Rentrée Littéraire 2022, Le Château des trompe-l’œil de Christophe Bigot

1837, baie du Mont Saint-Michel. Le jeune Baptiste Rivière est convoqué au château d’Escreuil pour s’y faire dicter les dernières volontés de la propriétaire des lieux. Mais à son arrivée, le personnel se ligue pour lui interdire l’accès à sa chambre : Langlois, diabolique intendant du domaine, le vieux Simon, qui semble plus qu’un ordinaire jardinier, et même Séverine, la femme de chambre dont Baptiste cherche pourtant à se faire une alliée.
Pourquoi la baronne d’Escreuil se cache-t-elle ? Qui est vraiment cette ancienne comédienne, veuve d’un aristocrate guillotiné sous la Terreur ? Bravant les mises en garde, Baptiste s’aventure dans les plus sombres recoins du domaine. Mais les apparences sont trompeuses, et en cherchant la baronne, c’est sa propre vérité que Baptiste va devoir affronter.
Jouant sur les codes du conte gothique, du roman historique et du récit d’apprentissage pour mieux les subvertir, Le Château des trompe-l’œil offre une plongée vertigineuse et haletante dans les gouffres du passé et de l’âme humaine.
L’auteur : Christophe Bigot est professeur de lettres et écrivain. Son premier roman L’Archange et le procureur, paru chez Gallimard, a reçu cinq récompenses dont le Prix Mottart de l’Académie française. Ses romans explorent sa passion pour la révolution française et le XIXe siècle.

Dans le cadre du Challenge NetGalley, j’ai pu lire en avant-première ce livre  » Le Château des trompe-l’œil de Christophe Bigot .Je remercie NetGalley et les Éditions de La Martinière pour l’envoi de ce livre numérique. Je n’aurai certainement pas lu ce livre si ce n’était pas un challenge, d’élargir ses lectures proposé par NetGalley

Le roman débute dans la baie du Mont-Saint-Michel, en 1837, un jeune homme, clerc de notaire, Baptiste Rivière se présente au château d’ Escreuil. Il vient estimer les livres et les collections d’œuvres d’art se trouvant dans la bibliothèque, ainsi que le mobilier Il doit évaluer et constituer le testament de la Baronne. Elle vit dans ce lieu mais il n’a pas encore fait sa connaissance.

L’atmosphère est bizarre, personne ne semble enclin à présenter la Baronne qui ne quitte pas sa chambre. Elle serait souffrante depuis des années. Baptiste va même s’aventurer la nuit dans les couloirs pour tenter de l’apercevoir. Mais en vain.. Il se sent comme emprisonné dans ce château. Petit à petit nous allons apprendre l’histoire du château et de sa propriétaire avant, pendant et après la Révolution en suivant l’enquête que Baptiste essaie de mener.

Je ne suis pas une habituée de ce genre de roman gothique. Et pourtant je me suis prise au jeu . J’ai apprécié les illustrations qui accompagnent le texte. Elles sont de Yohann Propin et reflètent très bien l’ambiance de cette histoire. Des illustrations crayonnées sont intégrées au cœur du roman, et donnent une atmosphère encore plus lugubre.

Le vocabulaire, parfois cru sans être vulgaire, n’est pas destiné à tout public, ainsi que le contenu du roman.

Nous sentons peu à peu que ce château a de lourds secrets et peut-être est-il hanté ? L’histoire nous dévoile peu à peu si nos interrogations sont justifiées ou non ? Les personnages se révèlent peu à peu, ils ont pour beaucoup une double personnalité . Baptiste qui ose s’aventurer dans les couloirs sombres du château, se trouve confronté à lui-même. Le Château des trompe-l’œil offre une plongée vertigineuse et haletante dans les gouffres du passé et de l’âme humaine.

Ce roman est à la fois un conte gothique et un roman historique. j’ai aimé l’intrigue et le concept historique. Je trouve que le titre est approprié , car le contenu est empli de faux-semblants et de trompe l’œil.

Je ne peux pas tout dévoiler, mais vous devrez attendre avant de pouvoir vous procurer ce livre car il ne sort que le 26 aout 2022.

