S’enfuir de Guy Delisle

Une BD  graphique, un peu particulière, Guy Delisle retrace les 111 jours de captivité d’un homme. Christophe André était en mission humanitaire pour une ONG, dans le Caucase. Il a vécu 4 mois de séquestration avant de réussir à s’évader.

 

Cet homme vit attaché, juste « libre » le temps de prendre quelque maigre nourriture apporté par celui qu’il nomme « Thénardier ».  Un surnom donné à son geôlier, ses tracas quotidiens viennent adoucir le drame . Son univers est restreint, un matelas et toujours menotté à un radiateur. Il est dans une pièce où la fenêtre est barricadée . Des questions se bousculent, pourquoi moi ? pour combien de temps ? Une astuce pour ne pas sombrer, toujours savoir la date du jour. Il évoque aussi  les batailles napoléoniennes , à chacun sa méthode pour ne pas déprimer. Christophe va échafauder tous les scénarios possibles afin de pouvoir s’évader par ses propres moyens. Et cette idée ne le lâchera pas : s’enfuir.

 

Guy Delisle indique qu’il a mis 15 ans à élaborer cet album, Il a fait un travail remarquable en accentuant ou non les couleurs monochromes, ici du bleu-gris, suivant le moment du récit. J’ai été happée par cette BD de 410 pages.

 

Éditeur : Dargaud (16/09/2016)

ISBN : 2205075470

 

 

 

Publicités

La danse de nuit de Marceline Desbordes-Valmore

 La danse de nuit

Ah, la danse ! La danse
Qui fait battre le cœur,
C’est la vie en cadence
Enlacée au bonheur.

Accourez, le temps vole,
Saluez s’il-vous-plaît,
L’orchestre a la parole
Et le bal est complet.

Sous la lune étoilée
Quand brunissent les bois
Chaque fête étoilée
Jette lumières et voix.

Les fleurs plus embaumées
Rêvent qu’il fait soleil
Et nous, plus animées
Nous n’avons pas sommeil.

Flammes et musique en tête
Enfants ouvrez les yeux
Et frappez à la fête
Vos petits pieds joyeux.

Ne renvoyez personne !
Tout passant dansera
Et bouquets ou couronne
Tout danseur choisira.

Sous la nuit et ses voiles
Que nous illuminons
Comme un cercle d’étoiles,
Tournons en chœur, tournons.

Ah, la danse ! La danse
Qui fait battre le coeur,
C’est la vie en cadence
Enlacée au bonheur.

Marceline Desbordes Valmore

(1786-1859)

Le grand marin de Catherine Poulain

Une vie de femme peu ordinaire , une femme qui rêve de s’embarquer sur un bateau de pêche. Elle va cohabiter avec des hommes, des marins. Ces hommes , ils pêchent, ils dorment, ils travaillent , accostent sur un port de pêche, prennent une cuite et repartent vers la même vie routinière. Lili est là ,Lili a quitté Manosque-les-Plateaux, Manosque-les-Couteaux, sa France natale, elle veut connaître la liberté, elle veut l’Alaska, elle veut pêcher  elle embarque sur le « Rebel ». Elle va devoir faire sa place, seule femme à bord. Elle va devoir se faire accepter, mener son travail malgré des blessures, une côte cassée, une arête de poisson dans la main, surtout ne pas se plaindre.

Mais ce livre ouvre les yeux sur cette vie qu’on ne soupçonne pas à bord d’un bateau de pêche. Malgré leur rudesse, ces hommes ont un cœur d’or. Ils sont d’une sensibilité, vous la découvrirez en lisant ce livre.

J’ai aimé l’écriture de Catherine Poulain, la musique de ses mots, la musique de la mer. On sait que Catherine Poulain nous livre ici sa propre vie, elle est Lili. Je l’ai lu très vite, déçue de devoir le quitter.

ISBN : 2757864475
Éditeur : Points (06/04/2017)

existe en format numérique.

Dans mon sac, il y avait …

 

Le voyage de l’âne de Isabelle Grelet

Les moufles de Yoko Imoto

Le premier hiver de petit renard de Rebecca Eliott

 

 

 

 

Il était un âne qui s’ennuyait dans la ferme où il était. Il rêvait de partir, loin..voyager. L’âne trouve dans la ferme une vieille camionnette Citroën, qu’il va remettre en état. Ses amis de la ferme lui proposent de l’accompagner, le coq, le cochon, le lapin et la chèvre et vont l’aider. Chacun est fin prêts, en route pour ..Gibraltar !

