Fleur de neige de Claude Clément

Librement inspiré d’un conte russe et de L’opéra « La fille de Neige de Nikolaï Rimski-Korsakov

Dans l’immense pays de Russie il y a de cela très longtemps le Soleil fut séduit par la beauté de la fée Printemps. Il lui demanda de l’épouser, mais elle lui préféra le Bonhomme Hiver, qu’elle aimait depuis toujours.4

De cette union, est née une petite fille  » Fleur de Neige ». Le Soleil fou de rage se vengera. Il jeta un sort à cet enfant de l’amour. Il ne voulait pas qu’ elle tombe amoureuse.

Fleur de neige était uniquement formée de flocons et de cristaux, alors si le soleil posait ses rayons sur cet enfant, elle disparaissait..

Ses parents l’envoyèrent chez un modeste couple de paysans. Elle grandit et fut choyée. Elle devint une belle jeune fille . Tous la convoitait. Elle devint amie avec une jeune paysanne, qui attendait avec impatience, un jeune vendeur ambulant . Lors de son arrivée dans le village, ce jeune homme ne vit qu’une seule jeune fille  » Fleur de Neige ». La jeune paysanne se sentit désemparée et se rendit chez le tsar.

Le conte se terminera-t-il mieux que l’opéra ?

Entre mythologie nordique et conte russe, le talent époustouflant de Delphine Labedan saute littéralement aux yeux. Chaque illustration est un éblouissement. Les couleurs, les traits et j’ai découvert en ces pages une illustratrice que je ne connaissais pas.

A partir de 6 ans –

Anna, journal d’un cygne de Sandrine Beau

51VQAXbfAqL._SX195_

Sandrine Beau nous entraine dans le monde de la danse, elle s’est inspirée de la vie de Anna Pavlova pour écrire cette série.

Je découvre la vie de cette petite fille qui n’avait qu’un rêve, danser. Elle danse toute la journée, elle danse pour oublier sa dure condition de vie.

J’ai d’abord dansé pour lutter contre le froid, pour me réchauffer. Dans notre petite chambre sous les toits, il faisait très souvent glacial. Les hivers sont longs en Russie ..

Anna Pavlova se confie à son journal. Le hasard, la destinée a voulu que sa maman, couturière fut choisie pour remplacer les couturières grippées du théâtre Marinski. Avec cet argent , elle offre une place à Anna,  pour aller voir  le ballet « La Belle au Bois Dormant « . Anna pourra aussi se présenter pour la sélection des futures danseuses et entrer à l’ École impériale  de ballet de Saint-Peterbourg.

Je vous laisse découvrir ces moments de joie, de persévérance pour un jour devenir une grande danseuse.

A la fin du livre, quelques pages sont consacrées à la vie d’Anna Pavlova.

Tous les enfants attirés par la danse seront ravis de lire ou de se faire lire la vie de cette petite fille devenue la grande danseuse, Anna Pavlova.

Je vais envoyer ce livre à ma petite fille, elle se le fera lire par sa maman.

Je remercie l’Opération Masse Critique de  Babelio et les éditions Playbac pour l’envoi de ce livre.

Anna, journal d’un cygne – Sandrine Beau – illustrations Cati Baur – Éditions PlayBac – 04/04/2018- ISBN : 2809661901

 

_____________________________________

Quatrième de couverture :

« Cher journal, J’ai pris la décision de te raconter ma vie parce qu’elle va prendre un tournant incroyable et complètement fou. Je m’appelle Anna Pavlova, j’ai dix ans et, dans deux jours, j’entrerai à la prestigieuse École Impériale de Ballet de Saint-Pétersbourg. »

Dans cette nouvelle série, Anna confie tout à son journal ! Sa passion pour la danse, les leçons avec Mme Korsakov, la préparation de l’examen d’entrée… et ses premiers pas à l’école de ballet.
À travers ce récit historique, c’est la vie de la grande héroïne Anna Pavlova qui est racontée. Reconnue comme la plus grande ballerine de tous les temps et illustre interprète de la Mort du Cygne.
En bonus : un joli marque-page en forme de chausson et une double-page documentaire, sur la vraie Anna Pavlova.

N’oublions pas que nous sommes dans la période de l’ Avent ;

Calendrier de l’Avent

Musique, le mois de l’Europe de l’Est

Maria Youdina occupe une place à part dans l’histoire de la musique en Russie. Pianiste virtuose, elle a proposé des interprétations sans pareilles aujourd’hui encore. Mais si libre qu’elle fût dans son approche de la musique, son indépendance n’a jamais égalé sa liberté religieuse, y compris aux moments les plus durs de la terreur stalinienne. Pourtant, les attaques dont elle fut la cible ne furent jamais à la mesure de la critique du régime qu’elle incarnait. Un mystère encore difficilement explicable aujourd’hui. ( Source ici )

Maria Veniaminovna Youdina (en russe : Мария Вениаминовна Юдина), née à Nevel (Empire russe), le 28 août 1899 (9 septembre 1899 dans le calendrier grégorien) et morte à Moscou (Union soviétique) le 19 novembre 1970. ( Wikipédia)

Les plumes d’oiseaux de lune d’Agnès Bertron Martin

téléchargement

Un paysage enneigé d’ hiver, en Russie,  un tsar dans son palais qui a toujours besoin de quelque chose. Il est irascible, Il fait trembler de peur et souffrir les gens qui vivent dans son pays. Mais les Oiseaux de Lune sont là, ce sont trois oiseaux de légèreté, de lumière et de bonté  ils veillent et cherchent quelqu’un qui va transmettre au tsar, les qualités qu’il n’a pas. Les Oiseaux de Lune apportent des petites choses qui deviennent des grandes choses qui font du bien.

Un petit garçon, Aliocha ne se plaint pas habituellement, mais cette nuit-là, il soupire et souffre, ses souliers de bois le blessent. Ils sont trop petits. Les Oiseaux de Lune l’aperçoivent et le conduisent dans leur nid. Il sera leur messager auprès du tsar. Ils lui remettent trois plumes ; une de légèreté, l’autre de lumière et l’autre de bonté…

La dédicace de l’auteur
Je chantais depuis des années, la chanson de Barbara qui s’appelle « Le sommeil » dans laquelle elle raconte un rêve…
« Ne m’éveillez pas…Il neige des plumes d’oiseaux de Lune ».
Un jour, j’ai eu envie d’approcher son rêve. Je me suis demandé où vivaient ces oiseaux, qui ils étaient et quel était le pouvoir de leurs plumes.
Et j’ai inventé cette histoire qui se termine par cette phrase :
« Et dans le ciel de Russie, cette nuit-là, il neigea des plumes d’oiseaux de Lune ».

Je suis heureuse de ce lien de poésie et d’imaginaire avec Barbara, la dame brune qui un jour, quand elle habitait encore cette terre a eu la gentillesse de me téléphoner pour m’encourager à écrire.

Cette histoire a été publiée en Novembre, le mois de sortie de tous ses disques.
Je sais que Barbara est là, dans les pages mauves de ce bel album.
Cette histoire dit que « La méchanceté naît de la souffrance et que le souffle de la bonté peut tout transformer. »
Comme Aliocha, le héros de l’histoire, Barbara a pris la route,toute sa vie, avec comme seuls bagages, ses chansons, qui comme des plumes d’oiseaux de Lune avaient le pouvoir d’ouvrir la porte de nos coeurs pour y faire entrer la lumière…

Agnès Bertron-Martin

Editeur : Père castor Flammarion

Novembre 2005

Album à partir de 4 ans

Lu en 2012