Le Grand Monde de Pierre Lemaître

La famille Pelletier.
Trois histoires d’amour, un lanceur d’alerte, une adolescente égarée, deux processions, Bouddha et Confucius, un journaliste ambitieux, une mort tragique, le chat Joseph, une épouse impossible, un sale trafic, une actrice incognito, une descente aux enfers, cet imbécile de Doueiri, un accent mystérieux, la postière de Lamberghem, grosse promotion sur le linge de maison, le retour du passé, un parfum d’exotisme, une passion soudaine et irrésistible. Et quelques meurtres.
Les romans de Pierre Lemaitre ont été récompensés par de nombreux prix littéraires nationaux et internationaux. Après sa remarquable fresque de l’entre-deux-guerres, il nous propose aujourd’hui une plongée mouvementée et jubilatoire dans les Trente Glorieuses.

L’action se passe après la seconde guerre mondiale, au début des « Trente Glorieuses » Elle débute à Beyrouth où la famille Pelletier, d’origine française, fête l’anniversaire traditionnel de leur savonnerie. La famille Pelletier a trois fils et une fille. Aucun enfant ne veut reprendre l’affaire familiale. Le fils aîné , Jean à qui rien ne réussit, il avait tenté de travailler avec son père. Mais c’est un échec , comme son mariage , sa femme Geneviève est une tête à claques…

Il a décidé de fuir à Paris, où il rejoint François. Celui-ci devait entrer à Normal Sup , mais finalement trouve un emploi dans un petit journal, où il publiera dans les rubriques  » faits divers ».

Le dernier fils, Étienne ira à Saïgon, retrouver l’homme de sa vie, Raymond, son beau légionnaire, parti au combat. Embauché à l’Agence des monnaies, Étienne découvre un trafic lucratif connu de tous (ce qui deviendra, quelques années plus tard, l’affaire des piastres) et décide donc d’en profiter tout en poursuivant ses recherches à propos de Raymond. Mais sa curiosité le perdra.

L’erreur serait de croire que Saïgon est une ville. C’est un monde à part entière. La corruption, le jeu, le sexe, l’alcool, le pouvoir, tout s’y donne libre cours sous l’autorité de la déesse absolue, celle que tout le monde révère, à savoir Sa Majesté la Piastre !

Et Hélène, la petite dernière qui ne rêve que de quitter Beyrouth et ses parents.

Pierre Lemaître nous propose un voyage de Beyrouth à Paris, et de Paris à Saïgon. C’est surtout une saga familiale, où l’auteur nous immerge dans la finance indochinoise, la presse parisienne et le négoce de tissus, pendant le déroulement d’une enquête sur le meurtre sordide d’une jeune actrice de cinéma.

Il intègre la grande Histoire à la petite, avec son lot de personnages truculents, affairistes ou tout simplement, petits, perdus dans un univers qui bascule. Le grand Monde est à la fois un roman historique, mais aussi un roman psychologique et social.

Cette histoire ne se finit pas là, nous aurons la suite dans deux autres tomes !

Bonne lecture !

Quelques citations ;

La paix, c’est quand même mieux que la guerre…

Ça dépend. Parce qu’il y a guerre et guerre. Par exemple, en France, les gens se foutent complètement de ce qui se passe ici (Indochine) parce qu’il n’y a que des militaires de carrière. Tant que les appelés du contingent ne viendront pas crever dans les rizières, pour les Français, la paix ou la guerre, ça sera la même chose, parce que ça ne change rien à ce qu’ils ont dans leur assiette.

Le peu qu’ils nous donnent, c’est uniquement pour nous rabaisser…Nous faire comprendre qu’ils ont de l’argent et que nous n’en avons pas.
La critique de Geneviève, aussi injuste que basse, étouffa Jean, mais ce qui l’empêcha de répondre c’était la nouveauté.
Jamais encore elle ne s’était permis un reproche si frontal.

Le Grand Monde – Pierre Lemaître – Éditions Calmann-Lévy – Parution : Janvier 2022 –

EAN : 9782702180815 – 592 pages

Challenge Pavé de l’été ; Sur mes brizées

Publicité

Une enquête de Washington Poe : Le cercle de pierres de M.W.Craven

Je remercie NetGalley et les éditions de l Archipel pour ce partenariat.

