Le grand arbre de Albert Mérat

Dans un parc oublié dont le silence amorce
Les rêveurs, sentinelle ancienne du seuil,
Le grand arbre muet isole son orgueil,
Et vers le ciel étend ses branches avec force.

Son tronc noir se raidit musculeux comme un torse,
Et son cœur dépouillé ferait un bon cercueil.
Il a l’air de porter l’empreinte d’un long deuil,
Et l’âge a sillonné profondément l’écorce.

Il sent qu’il n’est pas fait pour prêter aux amants
L’ombre dont le secret rassure les serments
Et les baisers, concert matériel des rêves.

Inutile à l’amour trop vulgaire pour lui,
Âpre et dur, il attend venir avec ennui
La fermentation violente des sèves.

Albert Mèrat

Poète français né le 23 mars 1840 à Troyes dans le département de l’Aube, Albert Mérat est décédé le 16 janvier 1909 à Paris.

©Claude-  photo, prise à Bayeux dans le jardin botanique – L’élément le plus spectaculaire de ce jardin est un « hêtre pleureur », classé monument naturel depuis 1932 et labellisé « arbre remarquable de France » depuis 2000.

Publicités

Un beau sapin !!!

Dans la bibliothèque où je travaille, nous avons suggéré aux bénévoles de faire un sapin de livres. Chacune y a ajouté sa petite décoration.

Les décorations en papier ont été réalisées par les bénévoles également.

Elles sont très jolies, et ne sont pas difficile à faire:

 

Voilà une idée de décorations de Noël  !!

Ma bouche de Maram Al-Masri

Ma bouche

pleine de parole gelées

est une prison

de tempêtes retenues

ma bouche

est chanson d’Ishtar

et contes de Shéhérazade

ma bouche

est le gémissement silencieux d’une plainte

ma bouche est une fontaine coulant de plaisir

le cantique

du cœur

et de la chair

Maram al-Masri (Par la fontaine de ma bouche – Édition Bruno Doucey)

 

.

 

Inexorable de Claire Favan

cvt_inexorable_7218

En 2004, Milo est un enfant, enfant unique entre sa mère, Alexandra très attentionnée, et son père Victor, souvent absent du cocon familial. Victor est un ancien militaire, qui a maintenant d’autres fonctions professionnelles un peu douteuses. Son salaire est maigre. Alexandra gère la maison avec de faibles ressources. Lors de la dernière venue de Victor, l’irruption des flics dans la maison, en pleine nuit, marqueront à jamais le petit Milo.

La vie devient un cauchemar aussi bien pour Alexandra, qui apprend que son mari lui a menti très souvent. Milo a de violentes réactions, querelles, coups portés sur ses camarades de classe. Il ne maîtrise plus ses gestes sous la violence. Alexandra refuse de rendre visite à son mari en prison. Ce que Milo ne comprend pas, d’où abandon total.

Victor est libéré, Alexandra accepte avec difficulté de reprendre la vie commune. Peu à peu les choses s’arrangent, Victor retrouve du travail, Milo a moins de crises de violence. Le pire semble passer, mais non..le pire est dans le futur..

Alexandra va elle aussi sombrer, mentir, pour protéger son fils. Milo a été vu avec deux filles sauvagement tuées, est-il coupable ? ou est-il le coupable idéal, pas besoin de chercher plus loin.

Claire Favan exploite dans ce thriller le cas de ces enfants, différents. Ces enfants qui auraient besoin qu’on s’occupe d’eux, mais le monde dans lequel nous vivons, n’en a que faire.  Les parents interrogent , se heurtent et se sentent toujours isolés .On sent le vécu, à travers les lignes de l’auteur.

Un thriller inoubliable qui pose des questions sur la prise en charge des enfants différents.

Inexorable – Claire Favan Éditions Robert Laffont – collection La Bête Noire – 367 p. octobre 2018- ISBN : 2221217098

_______________________________________________

Quatrième de couverture

Inexorables, les conséquences des mauvais choix d’un père.
Inexorable, le combat d’une mère pour protéger son fils.
Inexorable, le soupçon qui vous désigne comme l’éternel coupable.
Inexorable, la volonté de briser enfin l’engrenage…
Ils graissent les rouages de la société avec les larmes de nos enfants.

Ce livre participe au challenge :

Les Lions du Panshir de Ken Follett

41975a9qE3L._SX210_

Sous une histoire romanesque, Ken Follett nous parle de ce pays qu’est l’Afghanistan.

Jane est amoureuse d’un homme , Ellis, soit disant poète. Un autre homme convoite Jane et lui dit qu’Ellis n’est pas l’homme qu’il est supposé être, mais il est un agent de la CIA. Jean-Pierre se garde bien de lui dire qu’il n’est pas seulement le médecin  que l’on croit.

Jane et Jean-Pierre se marient et partent en Afghanistan, pour une mission humanitaire pour une durée de deux ans. Jane a du mal à s ‘habituer , les femmes n’ont aucun droit. La condition des femmes afghanes est longuement décrite. Derrière tout cela, une autre guerre se joue , les Afghans résistent sous le joug du « Lion du Panshir « , le commandant Massoud aux assaut des russes. Les russes se heurtent aux Afghans. C’est aussi l’occasion pour la CIA, d’envoyer un agent pour négocier avec les rebelles. Le bel Ellis réapparait, et n’a qu’une idée en tête, reconquérir Jane, qui   apprendra que son mari est un agent du KGB.