Le Château des trompe-l’œil de Christophe Bigot – Éditions de la Martinière – Parution ; 26/08/2022

EAN : 9791040110422

A propos de l’auteur ;

Christophe Bigot est un enseignant et écrivain français. Né en 1976, ce normalien est également titulaire d’une agrégation de lettres. Fasciné par la Révolution française, il y consacra deux de ses romans.

En parallèle de son œuvre littéraire, Christophe Bigot exerce le métier d’enseignant dans un premier temps à Caen avant de rejoindre Paris.

« L’Archange et le Procureur » a reçu le Prix Mottart de l’Académie Française en 2008, le prix La Fayette, le prix des lycéens de la ville de Caen, le prix Océanes du roman d’histoire et d’aventures de la ville du Havre et le prix Jeune Talent de la ville de Saint-Germain-en-Laye.

Challenge Thrillers et Polars chez Sharon du 12 juillet 2022 au 11 juillet 2023 – Lecture N 3

Loin de mon ordinateur !

Cette semaine fut « loin de mon ordinateur « . J’avais programmé quelques billets afin de faire une coupure. Cela fait du bien de se « déconnecter » un peu …

Je suis allée écouter un groupe que je ne connaissais pas , Les Grandes bouches, groupe Toulousain

Issus des collectifs toulousains Motivés (Membres fondateurs du groupe Motivés et arrangeurs de la chanson titre de l’album) et 100 % Collègues ils ne sont que quatre, mais sonnent comme vingt.
Ce  »plus petit big band du monde” nous livre un chant polyphonique et militant à la vitalité contagieuse !

J’ai pu ensuite voir une drôle de machine déambuler dans les rues , La Batt Mobile de la Troupe Nomad Men

Des machines hautes en poésie, avec des mélanges de matériaux, mélange des cultures.

Look de vieux tracteurs, de vieilles bécanes ou d’insectes, elles évoquent un univers fantastique tout le droit sorti de bandes dessinées ou de films de science-fiction. 

Un subtil mélange d’acier rouillé, de dentelles, de couleurs et de lampes de grand-mère leur donnent tout leur charme et nous plongent dans le souvenir des intérieurs d’antan.

Ces machines à pédales hors du commun naissent dans l’atelier de la compagnie et prennent vie sous les yeux du public lors de nos prestations à travers l’Europe.( Source )

Le 14 juillet dans la soirée, une autre de ces machines était présentée.

Canicule sanglante de Pierre Guinot-Delery

D’abord il y a un emballement du thermomètre qui culmine maintenant à presque 43 degrés le jour et se maintient à 25 ou 26 degrés la nuit. Impossible de trouver le sommeil dans cette atmosphère moite et pesante.

La ville de Caen suffoque sous l’effet d’un épisode caniculaire. Un matin, le corps du vice-président de la chambre de commerce, et chef d’entreprise est retrouvé mort devant le palais de justice. La victime a souffert, elle n’a pas été torturée, mais a souffert d’un manque d’eau pendant 48h puis a été tuée.

Le commandant Marion Metayer et son équipe sont chargés de l’enquête. elle a peu de moyen pour effectuer cette enquête et surtout peu d’homme . Comme si un meurtre ne suffisait pas, voici un deuxième corps, quatre jours plus tard, celui d’un sénateur. Que se passe-t-il à Caen ? Les esprits s’échauffent. Avec ce deuxième meurtre, des effectifs supplémentaires sont accordés. Les meurtres vont-ils se succéder ? Tous les moyens et toutes les pistes vont être exploitées pour les résoudre. Un seul homme a commis ces meurtres avec une même arme.

Marion est sur le qui-vive, cette jeune femme aux nuits tourmentées, ne sait plus à qui se fier. Elle pense souvent à son père, ancien policier, atteint de la maladie d’Alzheimer, qui ne peut plus l’aider. Elle doit mener à bien cette enquête.

Écrit dans un style agréable, l’enquête est bien menée, avec des rebondissements. Chaque chapitre débute avec un petit tableau jour, heure, température pour nous indiquer la canicule du jour. J’ai suivi avec intérêt les protagonistes. Quelques passages de texte sont écrits en italique pour transmettre les pensées du tueur.

