Archives

Le ciel n’existe pas de Inés Fernandez Moreno

Synopsis ;

Cala mène à Buenos Aires une vie de bohème quand elle n’a pas à s’occuper de sa mère despotique. Une seule personne trouve grâce aux yeux de la vieille femme acariâtre : Sabrina, l’aide qu’elle vient de recruter. Mais celle-ci la vole et disparaît en abandonnant son enfant.
Cala erre à la recherche de Sabrina à travers cette ville paradoxale où cohabitent légèreté et dénuement. Elle découvre un monde violent, qu’elle devinait mais dont elle ne soupçonnait pas l’ampleur, celui de la traite des femmes, de la drogue et de la mafia. Au gré de cette quête, elle recroisera aussi le premier homme qu’elle a aimé.

Un voyage en Argentine me tentait, comme lecture pour mon début de vacances. J’ai trouvé un pays violent, L’auteur évoque la violence faîte aux femmes, les problèmes liés à la drogue.
L’histoire est lente, j’ai trouvé que l’auteur s’attardait sur des faits non essentiels à la suite du récit.
J’ai malgré tout fini le livre, mais je m’attendais à une autre fiction.

Merci à NetGalley et aux éditions Lattés pour l’envoi de ce livre.

Genre : Roman étranger

Éditeur : JC Lattès
Parution : 06 septembre 2017
Prix editeur : 20€0
Pages : 300
ISBN : 9782709656894
Publicités

Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une de Raphaëlle Giordano

Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une

Raphaëlle Giordano

Eyrolles

ISBN-13 : 978-2212561166

 

Et voilà, je l’ai lu.  C’est un livre qui fait du bien, j’ai déjà eu des livres de motivation personnelle entre les mains. Celui-ci est un peu particulier, au lieu de vous dire, faîtes ceci ou cela. L’auteur met en scène, Camille jeune femme de 38 ans qui semble tout avoir pour être heureuse, un travail , un mari et un fils.  Ce n’est plus l’harmonie souhaitée. Elle a l’impression de ne plus vivre jusqu’au jour où elle tombe en panne de voiture et va frapper à la porte la plus proche.

Là elle rencontre un « routinologue « , Claude,  il va lui proposer son aide, va-t-elle accepter, ou refuser ? Qu’a -t elle à perdre ? Cet homme emploie des techniques de coaching et va l’aider à se retrouver, à voir la vie différemment. Peu à peu Camille retrouve le goût de vivre, de dépasser ses limites . Elle encourage ceux qui vivent avec elle, à la suivre dans ses petits exercices quotidiens.

Ce livre peut se lire comme un véritable roman, mais aussi comme une approche du développement personnel. Je vous le conseille, cela fait du bien de lire du positif .

 

 

Le Moulin de Sainte-Anne de Marie-Anne Roux

Le Moulin de Saint-Anne

Marie-Anne Roux

Terroirs- Corps 16-2008

ISBN : 9782840576716

Type d’écriture:Edition en gros caractères

Ce n’est pas mon habitude de lire des romans de « Terroirs », celui-ci venant d’une autre bibliothèque et portant la côte de « RP », qui dans notre jargon de bibliothécaire signifie Roman Policier , j’ai eu envie de découvrir l’histoire. Au fil de l’histoire, il n’y eut point d’intrigue à résoudre, pas de meurtre. Ce n’était qu’un roman.

L’histoire se situe non loin du Mont Saint-Michel, La vie simple de Marie y est contée. Elle qui aime par dessus-tout aller pêcher dans les grèves. Les odeurs, les sensations se déploient tout autour d’elle. Elle vient souvent y chercher des coquillages pour le dîner. Nous sommes en 1901. La vie dans les campagnes , est rude. Marie vit seule avec son père, qui est meunier. Un jeune homme se présente au moulin, il est breton, mais des terres. Il veut bien aider au moulin.

Marie est attirée par ce jeune homme, son amour d’enfance, Augustin est loin. Les événements de la vie quotidienne et ceux de l’Histoire vont se mêler. et s’entremêler .

Marie-Anne Roux a très bien décrit cette baie du Mont Saint-Michel  du côté de la Bretagne, à travers les reliefs que sont les crassiers des Hermelles et la digue de la Duchesse Anne, les paysages des herbus, l’estran et les marées, la pêche à pied et les espaces marins gorgés de ciels et de vents.