J’ai aimé découvrir la vie de ce pays à travers l’écriture de Ken Follet, ce récit a pris une autre dimension, suite aux événements passés

Les Lions du Panshir – Ken Follet – Le Livre de poche – Parution ;01/02/1995 – EAN; 9782253042020

______________________________________________________________

Quatrième de couverture:

Jane, jeune étudiante anglaise qui vit à Paris, découvre que l’homme de sa vie, un Américain du nom d’Ellis, n’est pas le poète sans le sou qu’il prétend être, mais un agent de la CIA. Par dépit, elle épouse Jean-Pierre, un jeune médecin idéaliste comme elle, qui l’emmène en Afghanistan. Ils vivent là en soignant les résistants dans la Vallée des Lions, au cœur du Panshir. Mais Jean-Pierre n’est pas le médecin dévoué que l’on croit. Le cauchemar commence alors pour Jane… Dans le cadre grandiose des paysages d’Afghanistan, au cœur de la lutte acharnée qui oppose les résistants aux troupes de Moscou, ce superbe roman d’aventures et de suspense est mené à un rythme qui ne cesse de s’accélérer jusqu’au dénouement aussi violent qu’imprévu, comme toujours avec Ken Follett, l’auteur de nombreux best-sellers, de L’Arme à l’œil à Comme un vol d’aigles.

Ce livre participe au challenge;

chat-europeen-860070599

Calendrier de l’Avent

Anna, journal d’un cygne de Sandrine Beau

51VQAXbfAqL._SX195_

Sandrine Beau nous entraine dans le monde de la danse, elle s’est inspirée de la vie de Anna Pavlova pour écrire cette série.

Je découvre la vie de cette petite fille qui n’avait qu’un rêve, danser. Elle danse toute la journée, elle danse pour oublier sa dure condition de vie.

J’ai d’abord dansé pour lutter contre le froid, pour me réchauffer. Dans notre petite chambre sous les toits, il faisait très souvent glacial. Les hivers sont longs en Russie ..

Anna Pavlova se confie à son journal. Le hasard, la destinée a voulu que sa maman, couturière fut choisie pour remplacer les couturières grippées du théâtre Marinski. Avec cet argent , elle offre une place à Anna,  pour aller voir  le ballet « La Belle au Bois Dormant « . Anna pourra aussi se présenter pour la sélection des futures danseuses et entrer à l’ École impériale  de ballet de Saint-Peterbourg.

Je vous laisse découvrir ces moments de joie, de persévérance pour un jour devenir une grande danseuse.

A la fin du livre, quelques pages sont consacrées à la vie d’Anna Pavlova.

Tous les enfants attirés par la danse seront ravis de lire ou de se faire lire la vie de cette petite fille devenue la grande danseuse, Anna Pavlova.

Je vais envoyer ce livre à ma petite fille, elle se le fera lire par sa maman.

Je remercie l’Opération Masse Critique de  Babelio et les éditions Playbac pour l’envoi de ce livre.

Anna, journal d’un cygne – Sandrine Beau – illustrations Cati Baur – Éditions PlayBac – 04/04/2018- ISBN : 2809661901

 

_____________________________________

Quatrième de couverture :

« Cher journal, J’ai pris la décision de te raconter ma vie parce qu’elle va prendre un tournant incroyable et complètement fou. Je m’appelle Anna Pavlova, j’ai dix ans et, dans deux jours, j’entrerai à la prestigieuse École Impériale de Ballet de Saint-Pétersbourg. »

Dans cette nouvelle série, Anna confie tout à son journal ! Sa passion pour la danse, les leçons avec Mme Korsakov, la préparation de l’examen d’entrée… et ses premiers pas à l’école de ballet.
À travers ce récit historique, c’est la vie de la grande héroïne Anna Pavlova qui est racontée. Reconnue comme la plus grande ballerine de tous les temps et illustre interprète de la Mort du Cygne.
En bonus : un joli marque-page en forme de chausson et une double-page documentaire, sur la vraie Anna Pavlova.

N’oublions pas que nous sommes dans la période de l’ Avent ;

Calendrier de l’Avent

Poème Avent de Paul Verlaine

Calendrier de l’Avent

« Dans les Avents », comme l’on dit
Chez mes pays qui sont rustiques
Et qui patoisent un petit
Entre autres usages antiques,

« Dans les Avents les côs chantont »,
Toute la nuit, grâce à la lune
« Clartive » alors, et dont le front
S’argente et cuivre dès la brune

Jusqu’à l’aube en peu d’ombre, et ces
Chante-clair, clair comme un beau rêve,
Proclament jusques à l’excès
Le soleil… qui plus tard se lève,

Trop tard pour ceux qui sont reclus

Au poulailler, — tout comme une âme
Ne tendant que vers les élus,
Dans le péché, prison infâme, —

Et comme une âme les bons coqs,
Vigilants, tels au temps de Pierre,
Souffrent, mais, en dépit des chocs
D’ombre, chantent, et l’âme espère.

Paul Verlaine.