L’Estrange Malaventure de Mirella de Flore Vesco

Moyen Age. Les rats ont envahi la paisible bourgade d’Hamelin. Vous croyez connaître cette histoire par coeur ? Vous savez qu’un joueur de flûte va arriver, noyer les rats en musique, puis les enfants d’Hamelin ? Oubliez ces sornettes : la véritable histoire est bien pire, et c’est grâce à Mirella, une jeune fille de 15 ans, qu’on l’a enfin compris. Jusqu’ici, elle passait inaperçue en ville – qui s’intéresserait à une porteuse d’eau, à une crève-la-faim, une enfant trouvée ? Seulement voilà, Mirella a un don ignoré de tous : elle voit ce que personne d’autre ne voit. Par exemple, elle a bien repéré ce beau jeune homme en noir, qui murmure à l’oreille de ceux qui vont mourir de la peste… Et ça lui donne une sacrée longueur d’avance. Y compris sur le plus célèbre dératiseur de tous les temps.

⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔

Vous avez reconnu le thème de ce livre, Flore Vesco revisite le conte  des frères Grimm, « Le joueur de flûte de Hamelin ». Rappelez-vous dans ce conte là,  les rats envahissent la ville de Hamelin et répandent la peste. Un mystérieux joueur de flûte les envoutera par sa musique et les entraîne hors de la ville . Il provoque leur noyade dans une rivière.

Flore Vesco donne vie à une jeune adolescente, Mirella à la chevelure flamboyante, on ne sait pas d’où elle vient. Elle a été élevée dans un orphelinat, et survit en tant que porteuse d’eau. Mirella est une incarnation de la féminité, de la liberté et de l’émancipation. Elle sait se débrouiller, elle n’hésite pas à cacher sa chevelure pour ne pas être la proie d’hommes peu respectueux.

Laissez les jeunes filles danser et, parées ou dévoilées, circuler dans la cité, ou bien il pourrait vous en coûter. Suivez les enfants inconscients, qui jamais ne doutent, n’hésitent ni ne tremblent. Et méfiez-vous des contes. Qui sait, derrière ces badines historiettes, quelles terribles vérités sont cachées ?

Flore Vesco écrit sur ce pan d’histoire médiévale , elle a su se fondre dans cette époque, grâce au langage qu’elle s’est approprié . Elle mélange des mots de son invention à du vieux français

Les rats prolifèrent , la peste se répand. Mirella se découvre d’étranges pouvoirs. Elle semble avoir des capacités que d’autres non pas.Elle va devoir surmonter sa peur et elle seule perçoit l’émissaire de la Mort.. Elle l’affrontera pour protéger sa ville .

A toute cette histoire se mêle l’histoire des maladies contagieuses, telles que la peste, la lèpre au XIII siècle. J’ai aimé cette maslaventure , je me suis laissée emportée par l’histoire. Le début est un peu chaotique, il faut s’habituer aux mots employés. Flore Vesco a réécrit ce conte avec brio et humour, humour noir parfois.

Ce livre s’adresse aux ado, mais peut être lu par les adultes.

D’autres lectures de cet auteur: 226 bébés  

Louis-Pasteur contre les Loups-Garous

L’estrange Malaventure de Mirella de Flore Vesco – EAN : 9782211301558
Éditeur : L’École des loisirs (17/04/2019)

La nuit des béguines de Aline Kiner

Mes lectures sont diversifiées, ce roman historique fut un moment de plaisir. Nous sommes au Moyen-Age. J’ai découvert un Paris différent, une communauté qui est le béguinage.Celle-ci est voulue et créée par Saint Louis pour les femmes seules et honnêtes chrétiennes, aisées ou nécessiteuses, désirant vivre tranquillement en communauté laïque.

Au cœur du Marais, ces femmes étaient sous la protection du roi. Elles formaient une communauté travaillant, étudiant, qui n’était ni religieuse, ni laïc.  La jeune Maheut va être recueillie par la doyenne des béguines, Isabel. Maheut fuit sa famille, elle a subi un mariage forcé, et ne veut plus vivre avec son mari.

Le franciscain Humbert recherche Maheut, pour la ramener à son mari. Facilement repérable, Maheut est rousse. Elle devra redoubler de prudence lors de ses sorties du béguinage.

A cette même époque,  Marguerite Porette est  accusée de sorcellerie par les évêques. Elle a écrit  » le miroir des âmes simples « , qui ne fut pas compris  des religieux de l’époque. le livre sera détruit à l’exception de quelques rares exemplaires. Elle est donc soupçonnée d’hérésie et brûlée vive.

Avec une trame romancée, Aline Kiner nous plonge au cœur du Moyen-Age. Ce livre repose sur une documentation précise. L’univers de ces femmes est rude mais aussi peut être empreint de douceur.

 

La nuit des béguines_ Aline Kiner – éditeur ; Liana -Levi – 24/08/2017

Les pierres vives d’ Anne Guglielmetti

003928446Voilà un nouveau roman, je dois dire que ma lecture fut longue. Cela m’arrive aussi de ne pas  « accroché  » à un livre. Tel fut le cas. Je l’ai fini, mais ce fut long. Il est rare que j’abandonne la lecture.

L’auteur écrit bien, nous sommes dans une période du Moyen-Age, en Normandie. Un jeune orphelin a été recueilli dans une abbaye. Ses talents artistiques semblent lui prédestiner une carrière de moine copiste. Certains événements l’éloignent de la vie monacale.

Il va donc  quitter l’abbaye et diriger ses pas vers l’ Italie.

« Dans ce roman initiatique qui convoque un Moyen Âge où tout est signe et mystère, où une nature encore enchantée fait le siège des représentations humaines, où le religieux cohabite avec la superstition et les pratiques magiques, Anne Guglielmetti fait entrer un très lointain passé en intense résonance avec nos sociétés contemporaines au sein desquelles toutes les demeures, de l’homme ou de ses croyances, restent constamment à bâtir. »

ISBN 978-2-330-06066-4
prix indicatif : 21, 00€