Un bon moment de lecture

—————————————————————-

L’auteur ; Né en 1949, il vit sa retraite en Normandie, Pierre Guinot-Deléry a effectué toute sa carrière dans la haute fonction publique dont la direction générale des services à la mairie de Paris. Il a aussi exercé pendant 12 ans dans le corps préfectoral. Il a notamment été préfet de police à Lyon et préfet du département du Lot. Il est l’auteur de 8 ouvrages (essais et fictions). Canicule sanglante est son deuxième polar.

Canicule sanglante – Pierre Guinot-Delery – Éditions de la Gronde – 07/02/2022 –

EAN : 9791097052232 – 264 pages

————————————————————————–

Quatrième de couverture :

Le réchauffement climatique augmente-t-il les risques de passages à l’acte meurtriers ?
La ville de Caen suffoque sous l’effet d’un épisode caniculaire d’une intensité inédite. Dans cette lourde atmosphère assortie de graves perturbations de la production d’électricité, l’assassinat à quatre jours d’intervalle d’un chef d’entreprise en vue, puis d’un sénateur, sème parmi la population locale un émoi considérable qui s’étend à tout le pays.
L’enquête est confiée à Marion Métayer, commandant de police judiciaire. Avec son équipe, elle doit à la fois supporter des températures extrêmes, contenir les pressions politiques dont elle est l’objet et trouver les raisons qui poussent un tueur déterminé à poursuivre sa vendetta jusqu’au bout.
Avertissement : L’atmosphère de Canicule sanglante n’épargnera ni les frissons ni les sueurs froides au lecteur, plongé dans une ambiance implacable où chacun défend sa part de pouvoir…

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°22 ]

Les sanglots longs des violons de l’automne de Michel Ruffin

Le titre du roman historique de Michel Ruffin ne vous est peut-être pas totalement étranger. En effet, « Les sanglots longs des violons de l’automne », est une phrase tirée de l’un des poèmes les plus célèbres de Paul Verlaine, Chanson d’automne. Ils ont servi, en 1944, à annoncer… le Débarquement en Normandie

Ce roman débute en février 1940, à Caen, où de nombreux quartiers ont été détruits. L’auteur raconte les bombardements et surtout ceux de la ville de Caen. Un enfant Lucien, alias Lulu échappe aux bombes.

Il y avait des bombardements jour et nuit, sans cesse : ceux des Américains, les ripostes des Allemands… C’était l’enfer total !

Il va traverser la Normandie pour retrouver des membres de sa famille. Il chapardera pour pouvoir survivre. On va le voir grandir au fil des pages. Bien souvent, il devra fuir pour échapper à des mauvaises situations.

De petit garçon, il est devenu adulte. Il n’oubliera pas les années passées.

Par ce livre, l’auteur rend hommage à ces victimes, et en particulier à son frère. Il ne souhaite pas que tous les faits passés pendant la guerre tombent dans l’oubli. Cette histoire n’est pas seulement sortie de l’imagination de l’auteur, mais elle s’appuie sur des faits historiques.

Ce fut une agréable lecture.

Michel Ruffin EAN : 9782490742264
370 pages
Éditeur : L.B.S (23/03/2021)

Quatrième de couverture :

Un gamin livré à lui-même va vivre l’Occupation puis l’enfer du débarquement sur la côte normande. Il perdra tout, à commencer par sa famille et ses amis. L’apocalypse durera plus de deux mois. C’est un enfer que va connaître la population et la ville sera dévastée. Ce sera ensuite la longue errance de l’orphelin à travers une Normandie en ruines. Ce voyage sans objet, si ce n’est celui de la survie, va le conduire à des situations dramatiques et extraordinaires.

Alberède et le roi de Claire Ruelle

Ce livre clôt une trilogie, mais peut se lire indépendamment.

Alberède est la fille d’un seigneur normand et d’une noble saxonne, elle a épousé Hugues de Montmirel, vassal de l’Évêque don de Bayeux. Elle accueille le roi, avec tout le faste qui lui est dû.Hugues est parti en 1096 à la première croisade, en compagnie de Robert Courteheuse, fils de Guillaume le Conquérant et duc de Normandie. Il ne reviendra pas..

