Bon dimanche !

A vous qui me suivez depuis quelques années, je vous offre ce bouquet de muguet de mon jardin, qu’il vous apporte le bonheur pour les jours à venir,

Bon dimanche !

Un peu de musique aussi pour débuter ce jour ! Merci à Patrick,  pour son article

Survivre de Vincent Hauuy

2035. La Terre est en sursis : les catastrophes climatiques se multiplient, les sociétés sont en ébullition et les réserves d’eau potable se raréfient. Le survivalisme prend de l’ampleur. Survivre devient à la fois un défi et une obsession. C’est aussi le thème et le nom du grand jeu télévisé que lance le milliardaire Alejandro Perez, magnat des intelligences artificielles.

Dans l’énorme complexe construit ad hoc dans l’Idaho, le lancement de Survivre s’annonce spectaculaire. Mais lorsqu’un agent de la DGSE infiltré dans l’organisation de Perez disparaît, son frère, l’ex-journaliste Florian Starck, se décide à intégrer l’émission. Et découvre un envers du décor aussi mystérieux que terrifiant. Car la promesse d’un grand divertissement dissimule un objectif beaucoup plus sombre. Dès la première épreuve, le compte à rebours commence. Pour les candidats. Pour Florian Starck. Et pour nous tous.

_________________________________________________________

Je remercie Net Galley et les éditions Hugo Thriller.

Nous sommes en 2035, Vincent Hauuy nous entraine dans un monde de demain, où tout semble dérégler. La terre est en grande difficulté, le climat est complètement déréglé, la chaleur est excessive, les glaciers fondent. La population fuit la misère, les climats arides allant d’un endroit à un autre, on les appelle les réfugiés climatiques.

Et dans ce contexte, un homme, Florian Starck, tente de survivre , il a perdu récemment sa femme et sa fille dans un ouragan .Ancien journaliste, il a tenté en vain d’ouvrir les yeux de ses contemporains sur l’imminence de la catastrophe climatique qui s’annonçait. Personne n’a daigné l’entendre .

Il s’est réfugié dans les Alpes, vit dans une cabane, au milieu de nulle part. Il a crée son potager, et vit malgré tout. Il sait qu’ailleurs la violence, les pillages, les sectes sévissent.

Il va être sollicité de sortir de sa zone de confort par un appel de sa sœur, ministre de l’intérieur de la France, qui lui demande de reprendre contact, car leur frère, Pierrick, espion pour le compte de la DGSE, a disparu. Il réalisait un reportage sur Alejandro Perez,

Il va donc se faire « embaucher » par la production de cette émission de télé-réalité, créé par Alejandro Perez, milliardaire précurseur dans la création des intelligences artificielles. Au fil des pages , on découvre un monde où tout se négocie, même les organes. On ne parle pas seulement de vivre mais de « survivre ». Il va « coacher  » Zoé, jeune candidate qui va tenter de survivre dans ce jeu.

Ce thriller mêlé d’anticipation  nous donne à réfléchir sur notre vie actuelle ( surtout en ce moment, en plein  Covid 19), sur notre vie, nos ressources, notre façon de consommer. Vincent Hauuy a fait un travail de recherches, n’est – il pas visionnaire ?

Vraiment un bon moment de lecture !

Chanson de toile de Marie-Noël

Chanson de toile

Quand il est entré dans mon logis clos,
J’ourlais un drap lourd près de la fenêtre,
L’hiver dans les doigts, l’ombre sur le dos…
Sais-je depuis quand j’étais là sans être ?

Et je cousais, je cousais, je cousais…
– Mon cœur, qu’est-ce que tu faisais ?

Il m’a demandé des outils à nous.
Mes pieds ont couru, si vifs, dans la salle,
Qu’ils semblaient, – si gais, si légers, si doux, –
Deux petits oiseaux caressant la dalle.

De-ci, de-là, j’allais, j’allais, j’allais…
– Mon cœur, qu’est-ce que tu voulais ?