Malgré tout, ce fut un bon moment de lecture.

 

Si loin des siens de Tamara McKinley

51sIQunAJsL._SX210_

Si loin des siens

Tamara McKinley

L’Archipel

ISBN : 2809820619

Synopsis :

Septembre 1940. Polly Brown a accepté un poste d’infirmière à l’hôpital Cliffehaven, sur la côte Sud de l’Angleterre, afin de se rapprocher de Jack, son mari, grièvement blessé au front. Elle a dû se séparer d’Alice, sa fillette de 5 ans, envoyée au Canada pour fuir l’Europe en guerre. A Cliffehaven, Polly emménage à la Pension du Bord de Mer, tenue par les époux Reilly. Là, elle y fait la connaissance de Danuta, une jeune Polonaise qui a perdu toute sa famille au début de la guerre.
Les deux femmes se serrent les coudes. En effet, bien que Polly soit une soignante qualifiée, l’infirmière en chef de l’hôpital refuse de lui accorder sa confiance et la traite comme une bonne à tout faire. Au moment où Polly commence à se résoudre que Jack ne survivra peut-être pas à ses blessures, un télégramme parvient à la Pension. Un U-boat allemand a torpillé le bateau dans lequel se trouvait Alice…
J’ai lu ce livre en numérique, et quand je l’ai emprunté, il n’y avait pas d’annotation particulière. Peu à peu, j’ai découvert que c’était une suite. Je me suis adaptée. Le premier livre est ; Et le ciel sera bleu.

Dans cet opus, toutes les actions partent d’une charmante pension de famille, tenue par Peggy  à Cliffehaven au sud de l’Angleterre. Elle se donne pour que chacun puisse trouver la chaleur d’un cocon familial. La vie est rude, nous sommes en pleine guerre. Plusieurs infirmières ont trouvé refuge dans ce lieu. Nous allons suivre surtout la vie de Polly, qui est venue pour travailler , son mari est hospitalisé. Et Danuta, une jeune polonaise qui vient rejoindre son frère dans cette contrée. Malheureusement, son frère a été tué quand elle arrive à la pension. Chacune a eu sa part de malheur dans cette guerre.

L’auteur retranscrit bien les émotions, l’insécurité générées par cette guerre. Elle a surtout insisté sur le caractère des anglais face à cette guerre, qu’ils restent unis.

L’écriture est agréable. Je l’ai lu mais je ne chercherai pas à lire le précédent ou la suite.

 

 

Enquête sur le toit du monde de Matt Dickinson

Enquête sur le toit du monde

Matt Dickinson

Traducteur : Katie Burnet

Editions Mont-Blanc -2016

ISBN: 9782365450256

Synopsis :

Ryan, dix-huit ans, part travailler bénévolement pour une association qui fait parvenir du matériel médical aux villages les plus reculés du Népal. Lorsqu’une jeune fille d’un village le supplie de découvrir pourquoi son ami Kami n’est jamais revenu de l’Everest, il ne peut résister…

Ryan s’embarque alors dans une aventure solitaire à travers des paysages grandioses. Sur les pentes meurtrières de la plus haute montagne du monde comme toile de fond, il va découvrir une histoire pavée de mensonges, d’obsessions et de trahisons. Peu à peu Ryan se laisse captiver par le sortilège implacable de l’Everest.

 

Mon avis :

j’aime lire des récits d’aventure, une façon d’être un peu en vacances avant l’heure. Là je vais suivre une aventure un peu particulière. Je vais accompagner Ryan,qui tentera de savoir ce qui est arrivé à un autre jeune garçon, Kami. Sa mission première est de travailler dans une association bénévolement.

« La plupart de ses rêves tournaient autour des hautes montagnes. L’Everest par dessus tout. »

 Kamling, un sherpa cherche un assistant pour une expédition à l’Everest, tout cela pour aider un homme américain. « Le mot résonnait comme une formule magique. »dans la tête de Kami. Pour cela Kami recevrait une somme d’argent, cela lui permettrait de rompre avec une jeune fille. Les traditions de son pays veulent que deux enfants soient promis l’un à l’autre très tôt, sans se connaître. Seul le remboursement de la dote peut briser cet engagement.

