Hotel du grand cerf de Franz Bartelt

Connaissez-vous Reugny, c’est un petit village au cœur des Ardennes. Depuis cinquante ans, un mystère plane, la célèbre artiste Rosa Gulingen y a trouvé la mort à l’Hôtel du Grand Cerf. Elle fut retrouvée noyée dans sa baignoire. Suicide, assassinat, la police avait conclu à une mort accidentelle.

Nicolas Tèque, journaliste a décidé de remonter le temps et mène sa propre enquête. Après son arrivée un meurtre est commis, puis un second. Pour élucider ses crimes on fait appel au commissaire Vertigo Kulbertus, un personnage gargantuesque. Les villageois préfèrent régler leurs affaires entre eux. Une jeune fille disparaît, la  fille de l’hôtelière . Cette nouvelle met le village sens dessus dessous. un autre homme est assassiné.

Toutes ces affaires sont-elles liées ?

L’auteur manie l’humour noir, il y a un côté burlesque. L’auteur décline un hommage indirect à  Simenon et Hitchock.1

Franz Bartelt, Hôtel du Grand Cerf, Seuil, Cadre Noir. 2017. 346 p.

Ce livre participe au  challenge de Sharon

 

.

 

 

 

Publicité

Du feu de l’enfer de Sire Cedric

C’est avec ce livre que je découvre Sire Cedric, je dois dire que je fus happée par le récit malgré l’histoire terrifiante . Ce thriller, où la barbarie est reine, amène le lecteur dans de nombreux rebondissements.

Le sujet traite du milieu des sectes sataniques, des rassemblements un peu spéciaux pour des hommes de pouvoir. Ce sujet est associé à la vie de deux êtres, un frère, Ariel et une sœur, Manon aux personnalités différentes. Manon aime son frère, mais il a le don de se mettre dans des situations qu’elle n’apprécie pas du tout. Mais elle fera tout pour l’aider, même de mettre sa vie en danger. Ce thriller est addictif, vous le commencez et vous ne pouvez pas le lâcher.

Le suspens est garanti, l’auteur sait distiller quelques indices, et de faire éclater la vérité à la fin du livre qui est spectaculaire.

 

4° de couverture

Manon maquille les cadavres, Ariel maquille les voitures. Elle est thanatopractrice, il est délinquant. Ils sont frère et sœur. Un jour, l’une des combines d’Ariel tourne mal et Manon se retrouve complice malgré elle.

Lorsque les assassinats les plus sordides s’accumulent autour d’eux, traçant un jeu de piste sanglant vers une secte satanique, le capitaine Raynal s’intéresse à leur cas. Commence alors une traque qui brouillera les limites entre alliés et prédateurs et mettra à l’épreuve les liens du sang.

Du feu de l’enfer-Sire Cédric – Éditeur : Presses de la cité – Sortie : 09 mars 2017 – ISBN 9782258115699

Ce livre participe au challenge de Sharon :

 

Sharko de Franck Thilliez

Parution aux éditions Fleuve en mai 2017

Eux, c’est Lucie Henebelle et Franck Sharko, flics aux 36 quai des Orfèvres, unis à la ville comme à la scène, parents de deux petits garçons.

Lucie n’a pas eu le choix : en dehors de toute procédure légale, dans une cave perdue en banlieue sud de Paris, elle a tué un homme. Que Franck ignore pourquoi elle se trouvait là à ce moment précis importe peu : pour protéger Lucie, il a maquillé la scène de crime. Une scène désormais digne d’être confiée au 36, car l’homme abattu n’avait semble-t-il rien d’un citoyen ordinaire et il a fallu lui inventer une mort à sa mesure.

Lucie, Franck et leur équipe vont donc récupérer l’enquête et s’enfoncer dans les brumes de plus en plus épaisses de la noirceur humaine. Cette enquête autour du meurtre qu’à deux ils ont commis pourrait bien sonner le glas de leur intégrité, de leur équilibre, et souffler comme un château de cartes le fragile édifice qu’ils s’étaient efforcés de bâtir.

(Source : Fleuve – Pages : 576 – ISBN : 9782265115590 – Prix : 21,90 )

Dans cet opus, une fois n’est pas coutume, nous connaissons le nom d’un tueur, ou plutôt une tueuse, et celle-ci n’est pas inconnue des services de police. Il s’agit de Lucie Hennebelle. « Elle avait pénétré chez quelqu’un en pleine nuit et tué avec son arme de service. »
« Flic ou pas, aux yeux de la loi, elle avait commis un homicide. »

Qui a t-elle tué ? Julien Ramirez, un homme qui a déjà été condamné pour agression et tentative de viol.

Elle appelle Sharko, complices de tous les jours, au travail comme à la maison. Ils ont construit ensemble leur vie et ont deux enfants. Sharko ne veut pas que ce bel édifice s’effondre. Il va « maquiller » le crime afin d’épargner Lucie. Il veut surtout récupérer l’enquête afin de préserver au mieux sa compagne.

Mais ils ne sont pas seuls au 36 à être compétents. Nicolas se doute de quelque chose, il mène sa propre enquête. Il risque parfois même de se compromettre.

L’auteur nous présente un roman fort documenté . Il nous parle de la peur. La peur , une émotion que tout être humain possède. Dans ce monde décrit par Thilliez, certaines personnes n’éprouvent plus de peur. Pourquoi ? et sans peur, on peut tout faire?

Alors qu’au début, l’enquête est très portée sur l’ésotérisme, la sorcellerie ou le satanisme. Le roman revient rapidement à une trame scientifique . Son thème principal, c’est cette fois le sang.  Ce sang si convoité, transfusion, groupe sanguin, don du sang, sang contaminé …

« Il y a un rapport très fort au sang dans notre enquête, mais on n’arrive pas à comprendre lequel. »

Vous allez être pris dans un engrenage , vous connaissiez le sang, mais pas présenté comme dans ce livre. Cela fait froid dans le dos. Mais nous lecteurs, nous continuons notre lecture, happés par toutes ces révélations qui sont fictions et réalités mélangées.

Et n’oublions pas notre couple, Lucie et Sharko, il faut qu’ils s’en sortent. Le rythme est infernal..

 

Malgré tout ce qu’il a pu écrire, la dernière phrase du livre est, dans la rubrique  » Remerciements  » «  Et pensez au don du sang. Un geste simple, mais surtout une expérience humaine qui sauve des vies « .

 

Ce livre participe au challenge polar