BD – La page blanche de Boulet et Pénélope Bagieu

Une jeune femme reprend ses esprits sur un banc sans se rappeler ni son nom ni ce qu’elle fait là. Menant l’enquête tant bien que mal, elle tente de retrouver la mémoire et son identité. Mais que va-t-elle découvrir ? Un passé romanesque fait de drames et de romances ou l’existence banale d’une femme ordinaire ? Et dans ce cas, saura-t-elle devenir quelqu’un après avoir été quelconque ?

Je fus tout de suite happée par cette histoire. Une jeune fille se réveille, assise sur un banc. Elle ne sait pas ce qu’elle fait là, qui est -elle ? Dans son sac, elle trouve son nom « Eloïse  » et son adresse. Mais cela ne lui dit rien . Eloïse avance dans ses recherches et ses errances au travers d’un parfum, d’un lieu ou d’un geste. Elle et ne se reconnaît pas dans ce personnage qui lui est désormais étranger.

Cette thématique est passionnante car les auteurs se servent de l’amnésie pour entamer une véritable réflexion sur l’identité et la manière dont elle se construit , conditionnée par la société et les autres.

Rythmée de courts chapitres, la reconstitution de la vie d’Eloïse prend réellement tout son sens quand justement elle se rend compte que sa vie n’en a aucun. Malgré un thème assez grave qu’est celui de l’amnésie, Boulet l’a traité avec quelques touches d’humour et de dérision. Quant au dessin de Pénélope Bagieu, il est impeccable, léger, clair, aux couleurs vives et au trait fin.

Ce fut un bon moment de lecture .


La page blanche – Boulet – Pénélope Bagieu – Delcourt /Mirages – EAN : 9782756026725 – Parution (18/01/2012)

A propos de l’auteur

Gilles Roussel, alias Boulet, est un auteur de bande dessinée. Il est né à Meaux, le 01/02/1975.

Après avoir passé quelques années aux Beaux-Arts de Dijon, il intègre l’atelier d’illustration fondé par Claude Lapointe aux Arts décoratifs de Strasbourg. Il obtient son Diplôme national supérieur d’expression plastique en 2000. Dès 1998, à la suite d’un concours de bande dessinée organisé par le festival de Sierre, il est remarqué par Zep, auteur de « Titeuf », et Jean-Claude Camano, rédacteur en chef du magazine Tchô ! qui vient d’être lancé. De 1998 à 2001, il réalise donc de nombreuses pages pour ce nouveau magazine.

En 2012, il scénarise « La Page blanche » (Delcourt) avec Pénélope Bagieu au dessin. En 2014, il illustre « Augie and the Green Knight », un ouvrage de Zach Weiner, inspiré du roman de chevalerie » Sire Gauvain et le Chevalier vert ».
En 2017, avec l’éditrice Marion Amirganian, il lance « Octopus », une collection de bandes dessinées instructives, pour les éditions Delcourt. En 2018, il publie chez Delcourt : « Bolchoi Arena » en tant que scénariste, l’album est dessiné par Aseyn.

Boulet participe en 2020 au retour de la série Donjons, signant le 7e volume « Hors des remparts » du cycle Zénith. ( source Babelio)

son blog : http://www.bouletcorp.com/

Challenge illimité des départements français et des Territoires d’Outre-Mer

Publicité

La mémoire des morts de Eric Berg

Synopsis ;

Sortie de l’hôpital partiellement amnésique, une jeune femme retourne sur les lieux de son accident. Sa sœur y a perdu la vie à ses côtés.

Sur cette petite île de la Baltique, paradis perdu de leur adolescence, elle mène l’enquête, retrouve un à un ses amis et cherche à reconstituer la bande, le clan des sept. Ils ont changé, vieilli. Et à remuer l’écume des amours enfantines, les souvenirs remontent. Tout ce qu’on a enfoui. Tout ce qu’on aurait dû oublier. La mémoire des morts.

◊ ◊ ◊◊◊ ◊

Les deux sœurs ont quitté leur île natale toutes les deux, l’une, Léa est partie vivre sa vie en Argentine et l’autre Sabrina pour l’Allemagne. Pourquoi se sont-elles retrouvées sur cette île ? Léa ne s’en souvient pas, elle est amnésique depuis cet accident qui a couté la vie à sa sœur.

Léa ne sait plus, elle essaie de se souvenir. Mais tout son univers reste flou. L’angoisse monte, que s’est-il donc passé avant l’accident? Elle retrouve des amis d’enfance, sauf un, Julian où est-il ? Julian qui a disparu en 1990, une affaire que la police n’a jamais résolue : est-il parti pour un tour du monde, comme il en avait l’intention ? A-t-il eu un accident ? S’est-il suicidé ? A-t-il été tué ? Ces amis lui disent-ils la vérité? Avec ces amis, ils se retrouvaient dans les ruines d’un « Palais ancien « . Elle a l’impression d’être ballottée d’un lieu à un autre, d’une vérité à l’autre.

Un rythme lent et long qui nous envoûte dès les premières pages. Le décor est magnifiquement bien décrit, une petite île dans la Baltique, l’île de Poel.

Sabrina travaillait dans la police, elle était venue enquêter sur l’île. Elle tentait de résoudre deux affaires, la disparition de Julian et une histoire d’acte de propriété du terrain où se trouve leur ancien terrain de jeu , le « Palais ancien ». Sabrina perd la vie dans un accident de voiture ? assassinat ou simple perte de contrôle ?

Il va y avoir de nombreux rebondissements, et des morts. L’auteur embrouille les pistes. Plusieurs thèmes sont abordés, non seulement le roman policier mais aussi l’enfance, les rêves, les amis et la communication.

 

La mémoire des morts – Eric Berg – Slatkine et Cie- Parution ;16/11/2017- ISBN : 2889440400

Eric Berg ; Né à : Königstein en Allemagne , le 29/03/1966 – Eric Berg est le pseudonyme d’Eric Walz, auteur de romans historiques.