Archives

Summer de Monica Sabolo

Je remercie NetGalley et les Editions JC Lattés pour ce partenariat .

 

Summer

Monica Sabolo 

JC Lattés

Littérature Générale

Publication : 2 août 2017

 

 

Dans mes rêves, il y a toujours le lac .

Summer , prénom d’une jeune fille qui un jour, sur les bords du lac Léman disparaît. Où est-elle ? que lui est-il arrivé ? Sa famille ne sait pas ,  les recherches de la police restent vaines.

Comment vit-on avec l’absence de sa sœur, Benjamin ne vit plus. Cette disparition le hante. Il est suivi par un psychiatre, il se remémore la vie avec elle. Comment peut-on survivre à un tel bouleversement ?

Un roman  met en scène la vision d’un adolescent face à la perte de sa sœur.

L’auteur place en avant la non-communication de la famille, les secrets cachés, et ensuite les informations non dévoilées. Une oeuvre poignante, où les questions se multiplient, et le mal être de Benjamin dérange.

J’ai eu du mal à me plonger dans l’histoire, car je ne m’attendais pas à ce contenu. Puis peu à peu des éléments  nouveaux m’ont incitée à poursuivre ma lecture. Un revirement de situation permet de finir le livre sur une note positive.

Ce livre, je l’ai lu en numérique. Il sortira en août 2017.

Monica Sabolo, née en 1971, est française, d’origine italienne. Elle est journaliste.

Norma de Sofi Oksanen

Synopsis :

Le corps d’Anita Ross vient d’être retrouvé dans le métro de Helsinki. Les témoins sont unanimes : elle s’est jetée sur les rails.
Norma, sa fille unique, refuse d’y croire. Anita ne l’aurait jamais laissée seule avec son secret : ses cheveux sont vivants, ils ressentent des émotions, s’animent et poussent si vite qu’elle est obligée de les couper plusieurs fois par jour.
Prête à tout pour connaître la vérité, Norma décide de retracer les derniers jours de sa mère, allant jusqu’à se faire embaucher dans le salon de coiffure où elle travaillait. Ses découvertes font resurgir un passé trouble qui n’est pas sans susciter l’attention d’un puissant clan de la mafia locale…

 

C’est le troisième livre de Sofi Oksanen, que je lis. J’ai choisi ce livre en espérant retrouver cet auteur dans un nouvel opus. Je dois dire que je n’ai pas « adhéré » à ce livre. Le sujet me plaisait, mais non, le portrait tracé par l’auteur de plusieurs femmes, mélangeant des thèmes.

Cette fois ci nous sommes dans un roman qui est aussi le portrait de plusieurs femmes. Norma vient de perdre sa mère qui s’est jetée, un matin sous les rails du métro. Elle va chercher à comprendre les raisons de son geste. Norma présente une particularité, ses cheveux poussent très vite . Ce handicap est héréditaire. L’auteur nous entraîne dans un trafic de cheveux, mais aussi d’utérus, tous les trafics sont mélangés.

Je dois dire que je me suis sentie perdue . Je suis allée au bout de cette lecture.

Je remercie NetGalley et les Editions Stock d’avoir accepté ma demande.

Norma – Sofi Oksanen  – Editions Stock – 15/03/2017

Je l’ai lu en format numérique.

L ‘amour est une île de Claudie Gallay

Il y a longtemps que j’ai acheté ce livre, mais je n’avais pas encore trouvé le temps de le lire. Claudie Gallay explore ici des coulisses.

Synopsis :

Alors que le Festival d’Avignon 2003 s’enlise dans la grève des intermittents, une actrice célèbre retrouve sa ville natale, après dix ans d’absence. Elle y a vécu un amour passionnel avec le directeur d’un théâtre du festival off, qu’elle a quitté pour faire carrière. Ce dernier met en scène une pièce d’un auteur inconnu, sorte de poète maudit décédé dans des circonstances obscures…

« L’amour est une île, quand on part on revient pas ».

Nous sommes à Avignon, en 2003 où se déroule le Festival. Mais cette année-là les intermittents du spectacle sont en grève. La ville est envahie par les manifestants. La chaleur est accablante.

Là se jouera , une autre histoire celle d’ Odon, directeur de théâtre, de Mathilde surnommée la Jogar, native d’Avignon, célèbre dans ce milieu du théâtre et celle de Marie. Tous les trois sont liés par cet art, chacun à leur façon.