Un suspense couronné du Gold Dagger Award du meilleur roman policier 2019.
Dans la région sauvage du Lake District, au centre de cercles de pierres, un tueur brûle vif des hommes fortunés âgés de soixante à soixante-dix ans.
Aucun lien apparent entre les victimes, aucun indice, jusqu’au jour où l’on découvre gravé sur le torse de l’une d’elles un nom : Washington Poe. Celui de l’inspecteur-chef mis à pied pour une
erreur ayant entraîné la mort d’un suspect !
Contraint par sa supérieure Stephanie Flynn de reprendre du service, Poe doit faire équipe avec Tilly Bradshaw, une geek surdouée mais socialement inadaptée. Et avec son ami d’enfance, le policier Kylian Reid. Ensemble, ils remontent quelque vingt-cinq ans en arrière…
Poe comprend bientôt qu’il a été manipulé, mais, surtout, qu’il y a bien pire que de mourir immolé ! À lui de choisir désormais comment justice devra être rendue…

Le cercle de pierres, ou cromlech, est un lieu hors du temps, un havre de paix. Ses mégalithes figurent des sentinelles silencieuses. Des témoins impassibles dont la surface granitique brille, vernie par la rosée du matin. Usés par les éléments, ils ont enduré des milliers d’hivers sans céder aux assauts des ans, des saisons,des hommes.

Washington Poe s’est retiré dans la région de Cumbria de ses fonctions, ou plutôt a subi une mise à pieds pendant quelques temps. Celle-ci va être levée, on a besoin de lui. Des hommes sont immolés par le feu et sur la dernière victime un nom est tailladé sur sa poitrine  » Washington Poe ». Pourquoi ? Poe connaitrait -il les victimes ou le tueur ?

Nul ne le sait, toutes les victimes sont tuées dans un cercle de pierres.

Le tueur avait choisi un cercle de pierres différent à chaque fois.c

Ont- elles des points communs ? Pourquoi ces lieux, différents à chaque fois. Poe sera aidé par Tilly Bradshow, , analyste afin de résoudre cette enquête. Tilly est une jeune femme qu’on ne peut qu’apprécier. Elle est attachante. Il travaillera aussi avec celle qui a repris son poste, Flynn .

Le lieu est entouré de mystères, lande, brume, pierres, collines. L’enquête est en cours, on apprend les raisons de la mise à pieds de Poe.

C’est un thriller intéressant , il est bien construit avec de nombreux rebondissements. Les personnages gravitent autour du duo, Tilly et Poe. Les soupçons sont nombreux, mais qui est vraiment l’Immolateur ? La fin est plutôt surprenante.

Vraiment un bon thriller que je recommande ! J’espère pouvoir découvrir la suite des enquêtes de ce talentueux Poe Washington.

– Sebastian Danchin (Traducteur)

EAN : 9782809844603
400 pages
L’Archipel (22/09/2022)

Mois Anglais 2022, Rendez-vous avec le mal de Julia Chapman

Quand Mme Shepherd vient voir Samson O’Brien à l’Agence de Recherche des Vallons, convaincue que quelqu’un essaie de la tuer, le détective privé pense avoir affaire à une vieille dame un peu sénile. Pourtant, après une série de curieux incidents à la maison de retraite de Fellside Court, il se demande s’il n’aurait pas dû prendre la chose un peu plus au sérieux… Alors que Noël approche, Samson se lance dans une enquête qui l’oblige à renouer avec les habitants de Bruncliffe, ceux-là mêmes qu’il a fuis une dizaine d’années auparavant et qui le traitent à présent comme un paria. Et qui mieux que la tempétueuse Delilah Metcalfe, propriétaire de l’Agence de Rencontre des Vallons, peut l’aider à regagner leur confiance ?

Après avoir lu le livre d’ Emilie Bronté, j’ai cherché à la médiathèque ce que je pourrais trouver, et mes yeux sont tombés sur ce livre.