Au fil de leur formidable « road trip », empli d’humour et de tendresse, chacun des animaux quittera la bande pour vivre son propre rêve jusqu’à ce que finalement notre ami l’âne atteigne, seul, le détroit de Gibraltar. Mais à son grand étonnement, il ne se sent pas encore vraiment heureux car il lui manque encore quelque chose… l’amour peut-être ?

Un album randonnée, à lire à partir de 4 ans.

  • Éditeur : Didier Jeunesse (10 octobre 2012)
  • ISBN-13: 978-2278070329

 

Voir la critique ici

 

C’est le premier hiver de petit renard, et il n’est pas prêt à dormir. Il est curieux et pose de nombreuses questions à sa maman; « pourquoi les arbres sont-ils tous nus  » ? « Pour que nous puissions sauter et nous rouler dans les feuilles ! » répond sa maman.

La maman répond toujours avec douceur à toutes les interrogations de Petit Renard.

Un vrai moment de partage pour une lecture du soir !

  • Editeur : Editions de l’Imprévu (9 septembre 2016)
  • ISBN-13: 979-1029504815

 

Trois feuilles mortes de Raymond Richard

Trois feuilles mortes

Ce matin devant ma porte,
J’ai trouvé trois feuilles mortes.

La première aux tons de sang
M’a dit bonjour en passant
Puis au vent s’en est allée.

La seconde dans l’allée,
Au creux d’une flaque d’eau
A sombré comme un bateau.

J’ai conservé dans ma chambre
La troisième couleur d’ambre.

Quand l’hiver sera venu,
Quand les arbres seront nus,
Cette feuille desséchée,
Contre le mur accrochée
Me parlera des beaux jours
Dont j’attends le gai retour.

Raymond Richard  (« À petits pas » – Editions du Cep Beaujolais)

Enseignant. – Poète, romancier et auteur dramatique, décédé en 1970. – Auteur de saynètes et chansons pour enfants. – Fondateur des éditions du Cep beaujolais et de la revue « Les loisirs de l’enfant »

 

Point cardinal de Leonor de Recondo #RL2017

 « combien de temps pour être soi-même ? « 

Laurent est marié avec Solange, père de deux enfants, Thomas et Claire. Une famille normale, mais Laurent sent qu’il n’en peut plus. Laurent sent au fond de lui qu’il est une femme. Parfois, il se transforme en femme, robe, perruque..il devient Mathilda , il se cache aux yeux des siens. Mais un jour, il décide d’aller au-delà de franchir une étape, d’avouer aux siens, qu’il ne veut plus être un homme, il veut répondre à la demande de son corps et devenir femme.

Léonor de Recondor livre le combat de Laurent, qui deviendra Lauren. Les émotions , tant chez Lauren que dans sa famille sont dévoilées avec beaucoup de sensibilité.

 

« La peau de Lauren, Solange veut la parcourir afin de ne pas oublier sa texture. Elles se sont couchées et sont maintenant front contre front, les yeux fermés. Je ne veux pas oublier celui que tu as été. Je t’ai caressé pendant des années sans y penser. Maintenant, tu es ici et ailleurs. »

 

C’est un sujet troublant qui est traité avec beaucoup de pudeur, j’ai aimé l’écriture de Léonor de Recondo. J’ai été bouleversée par les mots et l’écriture de l’auteur, sans jugement, juste des mots pour appréhender cette transformation.

Un livre que je recommande vivement.

Léonor de Récondo, Point cardinal, Sabine Wespieser, aout 2017, 232 pages, ISBN ;  2848052260 , 20 euros 

La musique du livre :

Novembre de François Coppée

Novembre

Captif de l’hiver dans ma chambre
Et las de tant d’espoirs menteurs,
Je vois dans un ciel de novembre,
Partir les derniers migrateurs.

Ils souffrent bien sous cette pluie ;
Mais, au pays ensoleillé,
Je songe qu’un rayon essuie
Et réchauffe l’oiseau mouillé.

Mon âme est comme une fauvette
Triste sous un ciel pluvieux ;
Le soleil dont sa joie est faite
Est le regard de deux beaux yeux ;

Mais loin d’eux elle est exilée ;
Et, plus que ces oiseaux, martyr,
Je ne puis prendre ma volée
Et n’ai pas le droit de partir.

François Coppée