La voleuse de robes de Nathalie Meg Evans

Un voyage s’annonce dans un monde, mais pas dans n’importe quel monde, celui de la mode, des grands couturiers. La jeune Alix est passionnée, nous sommes à l’époque des belles toilettes des années 1930, sous un fond de guerre civile espagnole, mais aussi dans un climat de tension permanente entre les différents sujets.

Alix doit retrouver du travail,  licenciée de son premier travail. Elle aime la mode, gràce à son ami Paul, elle va intégrer l’équipe du grand Javier, maître de la mode. Elle ne sera qu’une petite main, des travaux d’aiguilles harassant pour cette jeune Alix. Elle accepte toute proposition, même malhonnête afin de gagner de l’argent pour subvenir aux besoins de sa « mémé ». Elle va reproduire les dessins de Javier, afin par l’intermédiaire de Paul de les revendre.

Nous suivons pas à pas la vie d’ Alix, avec ses joies, ses peines, ses désillusions. Sa vie amoureuse est tumultueuse. Les événements du l’époque sont bien retransmis.

Je me suis attachée au personnage d’ Alix, aux robes qu’elle dessine, aux tissus qu’elle imagine, à cette époque des années 1930, si  détaillées par l’auteur Nathalie Meg Evans . Son écriture est fluide. J’ai quitté son univers avec regret, peut-être pourrait-il y avoir une suite sur le devenir d’ Alix et sur tous les non-dits ?

Je remercie NetGalley et  Nil Editions  d’avoir répondu à ma sollicitation.

La voleuse de robes- Nathalie Meg Evans – Editions Nil – 9 février 2017. 

ISBN-13: 978-2841119288

Ce livre , je l’ai lu au format numérique. Il existe aussi en version papier.