Le chant de l’assassin de R.J.Ellory

Evan Riggs est condamnè à perpétuité, il est derrière les barreaux depuis plus de vingt ans. Avec lui dans sa cellule, un jeune homme , Henri Quinn, qui sortira bientôt. Il a purgé sa peine. Evan confie une lettre pour sa fille Sarah. Cette fille, il ne l’a jamais connue.

« Il devait sa vie à Evan Riggs. Elle était là la vérité. Il devait sa vie à cet homme, et il ne pouvait pas faire moins en échange que tenir sa promesse. »

Henri a promis, il trouvera cette fille . Une promesse est une promesse. Il ne veut pas renoncer. Ce serment va bouleverser sa vie. Tout d’abord, il va voir sa mère, il voit qu’elle n’a pas changé, elle boit toujours autant. Il quitte ce domicile pour se rendre à Calgary.

Henri Quinn est aussi guitariste, mais n’a jamais enregistré de disque. La musique a aussi rapproché les deux hommes. Evan confie sa lettre, et lui dit qu’il peut contacter son frère à Calgary, lui saura certainement où est Sarah. Il est son tuteur.Henri pensait que ce serait vite fait. Mais dés son arrivée à Calgary, Henri va sentir qu’il n’est pas le bienvenu. Carson Riggs règne sur la ville, et en est le shérif depuis trente ans. Il nie avoir été le tuteur de Sarah, et ne sait pas où elle est.

Nous allons suivre alternativement la recherche d’Henry et l’auteur remonte le temps en nous dévoilant la vie de la famille Riggs, la relation des deux frères: Carson et Evan. Il y a un secret entre les deux frères.

C’est un roman noir, qui secrète peu à peu ses mystères entre les lignes. On devine des actes honteux et surtout des non-dits. Les personnages secondaires ont aussi un rôle important à jouer pour alléger la tournure des événements.

Un véritable coup de cœur pour moi !

Merci à NetGalley et aux éditions Sonatine pour ce partenariat.

  

Roger Jon Ellory est un auteur anglais de romans policiers et de thrillers.

 

 

 

Publicités

Atelier tricot

Que vient faire ce billet ici ?

Il est bien à sa place, j’ai débuté un atelier tricot dans la médiathèque où je travaille.

Plusieurs possibilités venir :

  • avec son tricot en cours
  • avec des aiguilles et de la laine pour s’associer à mon projet
  • apprendre à tricoter

Mon projet est de tricoter pour SOS Prema, j’ai pris contact avec l’ambassadrice de ma région, qui m’a envoyé les instructions pour réaliser cette layette particulière. Vous pouvez aussi trouver de très jolis modèles sur ce blog-là ; Thalicreations

J’ai quelques personnes qui sont venues, ma séance de tricot a lieu tous les quinze jours. Les participantes ont continué de tricoter chez elles.

Quelques photos ;

Le Mois Anglais, le château de Windsor

Avant de rejoindre notre ville jumelée, nous effectuons une halte, cette année-là ce fut au château de Windsor , il est célèbre pour son architecture et parce qu’il est l’une des résidences de la famille royale britannique.

 

Le château de Windsor occupe un vaste site de 52 000 m2, et regroupe plus de 1 000 pièces. Il mêle les caractéristiques d’une fortification, d’un palais et d’une petite ville Le château actuel est la résultante de plusieurs phases de construction dont la dernière se tint dans les années 1990 Il s’orne ainsi d’éléments médiévaux, gothiques, géorgiens, victoriens, néogothiques et modernes.

Dans les douves, des jardins ont été installés.

On découvre ainsi la Saint Georges Chapel, magnifique édifice gothique où dix souverains britanniques furent enterrés parmi lesquels Henri VIII et Charles Ier.

Ces quelques photos vous donneront peut-être envie d’en savoir plus sur ce château.

 

Alice au pays des merveilles de Lewis Caroll

Les illustrations sont de Robert Sabuda ;

Edition : Seuil Jeunesse

Illustrateur : Robert Sabuda

Traduction : Henri Parisot (extraits)

 Album Pop-up, livre jeunesse.

Date de sortie : 2 novembre 2004

Prix : 30€

Isbn : 9782020678513

Cet album est l’adaptation du livre de Lewis Caroll . Lewis Carroll (de son vrai nom Charles Lutwidge Dodgson) est romancier, essayiste, photographe et mathématicien britannique.  Professeur de mathématiques à Christ Church College à Oxford, il fut ordonné diacre de l’Église anglicane en 1861 mais ne devint jamais prêtre par la suite.En 1856, il collabore en particulier avec le magazine The Train dont le rédacteur, Edmund Yates, choisira parmi quatre pseudonymes proposés par Charles Dodgson celui de Lewis Carroll. 

« Les Aventures d’Alice au pays des merveilles » (1866) fut à l’origine écrit pour amuser Alice Liddell et ses deux sœurs, filles du doyen de Christ Church.

