Le berceau de Fanny Chesnel

Joseph est Normand, la soixantaine, cultivateur, à la retraite. Il vit seul depuis le décès de sa femme. dans sa région qu’il n’a jamais quittée. Il fabrique de ses mains, un berceau, pour sa première petite fille. Mais un appel téléphonique va bouleverser Joseph. L’avion qui ramenait son fils et son compagnon s’est écrasé. Son fils aîné, expatrié aux Etats-Unis, était homosexuel. Lui et son compagnon avaient eu recours à une mère porteuse canadienne. La petite allait naître bientôt.

Joseph décide de partir à la recherche de cette petite. Il veut s’occuper de cette petite, tâche qu’il avait négligée quand ses enfants étaient petits.

J’ai aimé le début de l’histoire, puis il y a eu un nombre important d’invraisemblances qui s’accumulent tout au long du roman. Pourtant le sujet était bien choisi, la parentalité chez un couple homosexuel.  le sujet méritait plus d’attention, et non pas ce roman feel-good, qui plaira certainement à certains.

Le berceau – Fanny Chesnel – Flammarion

Publicités

Viens, on le fait de Nicolas Carteron

Même si j’ai mis du temps à le lire, j’ai apprécié ma lecture. Merci à Anaïs de Librinova .

Ce fut une belle découverte, une écriture agréable, un échange épistolaire . Il y a dans ce livre une intrigue, de la passion, des personnages attachants. L’écriture est poésie.

Qui n’a pas rêvé de dîner avec son auteur favori ? William James a pensé, dans son dernier roman, il glisse un ticket gagnant. Quelqu’un va -t-il le trouver ? À la clé, une soirée en tête-à-tête avec lui. Anna s’évade de sa routine, partagée entre ses enfants, son mari et son travail, grâce à la lecture. Elle ne sait pas encore que ce livre-là va bouleverser sa vie.

Les chapitres sont alternés avec les deux protagonistes, d’un côté Anna et de l’autre William. Ils vont vite être confrontés à leur vie respective, des choix qui peuvent déséquilibrer leur vie.  Quelle solution vont-ils adopter la raison ou la passion ? Au milieu de tout cela, une intrigue policière se greffe, ils vont être la cible d’un tueur.

Même si j’avais découvert qui pouvait être le tueur, la fin fut surprenante. J’ai même envie de le relire pour en savourer plus les mots.

Viens, on le fait de Nicolas Carteron – ISBN : 9791026225140 – Parution ; 23/11/2018 – Editeur : Librinova

___________________________________________

Quatrième de couverture

Qui n’a jamais rêvé de dîner avec son écrivain préféré ?

William James, l’énigmatique romancier à succès, a pensé à tout pour satisfaire ses lecteurs.Caché dans l’un des six cent mille exemplaires de son nouveau livre, un unique ticket attend un heureux gagnant. À la clé, une soirée en tête-à-tête avec lui.

Anna s’évade de sa routine, partagée entre ses enfants, son mari et son travail, grâce à la lecture. Elle ignore que le roman qu’elle vient d’acheter s’apprête à bouleverser sa vie.

Il ne devait s’agir que d’un dîner, une rencontre furtive entre deux inconnus.
Il suffira d’un secret partagé pour tout faire basculer.

Né d’aucune femme de Franck Bouysse

ob_4a2e9f_ne-d-aucune-femmeunknown-1-copie-1

Le père Gabriel doit se rendre dans un ancien monastère, devenu asile, pour bénir le corps d’une femme décédée. Une femme est venue le prévenir que sous les habits de celle-ci, il trouvera des cahiers soigneusement dissimulés qui retracent la vie de Rose.

Rose vivait dans une famille modeste, où il n’y avait que des filles. Son père a décidé de la vendre pour subvenir aux besoins de sa famille. Il l’a cédée comme servante à un Maître forgeron châtelain , qui vit avec sa mère acariâtre. Rose pleure dans sa  petite chambre au dernier étage, seule le soir. Elle a peur de la méchanceté de ces châtelains. Rose devra alors se plier à tous leurs souhaits. Elle perdra son innocence, victime d’une violence insoutenable.

Edmond, le jeune jardinier la somme de s’enfuir. Elle ne peut pas.

Malgré tout, elle gardera une arme. Elle voulait raconter l’histoire de sa vie avant d’être oubliée. C’est une remontée dans le temps, dans l’histoire et dans l’horreur de Rose.

La seule chose qui me rattache à la vie, c’est de continuer à écrire, ou plutôt à écrier, même si je crois pas que ce mot existe il me convient.

Dans ce récit d’une profonde noirceur, tous les points de vue des différents personnages se croisent, que ce soit celui de  Rose,  de  Gabriel, ou du  prêtre qui lit les carnets ou  celui du père  de Rose qui est pris de remords.

