La rue qui nous sépare de Célia Samba

Le titre est très évocateur du sujet qui va être traité, un sujet délicat dont on ne parle pas assez. Préjugés, indifférence ?

Une jeune femme, Noémia dit Mia de 19 ans , étudiante en droit, vivant en colocation avec ses deux cousins. Elle est venue à Paris suivre des études, elle a du mal à se faire à cette vie trépidante. Elle va rencontrer un jeune homme de deux ans son aîné. Tristan, il vit dans la rue, seul, SDF . Elle le voit tous les jours, en rentrant de l’université. Tout commence par une simple crêpe que Noémia ose lui offrir. Un geste anodin, banal mais qui lui a demandé des efforts. Un lien se crée entre eux deux, mais ils combattent leurs démons chacun de leur côté. Mia a été traumatisée dans son enfance, puis dans son adolescence, elle a du mal à chasser ses peurs. Tristan, lui ne veut pas s’accrocher, tout n’est qu’utopie pour lui.

Pourquoi Tristan est – il dans la rue ? la vie de Tristan fut chaotique. Il a lui aussi eu des peurs, la peur d’être seul dans la rue, de ne pas avoir de toit où dormir. Il était tout le temps sur ses gardes, la peur au ventre. Il subit tous les jours, le regard des autres. Et pourtant Tristan est un jeune homme presque comme les autres, il a suivi une scolarité, il a des connaissances dans de nombreux domaines. Mais à un moment donné, il s’est retrouvé sans ressource et à la rue.

L’auteur a choisi de présenter deux alternatives de fin du roman, à vous de choisir celle qui vous convient le mieux. La première aurait pu être un peu plus développée.

Un sujet fort, peu évoqué pour des adolescents, pour leur faire comprendre la vie de ces SDF, nous ne devons pas porter de jugement sans savoir quelle vie ils ont eue avant. Un geste peut tout changer.

J’ai été happée par cette histoire et je conclurai par les mots prononcés par l’abbé Pierre

« Un sourire coûte moins cher que l’électricité, mais donne autant de lumière « 

La rue qui nous sépare – Célia Samba – Hachette –

L’année dernière, Hachette Romans lance le concours « Nos Futurs » et appelle tous les écrivains en herbe à tenter leur chance et à changer le monde à leur manière avec des romans engagés. Après avoir été sélectionnée par les équipes de Hachette Romans et un vote du public, Célia Samba, 23 ans, remporte la première place mais surtout, l’opportunité de voir son premier roman publié. Sachez que pour chaque exemplaire de La Rue qui nous sépare acheté, 1 euro sera reversé à l’association La Cloche, qui lutte contre l’exclusion des personnes sans-abri.

Hope One tome 2 de Fane

Devils lake, Dakota du nord, Novembre 1971

Ainsi commence ce tome 2, de la série Hope…Surprenant, me direz-vous ? est-ce bien la suite du premier tome ?

Hope One tome 1

Le shérif Brimley a disparu, sa fille Jamie le remplace quand l’agent du FBI, Lavigne vient reprendre l’enquête. Jamie est alors confrontée à deux disparitions, celle de son père et celle de l’ actrice Eve Tozer. Le shérif Brimley tentait de retrouver Eve Tozer, la belle et jeune vedette d’un film qui se tournait dans le village où sont implantés des studios depuis longtemps.A moitié alcoolique, acariâtre et sûr de lui, Lavigne va s’associer avec Jamies Brimley . Lavigne entre deux verres, va reprendre l’enquête depuis le début et interroger tous les suspects liés de près ou de loin à Eve Tozer dans sa jeunesse. Remuer le passé permettra peut-être de résoudre cette affaire.

Perturbant est le mot qui pourrait caractériser ce second volet. Nous avons quitté Mégan et Adam en orbite autour de la terre, et nous nous retrouvons dans la neige du Dakota du Nord en pleine enquête policière sur la disparition d’une actrice de cinéma.

