Entre deux mondes d’Olivier Norek

Titre : Entre deux mondes 
Auteur : Olivier Norek
Édition : Michel Lafon (05/10/2017) – ISBN :  978-2749932262

Un nouveau roman policier d’Olivier Norek, il a quitté la banlieue parisienne , pour Calais. Il nous propose là  un documentaire bien réel et non pas une fiction. Il nous parle de migrants qui vivent, ou plutôt qui survivent dans la Jungle de Calais, juste avant son démantèlement.

Adam est arrivé à Calais, il vient d’un pays en guerre . Il cherche sa femme et sa fille  qui auraient dû se trouver là avant lui . Il assiste à un crime et son instinct de flic revient. Il défend pour ne pas sombrer. Il demande de l’aide à Bastien, flic français lui qui connaît cette zone de non-droit et les terreurs qu’elle engendre.

Oliver Norek nous décrit l’impensable, l’inimaginable dans notre monde. capable de tout , du pire comme du meilleur. . L’auteur a concocté une intrigue effrayante, mais aussi passionnante.Le lecteur est malmené, des scènes terribles sont dévoilées. On ne sort pas indemne d’une telle lecture.

J’ai aimé les personnages de Bastien et d’Adam, qui sont deux flics ayant des émotions vives, qui se complètent et se respectent dans leurs faits.

Pour avoir vu lors de mes allées et venues en Grand-Bretagne, des migrants qui cherchent par tous les moyens à s’accrocher aux camions pour un éventuel passage, on imagine leur vécu dans la Jungle comme un véritable calvaire.

4° de couverture

Fuyant un régime sanguinaire et un pays en guerre, Adam a envoyé sa femme Nora et sa fille Maya à six mille kilomètres de là, dans un endroit où elles devraient l’attendre en sécurité. Il les rejoindra bientôt, et ils organiseront leur avenir.
Mais arrivé là-bas, il ne les trouve pas. Ce qu’il découvre, en revanche, c’est un monde entre deux mondes pour damnés de la Terre entre deux vies. Dans cet univers sans loi, aucune police n’ose mettre les pieds.
Un assassin va profiter de cette situation.
Dès le premier crime, Adam décide d’intervenir. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il est flic, et que face à l’espoir qui s’amenuise de revoir un jour Nora et Maya, cette enquête est le seul moyen pour lui de ne pas devenir fou.
Bastien est un policier français. Il connaît cette zone de non-droit et les terreurs qu’elle engendre. Mais lorsque Adam, ce flic étranger, lui demande son aide, le temps est venu pour lui d’ouvrir les yeux sur la réalité et de faire un choix, quitte à se mettre en danger.

Ma participation au challenge polar chez Sharon :

 

 

Publicités

Guide des égarés de Jean D’Ormesson

Quatrième de couverture :

Nous ne savons ni pourquoi nous sommes nés ni ce que nous devenons après la mort. Nous sommes tous des égarés.
C’est à la question : « Qu’est-ce que je fais là ? » que s’efforce de répondre ce manuel de poche qui n’a pas d’autre ambition que de décrire avec audace, avec naïveté, avec gaieté ce monde peu vraisemblable où nous avons été jetés malgré nous et de fournir vaille que vaille quelques brèves indications sur les moyens d’en tirer à la fois un peu de plaisir et, s’il se peut, de hauteur.

 

Il emprunte le titre à à Maimonide, philosophe et médecin juif né à Cordoue au temps de Philippe Auguste.

En une centaine de pages, Jean D’Ormesson se livre . Des thèmes divers et variés, chers à l’auteur, sont abordés ici.  la vie, mais aussi de la mort : de l’air à la science, du plaisir à la joie, de la justice à l’amour, il dresse les réflexions d’un homme qui s’est longuement penché sur ces questions.  Il évoque de nombreux auteurs, tels Descartes, Sartre, Spinoza.
Ce livre nous fait réfléchir sur ces grands thèmes.

« Entrer dans ce monde est un mystère. En sortir est un mystère. Et l’entre-deux que nous appelons la vie est encore un mystère. »

J’ai trouvé dans ce livre une certaine mélancolie, et le dernier chapitre est consacré à Dieu.

« 
 Dieu est un mystère lumineux qui prend sur lui tous et toutes les souffrances des hommes pour les changer en  espérances ».

Mémoires secrets d’un valet de cœur de Brigitte Aubert

Présentation de l’éditeur :

Paris, 1910. La ravissante Dédée, née André vingt ans plus tôt, officie dans le très huppé et fort discret hôtel Sélignac, claque pour messieurs qui apprécient les travestis. Tout roule pour ces « dames », à l’abri des violences du monde extérieur grâce à des protections en haut lieu, jusqu’au jour où l’on découvre l’une d’elles la gorge tranchée, émasculée.