Alice Shepherd se rend dans une agence de détective car elle est persuadée qu’il se passe de drôles de choses dans sa maison de retraite. Elle est persuadée qu’on veut l’assassiner…des objets disparaissent et reviennent comme par enchantement. Son discours est parfois incohérent. Mais Samson O’Brien n’y croit pas. Sansom O’Brien, qui dirige l’ Agence de Recherches des Vallons située à côté de l’ Agence de Rencontres des Vallons, dirigée par Delilah Metcalfe, va être sollicité par une charmante vieille dame. Madame Shepherd n’a plus toute sa tête

Il va quand même se renseigner, son père réside aussi dans ce lieu. Peu de temps après Madame Shepherd rencontre des problèmes cardiaques, elle succombe. Aucune autopsie n’est réalisée. Puis d’autres décès suivent …

D’autre part, un bélier disparaît, son propriétaire vient demander à Samson de s’en occuper.. Le métier de détective n’est pas de tout repos, entre la recherche de Ralph , le bélier reproducteur et les aventures de la maison de retraite où les rumeurs vont bon train, il n’y a pas de place pour l’ennui. Évidemment, Delilah ne sera pas de trop pour lui donner un coup de main…

L’enquête est bien menée, on trouve dans ce roman l’humour  » British  » de Julia Chapman. Certaines scènes sont drôles. L’auteur nous invite à la suivre dans ses écrits, qui peuvent nous détourner du véritable auteur des faits.

Ce fut un moment de lecture agréable, c’est un polar tout simple. L’étude des personnages est intéressante.

Rendez-vous avec le mal – Julia Chapman – Éditions de La Loupe – 340 pages – ISBN : 9782848689784

Le dernier vol de Julie Clark

Claire avait tout planifié pour fuir Rory, homme politique charismatique doublé d’un mari tyrannique. Mais, à la dernière minute, la mécanique s’enraye. Son chemin croise alors celui d’Eva à l’aéroport JFK. Elle aussi a de bonnes raisons de vouloir changer de vie. Et si chacune prenait la place de l’autre ? Les deux jeunes femmes décident d’échanger leurs billets d’avion. Claire s’envole donc pour Oakland au lieu de Porto Rico, où elle apprend, horrifiée, que le vol qu’elle aurait dû prendre s’est abîmé en mer. Claire est désormais Eva aux yeux de tous. Mais la nouvelle vie dont elle rêvait pourrait se révéler pire que celle qu’elle a laissée derrière elle. Eva avait des secrets ; Claire en a hérité. Des menaces pèsent à présent sur elle…

Je remercie NetGalley et les Éditions de l’ Archipel pour leur confiance .

Claire est mariée à Rory, un politicien riche. Sa vie pourrait être rutilante, mais son mari a deux personnalités, la mondaine et la privée. Dans le privé, Rory devient violent, n’hésite pas à lever la main sur sa femme. Claire vit dans la luxure, mais ne veut plus être le jouet de son mari. Avec une amie, elle décide de partir, de s’enfuir, de changer de vie. Elle veut partir loin de cet enfer.

Tout est planifié, Elle va enfin pouvoir respirer …mais tout ne se passe pas comme elle l’a prévu. Elle doit changer son plan.

Eva veut aussi fuir sa vie, elle ne sait pas comment faire. Par le curieux des hasards, Claire et Eva vont se rencontrer et échanger leurs identités. Claire devient Eva et Eva devient Claire.

Les chapitres s’alternent avec la vie des deux femmes. Claire est émouvante, a dû mal à imaginer son avenir. Nous voyons la vie d’ Eva défiler avant sa rencontre avec Claire. sa vie n’est pas simple.

L’auteur aborde la violence faite aux femmes, l’usurpation d’identité, le mal être de l’enfance.

J’ai aimé ce livre , les chapitres sont courts, l’ensemble est bien rythmé. Ce fut une lecture addictive.

Je recommande ce livre.

Le dernier vol – Julie Clark – Éditions de l’Archipel – Parution – 07/07/2022 – ISBN : 9782809841565

Summit de Mo Malo

À Nuuk, capitale du Groenland, Qaanaaq Adriensen, le chef de la police locale, mi-Inuit mi-Danois, est chargé d’organiser la première réunion de la Scandinavian Police Association. Les plus grands flics islandais, danois, norvégiens et finlandais se retrouvent à Kangerlussaq, à l’ouest du grand pays blanc, pour sauver le Danemark d’une guerre des gangs qui menace sa stabilité. Mais tout se complique quand l’un d’entre eux disparaît…

