Récapitulatif du Mois Anglais

Retrouvez toutes les chroniques chez Lou et Titine ;

Ici, cliquez sur les photos, pour avoir les liens.

 

 

 

Mon mois Anglais s’arrête ce jour, place aux vacances qui vont m’emmener ailleurs. J’ai programmé les poésies de juillet, je viendrai déposer mes chroniques.

Merci à  Lou  de m’avoir invitée à participer à ce Mois Anglais, j’ai découvert des auteurs, des peintres, des poétes. J’ai apprécié la musique de ce pays. Je renouvellerai mon Mois Anglais.

 

 

 

Une étude en rouge de Conan Doyle

Ce Mois Anglais m’ a permis de découvrir le premier livre de Conan Doyle, cet auteur est  écossais.  L’histoire se passe à Londres.

Ce livre a été écrit en 1887, il narre la rencontre de Sherlock Holmes et du célèbre Dr. Watson. Ils s’installeront tous les deux au 221, Baker Street.

Holmes est appelé par deux confrères de Scotland  Yard sur une bien étrange affaire. Il va donc enquêter officieusement. Un homme, Drebber est retrouvé mort dans une maison abandonnée. Il ne semble pas y avoir eu de lutte. Une inscription laissée sur le mur , un mot écrit avec du sang, laisse Holmes perplexe. Un deuxième homme, Stangerson, à l’hôtel Halliday, baigne dans son sang. Ces deux hommes étaient -ils liés ? Sherlock  découvrira avant tout le monde l’auteur de ces crimes.

Ces crimes nous transportent dans un autre lieu. Drebber et Stangerson étaient des Mormons, en provenance de Salt Lake City dans l’Utah, et qu’ils ont été tués par vengeance. Pourquoi ? Comment ? Vous le découvrirez en lisant cette première aventure de Sherlock Holmes qui se déroule en trois jours !

Une bien agréable lecture, qui va m’inciter à lire d’autres enquêtes de Sherlock Holmes.

 

Le Mois Anglais ; Pierre Lapin de Beatrix Potter

Un petit album de Beatrix Potter qui est née à Londres en 1866 et elle a eu l’enfance conventionnelle et protégée d’une fille de l’époque victorienne, dans une belle et riche demeure bourgeoise.
Ce n’est qu’en 1902, à l’âge de trente-six ans, que Beatrix Potter a commencé sa carrière d’auteur et d’illustratrice de livres pour enfants grâce à la publication de Pierre Lapin, d’abord à compte d’auteur, puis par les éditions Frederick Warne. Le public a tout de suite été conquis et Beatrix a sorti en moyenne deux livres par an, jusqu’en 1910.( source, ici )

 

Un tout petit album, 10×15, pour partager les aventures de » Pierre Lapin ». Il est courageux ce petit, il aime jouer avec ses frères « Flopsaut, Trotsaut et Queuedecoton ». Il est surtout désobéissant. Il n’a pas écouté les recommandations de sa maman, de ne pas s’aventurer dans le jardin de Monsieur MacGregor. Elle ne voulait pas qu’il finisse comme son père.

Pierre Lapin n’en fit qu’à sa tête. Il a été glané quelques légumes dans le jardin. Et là, Monsieur MacGregor jardinait, une course poursuite s’ensuivit. Le Lapin en perdit ses vêtements, et rentra à la maison bien fatigué.

De bien jolies aquarelles sont parsemées dans les pages. leur transparence rend sensibles la rondeur des ventres des petits lapins.Beatrix Potter a aussi travaillé son texte pour qu’il soit simple.et direct.

Pierre Lapin – Beatrix Potter _ Gallimard Jeunesse – ISBN :9782070549818

Le Mois Anglais, le Lundi, c’est poésie !

Elizabeth Barrett Browning, née le 6 mars 1806 à Coxhoe Hall, dans le comté de Durham, et morte le 29 juin 1861 à Florence, est une poétesse, essayiste et pamphlétaire anglaise de l’ère victorienne. ( wikipédia)

Aurora Leigh (1856)

« Books, books, books!

I had found the secret of a garret room

Piled high with cases in my father’s name;

Piled high, packed large, – where, creeping in and out

Among the giant fossils of my past,

Like some small nimble mouse between the ribs

Of a mastodon, I nibbled here and there

At this or that box, pulling through the gap,

In heats of terror, haste, victorious joy,

The first book first. And how I felt it beat

Under my pillow, in the morning’s dark,

An hour before the sun would let me read! »

 

Musique du Mois Anglais

Lors de la lecture du « chant de l’assassin », de nombreuses références sont citées.