Marie est la sœur de Paul Selliés, auteur méconnu et disparu. Elle vient comprendre la mort inexpliquée de son frère. Marie, fille un peu paumée, déboussolée, marginale avec tous ses piercings, est arrivée de Paris en stop. Elle est hanté par ce frère. Son frère avait envoyé deux textes à Odon, l’un est joué. Mais sur l’autre , Odon ne dit rien, pourquoi ?

Odon a mis en scène « Nuit rouge », pièce écrite par Paul Selliés. Il va la faire jouer dans son propre théâtre  » le Chien Fou ». Il va devoir se battre avec les techniciens en grève, avec la chaleur étouffante, avec ses propres sentiments. Mathilde est là, celle qu’il a aimée et qui était partie , est revenue dans sa ville, se produire sur scène.

L’été sera long, difficile et chacun n’en sortira pas indemne.

D’autres personnages gravitent autour d’eux, Odile avec ses quatre enfants, Isabelle avec  ses souvenirs imprégnés de théâtre, qui accueille Marie si gentiment. Julie, la fille d’Odon qui « s’essaye » au théâtre ».

On va suivre tous ces personnages dans leurs vies respectives où ils ont tous un point commun: Paul Selliés.

Le style de Claudie Gallay est toujours le même, des phrases courtes, un rythme particulier ponctue ses phrases. J’ai aimé ce roman, où encore une fois l’auteur met en scène des gens écorchés par la vie.

J’ai eu le plaisir de rencontrer Claudie Gallay lors d’un salon du livre. Elle expliquait ses motivations pour écrire sur un sujet particulier, sa façon de procéder. Ce fut une rencontre très enrichissante.

’L’amour est une île de Claudie Gallay
Editions Actes Sud (2010) puis Babel N° 1315 (mai 2015)
448 pages. ISBN :2742792856

La délicatesse du homard de Laure Manel

J’ai sollicité ce livre car son titre  m’a intriguée, j’ai voulu en savoir plus. Je ne regrette pas mon choix. Si vous avez envie d’évasion, de beaux paysages, de bols d’air, de bruit des vagues, laissez-vous tenter et lisez le.Je remercie NetGalley ainsi que les Éditions Michel Lafon pour l’envoi de ce livre numérique.

Un voyage littéraire au cœur de la Bretagne où deux êtres se rencontrent. Une femme s’échoue sur une plage, un homme , François la recueille et l’emmène chez lui. Il dirige un centre équestre. Qui est-elle ? que fait-elle ? Il ne sait pas. Elle dit juste qu’elle se nomme Elsa.

L’écriture de Laure Manel est douce, agréable à lire, j’ai été bercée par ses mots.

Les deux personnages principaux sont attachants. On découvre au fil des pages leurs lourds secrets respectifs, dans une Bretagne enchanteresse.Ils vivent repliés sur eux-mêmes. L’auteur dévoile peu à peu le passé d’Elsa et celui de François, tout ceci avec délicatesse. Elle alterne les chapitres où chacun d’eux nous partage ses sentiments, ses ressentis.  Un endroit où la foi en l’être humain et les deuxièmes chances sont des règles et non des exceptions.

Petit à petit Elsa et François s’apprivoisent peu à peu .

Une région mise à l’honneur, un haras, des personnages attachants, un livre qu’on n’a pas envie de quitter.Un livre qui met un peu de douceur dans le monde où nous vivons.

Un roman tout en sensibilité, qui fait du bien. Et un auteur que j’ai hâte de retrouver dans une prochaine lecture !

La délicatesse du homard – Laure Manel – Editions Michel Lafon – ISBN : 9782749933054

 

 

La voleuse de robes de Nathalie Meg Evans

Un voyage s’annonce dans un monde, mais pas dans n’importe quel monde, celui de la mode, des grands couturiers. La jeune Alix est passionnée, nous sommes à l’époque des belles toilettes des années 1930, sous un fond de guerre civile espagnole, mais aussi dans un climat de tension permanente entre les différents sujets.

Alix doit retrouver du travail,  licenciée de son premier travail. Elle aime la mode, gràce à son ami Paul, elle va intégrer l’équipe du grand Javier, maître de la mode. Elle ne sera qu’une petite main, des travaux d’aiguilles harassant pour cette jeune Alix. Elle accepte toute proposition, même malhonnête afin de gagner de l’argent pour subvenir aux besoins de sa « mémé ». Elle va reproduire les dessins de Javier, afin par l’intermédiaire de Paul de les revendre.

