Archives de tags | littérature française

Seules les bêtes de Colin Niel

ob_bec1af_seules-les-betesSeules les bêtes

Colin Niel

Rouergue noir – 2017

214 pages

 

 

 

Un polar aux allures étranges, l’héroïne de ce polar est la solitude. Cette solitude qui sévit dans ce milieu rural des Causses. Ces Causses où souffle le vent, dans cette campagne où un jour une femme disparaît, sa voiture abandonnée à l’entrée d’un chemin. Evelyne Ducat , épouse sans histoire d’un riche homme d’affaires , n’est pas revenue de sa randonnée.

L’auteur met en scène cinq personnages qui vont tour à tour se livrer, faire part de leurs émotions où surgit toujours la solitude. Alice, l’assistante sociale qui visite les agriculteurs, pour leur apporter un peu d’aide. Mais qui elle se désespère, car son couple se meurt. Joseph qui vit au milieu de ses brebis, qui accepte la visite d’Alice, car depuis la mort de sa mère, il vit seul.. Maribé, la petite parisienne qui recherche l’amour. Le mari d’ Alice, Michel qui s’octroie  des heures de liberté, seul après son travail à la ferme. Et cet autre inconnu d’Afrique, qui est -il ? vous l’avez bien sûr vu, sur la couverture du livre ?

Mais la solitude les ronge tous, au milieu de ces Causses. L’auteur insiste sur ces petites vies qui survivent malgré tout avec peu de bien.

On ferait n’importe quoi, pour aimer et être aimé.

Un livre poignant à lire.

Je l’ai lu en numérique , emprunté sur la BdC.

Je continue le challenge polar, chez Sharon.

 

Publicités

Tout pour plaire de Ingrid Desjours

Tout pour plaire  

Ingrid Desjours

Thriller

Éditeur : Robert Laffont – 2014

ISBN : 9782221145944 

 

 

 

Après » la prunelle de ses yeux », j’ai voulu lire de nouveau cet auteur et j’ai choisi celui-ci.

Un thriller psychologique, vous aimez ? vous êtes au bon endroit, laissez vous porter par cette histoire. Non, vous ne devinerez pas le coupable.

David est un coach au succès fou,  belle situation, belle femme  belle maison, belle vie. Deborah est une jolie jeune femme, réservée et dévouée à son mari.Tout est sous contrôle .Cela fait rêver, mais ne vous y méprenez pas, il y a l’envers du décor.

Le frère de David, Nicolas, vient perturber ce bel édifice. Lui , il est le mauvais démon . Sa femme a disparu, et il vient  se réfugier chez son frère avec sa petite fille. David et Nicolas ne se sont pas vus depuis des années. Ce n’est pas avec joie que David accepte son frère.

Sacha, un commissaire de police va se charger de la disparition de la femme de Nicolas.

Tous les personnages principaux de ce thriller psychologique sont en place, maintenant, Ingrid Desjours n’a plus qu’à les faire jouer à sa manière. Cela sera une descente aux enfers pour chacun d’eux.

L’auteur maîtrise et ensorcelle le lecteur, je ne m’attendais pas à un tel dénouement.

Ingrid Desjours : Née en 1976,  est psychologue spécialisée en psycho-criminologie. Après avoir pratiqué en Belgique auprès de criminels sexuels, elle se consacre aujourd’hui à l’écriture romanesque et scénaristique. Elle a déjà publié Echo et Potens (Plon, 2009 et 2010) remarqués et plébiscités par la presse et le public. Elle publie aussi sous le nom de Myra Eljundir, elle a écrit la série Kaleb.

De nouveau une participation au challenge Polar de Sharon

.

La mue de l’assassin de Dorothée Lizion

 

La mue de l’assassin

Dorothée Lizion

Les Nouveaux Auteurs

Janvier 2017

ISBN: 978-2819504351

 

 

Imaginez, vous vous réveillez dans un lit d’hôpital, et vous ne savez plus qui vous êtes, un homme  ou une femme , Florian ou Flora ? vous ne vous souvenez plus de rien . Il vous semblait que vous étiez un homme, mais que cachent ces bandages? et ce corps poignardé  au pied du lit  dans une camionnette ? Vite, se sortir d’ici, et partir dans la forêt. La personne va être recueillie par Maddie, qui est guérisseuse.