Malgré la situation, le groupe doit partir en expédition dans l’Inlandsis – une nappe de glace recouvrant la terre ferme et qui peut atteindre plusieurs milliers de mètres d’épaisseur. Mais pendant le voyage, des événements de plus en plus inquiétants se produisent : leurs balises de repérages sont désactivées, ils évitent un accident de justesse, deux autres participants disparaissent à leur tour… Et si quelqu’un cherchait délibérément à provoquer leur perte ? Dans cette atmosphère angoissante, Qaanaaq doit affronter une blessure ancienne, liée à un secret de famille qui vient de refaire surface. Au milieu du blizzard et des blocs de glaces, tous sont désormais coupés du monde : si la faim et le froid n’ont pas raison d’eux, ce pourrait bien être la folie polaire…

Dans le cadre du Challenge NetGalley, j’ai pu lire en avant-première la suite des aventures de Quaanaaq, je remercie NetGalley et les Éditions de La Martinière pour l’envoi de ce livre numérique.

Un plaisir de retrouver Qaanaaq , l’auteur nous emmène sur le territoire de ce redoutable prédateur, animal emblématique du Groenland. Qaanaaq doit être présent à une réunion pour dialoguer avec ses confrères des pays avoisinants . Il a surtout pour but de créer de la cohésion entre les différentes forces de polices pour lutter plus efficacement contre les guerres de gangs qui menacent la stabilité du Danemark.

Mais un agent manque à l’appel, où est-il ? que lui est-il arrivé ? Complot ? Malgré sa disparition le groupe doit partir en trek dans l’Inlandsis. L’expédition est loin d’imaginer les périls qui les attendent sur cet immense désert de glace. Température, paysage glacial à couper le souffle, j’ai été happée par cette histoire qui ne manque pas de rebondissements. Je fus immergée dans cette atmosphère de nuit polaire par de magnifiques descriptions de paysages. L’intrigue policière intègre le mode de vie traditionnel, la culture et les coutumes des Inuits, ce qui provoque une réflexion sur l’identité et la reconnaissance de ce peuple.

Qaanaaq se livre, sa vie privée se dévoile peu à peu . J’ai lu quelques livres précédemment, j’étais familiarisée avec les différents personnages cités dans cet opus.

Même si ce livre peut se lire séparément, je vous conseille fortement de lire les autres avant.

Summit est un roman policier différent des autres tomes.

SummitMo Malo – Les Editions de la Martinière – Parution 3 juin 2022 – ISBN : 9782732497211

Abîmes de Sonja Delzongle

Janvier 1999. Viktor Mendi, un homme d’affaires, et son épouse s’écrasent avec leur avion de tourisme dans le massif pyrénéen du Mont-Perdu, à la frontière franco-espagnole.
Vingt-quatre ans plus tard, leur fils, Antoine, arrive dans la région. Auparavant en fonction chez les chasseurs alpins, il vient d’obtenir sa mutation dans la gendarmerie du village natal de son père.
Très vite, sa supérieure, la redoutable capitaine Elda Flores, comprend que sa nouvelle recrue lui cache quelque chose. Quel secret obsède Antoine ? D’où lui vient cette défiance envers les habitants du village ? Quels liens entretient-il avec la communauté qui vit en autarcie dans la forêt voisine, et notamment avec .la mystérieuse Miren ?
Lorsqu’un berger découvre dans son pré sept bonhommes de neige disposés autour du message « Ont vous auras », tracé dans la poudreuse, le village est saisi d’effroi.

Après une année d’absence, elle était enfin revenue se nichant partout dans la vallée de ces Hautes-Pyrénées. La neige. Lourde, compacte, dense, de la belle poudreuse.

Une ambiance dans le froid voilà ce que nous propose Sonja Delzongle dans son dernier roman  » Abimes  » , dès les premières pages elle nous glace le sang. . Ce coin des Pyrénées n’est pas fait pour les âmes sensibles.

Janvier 1999 Viktor Mendi, un homme d’affaires et son épouse s’écrasent avec leur avion de tourisme dans le massif pyrénéen du Mont-Perdu. Vingt-quatre ans plus tard, un berger découvre un cercle de bonhommes de neige accompagnés d’un message malveillant .
En même temps, leur fils Antoine, arrive dans la région, muté dans la gendarmerie du village, pour enquêter sur la mort de ses parents.

