Le poète de Gilles Vigneault

Le poète

Je prendrai dans ma main gauche
Une poignée de mer
Et dans ma main droite
Une poignée de terre,
Puis je joindrai mes deux mains
Comme pour une prière
Et de cette poignée de boue
Je lancerai dans le ciel
Une planète nouvelle
Vêtue de quatre saisons
Et pourvue de gravité
Pour retenir la maison
Que j’y rêve d’habiter.
Une ville. Un réverbère.
Un lac. Un poisson rouge.
Un arbre et à peine
Un oiseau.
Car une telle planète
Ne tournera que le temps
De donner à l’Univers
La pesanteur d’un instant.

Gilles Vigneault
Balises, 1964

Pour accompagner ce poème, j’ai choisi cette musique. Bonne écoute et bonne semaine !

Publicités

226 bébés de Flore Vesco

226 bébés : Flore Vesco

Illustrateur ; Stéphane Nicollet

Éditeur : Didier Jeunesse (25/09/2019)

ISBN: 9782278091843

Roman jeunesse; à partir de 8 ans

 À 76 ans, Chrysostome, dit Bert, fraîchement retraité, coule des jours heureux dans sa maisonnette. Jusqu’au jour où son jardin, situé au-dessus d’un trafic aérien de cigognes, se retrouve envahi par… 226 bébés ! Adieu, calme et tranquillité. Or Bert ne compte pas se laisser enquiquiner par une tripotée de geignards. Ni une ni deux, il les installe dans une charrette et commence son périple. De village en bourgade, tous les moyens sont bons pour refourguer la marmaille : vente à la criée sur les marchés, adoptions par des princesses esseulées… Moins 1 bébé, moins 10 bébés, moins 20 bébés… Ouf ! Moins 225 bébés ! Au bout du compte, le vieillard solitaire et bougon se laissera-t-il attendrir ?

_________________________________________________________

Bert pensait avoir trouvé la tranquillité, il allait pouvoir vivre sereinement sa retraite dans une jolie petite maison. Mais il ne savait pas que sa maison se trouvait juste au-dessus d’un couloir aérien de passage de cigognes. Il a la surprise de découvrir, un, deux, trois ….226 bébés tombés du ciel. Mais que va -t’il faire de tous ces bébés?

Pas question de sacrifier sa vie, avec tous ces bébés, il les entasse dans une brouette, et s’en va par les chemins. Il est bien décidé de s’en débarrasser.

la plume de Flore Vesco est très drôle, de nombreux jeux de mots parsèment le livre. J’ai aimé retrouver les clins d’œil aux  contes revisités, tels que Raiponce, Barbe Bleue, le loup .

On ne s’ennuie pas du tout.

Il s’agit ici d’un roman feuilleton des Incorruptibles, concept qui intègre des élèves de primaires dans le processus créatif d’un auteur.

 

 

 

Le roman de Camille de Sylvain-Jean Etienne

cover173163-medium

En 1913, Camille a 8 ans. Ignorant tout de la tragédie historique qui s’annonce, elle vit les derniers mois de paix dans son village de Cassel-le-Château. Privée de sa mère morte en couches, elle est cependant choyée par son père et sa grand-mère et connaît une enfance heureuse et empreinte d’innocence.

Une nuit pourtant, une visite inattendue et fantastique vient bouleverser tout son univers. Bien malgré elle, Camille se retrouve investie d’une mission qui la dépasse : elle doit délivrer un message à l’humanité tout entière. Pour mener à bien sa tâche, elle peut compter sur le soutien de son ami Petit-Jacques, lui aussi embarqué dans cette aventure !

Entre roman initiatique et fantastique, découvrez le premier livre d’une fabuleuse saga en trois tomes !

 

L’auteur parlait de fantastique, ce n’est pas un sujet dont je suis fan, mais j’aime découvrir des styles nouveaux.