Cathy, drôle de personnage, major de la gendarmerie va mener l’enquête, afin de découvrir qui est cet homme  tué dans la camionnette, et cette femme brûlée retrouvée non loin.

L’histoire va graviter autour de plusieurs personnages, le thème est original, et bien traité. L’écriture est agréable. Le lecteur est happé par l’histoire et a envie de découvrir la suite , qui est Flora ou Florian ? et pourquoi ce changement d’identité ? Si vous jetez un coup d’oeil sur la formation de l’auteur, vous pouvez supposer que les scènes sont décrites avec minutie au moins tout ce qui a un rapport avec le corps humain.

 

A propos de l’auteur 

Dorothée Lizion est née en 1973 dans l’Orne. Amatrice de cinéma, romans à suspense, polars, elle s’imagine scénariste, metteur en scène ou conceptrice d’effets spéciaux… Finalement, elle choisit l’étiopathie pour son autre passion qui est l’anatomie du corps humain.
Après 6 ans d’études à la faculté de Paris, elle ouvre son cabinet à Falaise (14) et achève un doctorat en 2000.
Parallèlement, elle donne des cours de clinique vasculaire à Rennes, organise des stages de dissection, et s’intéresse aux sciences légales, à la criminologie, ainsi qu’à l’histoire de la médecine.
L’attrait permanent pour l’étude du corps humain et le roman noir conduit irrémédiablement Dorothée à la réalisation. Un scénario se profile, elle cède au désir de l’écrire…
A son actif, 4 thrillers et de nombreux prix littéraires.

Ce livre lu depuis un mois, n’avait pas été chroniqué. Il sera donc dans le challenge du Polar organisé par Sharon :

 

Code 93 de Olivier Norek

 

 

Code 93

Olivier Norek

Editions Pocket -2014

ISBN :9782266249157

 

 

 

Je viens de finir ce thriller, j’ai aimé retrouver Victor Coste, rencontré dans une lecture précédente dans «  Surtensions ».

L’équipe du capitaine Coste est lancée sur une drôle d’affaire ; un mort « vivant » sur la table d’autopsie, et un corps carbonisé. Voilà de quoi tenir en haleine le lecteur pendant quelques pages avant de découvrir l’auteur ou les auteurs de ces faits.

Coste reçoit des lettres anonymes évoquant le fameux Code 93…Lettres qui vont l’entraîner sur des chemins un peu plus personnels…L’auteur est policier dans le 93. Code 93 est son premier roman. La réalité dépasse parfois la fiction. Le lecteur est complètement immergé dans l’action. L’équipe de Coste est soudée, et parfois ce flic ne mâche pas ses mots.

Les personnages décrits sont des personnalités variées et crédibles, on peut les apprécier ou non, en tout cas, elles ne laissent pas indifférentes.

Un livre qui incite à ouvrir les yeux sur le monde qui nous entoure.

Participation au Challenge proposé par Sharon

 

 

 

Summer de Monica Sabolo

Je remercie NetGalley et les Editions JC Lattés pour ce partenariat .

 

Summer

Monica Sabolo 

JC Lattés

Littérature Générale

Publication : 2 août 2017

 

 

Dans mes rêves, il y a toujours le lac .

Summer , prénom d’une jeune fille qui un jour, sur les bords du lac Léman disparaît. Où est-elle ? que lui est-il arrivé ? Sa famille ne sait pas ,  les recherches de la police restent vaines.

Comment vit-on avec l’absence de sa sœur, Benjamin ne vit plus. Cette disparition le hante. Il est suivi par un psychiatre, il se remémore la vie avec elle. Comment peut-on survivre à un tel bouleversement ?

Un roman  met en scène la vision d’un adolescent face à la perte de sa sœur.

L’auteur place en avant la non-communication de la famille, les secrets cachés, et ensuite les informations non dévoilées. Une oeuvre poignante, où les questions se multiplient, et le mal être de Benjamin dérange.

J’ai eu du mal à me plonger dans l’histoire, car je ne m’attendais pas à ce contenu. Puis peu à peu des éléments  nouveaux m’ont incitée à poursuivre ma lecture. Un revirement de situation permet de finir le livre sur une note positive.

Ce livre, je l’ai lu en numérique. Il sortira en août 2017.

Monica Sabolo, née en 1971, est française, d’origine italienne. Elle est journaliste.