Nous sommes dans la montagne . Si la neige est blanche, les personnages qu’elle a mis en scène ne le sont absolument pas. Au Mont-Perdu il y a le village et à côté vit une communauté en totale autarcie dans la forêt . Tous ont des secrets et sous la neige sont ensevelis des secrets, et peut-être aussi des cadavres. L’intrigue est glaciale.

Le lecteur vit au gré des aventures, il va de péripétie en péripétie. Les chapitres courts s’enchaînent, l’écriture est maîtrisée et tellement addictive.L’auteur nous entraîne au bord de ces « Abîmes » où chacun risque de tomber.

Sonja Delzongle attache toujours autant d’importance à la nature et à l’écologie, thèmes forts que l’on retrouve dans chacun de ces thrillers.

Ce fut un bon moment de lecture.

Je remercie vivement l’Opération Masse Critique de Babelio et les Éditions Denoël pour ce partenariat.

Abîmes – Sonja Delzongle – EAN : 9782207163788- Denoël (16/02/2022)

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°24]


L’horizon d’une nuit de Camilla Grebe

N’ayant pu obtenir le livre numérique, j’ai demandé le livre audio, je remercie NetGalley et les éditions Audiolib d’avoir répondu à ma demande. Deux voix vont se succéder tout au long du livre, celle de Marie Bouvier et celle de Philippe Spiteri.

Dans sa grande maison aux abords de Stockholm, Maria aime sa famille recomposée avec son nouveau mari Samir, son petit Vincent, si fragile et attachant, et sa splendide belle-fille Yasmin, qui couvre ce dernier d’amour.
Par une terrible nuit d’hiver, Yasmin disparaît près de la falaise, mais aucun corps n’est jamais retrouvé.
Bientôt, tout accuse Samir. Après tout, n’avait-il pas une relation conflictuelle avec sa fille ?
Maria ne peut y croire, mais petit à petit, le doute l’envahit… Les inspecteurs Gunnar Wijk et Ann-Britt Svensson sont chargés de l’enquête. Jamais faux-semblants et mensonges n’auront autant régné.

Camilla Grebe revient avec un nouveau roman policier, qui met en scène plusieurs personnages, Maria et son fils ,Vincent garçon trisomique et Samir et sa fille Yasmin, une famille recomposée . Chacun mène sa vie. Ils habitent tous dans la maison de Maria, en banlieue de Stockholm . Un soir d’hiver, Yasmin ne rentre pas, elle disparaît au bord d’une falaise, l’inquiétude est là . Tout accuse Samir, son père de l’avoir tuée, mais aucune trace de son corps. Elle avait des rapports conflictuels avec lui.

L’auteur nous livre alors trois versions des faits, chacun avec son ressenti. Mais chacun raconte des histoires, pour qui, pourquoi ? Chacun ment , a -t-il peur de la vérité ? Seul Vincent, l’enfant trisomique dit sa vérité, telle qu’il la voit, il ne cache rien.

La construction est intéressante, on est en plein drame familial, chacun cache quelque chose, Progressivement, je vais être prise au jeu, qui est le coupable ? On va de surprise en surprise, et la fin est bluffante.

Encore une belle découverte que ce dernier livre de Camilla Grèbe. Un livre qui aborde les préjugés racistes et leurs conséquences. Comme souvent avec Camilla Grebe on retrouve la thématique des violences faites aux femmes mais aussi ici du racisme, de la religion qu’elle aborde avec justesse .J’ai aussi apprécié que le père soit français d’origine arabe, c’est suffisamment rare dans les polars nordiques pour être noté. La fin reste bien amenée et la vérité douloureuse. Je vous souhaite une bonne lecture.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°23 ]

Canicule sanglante de Pierre Guinot-Delery

D’abord il y a un emballement du thermomètre qui culmine maintenant à presque 43 degrés le jour et se maintient à 25 ou 26 degrés la nuit. Impossible de trouver le sommeil dans cette atmosphère moite et pesante.

La ville de Caen suffoque sous l’effet d’un épisode caniculaire. Un matin, le corps du vice-président de la chambre de commerce, et chef d’entreprise est retrouvé mort devant le palais de justice. La victime a souffert, elle n’a pas été torturée, mais a souffert d’un manque d’eau pendant 48h puis a été tuée.

