Vive l’heure du goûter de Nathalie Desforges

Voilà j’ai repris le chemin de l’école, une fois par semaine, je vais lire des albums aux grandes sections de maternelle. Cette semaine , mon choix s’est porté sur trois albums :

 

 

Il y a bien sûr la rentrée des classes, mais aussi un moment important dans la journée, le goûter. 

Cet album illustré décline dans la bonne humeur les différents goûters possibles et propose au jeune lecteur d’interagir à chaque double-page par le biais de questions à hauteur de petit gourmand.

On trouve ici des pages colorées, des gâteaux que l’on a envie de croquer.

 

Continuer de découvrir chez p’titGlénat  – septembre 2016 –  ISBN 9782344017272

 

Chronique ici

Chronique ici 

Publicités

Le ciel n’existe pas de Inés Fernandez Moreno

Synopsis ;

Cala mène à Buenos Aires une vie de bohème quand elle n’a pas à s’occuper de sa mère despotique. Une seule personne trouve grâce aux yeux de la vieille femme acariâtre : Sabrina, l’aide qu’elle vient de recruter. Mais celle-ci la vole et disparaît en abandonnant son enfant.
Cala erre à la recherche de Sabrina à travers cette ville paradoxale où cohabitent légèreté et dénuement. Elle découvre un monde violent, qu’elle devinait mais dont elle ne soupçonnait pas l’ampleur, celui de la traite des femmes, de la drogue et de la mafia. Au gré de cette quête, elle recroisera aussi le premier homme qu’elle a aimé.

Un voyage en Argentine me tentait, comme lecture pour mon début de vacances. J’ai trouvé un pays violent, L’auteur évoque la violence faîte aux femmes, les problèmes liés à la drogue.
L’histoire est lente, j’ai trouvé que l’auteur s’attardait sur des faits non essentiels à la suite du récit.
J’ai malgré tout fini le livre, mais je m’attendais à une autre fiction.

Merci à NetGalley et aux éditions Lattés pour l’envoi de ce livre.

Genre : Roman étranger

Éditeur : JC Lattès
Parution : 06 septembre 2017
Prix editeur : 20€0
Pages : 300
ISBN : 9782709656894

La fille au mitote de Marceline Bodier

 

J’avais vu ce livre sur « NetGalley », lu le synopsis. J’étais indécise, puis quand Madeline des éditions Librinova m’a proposé de le lire. J’ai accepté.

Je ne regrette pas ma décision. Je remercie vivement Madeline pour l’envoi de ce livre.

 

 

Un titre intriguant « la fille au mitote « , quelle est la définition de ce mot « mitote » , j’ai cherché et ai trouvé plusieurs possibilités : « mitote est un  terme indien qui  été adopté par les espagnols ,  Dans les 4 Accords toltèques, Miguel Ruiz décrit la mitote comme une cacophonie de voix discordantes, des bavardages que nous créons intérieurement et qui nous embrument l’esprit. « .

Avant de décrire et de connaître cette fille, Marceline Bodier nous entraîne dans la campagne lorraine, avec un fond musical de Led Zeppelin . Nous y retrouvons  quatre jeunes, tous issus d’un petit village. Ils ont grandi ensemble, ont décidé de poursuivre leurs études , en restant ensemble à Nancy. En 1985, l’un est assassiné; Qui l’a -tué et pourquoi ? En 2008, son fils, Robert,  cherche à comprendre pourquoi son père a disparu. Il rencontre la fille de l’un d’eux qui porte un drôle de prénom Esfera. Elle semble vivre entourée de brouillard. A eux deux découvriront-ils le mystère qui entoure la disparition brutale du père de Robert ?

J’ai pris du plaisir à découvrir l’écriture de Marceline Bodier qui nous décrit avec finesse les différents personnages, et le suspens monte. Elle divulgue avec parcimonie de petits détails, qui peu à peu se fondent dans le récit. J’ai suivi avec beaucoup d’intérêt les différentes personnes, l’atmosphère est saisissante, les secrets de famille se dévoilent peu à peu.

Je recommande ce livre à tous ceux qui aiment les romans psychologiques, je ne le classerai pas en thriller.

La fille au mitote – Marceline Bodier

Editions Librinova 

 

La rose-thé de Théophile Gautier

La rose-thé

La plus délicate des roses
Est, à coup sûr, la rose-thé.
Son bouton aux feuilles mi-closes
De carmin à peine est teinté.

On dirait une rose blanche
Qu’aurait fait rougir de pudeur,
En la lutinant sur la branche,
Un papillon trop plein d’ardeur.

Son tissu rose et diaphane
De la chair a le velouté ;
Auprès, tout incarnat se fane
Ou prend de la vulgarité.

Comme un teint aristocratique
Noircit les fronts bruns de soleil,
De ses soeurs elle rend rustique
Le coloris chaud et vermeil.

Mais, si votre main qui s’en joue,
A quelque bal, pour son parfum,
La rapproche de votre joue,
Son frais éclat devient commun.

Il n’est pas de rose assez tendre
Sur la palette du printemps,
Madame, pour oser prétendre
Lutter contre vos dix-sept ans.

La peau vaut mieux que le pétale,
Et le sang pur d’un noble coeur
Qui sur la jeunesse s’étale,
De tous les roses est vainqueur !

Théophile Gautier – (1811-1872)

 

Dernière fable de Didier Venturini

Une dernière fable

De Venise
Rêves de sable
Qui s’enlisent

Cité mystère
Palais des doges
Les sanctuaires
La grande loge

Les amulettes
Les talismans
Les cours secrètes
Leur goût d’orient

Éclats de lune
Sur les canaux
Que disent les runes
Baron Corvo

Pont des merveilles
Pour une émeraude
Que les lions veillent
Dans la nuit chaude

La clavicule
De Salomon
Lire les formules
Les allusions

Rencontres nocturnes
Une poétesse
Parmi les brumes
Beaucoup d’ivresse

La rue de l’amour
Des amis
Plus loin toujours
D’autres pays

Didier Venturini, 2009

En septembre de Paul Verlaine

En septembre

Parmi la chaleur accablante
Dont nous torréfia l’été,
Voici se glisser, encor lente
Et timide, à la vérité,

Sur les eaux et parmi les feuilles,
Jusque dans ta rue, ô Paris,
La rue aride où tu t’endeuilles
De tels parfums jamais taris,

Pantin, Aubervilliers, prodige
De la Chimie et de ses jeux,
Voici venir la brise, dis-je,
La brise aux sursauts courageux…

La brise purificatrice
Des langueurs morbides d’antan,
La brise revendicatrice
Qui dit à la peste : va-t’en !

Et qui gourmande la paresse
Du poète et de l’ouvrier,
Qui les encourage et les presse…
 » Vive la brise !  » il faut crier :

 » Vive la brise, enfin, d’automne
Après tous ces simouns d’enfer,
La bonne brise qui nous donne
Ce sain premier frisson d’hiver ! « 

 Paul Verlaine