L’auteur J.R.Ellory est aussi membre d’un groupe musical:  Les Whiskey Poets

Le grand ménage de Emily Gravett

Connaissez-vous Benoît ? C’est un blaireau, il a une particularité, il est très maniaque. Il nettoie, il astique, il frotte tout. Il veut que tout soit en ordre, et même dans la forêt. Il en fait un peu trop.

L’automne arrive, les feuilles tombent, notre blaireau prend une décision radicale ..

Je vous laisse deviner la suite.

Cet album délivre un beau message, respectueux vis-à-vis de la biodiversité, des fantaisies des saisons qu’il nous faut bien accepter, des explications simples pour sensibiliser les jeunes à l’environnement.

Emily Gravett est née à Brighton en 1972, est une auteure et illustratrice britannique.

Agnès Grey de Anne Bronté

Je connaissais l’écriture de Emily, Charlotte. Grâce à ce Mois Anglais, j’ai découvert « Agnès Grey » de Anne Bronté.

Elle a peu écrit. Elle est morte jeune à 29 ans , emportée par la tuberculose.

Ce roman est comme un journal, le récit quotidien d’une gouvernante, fille de pasteur, Agnès Grey décide de gagner sa vie en devenant gouvernante. Elle fut placée, d’abord au service de la famille Bloomfield à Wellwood House. Elle trouve ensuite un poste chez les Murray à Horton Lodge, Elle a parfois du mal à s’imposer face aux enfants gâtés, ou aux parents indifférents. Elle comprend vite que la richesse et l’aisance ne riment pas avec une bonne éducation.

Ses différents postes nous montrent la société dans laquelle elle vivait, les mœurs de l’époque. Chez les Murray, elle fait la connaissance d’Edward Weston, le vicaire, qui lui plaît beaucoup.

Anne Bronté a elle aussi , était gouvernante. Elle a retranscrit ses proppres émotions dans ce roman. Elle y évoque aussi la religion, la mort prématurée des jeunes, les enfants terribles où la gouvernante est traitée comme une simple domestique. Elle traite de la séparation des époux.

Elle vante les bienfaits de la poésie, en lire ou en décrire peut soulager les maux de cœur.

L’écriture d’Anne Bronté est différente de celle de ses sœurs, j’ai aimé son style également.

 

Le Mois Anglais, le Lundi c’est poésie !

Christina Rossetti (1830-1894) est désormais reconnue comme l’une des voix poétiques majeures du siècle victorien. Poète énigmatique dont la multiplicité des interprétations révèle le caractère indéchiffrable, Rossetti multiplie les voix, les personnages et les postures tout en préservant un flou contextuel qu’elle reproduit dans son attitude face au processus éditorial : ses rééditions, modifications, déplacements, découpages et auto-traductions nient le concept même de version définitive. Chantre de la religion anglicane, poète préraphaélite, auteur de comptines,

Echo

Viens à moi dans le silence de la nuit ;
Viens dans le silence éloquent d’un rêve ;
Viens, les joues rondes et douces, les yeux étincelants
Comme un ruisseau ensoleillé ;
Reviens en pleurs,
O souvenir, espoir, amour d’années révolues.

O rêve si doux, trop doux, trop doux-amer,
Dont le réveil aurait dû se produire au Paradis
Où des âmes comblées d’amour vivent et se rencontrent,
Où des yeux assoiffés de désir
Observent la porte qui, doucement,
Laisse entrer pour ne plus laisser sortir.

Pourtant, reviens-moi en rêve, que je revive
Ma vie bien que mortellement transie :
Reviens-moi en rêve, que je rende
Pulsation pour pulsation, souffle pour souffle :
Baisse la voix, penche-toi bien,
Comme il y a longtemps, mon amour, bien longtemps.

Echo

Come to me in the silence of the night ;
Come in the speaking silence of a dream ;
Come with soft rounded cheeks and eyes as bright
As sunlight on a stream ;
Come back in tears,
O memory, hope, love of finished years.

Oh dream how sweet, too sweet, too bitter sweet,
Whose wakening should have been in Paradise,
Where souls brimfull of love abide and meet ;
Where thirsting longing eyes
Watch the slow door
That opening, letting in, lets out no more.

Yet come to me in dreams, that I may live
My very life again tho’ cold in death :
Come back to me in dreams, that I may give
Pulse for pulse, breath for breath :
Speak low, lean low,
As long ago, my love, how long ago.

(Goblin Market and Other Poems, 1862.)

Musique du Mois Anglais

Dans le « chant de l’assassin », de nombreuses musiques sont évoquées, puisque Evan et Henri sont tous les deux musiciens.Ils possèdent tous deux de solides références musicales et nombres d’artistes sont cités.

Bon dimanche !!