Malgré une préface importante, j’ai continué ma lecture jusqu’à la fin du livre. Plusieurs thèmes mélangés, un peu de fantastique,  de religion. Les phrases sont longues, et des explications à n’en plus finir. L’histoire est invraisemblable.

Mais peut-être suis-je passée à côté de ce que l’auteur voulait transmettre. Pour moi, ce fut un échec . Exprimer un avis négatif ne signifie pas non respect à l’auteur , il y a un travail important, mais ce sera sans moi pour la suite de la saga.

 

Merci à NetGalley et aux éditions Librinova pour ce partenariat.

Le Haïku

Du cœur de la pivoine
L’abeille sort –
Avec quel regret !

————————

Matsuo Bashõ
(1644–1695)

——————————————————————————————

Qu’il est digne d’admiration,
Celui qui, devant l’éclair,
Ne pense pas : – Que la vie est brève !

———————————————————————————————-

Dans le vieil étang
Une grenouille saute
Un ploc dans l’eau.

——————————————————————————————–

De temps en temps
Les nuages nous reposent
De tant regarder la lune.

Qu’est qu’un Haïku ?

Le haïku (俳句), terme créé par le poète Masaoka Shiki (1867-1902), est une forme poétique calligraphiée et très codifiée d’origine japonaise . Il s’agit d’un petit poème, extrêmement bref, visant à dire l’évanescence des choses. Encore appelé haïkaï (d’après le haïkaï no renga ou haïkaï-renga, forme antérieure plus triviale développée par Sōkan au XVe siècle) ou hokku (son nom d’origine), le haïku doit comporter une notion de saison (le kigo) et une césure (le kireji). Si le haïku n’indique ni saison, ni moment particulier, on l’appellera Moki ; et s’il a pour sujet les faiblesses humaines et non la nature, et qu’il est traité de manière humouristique ou satirique, on le nommera Senryū.

Les haïkus ne sont connus en Occident que depuis le début du XXe siècle. Les écrivains occidentaux ont alors tenté de s’inspirer de cette forme de poésie brève et ont la plupart du temps choisi de la transposer sous la forme d’un tercet de 5, 7 et 5 syllabes (bien que des libertés puissent être prises).

Une personne écrivant des haïkus est appelée haijin ou haidjin, et parfois également haïkiste.

 

Source : Eternels éclairs

L’Automne de Anna de Noailles

L’ Automne

Voici venu le froid radieux de septembre :
Le vent voudrait entrer et jouer dans les chambres ;
Mais la maison a l’air sévère, ce matin,
Et le laisse dehors qui sanglote au jardin.

Comme toutes les voix de l’été se sont tues !
Pourquoi ne met-on pas de mantes aux statues ?
Tout est transi, tout tremble et tout a peur ; je crois
Que la bise grelotte et que l’eau même a froid.

Les feuilles dans le vent courent comme des folles ;
Elles voudraient aller où les oiseaux s’envolent,
Mais le vent les reprend et barre leur chemin
Elles iront mourir sur les étangs demain.

Le silence est léger et calme ; par minute
Le vent passe au travers comme un joueur de flûte,
Et puis tout redevient encor silencieux,
Et l’Amour qui jouait sous la bonté des cieux

S’en revient pour chauffer devant le feu qui flambe
Ses mains pleines de froid et ses frileuses jambes,
Et la vieille maison qu’il va transfigurer
Tressaille et s’attendrit de le sentir entrer.

