Comme un homme de Florence Hinckel

Quatrième de couverture :

Il était parti dès qu’il avait su, mû par un instinct animal. Juste se protéger du froid, juste saisir la carabine de chasse au passage, et juste une pensée en tête.

Je vais le tuer.

———————————————————————————————————–


Les premières lignes du texte nous plongent directement dans le sujet .

Il marchait dans le froid et le vent glacial depuis deux heures déjà. C »était de la folie. La haine, la fureur et le chagrin étaient de puissants moteurs physiques qui aveuglaient les sens.

Ethan a rejoint le chalet familial, où il ne vient avec sa mère que l’été. Le chalet semble habité à cette période. Il ne savait pas. Et il voit cet homme, qu’il n’aurait jamais dû rencontrer. Il n’a qu’une idée en tête, le tuer.

Qui ? Pourquoi ? A vous de le découvrir, Florence Hinckel maîtrise bien sa plume. Elle évoque un sujet poignant, déroutant sur un sujet délicat. Il n’y a pas besoin de nombreux mots. Tout est suggéré, cela reste pudique. L’émotion gagne le lecteur au fil des pages. Des réflexions pourraient surgir, sur le sens de  » Comme un homme « .

La description de la nature , des paysages montagneux aident à la réflexion.

J’ai aimé ce texte court , 55 pages, il y a quelques jours que je l’ai fini. Comment évoquer ce livre , sans trop dévoiler son contenu. Pour l’instant , ces mots ne sont que mon ressenti sur ma lecture, je vais télécharger l’application Nathan pour avoir accès au livre audio et au livre numérique.

Court toujours – Comme un homme – Florence Hinckel – Nathan

3/50

Stabat murder de Sylvie Allouche

 Un thriller Jeunesse placé sous le signe de la musique classique

 

Le premier chapitre nous conduit tout de suite au vif du sujet. Quatre jeunes, passionnés de musique, se retrouvent tous les quatre dans une pièce noire. Ils ne se souviennent de rien, qui les a enlevés? pourquoi ? comment ?

Ces jeunes, qui sont-ils ? Ils se nomment Mia, Matthis, Sacha et Valentin, ils sont tous les quatre au Conservatoire National de musique de Paris. Ils sont à un mois du concours international. Alors, pourquoi cette disparition soudaine ? La commissaire Claire di Falco va mener l’enquête, elle sait que le temps est précieux. Elle interroge peu à peu les parents. Certains sont complètement effondrés, d’autres ne s’en soucient pas.

 

L’histoire est bien construite, l’ambiance d’un conservatoire est bien décrite, non lassante. L’auteur montre bien le temps passé pour chaque adolescent à cette passion qu’est la musique.

J’ai apprécié cette lecture destinée à des jeunes à partir de 14 ans.

Comme l’explique Sylvie Allouche, il est intéressant de noter que le titre « Stabat Murder » fait référence au morceau musical « Stabat Mater » de Pergolèse qui est une œuvre religieuse écrite en 1736 dont le premier vers en latin est « Stabat Mater dolorosa » qui se traduit par « La Mère se tenait debout , malgré la douleur ». Belle analogie qui ramène à l’attitude de toute mère qui se bat lorsque son enfant est en danger….

Je l’ai lu en version numérique.

Stabat murder-Sylvie Allouche – Syros Jeunesse -09/03/2017 – ISBN : 978-2748523409

Ce livre participe au challenge de Sharon :

 

 

 

Freak city de Kathrin Schrocke

Ce roman relate l’histoire de Mika, un jeune homme qui vit son premier chagrin d’amour, Sandra l’a quitté, s’en remettra t-il ? Un jour, il entre dans un café  » le  » Freak City « , là il fait la connaissance de Léa. Elle est jolie, intelligente et sourde. Mika découvre un monde nouveau, un monde où l’on se parle par des signes. L’envie lui prend de découvrir plus cette langue bien particulière, qui est la langue des signes.

Un roman réaliste pour les adolescents, sur leurs préoccupations du moment, la découverte de l’amour, mais aussi là sur le handicap qu’est la surdité. Comment s’intégrer , cohabiter quand l’un est « entendant  » et l’autre  sourd ? Une belle leçon de vie de ces deux adolescents est contée ici. Ce n’est pas aisée de vivre avec quelqu’un de différent.

Ce livre fut une lecture agréable où l’auteur a su donner des valeurs exactes et présenté ce handicap si souvent mal connu.

Freak City de Kathrin Schroke
Traductrice:Génia Catala
Éditeur : la joie de lire
ISBN :9782899081547

Anges de Berlin de Sylvie Deshors

deshorsberlinUne escapade à Berlin est organisée par Mary, pour elle et sa fille Solti. Elles souhaitent assister à un concert, lors de celui-ci, Mary disparaît.

Solti, dépourvue, rencontre un jeune parlant français, Nels qui se propose de l’aider à retrouver sa mère. Elle lui décrit son arrivée à Berlin, les souhaits de sa mère de venir à ce concert. Nels doit partir, mais avant il l’entraîne chez des amis punk. Ils décident d’aider Solti . Elle découvre un pan de la vie de sa mère qu’elle ne connaissait pas. Sa mère était engagée dans un groupuscule anarchiste durant sa jeunesse.

Agression, traque informatique, tous les moyens sont bons pour faire peur.  Une course poursuite se met en place pour retrouver Mary.

L’auteur sait captiver le lecteur. Le rythme est soutenu pour ce thriller politique, sur l’histoire européenne contemporaine. Ce livre traite de nombreux thèmes : l’idéal de justice et les utopies de la jeunesse, l’engagement politique, la montée des mouvements d’ extrême-droite et des violences racistes, les laissés-pour-compte de la réunification allemande.

 Anges de Berlin, Sylvie Deshors,Le Rouergue, collection doAdo Noir, 2007, 207 pages, format 12x17cm

Sylvie Deshors , née en 1957, vit à Lyon. Elle publie aux éditions du Rouergue, Thierry Magnier, Rue du Monde, elle écrit des livres où les personnages se confrontent au monde contemporain avec leur sensibilité.

Lu dans le cadre du challenge organisé par Sharon

logopolarssharon1