De nombreuses batailles se livrent en ces temps moyenâgeux.

Alberède prend le pouvoir, elle combat aux côtés des hommes. Elle est très avant-gardiste, elle s’impose. Elle est aussi très féministe, elle ne supporte pas qu’une femme soit dévalorisée. Une femme doit recevoir le même salaire qu’un homme pour la même tâche.

Elle est souvent placée au premier plan, chevauchant sur les routes. Elle brave les batailles lors de la prise de Bayeux ou autre endroit prestigieux. Le roi aimerait qu’Alberède accepte de l’épouser. Elle ne le souhaite pas, elle ne veut pas être dans l’ombre du roi, ou soumise. Elle est une femme libre et souhaite le rester pour le moment. Elle lui indique une autre solution, le roi l’acceptera -t-il ou non ?

Claire Ruelle retrace la vie de l’époque, nous entraîne à voyager dans ce temps du Moyen-Age. Le fil historique est authentique. Il gravite autour d’Alberède des personnages imaginaires. Un glossaire est indiqué en fin de livre.

Je ne regrette pas ma lecture, j’ai juste été perturbée par les nombreux noms. Ce livre est dans la sélection du Prix Reine Mathilde 2021.

Alberède et le roi – Claire Ruelle – Éditions Corlet – ISBN : 9782847067415

Le pèlerinage d’Overlord de Francis La Carbona

Le titre est évocateur de l’histoire qui va se dérouler en Normandie.

Le mois d’Avril est sur le point de tirer sa révérence , tout le village est poisseux d’une humidité ambiante qui s’insinue partout, donnant la sensation, que l’hiver ne cédera pas sa place.

L’anniversaire du D-Day approche , ce jour mémorable où deux êtres vont se rencontrer, ou plus exactement se retrouver, Barbara, infirmière et Matthias, le soldat. Ils se sont déjà vus mais ne se reconnaissent pas. Ils ont combattu chacun à leur façon. Ils se confient peu à peu, se dévoilent et évoquent ces années de guerre. Matthias, le blessé et Barbara qui l’a soigné , sans savoir qui il était .

C’était la destinée de tous ceux qui se sont rencontrés le temps d’une blessure.

Les émotions affluent, 40 années ont passé. L’amour s’était invité mais la guerre avait séparé ces deux êtres.

La guerre est là, elle est la toile de fond du récit. Les faits de guerre sont relatés à petite dose. La peur, la résistance sont présentes. L’écriture est riche, un vocabulaire adapté, une poésie omniprésente dans les mots. Les mots sont choisis, l’écriture est maîtrisée. Les recherches historiques sont fondées.

Je fus agréablement surprise, j’ai aimé ce livre. Je l’ai lu en peu de temps en numérique, puis suis revenue sur la version « papier ». Je me suis imprégnée des mots. J’ai arpenté les rues de Colleville- Montgomery, ressenti la joie et la peine aux côtés de Barbara et de Matthias.

Ce livre est sélectionné, il est en lice pour être le Prix Reine Mathilde 2021. Il sera lu par le comité de lecture.

Le pelerinage d’Overlord – Francis La Carbona – 5sens éditions – ISBN : 9782889492398

Quatrième de couverture :

1984, dans le petit village bas-normand de Colleville-Montgomery, une succession de circonstances réunit une femme et un homme qui ont eu vingt ans pendant le deuxième conflit mondial. Quarante ans ont passé depuis le D-Day, Barbara et Matthias vont s’immerger dans “leur” guerre à l’occasion de la première célébration internationale du Jour le plus long. Commence alors un vertigineux plongeon dans une tranche d’existence où se côtoyaient les abnégations, les trahisons, les amours ; les résistances et les renoncements aussi. Comme tous ceux qui en ont réchappé, ils ont pris des virages et des directions qu’ils n’avaient pas prévus. Empêtré à jamais dans son secret, le bien vieux Baptiste va être l’involontaire cheville ouvrière d’une extravagance du destin. Quelque chose comme l’appendice d’une histoire mise entre parenthèses pendant quatre décennies.