Anna de Noailles (1876-1933)
Le coeur innombrable

Mamie Luger de Benoît Philippon

CVT_Mamie-Luger_5514Roman Policier

Mamie Luger

Benoît Philippon

ISBN : 2352047323
Éditeur : Les Arènes (09/05/2018)
Six heures du matin, Berthe, cent deux ans, canarde l’escouade de flics qui a pris d’assaut sa chaumière auvergnate. Huit heures, l’inspecteur Ventura entame la garde à vue la plus ahurissante de sa carrière. La grand-mère au Luger passe aux aveux et le récit de sa vie est un feu d’artifice. Il y est question de meurtriers en cavale, de veuve noire et de nazi enterré dans sa cave.
Alors aveux, confession ou règlement de comptes ? Ventura ne sait pas à quel jeu de dupes joue la vieille édentée, mais il sent qu’il va falloir creuser. Et pas qu’un peu.
_________________________________________________________________________________
Connaissez-vous cette Mamie ? Je peux vous dire qu’elle a 102 printemps, et elle a toujours à portée de main un Luger.  C’est avec celui-ci qu’elle accueille l’inspecteur André Ventura et son équipe, venu l’interroger sur ses différentes actions. Elle a tiré sur les flics mais aussi sur son voisin. Elle est arrêtée et mise en garde à vue.
Elle ne manque pas de charme, la Mamie Berthe. Elle a du peps , du répondant et de l’humour. Elle en a vu des choses, des belles et des moins belles. Elle raconte sa vie à l’inspecteur Ventura, qu’elle surnomme  Lino. Sa vie est longue, et très mouvementée. Les époques défilent et les hommes aussi .Elle a flingué à tout va, et surtout les hommes qu’elle a épousés.
Si mon témoignage peut inciter des filles à ne pas faire de conneries et des bonhommes à être un peu moins cons, ce sera ma petite pierre laissée à l’attention de l’humanité.
Mais même si elle a tous ces défauts, elle reste une personne sensible,  et  féministe avant l’heure.
 J’ai aimé ce récit jubilatoire. Je vous invite à faire connaissance avec cette mamie, fort sympathique, centenaire, féministe et serial killeuse .
logo-2019

Murène de Valentine Goby

Roman

Murène
Auteur : Valentine Goby  
Éditions : Actes Sud (21 août 2019)
ISBN 978 2 330 12536 3
384 pages

Hiver 1956. Dans les Ardennes, François, un jeune homme de vingt-deux ans, s’enfonce dans la neige, marche vers les bois à la recherche d’un village. Croisant une voie ferrée qui semble désaffectée, il grimpe sur un wagon oublié… Quelques heures plus tard une enfant découvre François à demi mort – corps en étoile dans la poudreuse, en partie calciné. Quel sera le destin de ce blessé dont les médecins pensent qu’il ne survivra pas ?

_______________________________________________

Hiver 1956, François Sandre est un jeune homme plein de vie, il travaille sur des chantiers. Un jour, il doit rejoindre un ami dans les Ardennes, il marche dans la neige, puis aperçoit une voie ferrée, un wagon, il se hisse dessus, puis la neige, une ligne à haute tension, le drame.

Les médecins ont peu d’espoir, survivra-t-il ou non ? Ils vont devoir l’amputer d’un bras, puis du deuxième. Il n’est plus qu’un homme tronc. il va devoir subir de nombreuses souffrances, les moyens techniques de  56  ne sont pas les mêmes qu’actuellement. Une souffrance physique , mais aussi morale qu’il doit combattre chaque jour. Il est dépendant de tous, comment s’accepter tel quel. Il sombre de plus en plus.

Valentine Goby nous décrit la vie de François maintenant, ce qu’il peut faire, sans masquer ce qu’il n’est plus envisageable de faire, ( serrer une amie dans les bras).  Il va falloir tout réapprendre, à accepter les regards des autres, ne pas s’isoler pour s’oublier un peu plus chaque jour.

Un rencontre particulière le motivera et lui permettra de reprendre goût à la vie et de poursuivre sa vie sereinement, une renaissance est possible.

Valentine Goby nous narre une histoire douloureuse de reconstruction. la plume est précise, d’une grande justesse. Ce récit nous invite à découvrir les prémices du handisport, et les premières associations sportives regroupant ces accidentés de la vie.

Un magnifique roman que nous propose Valentine Goby, une belle leçon de vie.