Le parcours est semé d’embûches, le climat est rude. Les conditions physiques demandées sont importantes. Kami résistera  -t-il  à une telle ascension ?

Et il y a cet homme américain, Brennan  qui veut la gloire, qui est ambitieux. Il se fout de la morale, des autres. Il mène les gens à la baguette. Il ne voit pas le danger, seul compte son succès, sa gloire. Et ira-t-il jusqu’au bout ou feindra -t-il ? A vous de le découvrir !

J’ai aimé ce récit, l’auteur a su montrer les difficultés liées à toute ascension de hautes montagnes, là il s’agit de l’Everest. Chacun en revient grandi, fort de son expérience.

Finalement, le tyran en a aussi tiré une leçon : «  Disons simplement que j’ai un peu réévalué ma vie. J’ai jeté toutes les choses que je n’avais pas besoin, et j’ai choisi un autre chemin « . Voici comment s’exprime maintenant Brennan, après sa presque ascension .

 

Le chien, la neige, un pied de Claudio Morandino

Le chien, la neige, un pied

Claudio Morandini

Traduit de l’italien par Laura Brignon 
120 pages, 13 €

Editions Anacharsis
Collection « Fictions »
Parution le 14 mars 2017

ISBN 9791092011463

 

 

Une nouvelle fois, la solitude est au centre de ce roman. Adelmo Farandola vit retiré dans la montagne italienne dans un chalet.  Il vit seul tel un ermite, reclus à la mémoire vacillante. Il n’aime pas la compagnie des hommes. Il croise parfois le garde-chasse. Et quand vient l’été Il se réfugie  dans une  cabane, plus haut dans la montagne pour ne pas être dérangé par les randonneurs. Il n’aime pas parler, il est bourru. Son univers, se nourrir, ranimer le feu dans la cheminée, veiller à ce que ses vivres tiennent l’hiver. Passé et présent se confondent .

« Les premiers signes avant-coureurs de l’automne poussent Adelmo Farandola à descendre au village pour faire des provisions. »

 

Puis un jour, il y a ce chien qui surgit, d’où vient-il ? Adelmo ne l’accepte pas tout de suite. Le chien passera de nombreuses nuits à sa porte. Peu à peu, il deviendra le seul ami de l’homme, Adelmo lui parlera. Les mois défilent.

 

Un jour, au printemps, le dégel est là, la nature reprend vie. Adelmo découvre un pied , un pied humain. Adelmo fouille sa mémoire, il ne se souvient pas. Qui a déposé ce pied ?

 

L’auteur nous livre un conte cruel, suscitant de nombreuses réflexions: la montagne, la solitude et autres folies.

En lisant, j’ai pensé à un autre auteur italien : Dino Buzatti.

 

Summer de Monica Sabolo

Je remercie NetGalley et les Editions JC Lattés pour ce partenariat .

 

Summer

Monica Sabolo 

JC Lattés

Littérature Générale

Publication : 2 août 2017

 

 

Dans mes rêves, il y a toujours le lac .

Summer , prénom d’une jeune fille qui un jour, sur les bords du lac Léman disparaît. Où est-elle ? que lui est-il arrivé ? Sa famille ne sait pas ,  les recherches de la police restent vaines.

Comment vit-on avec l’absence de sa sœur, Benjamin ne vit plus. Cette disparition le hante. Il est suivi par un psychiatre, il se remémore la vie avec elle. Comment peut-on survivre à un tel bouleversement ?

Un roman  met en scène la vision d’un adolescent face à la perte de sa sœur.

L’auteur place en avant la non-communication de la famille, les secrets cachés, et ensuite les informations non dévoilées. Une oeuvre poignante, où les questions se multiplient, et le mal être de Benjamin dérange.

J’ai eu du mal à me plonger dans l’histoire, car je ne m’attendais pas à ce contenu. Puis peu à peu des éléments  nouveaux m’ont incitée à poursuivre ma lecture. Un revirement de situation permet de finir le livre sur une note positive.

Ce livre, je l’ai lu en numérique. Il sortira en août 2017.

Monica Sabolo, née en 1971, est française, d’origine italienne. Elle est journaliste.