Le commandant Marion Metayer et son équipe sont chargés de l’enquête. elle a peu de moyen pour effectuer cette enquête et surtout peu d’homme . Comme si un meurtre ne suffisait pas, voici un deuxième corps, quatre jours plus tard, celui d’un sénateur. Que se passe-t-il à Caen ? Les esprits s’échauffent. Avec ce deuxième meurtre, des effectifs supplémentaires sont accordés. Les meurtres vont-ils se succéder ? Tous les moyens et toutes les pistes vont être exploitées pour les résoudre. Un seul homme a commis ces meurtres avec une même arme.

Marion est sur le qui-vive, cette jeune femme aux nuits tourmentées, ne sait plus à qui se fier. Elle pense souvent à son père, ancien policier, atteint de la maladie d’Alzheimer, qui ne peut plus l’aider. Elle doit mener à bien cette enquête.

Écrit dans un style agréable, l’enquête est bien menée, avec des rebondissements. Chaque chapitre débute avec un petit tableau jour, heure, température pour nous indiquer la canicule du jour. J’ai suivi avec intérêt les protagonistes. Quelques passages de texte sont écrits en italique pour transmettre les pensées du tueur.

Un bon moment de lecture

—————————————————————-

L’auteur ; Né en 1949, il vit sa retraite en Normandie, Pierre Guinot-Deléry a effectué toute sa carrière dans la haute fonction publique dont la direction générale des services à la mairie de Paris. Il a aussi exercé pendant 12 ans dans le corps préfectoral. Il a notamment été préfet de police à Lyon et préfet du département du Lot. Il est l’auteur de 8 ouvrages (essais et fictions). Canicule sanglante est son deuxième polar.

Canicule sanglante – Pierre Guinot-Delery – Éditions de la Gronde – 07/02/2022 –

EAN : 9791097052232 – 264 pages

————————————————————————–

Quatrième de couverture :

Le réchauffement climatique augmente-t-il les risques de passages à l’acte meurtriers ?
La ville de Caen suffoque sous l’effet d’un épisode caniculaire d’une intensité inédite. Dans cette lourde atmosphère assortie de graves perturbations de la production d’électricité, l’assassinat à quatre jours d’intervalle d’un chef d’entreprise en vue, puis d’un sénateur, sème parmi la population locale un émoi considérable qui s’étend à tout le pays.
L’enquête est confiée à Marion Métayer, commandant de police judiciaire. Avec son équipe, elle doit à la fois supporter des températures extrêmes, contenir les pressions politiques dont elle est l’objet et trouver les raisons qui poussent un tueur déterminé à poursuivre sa vendetta jusqu’au bout.
Avertissement : L’atmosphère de Canicule sanglante n’épargnera ni les frissons ni les sueurs froides au lecteur, plongé dans une ambiance implacable où chacun défend sa part de pouvoir…

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°22 ]

« Jézabel » de Irène Némirovsky

Dans le cadre du Mois de l’Europe de l’Est d’Eva, Patrice et Goran , j’ai choisi de lire ce livre d’Irène Némirovsky, « Jézabel « .

Le roman débute au tribunal par le procès d’une femme accusée d’avoir tué . Dans la nuit du 24 au 25 décembre 1934 Gladys Eysenach a tiré à bout portant sur Bernard Martin , 20 ans, étudiant en lettres. Dans la première partie du roman, nous suivons le procès de cette femme, dont nous savons peu de chose. On la découvre à partir des témoignages des personnes venues à la barre. Elle a reconnu l’avoir tué mais est resté muette sur la raison. Elle a peur du scandale .

La deuxième partie est un flash-back des années passées et les causes de ce crime.

On revient sur les premières années de la vie de l’accusée. Gladys Eysenach est née à Santa-Paloma,aux confins du Brésil et de l’Uruguay. Elle a vécu sans son père. Elle a beaucoup voyagé, puis finalement s’est installée en France en 1928. Elle est obsédée par son apparence et la jeunesse. Elle aime être courtisée par les hommes, ne dévoile jamais son âge. Elle n’accepte pas son vieillissement. Elle ne peut qu’être belle !!. Elle a eu une fille qu’elle néglige.

Gladys est une femme imbue de sa personne, égoïste. Elle souhaite détourner le cours du temps de son destin. Cette Jézabel ne convoite pas seulement le regard des hommes. Elle veut surtout rester jeune, et trouve toujours une justification à tous ses actes.