Ce qui se dit la nuit de Elsa Roch

Amaury Marsac, commissaire du 36, doit se mettre au vert. Il rejoint donc sa terre natale , le Berry, terre de brume et de traditions. Nous allons suivre cet homme tout au long d’une semaine. Il a besoin de repos, il se traîne dans cette vie parisienne, et il est pourchassé par ses démons. Alors, là dans sa terre natale, il va pouvoir se ressourcer, retrouver son amour de jeunesse, Elsa et sa sœur Manon.

Lors de son arrivée, il apprend qu’un drame vient de se produire, Marianne a été tuée. Marianne, celle qui a tant veillé sur lui, pour qui il éprouve une tendresse sans faille. Que s’est-il passé ? il va alors se joindre à l’enquête, son intrusion n’est pas la bienvenue dans l’équipe en charge de l’affaire. Marianne, la sorcière , qui connait tout sur les plantes, qui a osé porter la main sur elle. Dans ce petit village, tout se sait, chacun a sa version des faits.

Des incidents inhabituels se produisent , on crie à la malédiction.

Elsa Roch nous conte une terre pleine de poésie, avec ses habitants au grand cœur , des hommes et des femmes vivent avec leurs coutumes, avec leurs traditions ancestrales. Et parmi ceux-là, cette Marianne, sorcière qui a été assassinée, mais même les sorcières peuvent avoir une fin tragique.

J’ai pris du plaisir à lire ce roman policier, et je le recommande à ceux qui aiment les « polars » sans trop de violence, disons plutôt « soft ».

titre : Ce qui se dit la nuit 

Auteur : Elsa Roch

Editeur : Calman Levy – 2017

ISBN :9782702160923

Existe en format numérique.

 

Elsa Roch écrit depuis son enfance, de la poésie d’abord. À l’adolescence, une rencontre change sa vie, celle de Salomé, 3 ans, une petite fille autiste dont elle s’occupe pendant tout son temps libre. C’est ainsi que naît sa première vocation, et qu’elle devient psy, avec pour spécialisation les troubles autistiques, ceux de l’adolescence, et les addictions. Parallèlement elle écrit toujours, mais se sent à l’étroit désormais en poésie, car elle veut explorer une à une les failles de l’être humain, différemment… La découverte de Lehane, James Lee Burke, Fred Vargas… est un déclic. Désormais elle écrira des polars. « Ce monde est le mien. Il concentre tout. La vie, l’amour, la mort ». Elle vit près de Grenoble.

 

 

Tout en écrivant son livre, elle a écouté Philippe Léotard en boucle.

 

J’ai oublié de préciser que ce livre participait aussi au challenge de Sharon logopolarssharon1:

logopolarssharon2

La délicatesse du homard de Laure Manel

J’ai sollicité ce livre car son titre  m’a intriguée, j’ai voulu en savoir plus. Je ne regrette pas mon choix. Si vous avez envie d’évasion, de beaux paysages, de bols d’air, de bruit des vagues, laissez-vous tenter et lisez le.Je remercie NetGalley ainsi que les Éditions Michel Lafon pour l’envoi de ce livre numérique.

Un voyage littéraire au cœur de la Bretagne où deux êtres se rencontrent. Une femme s’échoue sur une plage, un homme , François la recueille et l’emmène chez lui. Il dirige un centre équestre. Qui est-elle ? que fait-elle ? Il ne sait pas. Elle dit juste qu’elle se nomme Elsa.

L’écriture de Laure Manel est douce, agréable à lire, j’ai été bercée par ses mots.

Les deux personnages principaux sont attachants. On découvre au fil des pages leurs lourds secrets respectifs, dans une Bretagne enchanteresse.Ils vivent repliés sur eux-mêmes. L’auteur dévoile peu à peu le passé d’Elsa et celui de François, tout ceci avec délicatesse. Elle alterne les chapitres où chacun d’eux nous partage ses sentiments, ses ressentis.  Un endroit où la foi en l’être humain et les deuxièmes chances sont des règles et non des exceptions.

Petit à petit Elsa et François s’apprivoisent peu à peu .

Une région mise à l’honneur, un haras, des personnages attachants, un livre qu’on n’a pas envie de quitter.Un livre qui met un peu de douceur dans le monde où nous vivons.

Un roman tout en sensibilité, qui fait du bien. Et un auteur que j’ai hâte de retrouver dans une prochaine lecture !

La délicatesse du homard – Laure Manel – Editions Michel Lafon – ISBN : 9782749933054