Y aurait-il un lien avec la première histoire, tout le suspens est là .. On se retrouve avec de nouveaux personnages dont Lavigne, désagréable au possible mais tellement vrai et naturel, ce qui dit en passant donne une force incroyable à l’album. Et pour clore le tout, une vieille enquête policière. On est bien loin de l’espace.

Et bien, il y a un lien entre les deux tomes et ces deux histoires. A vous de le découvrir .

Hope One Tome 2 – Fane – Grelin ( Illustrateur ) Éditeur ; Glénat – EAN 978233104629

Bandes dessinées YA – Ado- adultes.

Comme un homme de Florence Hinckel

Quatrième de couverture :

Il était parti dès qu’il avait su, mû par un instinct animal. Juste se protéger du froid, juste saisir la carabine de chasse au passage, et juste une pensée en tête.

Je vais le tuer.

———————————————————————————————————–


Les premières lignes du texte nous plongent directement dans le sujet .

Il marchait dans le froid et le vent glacial depuis deux heures déjà. C »était de la folie. La haine, la fureur et le chagrin étaient de puissants moteurs physiques qui aveuglaient les sens.

Ethan a rejoint le chalet familial, où il ne vient avec sa mère que l’été. Le chalet semble habité à cette période. Il ne savait pas. Et il voit cet homme, qu’il n’aurait jamais dû rencontrer. Il n’a qu’une idée en tête, le tuer.

Qui ? Pourquoi ? A vous de le découvrir, Florence Hinckel maîtrise bien sa plume. Elle évoque un sujet poignant, déroutant sur un sujet délicat. Il n’y a pas besoin de nombreux mots. Tout est suggéré, cela reste pudique. L’émotion gagne le lecteur au fil des pages. Des réflexions pourraient surgir, sur le sens de  » Comme un homme « .

La description de la nature , des paysages montagneux aident à la réflexion.

J’ai aimé ce texte court , 55 pages, il y a quelques jours que je l’ai fini. Comment évoquer ce livre , sans trop dévoiler son contenu. Pour l’instant , ces mots ne sont que mon ressenti sur ma lecture, je vais télécharger l’application Nathan pour avoir accès au livre audio et au livre numérique.

Court toujours – Comme un homme – Florence Hinckel – Nathan

3/50

Le plus mauvais livre du monde de Vincent Cuvellier

Parti pour un long trajet en train, Paul prend un livre au hasard dans une boîte à livres. Manque de chance, le livre ne lui plaît pas du tout. C’est alors qu’il rencontre l’auteur.

Cette Collection « Court toujours  » est destinée aux adolescents ou aux jeunes adultes.Les éditions Nathan proposent une version audio et une version numérique accessibles gratuitement via l’application Nathan Live. Des textes courts pour toucher ceux que la lecture rebute.

Ce livre parle d’un jeune adolescent de 17 ans, Paul qui part seul en vacances. Il attrape au passage dans une boite à livres, un bouquin. Il prend le train et tente de lire. il ne comprend pas très bien le texte.

Ah ouais d’accord ! Je comprends rien. Remarque, si ça se trouve, c est fait exprès. Le gars il a voulu faire le livre le plus nul du monde. Et il a réussi.

Paul lit dans le train, malheureusement un contrôleur passe, il n’a pas de billet. Soit il paie sa place, soit il descend au prochain arrêt. Il ne va pas choisir, il est expulsé du train à la station suivante. Une gare, un petit village, un café, il y entre et continue sa lecture. Un homme entre et le repère , coïncidence c’est l’auteur du livre, Jean-Guy Farjoule,. Celui-ci est tellement content de voir un jeune s’intéresser à son livre, l’invite pour la soirée chez lui.

Ils ont des points de vue complétement différents. Ils vont devoir se supporter la soirée, mais cet auteur a une fille charmante, de 17 ans.

L’histoire est drôle, elle se lit très vite.Une histoire un peu folle, avec la rencontre d’un auteur atypique lors d’un voyage de 24 heures.

Vincent Cuvellier – Éditeur Nathan – EAN : 9782092592823- 03/09/2020

Challenge 1/50