Irène Némirovky nous dépeint une femme de son temps. Dans la Bible, Jézabel , c’est la séductrice, la femme d’Achab, roi d’Israël, et l’exemple même de l’influence – mauvaise – d’une femme sur son mari. Cruelle et méchante, elle ne recule devant rien, et la séduction est son arme la plus terrible.

La Jézabel de Irène Némirovski nous semble de moins en moins sympathique au fur et à mesure que se déroule son histoire. Gladys en effet veut attirer toutes les adorations et pour cela elle est prête à sacrifier son enfant et à détourner le temps. Ne l’a t-elle pas fait ? Elle est toujours hantée par la vieillesse.

« Ce désir de plaire, d’être aimée, cette jouissance banale, commune à toutes les femmes, cela devenait pour elle une passion, semblable à celle du pouvoir ou de l’or dans un cœur d’homme, une soif que les années augmentaient et que rien, jamais, n’avait pu étancher complètement. »

Irène Némirovsky saisit, d’une écriture fluide un portrait de femme , que l’on voit évoluer mais qu’on ne peut pas comprendre.

Ce n’est pas le premier livre que je lis, mon impression de lecture est mitigée. J’ai trouvé beaucoup de longueurs tout au long du récit.

Je l’ai lu en numérique, téléchargé sur Bibebook.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°21 ]

.

Glen Affric de Karine Giebel

Il y avait longtemps que je n’avais pas été aussi happée par un roman, plus de 700 pages.

Une couverture qui attire l’œil, un lieu Glen Affric , est une vallée écossaise située dans les Highlands, à l’ouest de Loch Ness. Un endroit qui permet à l’autrice d’insuffler une part de rêve au sein d’un thriller psychologique.

@Wikipedia

Trois histoires vont s’entrecroiser. Il y a Léonard, dit Léo le triso ou Léo le bâtard, appelé ainsi par les collégiens, dont il est le souffre douleur. Il se fait constamment racketté mais ne dit rien.. Et pourtant il a une force herculéenne. Son frère qu’il ne connaît pas encore, Jorge Mathieu qui est en prison depuis 22 ans, pour des meurtres qu’il n’a pas commis. Puis Angélique, une jeune femme, séquestrée par son oncle depuis le décès de ses parents.

Mona est la maman courage. Elle gère au jour le jour. Elle sait bien que le quotidien de son « grand  » ne doit pas être facile tous les jours. Elle ne s’apitoie pas sur son sort, son mari s’est pendu car il n’en pouvait plus. Mais elle est toujours là, elle est présente à côté de Léo. Elle aime lui raconter comment elle l’a trouvé. Léo en fait un leitmotiv , et quand il ne va pas bien, il reprend le récit de sa découverte.

Glen Affric,. une carte postale envoyée à Mona par Jorge, il y a 16 ans, ne quitte pas Léonard. Glen Affric peut être aussi des étincelles de bonheur qui viendront..

J’ai vibrée aux côtes des différents personnages J’ai eu peur avec Léo. J’ai aimé Mona et Jorge, ce grand frère tombé du ciel. vu la cruauté des humains , que ce soit dans le milieu carcéral ou ailleurs. J’ai eu peur avec Angélique, proie facile pour son oncle.

J’ai tellement espéré un monde meilleur pour eux. La plume de Karine Giebel est acérée, tranchante, mais elle offre aussi des moments de douceurs.

Je vous recommande cette lecture.

Quatrième de couverture ;

Je suis un idiot, un imbécile, un crétin. Je n’ai pas de cervelle »
Léonard se répète ce refrain chaque jour et chaque nuit, une suite de mots cruels qu’il entend dans la cour, dans la rue. Son quotidien.
« Léo le triso. Léonard le bâtard. »

Léo n’est pas comme les autres et il a compris que le monde n’aime pas ceux qui sont différents.
Alors ce qu’il aimerait lui, parfois, c’est disparaître.
Être ailleurs. Loin d’ici. À Glen Affric.
Y rejoindre son frère qui est parti en Ecosse et n’en est jamais revenu. Un jour, lui aussi ira voir les cascades, les lacs, les vallées plantées de grands pins majestueux. En attendant, il accepte, et subit ce que ses harceleurs lui infligent. Mais jusqu’à quand ? Car si Léonard est une proie facile et résignée, tout être humain a ses propres limites…

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°20 ]