s’allument tout au fond.
Tu donnes un baiser à l’océan profond,
Et l’océan frémit comme une âme vivante.

Es-tu notre compagne ? Es-tu notre servante ?
Ton éclat nous ravit, ton pouvoir nous confond.
Sous ton voile brillant comme l’or qui se fond,
N’es-tu qu’un astre mort où règne l’épouvante ?

Donne au toit sans lumière un rayon de pitié,
Au rêve du poète, une aile audacieuse,
Et sur les nids d’amour plane silencieuse.

Tu n’offres à nos yeux souvent qu’une moitié…
De même faisons-nous, blonde lune que j’aime ;
Cachons-nous des défauts par ce vieux stratagème.

Léon Pamphile Le May

Merci à Eveline de m’avoir fait connaître ce poète Québécois.

Léon-Pamphile Le May, né le à Lotbinière et décédé le (à 81 ans) à Deschaillons, est un romancier, poète, conteur, traducteur, bibliothécaire et avocat québécois.

 

De pierre et d’os de Bérangère Cournut

De pierre et d’os

Bérangère Cournut

Éditions Le Tripode (29/08/2019)

ISBN : 2370552123

« Les Inuit sont un peuple de chasseurs nomades se déployant dans l’Arctique depuis un millier d’années. Jusqu’à très récemment, ils n’avaient d’autres ressources à leur survie que les animaux qu’ils chassaient, les pierres laissées libres par la terre gelée, les plantes et les baies poussant au soleil de minuit. Ils partagent leur territoire immense avec nombre d’animaux plus ou moins migrateurs, mais aussi avec les esprits et les éléments. L’eau sous toutes ses formes est leur univers constant, le vent entre dans leurs oreilles et ressort de leurs gorges en souffles rauques. Pour toutes les occasions, ils ont des chants, qu’accompagne parfois le battement des tambours chamaniques. » (note liminaire du roman).

De pierre et d’os a reçu le prix du roman Fnac 2019.

________________________________________________

Une nuit, dans cette contrée du monde, un choc scinde la banquise en deux. D’un côté  Uqsuralik et de l’autre sa famille. La jeune Inuit doit affronter le froid, la solitude, la faim. Il ne lui reste que ses cinq chiens de sa vie passée.

Elle va rechercher à se rapprocher de ses semblables, elle va devoir composer face à la nature. Elle aidera à pourvoir en nourriture les peuples qu’elle rencontrera sur son chemin. Elle découvrira la sociabilité, son désir de femme ainsi que la maternité. Elle cohabitera avec des tribus comme avec les bêtes peuplant le Grand Nord : baleines, morses, renards arctiques, ours.. Elle sera initiée au chamanisme.

Au milieu des pages, quelques chants s’y glissent, en voici  l’un : Le chant du renard arctique

Je suis un flocon de neige

Qui est tombé du ciel

Jusqu’à une banquise inconnue

Je suis un souffle au creux de la nuit polaire

Je suis un renard blanc qui a fondu.

J’ai vécu moins de deux lunes

Au milieu d’un peuple de lanternes

J’ai vu des hommes qui vivent sous la glace

D’une mer antique à jamais disparue

Je suis le garçon qui cherchait la femme de pierre

Je suis l’enfant de l’ourse et de l’homme lumière

Mon père fait peur aux humains qui ne le connaissent pas

Aucun de leurs défunts n’a voulu me donner

Me donner un nom qui soit le sien

Je reviendrai sous une autre forme, à un autre moment

Je suis une étincelle qui n’a vécu qu’un instant

Sous le ventre  lisse et poreux de ma mère.

C’est un magnifique voyage que nous propose Bérangère Cournut .  Elle a étudié tout ce qui se rapportait au Groenland : le fonds polaire de Jean Malaurie, celui de Paul-Emile Victor, des écrits de missionnaires oubliés, le célèbre récit de Knud Rasmussen, des photographies, cartes et dessins, des livres écrits par les Inuits eux-mêmes. Elle a fréquenté deux ethnologues spécialisées, Bernadette Robbe et Joëlle Robert-Lamblin. De fait, cet ethno-romanest ­augmenté en fin de volume d’un cahier de ­photographies en noir et blanc.

Le récit est aussi captivant que dépaysant. Ce livre  est à la fois un roman d’aventures, un récit d’apprentissage, une expérience ethnographique, un conte poétique, ce fut pour moi  un excellent moment de lecture.