Les battements d’elles de Annie Pétrel – Mathieu

Milly vit à Paris. Elle est une petite main de l’atelier Flou de l’Opéra Garnier. Comme dans une maison de haute couture, elle confectionne les tutus pour le prochain ballet. Avec ses aiguilles, elle fait des entrechats du bout de ses doigts, surtout depuis sa rencontre avec Noé…
Marah vit à Honfleur et travaille au musée Eugène Boudin. A quelques mois de son mariage, un tableau découvert dans la galerie de peinture de son grand-père va venir tout bouleverser… Deux histoires que rien ne semble relier et pourtant…

_________________________________________________________

Que dire de ce livre, c’est ma première rencontre avec cet auteur. Je fus ensorcelée par la poésie de ses mots. Ils sont douceurs, ils s’harmonisent avec les couleurs, les couleurs des fleurs du jardin, les couleurs des toiles peintes.

J’ai aimé suivre le cheminement de vie de Marah, retrouver avec elle, les souvenirs de son grand-père aujourd’hui disparu. J’ai parcouru les rues de Honfleur à ses côtés.

«  En rentrant chez moi, je fais un détour sur le port de Honfleur. Sur le Vieux bassin, étrange miroir inversé, les maisons étroites et le ciel regardent leurs reflets. Ses eaux accueillent les façades bigarrées, elles ont pris les couleurs animées, éclatantes des bateaux. Il y flotte du rouge, du gris, du beige au milieu du bleu. Couleurs changeantes au fil des heures, ce paysage d’eau se redessine, se décline à l’infini. »

©Claude

De nombreuses références littéraires parsèment le livre, j’ai trouvé cela agréable d’associer l’histoire racontée dans le temps. Des personnages, tel Van Gogh, Emma Livry se glissent entre les lignes.

Vraiment ce fut un bon moment de lecture.

Les battements d’elles – Annie Petrel – Mathieu – éditeur A&H  – ISBN 9791085857624

Les loups et l’agneau de Christophe Dubourg

Parution aux éditions Ravet-Anceau en aout 2017

1981. Borg traque inlassablement sa princesse. Il a l’espoir de trouver en de très jeunes filles la pureté et l’innocence auxquelles il aspire tant. Mais, invariablement, ses proies le déçoivent. Surgit alors Slavko, son double diabolique. Lui se charge du sale boulot. Pour multiplier les chances de trouver une véritable princesse, Borg décide de gagner une grande ville : Caen. C’est là que son destin croise celui de Jean. L’homme est un ancien mercenaire aguerri rongé par les fantômes de son passé. Sa nouvelle cible ? Robert Chevallier. L’homme est marié et père d’Alice, huit ans et demi. En acceptant ce contrat, le tueur d’élite ne se doutait pas qu’à son tour, il deviendrait une proie.

(Source : Ravet-Anceau – Pages : 192 – ISBN : 9782359736533 – Prix : 14,00 €)

 

Un synopsis alléchant,  Borg est obsédé, il veut trouver sa princesse. Mais ce jour-là  tout bascule, il ne va pas se contenter d’une enfant, il emmène avec lui, son père, une prostituée et un inconnu. L’inconnu se prénomme Jean, il avait une mission précise. Toutes ces personnes se retrouvent prisonnières. Elles seront des victimes, les proies de Borg et de son double Slavko.

L’horreur est à chaque page, la brutalité de Borg est réelle. On est au cœur du drame qui se joue. Les personnages évoluent dans des lieux sordides, où la promiscuité des rats, de cadavres renforcent l’insécurité.

« Alice patauge dans un gros tuyau, une canalisation. Ce n’est pas normal, elle le sait. L’eau croupie laisse place à un mélange fétide comme en grande partie de déjections et d’un tas de déchets qu’elle n’identifie pas. »

L’auteur a su manier les mots, faire monter la tension chez le lecteur. Il joue avec le huis-clos . Il crée un univers angoissant, où personne n’aimerait y être . C’est noir, c’est humide.

L’ambiance est glauque, mais on n’a qu’une hâte : arriver à la fin du livre et savoir qui est la proie et le prédateur.

Christophe Dubourg signe là son premier roman. Je recommande vivement ce roman.

Lu dans le cadre du challenge de Sharon