Une plume d’une grande sensibilité, où est décrit un destin de femme bouleversant.

Ce fut ma première rencontre avec Franck Bouysse, dont l’écriture m’a émue. Roman noir, roman social, une lecture à ne pas manquer.

Né d’aucune femme – Franck Bouysse – La Manufacture des Livres – ISBN : 2358872717 

— ——————————

Quatrième de couverture ;

« Mon père, on va bientôt vous demander de bénir le corps d’une femme à l’asile.
— Et alors, qu’y-a-t-il d’extraordinaire à cela ? demandai-je.
— Sous sa robe, c’est là que je les ai cachés.
— De quoi parlez-vous ?
— Les cahiers… Ceux de Rose. »

Ainsi sortent de l’ombre les cahiers de Rose, ceux dans lesquels elle a raconté son histoire, cherchant à briser le secret dont on voulait couvrir son destin.
Franck Bouysse, lauréat de plus de dix prix littéraires, nous offre avec ‘Né d’aucune femme’ la plus vibrante de ses oeuvres.
Ce roman sensible et poignant confirme son immense talent à conter les failles et les grandeurs de l’âme humaine.

 

,

Carnaval noir de Metin Arditi

Metin Arditi nous propose un voyage dans le temps  à Venise. Deux intrigues dans un même lieu, l »une se passant en 1575, et l »autre de nos jours.

« Janvier 2016 : une jeune étudiante à l’université de Venise est retrouvée noyée dans la lagune. C’est le début d’une série d’assassinats dont on ne comprend pas le motif. Elle consacrait une thèse à l’une des principales confréries du XVI  siècle, qui avait été la cible d’une série de crimes durant le Carnaval de Venise en 1575, baptisé par les historiens « Carnaval noir « 

Benedict Hugues, professeur de latin médiéval à Genève, découvre une lettre cachée dans un manuscrit, qui évoque un attentat en 1575. Cette lettre est très convoitée, et des faits similaires ont lieu de nos jours.

Les deux intrigues sont liées., l’auteur passe d’une époque à l’autre.Mais pourquoi, quel en est donc le motif, quel message est retranscrit ?

Il faut que l’Eglise retrouve sa place. Il faut supplanter le pape, jugé actuellement trop souple, favorable à la venue des migrants.  Pour cela il faut faire quelque chose, terroriser la population, frapper fort. Deux actions sont prévues, et qui va les mener ? Il faut chercher  des islamistes  toujours prêts à mourir en martyr.

De nombreuses informations sont diffusées.

L’histoire dans l’Histoire est intéressante, Métin Arditi sait conter mais ce fut un bon moment de lecture, je n’en garderai pas un souvenir mémorable.

Carnaval noir – Metin Arditi – Grasset -Nombre de pages : 400 -Date de parution : 16 août 2018

 

 

 

Dix – sept ans de Eric Fottorino

Une mère, Lina invite ses trois enfants et leur famille pour un déjeuner dominical . Et là elle évoque des souvenirs, des faits vécus et cachés aux yeux de ses enfants. Une enfant mise au monde , et placée, on ne sait où ?

« J’ai mis au monde une petite fille. On me l’a enlevée aussitôt. Je n’ai pas pu la serrer contre moi. »

Puis, quelques années plus tard, Lina met au monde, un enfant qu’elle nommera Eric . Son père est juif marocain  il ne le reconnait pas. La vie de Lina est dévoilée, les frères d’Eric sont touchés par cette révélation. Eric reste de marbre. Chacun va reprendre sa vie, sauf Eric, il n’est plus le même. Il veut comprendre. Pour cela, il va partir quelques jours dans la ville où il est né, Nice. Une ville qu’il ne connait pas, sa mère et lui l’ont quittée peu après sa naissance pour Bordeaux, leur berceau familial.

Eric va découvrir cette ville. Il imagine cette femme à dix-sept ans, arpentant les rues de Nice. Cette femme, qui est sa mère et qu’il a du mal à appeler « Maman ». Il y a cette mère, mais aussi  » l’absente », celle qui a peu existé, une ombre présente, qui empêche peut-être une relation forte entre ces deux êtres. Il va se rendre au petit village d’Ascros où elle logeait, marchant à la rencontre de cette femme qu’il ne connaît pas. Il retrouve ceux qui l’ont connue. Il imagine sa vie seule, espérant peut-être le retour de celui qu’elle a aimé.

Il va alors comprendre la personnalité de sa mère. Mis au jour, les secrets, les blessures n’ont plus le même poids. Le fils trouve alors en lui la force de témoigner la tendresse à sa mère, et de lui prouver son amour.