Il m’a demandé du beurre, du pain,
– Ma main en l’ouvrant caressait la huche –
Du cidre nouveau, j’allais et ma main
Caressait les bols, la table, la cruche.

Deux fois, dix fois, vingt fois je les touchais…
– Mon cœur, qu’est-ce que tu cherchais ?

Il m’a fait sur tout trente-six pourquoi.
J’ai parlé de tout, des poules, des chèvres,
Du froid et du chaud, des gens, et ma voix
En sortant de moi caressait mes lèvres…

Et je causais, je causais, je causais…
– Mon cœur, qu’est-ce que tu disais ?

Quand il est parti, pour finir l’ourlet
Que j’avais laissé, je me suis assise…
L’aiguille chantait, l’aiguille volait,
Mes doigts caressaient notre toile bise…

Et je cousais, je cousais, je cousais…
– Mon cœur, qu’est-ce que tu faisais ?

Marie-Noel, je vous invite à visiter le blog  » Dans l’œil d’une flâneuse  bretonne « et  retrouver la vie de cette femme.

Marie Noël, nom de plume de Marie Rouget, née le à Auxerre et morte le dans cette même ville, est une poétesse française.

1920 Recueil : “Les Chansons et les Heures”

Ressources Numériques pour petits et grands !

Si vous souhaitez des livres numériques, surtout n’hésitez pas, je reçois tous les jours cinq livres de genres différents.

Et l’Ecole des Loisirs offre de nombreuses vidéos :

 

Hymne au soleil de Edmond Rostand

Hymne au soleil

 

Je t’adore, Soleil ! ô toi dont la lumière,
Pour bénir chaque front et mûrir chaque miel,
Entrant dans chaque fleur et dans chaque chaumière,
Se divise et demeure entière
Ainsi que l’amour maternel !

Je te chante, et tu peux m’accepter pour ton prêtre,
Toi qui viens dans la cuve où trempe un savon bleu
Et qui choisis, souvent, quand tu veux disparaître,
L’humble vitre d’une fenêtre
Pour lancer ton dernier adieu !

Tu fais tourner les tournesols du presbytère,
Luire le frère d’or que j’ai sur le clocher,
Et quand, par les tilleuls, tu viens avec mystère,
Tu fais bouger des ronds par terre
Si beaux qu’on n’ose plus marcher !

Gloire à toi sur les prés! Gloire à toi dans les vignes !
Sois béni parmi l’herbe et contre les portails !
Dans les yeux des lézards et sur l’aile des cygnes !
Ô toi qui fais les grandes lignes
Et qui fais les petits détails !

C’est toi qui, découpant la sœur jumelle et sombre
Qui se couche et s’allonge au pied de ce qui luit,
De tout ce qui nous charme as su doubler le nombre,
A chaque objet donnant une ombre
Souvent plus charmante que lui !

Je t’adore, Soleil ! Tu mets dans l’air des roses,
Des flammes dans la source, un dieu dans le buisson !
Tu prends un arbre obscur et tu l’apothéose !
Ô Soleil ! toi sans qui les choses
Ne seraient que ce qu’elles sont !

Edmond Rostand (1868-1918)

Editions Zulma

Les Editions Zulma proposent l’envoi d’un roman, nouvelle par jour. Pour cela, il suffit de s’inscrire :

Une nouvelle pour échapper aux nouvelles

J’ai reçu :

Belles découvertes et Prenez soin de vous !!

 

Festival Quais du polar 2020 virtuel

Annulée pour cause de confinement, la manifestation lyonnaise se réinvente sur Internet avec plusieurs événements prévus ce week-end.

Du 3 au 5 avril, nous vous invitons à vivre le festival de votre canapé, en toute sécurité.

Auteurs, éditeurs, libraires se sont prêtés au jeu, voici le programme que nous vous proposons pour ce week end polar :

%d blogueurs aiment cette page :