« Dédée se souvient, elle a quatre vingt deux ans, elle écoute Sardou et se souvient de sa belle époque. »

La belle époque, dans les années 1910, ce n’était pas le temps où l’on évoquait les travestis, et pourtant ils vivent aussi. Dédée était née homme, et assumait pleinement sa nouvelle identité. Dans la maison de passe où elle vit, la peur est là, de nombreux meurtres ont lieu. Chaque personne retrouvée morte a sur elle une médaille. Ce ne sont pas seulement des personnes connues qui disparaissent mais aussi des travestis. Dédée va mener l’enquête, elle se renseigne auprès du commissaire qui est aussi son « client ».

Un univers peu exploité en littérature, l’écriture de Brigitte Aubert est familière, facile à lire.

Nous retrouvons la vie de cette époque, à travers des célébrités tels que Colette, Loti, Marcel Proust.

J’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire, puis peu à peu je me suis adaptée aux faits. C’est le livre d’une époque.

 

Ce livre participe au challenge chez Sharon

Ô Pulchérie de Nathalie Sauvagnac

 

Déserté peu à peu par ses habitants, le village de Saint-Eloi dépérit. Un beau jour arrivent Sylviane et Norbert, les amoureux marginaux, qui prennent possession de la maison de la Morte. Leur arrivée va réveiller la petite communauté vieillissante. Norbert fait une cuisine divine et Sylviane fait des enfants. Pour qu’ils ne s’enfuient pas, le village tout entier prend en charge la famille, la protège du monde extérieur. Pulchérie rebelle et sensuelle, Martian malade des autres, Nicomède indomptable et fragile, Albiane éternelle enfant qui parle avec les morts, sont les enfants sauvages et asociaux de la famille Lecoeur. La vie s’écoule, à l’abri de la maison. Jusqu’au jour où Pulchérie se met en tête de gagner le concours de majorettes local. Tout Saint-Eloi se mobilise pour que la jeune fille réalise son rêve. Et c’est alors que les murs de la maison commencent à s’effriter…

 

Ö Pulchérie !!! Mais c’est tout un roman…

Les parents de Pulchérie ont « atterri »dans un petit village, qui semblait endormi. L’arrivée de la famille Lecoeur fut comme un tsunami pour les habitants . Ils se sont mis à les chouchouter, pour surtout qu’ils ne partent pas. Ce village est surtout peuplé de gens âgés, la jeunesse n’y reste pas.

Quand Pulchérie est née «  les rues s’étaient ornées de lampions et autres guirlandes ».

La vie s’installe, les enfants naissent les uns après les autres dans cette famille, un peu spéciale. Sylviane, la mère  donne la vie , et ensuite  ignore sa progéniture.  Pulchérie est l’aînée, elle s’occupe de tout. Elle idéalise sa mère, elle fait tout pour lui ressembler. Sa vie est faîte de sexe et d’amour.Les autres enfants subissent le manque d’amour maternel.

Pulchérie veut devenir célèbre, elle va apprendre à manier le bâton, mais pas n’importe lequel, celui de majorette.

« Comme elle l’avait rêvé tant de fois, ses jambes fuselées et sa jupe très courte faisaient taire les hommes et bruisser les femmes. »

Elle va être joyeuse, puis déçue, mais toujours prête à tout pour réaliser ses rêves.

Y aura-t-il une suite ?

Je n’en raconterai pas plus. Lisez , c’est un baume de bonheur, un peu déjanté parfois !!

Derrière toutes ces lignes, l’auteur a mis en lumière la famille, une famille qui rejette ses responsabilités. Les enfants sont livrés à eux-même. On en voit le résultat. N’est-ce pas une mise en garde pour notre époque actuelle ?

J’ai retrouvé avec plaisir la plume de Nathalie, que je suis depuis un an, sur son blog. Nous avons participé au même MOOC et partagé nos difficultés rencontrées au cours des différents exercices.

 

Merci aux Editions Denoël pour l’envoi de ce livre.

Premier roman, édité par

  • Parution : 01 février 2018
  • Prix editeur : 17€00
  • Pages : 157
  • ISBN :9782207140734

Le grand marin de Catherine Poulain

Une vie de femme peu ordinaire , une femme qui rêve de s’embarquer sur un bateau de pêche. Elle va cohabiter avec des hommes, des marins. Ces hommes , ils pêchent, ils dorment, ils travaillent , accostent sur un port de pêche, prennent une cuite et repartent vers la même vie routinière. Lili est là ,Lili a quitté Manosque-les-Plateaux, Manosque-les-Couteaux, sa France natale, elle veut connaître la liberté, elle veut l’Alaska, elle veut pêcher  elle embarque sur le « Rebel ». Elle va devoir faire sa place, seule femme à bord. Elle va devoir se faire accepter, mener son travail malgré des blessures, une côte cassée, une arête de poisson dans la main, surtout ne pas se plaindre.