On publia la suite des aventures d’Alice, « De l’autre côté du miroir » parut en 1872, et « La Chasse au Snark », long poème parodique, en 1876. Elles ont été illustrées par John Tenniel. (source Babelio)

 

Ce livre est un livre pop-up 

 

Que ferais-je sans ce monde de Samuel Beckett

Que ferais-je sans ce monde sans visage sans questions
où être ne dure qu’un instant où chaque instant
verse dans le vide dans l’oubli d’avoir été
sans cette onde où à la fin
corps et ombre ensemble s’engloutissent

Que ferais-je sans ce silence gouffre des murmures

haletant furieux vers le secours vers l’amour
sans ce ciel qui s’élève
sur la poussière de ses lests Que ferais-je comme hier comme aujourd’hui
regardant par mon hublot si je ne suis pas seul
à errer et à virer loin de toute vie
dans un espace pantin
sans voix parmi les voix
enfermées avec moiEt on passe maintenant à la version anglaise de ce même poème :

What would I do without this world faceless incurious
where to be lasts but an instant where every instant
spills in the void the ignorance of having been
without this wave where in the end
body and shadow together are engulfed

What would I do without this silence where the murmurs die

the pantings the frenzies towards succour towards love
without this sky that soars
above its ballast dust What would I do what I did yesterday and the day before
peering out of my deadlight looking for another
wandering like me eddying far from all the living
in a convulsive space
among the voices voiceless
that throng my hiddenness
 Samuel Beckett (1906-1989), né à Dublin, est sans doute, avec James Joyce , le plus connu des écrivains irlandais. C’est un romancier, dramaturge (En attendant Godot, 1952) et poète. Il quitte son pays à la veille de la Seconde Guerre mondiale et choisit de vivre en France, où il participe activement à la Résistance. Prix Nobel de Littérature en 1969, il a écrit en français une grande partie de son œuvre et la plupart de ses poèmes.

 

Par deux fois tu mourras de Eric Fouassier

Un rappel de l’Histoire de France est nécessaire, Clovis a son empire divisé en trois royaumes Francs qui revient à ses trois petits fils, Chilpéric règne sur la Neustrie, Sigebert sur l’Austrasie et Guntrann sur la Burgondie. Ces trois rois vont s’affronter.

Nous sommes en l’an 569, sur les berges de la Seine, dans le palais de  Rouen. Galswinthe est une princesse Wisigoth, qui devint reine en épousant Chilpéric. Ce roi ne se contentait pas d’une seule femme, il avait Frédégonde pour concubine. Une nuit, quelqu’un s’introduit dans la chambre de la reine, et l’a poignardée et étouffée avec un oreiller . Cette personne était surveillée, et à son tour, il a succombé sous le coup d’une dague. Le roi Chilpéric va être accusé du meurtre de sa femme.

Quatre ans plus tard, un fait divers va relancer l’enquête de l’assassinat de Galswinthe. Les vents violents sur la région, vont faire tomber une porcherie. En nettoyant les soldats découvrent des ossements. Wintrude, esclave des Francs et ancienne princesse thuringienne, voit un collier constitué de griffes d’ours. ayant appartenu à son frère. Elle décide alors d’en informer la reine Brunehilde. Elle décide de demander à Arsénius d’enquêter.

Arsénius, introduit à Rouen, en tant que filleul de l’évêque Grégoire Ce roman de Tours, va trouver une histoire complexe à élucider. Wintrude a trouvé refuge au couvent.

Arsenius se rend compte que son séjour à Rouen indispose, il est victime d’une tentative d’assassinat. Il décide alors de quitter la région avec Wintrude.

Un important travail documentaire a été effectué par l’auteur, pour nous immerger dans ce Haut-Moyen-Age, si peu connu.

Le pouvoir est au cœur de l’histoire. Le rôle des femmes est primordial, j’ai aimé le personnage de Wintrude, qui se dévoile peu à peu. Je me sens prête à lire la suite de cette trilogie.

Cette lecture m’a été imposée dans le cadre d’un Prix Littéraire.

Editeur : JC Lattès – Date de sortie : 27 février 2019 -ISBN-10 : 2709663902

Quatrième de couverture :

Palais de Rouen, 569. Galswinthe, la jeune épouse de Chilpéric, l’un des trois petits-fils de Clovis, meurt étouffée dans sa chambre. Juste après, son assassin est retrouvé poignardé. Quatre ans plus tard, la soeur de Galswinthe, la reine Brunehilde d’Austrasie, est persuadée que toute la lumière n’a pas été faite sur cette tragique affaire. Elle charge Arsenius Pontius, un jeune lettré gallo-roman, de se rendre à Rouen pour enquêter en toute discrétion.Sur place, Wintrude, une ancienne princesse thuringienne devenue esclave des Francs, lui apporte des informations essentielles. La jeune femme, indirectement mêlée au meurtre de Galwsinthe, a dû se placer sous la protection de l’Église pour échapper à des proches de Chilpéric, qui cherchent à la réduire au silence. Victime lui-même d’une tentative de meurtre, Arsenius apprend qu’un conflit est sur le point d’éclater entre Neustrie et Austrasie. Dès lors, Wintrude et lui n’ont plus le choix : ils doivent faire éclater la vérité avant que le jeu des trônes n’embrase toute la Gaule mérovingienne. Ressuscitant avec brio cet âge sombre qui fonda la France, où le meurtre, le sexe et la vengeance sont autant d’instrument de pouvoir, Éric Fouassier allie rigueur historique et inventivité romanesque pour emporter le lecteur dans une enquête trépidante.