Voyage avec un âne dans les Cévennes de Robert Louis Stevenson

L’auteur souhaite traverser les Cévennes, il prépare ses bagages. Le jeune Stevenson n’est pas un grand aventurier, Son compagnon de route sera Modestine, une ânesse, qui portera son fardeau. Les débuts furent difficiles, il l’avait chargée de son bât et ses bagages . Il pestera souvent contre Modestine qui ne veut pas avancer. Il peste contre les locaux, (les Cévenols) ou contre la nuit , qui tombe trop vite.

Je vous prie de le croire, le gourdin ne demeurait point inactif. J’estime que chaque pas convenable que faisait Modestine doit m’avoir coûté au moins deux coups bien appliqués. On n’entendait d’autre bruit dans les alentours que celui de ma bastonnade infatigable. »

Peu à peu la complicité s’installe entre Robert Louis Stevenson et Modestine. Les paysages dévoilent leur beauté. Chaque soir, Stevenson relate sa journée, sur un petit cahier.L’auteur semble tombé sous le charme de la région et, vous l’imaginez, amoureux de sa compagne quadrupède. Stevenson décrit les guerres de religion sévissant dans cette région dans les années 1703.

La lecture est agréable, les lieux traversés empreints de poésie . J’ai eu l’impression de faire partie du voyage. sous la pluie, dans les sous-bois.

Robert Louis Stevenson a une plume alerte, parfois drôle.

Depuis 20 ans , une association fait la promotion de ce voyage pédestre et que tout au long du parcours emprunté par Stevenson, on voit fleurir sur les bars, boutiques ou restaurants un petit panonceau à son effigie.


On vend aussi des guides, des cartes détaillées ou des cartes postales présentant le parcours, une manière de mini chemin de Saint Jacques de Compostelle cévenol pour randonneurs amis des lettres.

Je l’ai lu en version numérique.

Voyage avec un âne dans les Cévennes de Robert Louis Stevenson.

Robert Louis Stevenson est un écrivain britannique né le 13 novembre 1850 à Édimbourg et décédé le 3 décembre 1894 dans l’archipel des Samoa. Disposant d’une santé fragile, il effectue de nombreux voyages, dont il saura s’inspirer lors de l’élaboration de ses récits comme Voyage avec un Âne dans les Cévennes (1879). Dans l’Angleterre victorienne, il devient rapidement l’un des nouvellistes et romanciers les plus réputés, notamment après l’édition de L’Île au Trésor (1883) et L’Étrange Cas du Docteur Jekyll et de M. Hyde (1886). 

Quatrième de couverture ;

Ce roman est le compte rendu à la fois nostalgique et espiègle de la randonnée qu’effectua Stevenson avec une ânesse obstinée dans les Cévennes en 1878. Tandis que l’animal réinvente, à mesure de sa fantaisie, le chemin du voyage, son maître se prend peu à peu aux joies de l’errance. Éloge de la lenteur et du goût pour l’inutile, Voyage avec un âne dans les Cévennes nous invite «à voir le monde comme une bohème non pas vraiment raffinée, mais glorifiée et pacifiée.» (Henry James)