Des vagues de Isabelle Simler

51582« Seul, calme, tiède, mon corps s’allonge. Quand…
un POISSON AIGUILLE pique le bout de mon orteil »

Au fil des pages, de nombreux poissons viennent à la découverte de l’enfant, des étoiles de mer  s’étirent dans ses mains, des anémones se mêlent à ses cheveux. Autour de lui, les méduses s’éloignent, une baleine à bosse l’entraîne tout au fond. Quand il remonte à la surface, il n’y a plus rien.

« ils ont tous disparus dans les plis de mon lit »

C’est un grand album, tout en douceur, avec peu de texte, laissant la place aux animaux marins.les illustrations envahissent les doubles-pages dans des teintes splendides. Les couleurs riches et flamboyantes contrastent avec les espaces blancs représentant le corps de l’enfant et le bleu  de l’océan.

Tous les animaux représentés sont repris sur les pages de garde avec leurs noms latins. Les textes, tout en délicatesse, se lisent comme une berceuse.

815U5P6RPiL

 

Auteur et Illustrateur : Isabelle Simler

Editions Courtes et Longues

ISBN:978-2352901341

Format : 33,1 x 1,1 x 23,6 cm

 

Souffrances de la mer de Margot Roisin

DSCN0044Mer, ô ma mer,

Quels vents sauront rassasier ce monstre immense, épancher cette soif de certitude ?

Qui sait quels géants pourront combler le gouffre et refermer ces plaies qui zèbrent le royaume inquiétant aux éternelles nuits marines ?

Le soleil fidèle qui se lève en toi du crépuscule jusqu’à l’aube, lui même est impuissant à calmer tes grondements incertains et menaçants,

Comme si tes douleurs passées t’avaient rendue moins noble.

Mais elles sont comme cette petite tâche de confiture que l’enfant, en voulant la cacher, étale sur toute sa figure et la manche de son t-shirt : certains maux sont trop liquides, et s’étendent comme des boues, on ne peut les garder réellement rien que pour soi. Te voilà sable mouvant, emportant l’autre toujours un peu plus vers soi.

Pour délivrer certaines douleurs, il faut parfois accepter de les relâcher dans le monde.

Margot Roisin

 

Les yeux de l’Amaryllis de Natalie Babbit

url

« Quelle étrange couverture, dévoilant une tête, dans la mer ! »

 

Ce n’est seulement qu’une tête en bois sculptée, qui s’est détachée d’un bateau échoué..

Depuis la perte de son mari, la grand-mère de Jenny, Geneviève descend chaque jour sur la plage. Son mari était capitaine de l’ Amaryllis, il a disparu en mer. Elle attend un signe .

La mer, étrange compagne, Jenny et Geneviève arpentent la plage. Elles se retrouvent dans un autre monde, un monde où tout est possible. La mer n’est pas ce que l’on croyait

Ce roman initiatique est fascinant et étrange comme peut l’être la mer.

 

Auteur :Natalie Babbit – Editeur :Gallimard jeunesse- Collection : Folio junior – Février 2003 – Roman à partir de 11 ans .

Lu en 2015

Sables mouvants de Jacques Prévert

DSCN1069

Sables Mouvants

Démons et merveilles
Vents et marées
Au loin déjà la mer s’est retirée
Et toi
Comme une algue doucement caressée par le vent
Dans les sables du lit tu remues en rêvant
Démons et merveilles
Vents et marées
Au loin déjà la mer s’est retirée
Mais dans tes yeux entrouverts
Deux petites vagues sont restées
Démons et merveilles
Vents et marées
Deux petites vagues pour me noyer.

Extrait de « Paroles »

Jacques PRÉVERT

1900-1977

 

 

 

La mer selon Lila de Laurence Bourguignon

chat

Lila est une petite chatte, elle rêve de voir la mer. Son père lui dessine, lui peint  la mer. Cela ne suffit pas à Lila, elle est de plus en plus triste. Elle veut la mer, jouer dans le sable, manger une glace.

Son père décide alors de prendre son vélo, son matériel de peinture et ils partent tous les deux à la mer. Lila la voit enfin. Ils achètent une glace à la marchande qui est là, puis s’installent sur le sable. Lila veut jouer avec les mouettes. Les mouettes s’envolent..

De belles illustrations tendres qui regorgent de détails, une complicité père/fille est relatée dans cet album.

Les thèmes de la peinture, de la mer, de l’art sont abordés avec beaucoup de simplicité.

 

La mer selon Lila – Laurence Bourguignon – illustrations ; Andreï Arinouchkine -Editions Mijade –
Parution: 2006 – dès 4 ans – ISBN:9782871425649 – ( lu en mai 2015 )

Mer de Boris Sentenac

12347823_10207854450577144_1374577102863193064_nMer

Berceau des lumières, du jour et de la nuit, tu t’en fais parure dans le langage de ta danse incessante. De quel rayon de caractère t’inspires – tu pour te faire soleil ? Tu te fais brûlure de vie en arguant de réponses aveuglantes. De quel éclat de caractère t’inspires – tu pour te faire lune ? Tu te fais possessive des couleurs en hurlant protéger les rêves.

Ventre des secrets de l’essentiel, tu permets d’être à tes enfants fidèles tandis que tu es noyade pour les fils des aventuriers des terres qui t’ont quittés. Tu es caméléon du ciel en souvenir de l’audace de leur rêves et tolérante à leurs caresses sur ta surface.

Belle négociatrice, accepte les rivages. Ne te fais pas ogre du monde après en avoir été la mère. Admets, pour que perdurent tous les amours, que si nous ne sommes chacun que matelot à l’origine de tes tempêtes, à l’origine de nos manques nous devenons capitaine.

Boris Sentenac

La photo est personnelle-