Rentrée Littéraire 2022, Le Château des trompe-l’œil de Christophe Bigot

1837, baie du Mont Saint-Michel. Le jeune Baptiste Rivière est convoqué au château d’Escreuil pour s’y faire dicter les dernières volontés de la propriétaire des lieux. Mais à son arrivée, le personnel se ligue pour lui interdire l’accès à sa chambre : Langlois, diabolique intendant du domaine, le vieux Simon, qui semble plus qu’un ordinaire jardinier, et même Séverine, la femme de chambre dont Baptiste cherche pourtant à se faire une alliée.
Pourquoi la baronne d’Escreuil se cache-t-elle ? Qui est vraiment cette ancienne comédienne, veuve d’un aristocrate guillotiné sous la Terreur ? Bravant les mises en garde, Baptiste s’aventure dans les plus sombres recoins du domaine. Mais les apparences sont trompeuses, et en cherchant la baronne, c’est sa propre vérité que Baptiste va devoir affronter.
Jouant sur les codes du conte gothique, du roman historique et du récit d’apprentissage pour mieux les subvertir, Le Château des trompe-l’œil offre une plongée vertigineuse et haletante dans les gouffres du passé et de l’âme humaine.
L’auteur : Christophe Bigot est professeur de lettres et écrivain. Son premier roman L’Archange et le procureur, paru chez Gallimard, a reçu cinq récompenses dont le Prix Mottart de l’Académie française. Ses romans explorent sa passion pour la révolution française et le XIXe siècle.

Dans le cadre du Challenge NetGalley, j’ai pu lire en avant-première ce livre  » Le Château des trompe-l’œil de Christophe Bigot .Je remercie NetGalley et les Éditions de La Martinière pour l’envoi de ce livre numérique. Je n’aurai certainement pas lu ce livre si ce n’était pas un challenge, d’élargir ses lectures proposé par NetGalley

Le roman débute dans la baie du Mont-Saint-Michel, en 1837, un jeune homme, clerc de notaire, Baptiste Rivière se présente au château d’ Escreuil. Il vient estimer les livres et les collections d’œuvres d’art se trouvant dans la bibliothèque, ainsi que le mobilier Il doit évaluer et constituer le testament de la Baronne. Elle vit dans ce lieu mais il n’a pas encore fait sa connaissance.

L’atmosphère est bizarre, personne ne semble enclin à présenter la Baronne qui ne quitte pas sa chambre. Elle serait souffrante depuis des années. Baptiste va même s’aventurer la nuit dans les couloirs pour tenter de l’apercevoir. Mais en vain.. Il se sent comme emprisonné dans ce château. Petit à petit nous allons apprendre l’histoire du château et de sa propriétaire avant, pendant et après la Révolution en suivant l’enquête que Baptiste essaie de mener.

Je ne suis pas une habituée de ce genre de roman gothique. Et pourtant je me suis prise au jeu . J’ai apprécié les illustrations qui accompagnent le texte. Elles sont de Yohann Propin et reflètent très bien l’ambiance de cette histoire. Des illustrations crayonnées sont intégrées au cœur du roman, et donnent une atmosphère encore plus lugubre.

Le vocabulaire, parfois cru sans être vulgaire, n’est pas destiné à tout public, ainsi que le contenu du roman.

Nous sentons peu à peu que ce château a de lourds secrets et peut-être est-il hanté ? L’histoire nous dévoile peu à peu si nos interrogations sont justifiées ou non ? Les personnages se révèlent peu à peu, ils ont pour beaucoup une double personnalité . Baptiste qui ose s’aventurer dans les couloirs sombres du château, se trouve confronté à lui-même. Le Château des trompe-l’œil offre une plongée vertigineuse et haletante dans les gouffres du passé et de l’âme humaine.

Ce roman est à la fois un conte gothique et un roman historique. j’ai aimé l’intrigue et le concept historique. Je trouve que le titre est approprié , car le contenu est empli de faux-semblants et de trompe l’œil.

Je ne peux pas tout dévoiler, mais vous devrez attendre avant de pouvoir vous procurer ce livre car il ne sort que le 26 aout 2022.