Ce roman est une quête identitaire. La plume d’Eric Fottorino est magique, elle sait dire les mots, les enveloppe afin de nous livrer un portrait de femme meurtrie, blessée.

Et la fin de ce roman est ..Lisez le et vous saurez !

Dix-sept ans – Eric Fottorino – Gallimard – ISBN :9782070141128- Parution juin 2018

Nous, les vivants de Olivier Bleys

Jonas est pilote d’hélicoptère, il a une vie paisible avec sa femme et sa fille. Il effectue le ravitaillement dans les villages perdus dans la Cordillère des Andes. Il aime son travail. Un jour il doit partir ravitailler le refuge Maravilla, situé à 4000 mètres d’altitude.

Dans ce refuge vit un gardien, ce jour-là, un autre homme est présent, Jésus. Il est chargé de surveiller la frontière entre l’Argentine et le Chili. Le mauvais temps s »installe . Que faire ? boire pour oublier le temps, la météo. La neige tombe et les isole encore plus. Lentement le mystère et le huis clos vont se propager.

Et soudain, le décollage est possible, après déneigement.

Il part, mais revient car tout autour de lui, les montagnes le renvoient au refuge. L’hélicoptère se fracasse, mais l’homme est vivant. Remis sur pied, Jonas part avec Jésus.

« Souviens-toi ; Jésus connait la montagne. Tu dois lui faire confiance. En aucun cas, ne t’écarte de la voie qu’il ouvrira pour vous. Mets tes pas dans les siens, et tout ira bien »…

A la frontière de l ‘Argentine et du Chili, à la passe des anges, Jonas est à la limite entre deux mondes.

Olivier Bleys nous entraîne dans un monde fantastique. J’ai aimé ce récit où se mêle rêve et réalité, au milieu de paysages somptueux. Le suspens est présent, l’auteur nous met face à notre moi, mais aussi face à la nature, que nous ne savons pas toujours préserver.

Maintenant à vous de partager votre ressenti sur ce livre.

Nous les vivants – Olivier Bleys -Albin Michel -ISBN : 9782226326072

 

Roissy de Tiffany Tavernier

Qui est-elle ? où va -t-elle ?

Elle est la narratrice de ce roman, elle est à Roissy. Où va -t-elle ? elle ne le sait pas, elle est en partance, pour une destination qui va s’afficher tout à l’heure. Cette femme ne sait pas qui elle est, comment elle se nomme. Pourquoi est -elle là à errer dans Roissy. Elle ne se souvient de rien. Depuis combien de temps arpente -t-elle ces lieux ? Aucun souvenir. Alors, elle s’invente une vie, passe d’un terminal à un autre. Ce lieu l’apaise. Elle « vole » une valise, ici ou là. Elle peut être femme d’affaires, ou épouse qui va retrouver son mari travaillant à l’étranger. Mais jamais elle ne montera dans un avion.

Il y a les autres, ceux avec qui elle a fait connaissance, Vlad un brisé de la vie, qui ne parle pas de son passé. Liam, Joséphine et les autres …

Tous ces gens vivent là, dans ce Roissy, où cent vingt mille personnes travaillent chaque jour. Ils sont SDF, ils évitent de se faire prendre, deviennent « indécelables », dorment la nuit dans les galeries souterraines. Ils s’entraident .

Roissy constitue un refuge, un cocon ou rien ne peut lui arriver. Elle est devenue Anna, elle vit ici. Elle s’interroge sur sa vie passée, a t-elle subi un choc émotionnel qui lui a fait perdre la mémoire ? A-t-elle provoqué un accident ?Parfois la nuit, elle a des flashs, mais elle ne comprend pas.

Un jour, un homme l’aborde, » l’homme au foulard « , il vient tous les jours. Il se poste devant l’arrivée du Rio-Paris. Il attend , mais personne ne viendra à lui. Elle se méfie, mais accepte de discuter avec lui, car il est « brisé »par la vie.

L’auteur ne nous fait pas seulement découvrir ce lieu, qui est Roissy, mais aussi une femme. Elle dresse le portait de cette femme, qui est angoissée, qui vit sous contrôle, qui ne sait pas ce que sera demain.

Cette femme qui va oser, partir à la reconquête d’elle-même. Elle va tenter de repartir, de sortir de cet environnement, de s’éloigner de Roissy.

Une héroïne inoubliable, des personnages secondaires qui gravitent  autour d’elle, ce livre invite à la réflexion , à nous « pencher » sur ceux que l’on peut occulter.

Ce fut une belle lecture.

Roissy – Tiffany Tavernier – Éditeur : Sabine Weispieser (30/08/2018) – ISBN : 2848053038