Nous suivons pas à pas la vie d’ Alix, avec ses joies, ses peines, ses désillusions. Sa vie amoureuse est tumultueuse. Les événements du l’époque sont bien retransmis.

Je me suis attachée au personnage d’ Alix, aux robes qu’elle dessine, aux tissus qu’elle imagine, à cette époque des années 1930, si  détaillées par l’auteur Nathalie Meg Evans . Son écriture est fluide. J’ai quitté son univers avec regret, peut-être pourrait-il y avoir une suite sur le devenir d’ Alix et sur tous les non-dits ?

Je remercie NetGalley et  Nil Editions  d’avoir répondu à ma sollicitation.

La voleuse de robes- Nathalie Meg Evans – Editions Nil – 9 février 2017. 

ISBN-13: 978-2841119288

Ce livre , je l’ai lu au format numérique. Il existe aussi en version papier.

 

Tropique de la violence de Nathacha Appanah

cvt_tropique-de-la-violence_3735Première lecture de cet auteur, c’est un roman bouleversant où la violence est partout, dans les mots comme dans les actes.

Mayotte peut être un paradis, l’île aux senteurs multiples, mais pas pour tous. Nathacha Appanah va nous la présenter tout autre.  Elle nous parle des immigrés, qui arrivent sur l’île sans rien. Nous suivrons cinq personnages tout au long du roman. Ils parleront de leur vie, de leur avenir incertain, de la violence qui règne à chaque coin de rue. Et surtout de ce quartier où ils vivent, Gaza, un grand bidonville, un ghetto.

La drogue, la violence sont omniprésentes.

Marie, infirmière venue de France, a suivi l’homme qu’elle aimait. L’homme l’a quittée. Maintenant elle aime un petit garçon qu’on lui a jeté dans les bras. Sa mère n’en voulait pas. Ce petit garçon, elle l’appellera Moïse ( Mo). Il grandira dans ce quartier, il deviendra comme les autres enfants. « Les garçons comme toi et moi, c’est fait pour cogner la vie, pour rentrer dedans, pour crever sans regrets. Pas de pitié, Mo. Pas de pitié. T’es comme nous autres, Mo. T’es noir, t’es seul, t’es coincé ici, t’es à la rue. « 

La jeunesse est livrée à elle-même, dans ce pays, dans ce pays qui est aussi un bout de France.

Un très beau roman, touchant , puissant et surtout très émouvant.

Tropique de la violence- Nathacha Appanah – Editeur Gallimard – ISBN : 2070197557 – existe en version numérique

 

 

Le rouge vif de la rhubarbe de Audur Ava Olasdottir

cvt_le-rouge-vif-de-la-rhubarbe_8376Unknown-1-copie-1                          J’ai retrouvé avec plaisir la plume de Audur Ava Olafsdotir, qui nous entraîne sur son île, l’Islande, une nature sauvage. Et sur cette île, elle nous conte la vie de Agustina, jeune adolescente, qui est élevée par Nina, une amie de sa grand-mère. Sa mère parcourt le monde, elle photographie les oiseaux et échange quelques courtes missives avec sa fille. Son père, elle ne l’a pas connu. Il ne sait pas qu’il a laissé sur l’île, la couleur de ses yeux. Agustina est courageuse, elle est née avec des jambes atrophiées, elle rêve de pouvoir escalader la montagne.

La rhubarbe pousse partout sur cette île. L’auteur évoque les traditions, les habitants se donnent des tiges de rhubarbe, et ensuite comparent les confitures.

On découvre à chaque page la poésie de l’auteur, on s’imagine sur cette île, où la vie se déroule au gré des saisons. au milieu de la nature.Il émane de ce livre une douceur, mais aussi des non-dits, tout cela sur une palette de couleurs, d’odeurs et de sentiments.

Audur Ava Olafsdottir est née en 1958 à Reykjavik. Son roman « Rosa Candida » a connu un large succès et a reçu le prix Page des libraires en 2010. « L’Embellie », écrit en 2012, puis « L’ Exception », en 2014, ont aussi connu un grand succès. « Le Rouge vif de la Rhubarbe » est son tout premier roman, inédit en France jusqu’à aujourd’hui.

Le rouge vif de la rhubarbe- Audur Ava Olafsdottir – ISBN 978-2843047565- édition Zulma – 1 septembre 2016 – existe en livre numérique