Le Château des trompe-l’œil de Christophe Bigot – Éditions de la Martinière – Parution ; 26/08/2022

EAN : 9791040110422

A propos de l’auteur ;

Christophe Bigot est un enseignant et écrivain français. Né en 1976, ce normalien est également titulaire d’une agrégation de lettres. Fasciné par la Révolution française, il y consacra deux de ses romans.

En parallèle de son œuvre littéraire, Christophe Bigot exerce le métier d’enseignant dans un premier temps à Caen avant de rejoindre Paris.

« L’Archange et le Procureur » a reçu le Prix Mottart de l’Académie Française en 2008, le prix La Fayette, le prix des lycéens de la ville de Caen, le prix Océanes du roman d’histoire et d’aventures de la ville du Havre et le prix Jeune Talent de la ville de Saint-Germain-en-Laye.

Challenge NetGalley : le bilan

Cette année, ayant un peu plus de temps, j’ai participé au Challenge NetGalley,

J’ai aimé  » sortir de ma zone de confort » telle était la demande NetGalley.

J’ai écouté des audio ;

Mythos de Stephen Fry Tant que le café est encore chaud

Un voyage au Groenland , j’ai retrouvé Qaanaaq avec plaisir, dans de nouvelles aventures.

Summit de Mo Malo

Un roman gothique et historique, pas du tout dans mes lectures habituelles, je suis satisfaite de ma lecture.

Tentée par le lieu du roman, en Normandie, dans la baie du Mont-Saint-Michel …

Le Château des trompe-l’œil de Christophe Bigot

Et un dernier, un roman graphique, numérique, lu sur mon ordinateur. Première expérience de lire ce genre de livre en numérique.

Les Feuilles volantes d’Alexandre Clérisse

Finalement ce fut une bonne expérience, ces livres ont été lus entre le 5 mai et le 5 juin.

Les feuilles volantes de Alexandre Clérisse

Trois personnages à trois époques différentes, avec un point commun : ils racontent des histoires avec des images. Un moine copiste du Moyen Âge invente un récit imagé et un procédé d’impression, un jeune garçon au 20e siècle découvre le pouvoir inouï de la bande dessinée, et sa fille au 21e siècle vit de la création virtuelle. Chacun éprouve les nécessités vitales de la création et doit affronter des dangers et désillusions propres à leurs époques…

Un roman graphique un peu particulier, des couleurs un peu flashy . Les couleurs sont flamboyantes. Ces couleurs attirent l’œil et donnent envie de lire ce roman graphique. Des dessins de style naïfs et simples qui invitent à la lecture. Trois histoires, trois personnages différents , un enfant Max, un moine copiste et la fille de Max, Suzie des années plus tard. Et tous ont une même passion le 9 art, c’est à dire la Bande Dessinée. La mise en page m’a rappelée des livres que je lisais dans ma tendre enfance.

Tout d’abord, Max se découvre une vocation. Il veut la poursuivre malgré l’avis de ses parents. Son père le forme déjà à son activité de couvreur. Lui il ne veut que dessiner, et mettre en scène ses histoires . Puis c’est au tour de Raoul, moine copiste du Moyen Age de partager sa passion du dessin. Il aspire à plus de liberté dans ses dessins et ne va pas rester sagement dans ses enluminures bibliques. Sur un marché, un colporteur distribue des feuilles volantes imprimées. Raoul comprend que l’imprimerie est l’avenir. Il le pressent, il en rêve. Le moine copiste se bat contre les préjugés de l’église et veut poursuivre sa mission. En dernier lieu, la fille de Max se rebelle face au poids de l’héritage paternel.

La Bande Dessinée offre un moyen de traverser le temps, l’espace. Elle est le lien entre ces époques. C’est une belle ode à la création grâce aux dessinatrices et dessinateurs.

Je dois dire que je ne suis pas une passionnée de Bandes dessinées, j’ai relevé le défi d’ouvrir ma lecture à un autre genre, de sortir de ma zone de confort. Je ne regrette pas mon choix. J’ai vraiment aimé lire ce roman graphique.

Je remercie vivement les Éditions Dargaud via NetGalley pour l’envoi de ce livre numérique en avant première en échange de ma critique. #ChallengeNetGalley2022#EditionsDargaud#FeuillesVolantes

Feuilles volantes – Alexandre Clérisse – Éditions Dargaud – Parution – 03/06/2022 – EAN : 9782205084764