Mais ce livre ouvre les yeux sur cette vie qu’on ne soupçonne pas à bord d’un bateau de pêche. Malgré leur rudesse, ces hommes ont un cœur d’or. Ils sont d’une sensibilité, vous la découvrirez en lisant ce livre.

J’ai aimé l’écriture de Catherine Poulain, la musique de ses mots, la musique de la mer. On sait que Catherine Poulain nous livre ici sa propre vie, elle est Lili. Je l’ai lu très vite, déçue de devoir le quitter.

ISBN : 2757864475
Éditeur : Points (06/04/2017)

existe en format numérique.

Point cardinal de Leonor de Recondo #RL2017

 « combien de temps pour être soi-même ? « 

Laurent est marié avec Solange, père de deux enfants, Thomas et Claire. Une famille normale, mais Laurent sent qu’il n’en peut plus. Laurent sent au fond de lui qu’il est une femme. Parfois, il se transforme en femme, robe, perruque..il devient Mathilda , il se cache aux yeux des siens. Mais un jour, il décide d’aller au-delà de franchir une étape, d’avouer aux siens, qu’il ne veut plus être un homme, il veut répondre à la demande de son corps et devenir femme.

Léonor de Recondor livre le combat de Laurent, qui deviendra Lauren. Les émotions , tant chez Lauren que dans sa famille sont dévoilées avec beaucoup de sensibilité.

 

« La peau de Lauren, Solange veut la parcourir afin de ne pas oublier sa texture. Elles se sont couchées et sont maintenant front contre front, les yeux fermés. Je ne veux pas oublier celui que tu as été. Je t’ai caressé pendant des années sans y penser. Maintenant, tu es ici et ailleurs. »

 

C’est un sujet troublant qui est traité avec beaucoup de pudeur, j’ai aimé l’écriture de Léonor de Recondo. J’ai été bouleversée par les mots et l’écriture de l’auteur, sans jugement, juste des mots pour appréhender cette transformation.

Un livre que je recommande vivement.

Léonor de Récondo, Point cardinal, Sabine Wespieser, aout 2017, 232 pages, ISBN ;  2848052260 , 20 euros 

La musique du livre :

Le bruit du silence de Léa Wiazemsky

            Laure est venue chercher ses toiles dans la maison familiale, et malgré le temps , elle ne restera pas. Il neige dru. Elle ne peut pas rester, son père, François vit ici, et il l’ignore.

Laure quitte la maison familiale, malgré le froid et la neige. Quelques kilométres plus loin, la voiture dérape. Il ne reste qu’une solution, retourner à la maison.

« Je ne veux pas y retourner, je ne peux pas. J’ai peur de sa réaction, peur de son regard sur moi. Ce regard qui me blesse chaque fois, qui me fait me sentir si nulle…si petite « 

Laure reprend ses esprits et se dirige vers la maison. Simone l’accueillera, elle qui est toujours là, elle veille sur lui et sur la maison. Simone la serre dans ses bras, et son père lui lance sa colère au visage. Et là, Simone n’y tenant plus, réagit. François s’enfuit dans le jardin.

Que se passe -t-il donc dans cette maison ? comment des êtres qui devraient être si proches, laissent-ils la haine les envahir? Quel est ce mal qui régit François ?

Un secret de famille , mais quand sera – t- il dévoilé ? François va enfin puiser la force qu’il a en lui pour laisser éclater la vérité. Et là ses sentiments , pour sa fille Laure, n’en seront que plus forts.

Je suis tombée sous le charme de l’écriture de Léa Wiazemsky, ce huis-clos familial est fort, il est très riche en émotions. C’est un livre qui se lit vite , mais il ne s’oublie pas.

Léa Wiazemsky

ISBN : 2749929059
Éditeur : Michel Lafon  (02/02/2017)
 
Léa Wiazemsky,  est française, romancière et comédienne.
Léa participe à l’Atelier Blanche Salant avant de suivre de 2001 à 2004 les cours de l’école d’art dramatique fondée par Jean Périmony. Non seulement actrice au cinéma (« Eden à l’ouest », 2009), elle joue dans plusieurs pièces de théâtre, on la voit également dans de nombreux téléfilms (« Louis XV, le Soleil noir, 2009).En 2015, elle prend la plume pour raconter la rencontre aussi bouleversante qu’inattendue entre une jeune femme un peu perdue et un vieil homme solitaire: « Le vieux qui déjeunait seul », un premier roman touchant, salué par la critique.En 2017, elle nous revient avec son second roman, « Le bruit du silence »