Le Mystérieux évadé de Daniel Devaux

Au Siècle des Lumières, en 1756.
Imaginez un homme, jeune, intelligent et bien de sa personne, un peu retors et emprisonné — injustement évidemment — dans la célèbre Prison des Plombs à Venise.
Il se réveille un matin en France, de nos jours, complètement nu et au milieu d’une vaste pelouse.
Tout lui est étranger.
Comme cet objet étonnant, plat et orné au dos d’une gravure représentant une pomme croquée. Il s’illumine parfois en émettant un son et — le croirez-vous ? — son possesseur le porte alors à l’oreille et parle !
Naturellement, son comportement atypique et ses réactions curieuses étonnent tout le monde.
Trop. Car on le traque.
Mais par bonheur, il peut compter sur l’aide de Sébastien et de ses deux amies.
Lui — mais est-ce bien lui ? — il n’a qu’une seule envie, une obsession : retourner avec leur aide à Venise…et en 1756.
Est-ce raisonnable, ou même sensé ?
Réussira-t-il enfin à revenir chez lui ? Et surtout à son époque ?

_________________________________________________________

Cette lecture est une lecture imposée. Ce livre est en lice pour le Prix de la Reine Mathilde de Cheux.

Que diriez-vous de vous réveiller un matin sur une pelouse, alors que la veille vous vous trouviez dans une cellule de prison à Venise, en 1756 ? C’est ce qui est arrivé à cet homme qui se nomme Giacoma Girolamo Casanova .

Ce thriller fantastique va nous plonger dans la Venise du XVIII siècle et la Normandie du XXI siècle.

Giacoma a tenté une expérience insolite, être propulsé dans la Venise du XVIII siècle. Il oscille entre deux mondes, et là le retour est plutôt inattendu, Giacoma au XXI siècle est inconnu de ses concitoyens , comment est-ce possible, alors qu’il était célèbre dans sa Venise ?

Dans la Normandie du XXI siècle, cet homme présente deux identités, il peut être soit Giacomo, soit le célèbre Jacques Cazeneuve qui a tenté et réussi son voyage dans le temps.

«  Tu te rends compte Jacques Cazeneuve en italien peut se traduire par Giacomo Casanova « 

Les us et coutumes sont différentes.

P 161 « Dans la société qu’il connaissait les femmes dévoilaient volontiers la naissance, et même parfois plus, de leur poitrine. Mais elles dissimulaient leurs jambes et la vue d’une cheville dévoilée fugitivement provoquait, chez les hommes, les plus vifs émois.

Ici, c’était l’inverse. Anne exhibait généreusement ses jambes, semblant trouver cela normal, alors que ses épaules et sa poitrine étaient recouvertes d’un mantelet léger. Pourtant, malgré sa mine hardie, elle ne se conduisait pas comme une courtisane. »

Qui sera -t -il demain au réveil ? l’homme du XVIII siècle ou celui du XXI siècle ? Chaque soir, il écrit des notes afin de les trouver le lendemain matin suivant son identité en ayant une trace de la veille.

Une histoire loufoque mais agréable à lire, un voyage dans le temps qui nous fait réfléchir sur les us et coutumes de ces époques si différentes.

Daniel Devaux – Le mystérieux évadé – ISBN : 2378737904 – Éditeur : Ex Aequo (30/10/2019)

Angkar de Christian Blanchard

Champey est une jeune mère courage qui tente de se reconstruire après la trahison ignoble de son ex-mari. À leur fille de 6 ans, elle invente un bon père, mort dans un accident de voiture, alors que Mau était bébé. Mentir plutôt que la laisser découvrir la vérité sur son géniteur.
Mais une nuit, Champey fait un cauchemar qui la transporte au Cambodge dans la peau d’une autre femme. Elle vit les bombardements, le sang, l’horreur. Les revit les nuits suivantes….

________________________________________________

Je remercie Net Galley et les Éditions Belfond pour ce partenariat.

Champey est une jeune femme  d’origine cambodgienne, qui élève seule sa fille. Mère d’une petite Mau âgée de 6 ans, Champey lui ment sur ses origines. Elle dissimule avec beaucoup de détermination l’identité de son vrai père et lui en idéalise un autre décédé dans un accident. Elle lui crée un faux album de famille.  Peut-on vivre dans le mensonge ?

D’horribles cauchemars viennent  perturber ses nuits. Elle se retrouve au Cambodge sous les traits d’une autre femme, avant même qu’elle ne soit née au milieu des bombardements . Un pays dont elle est originaire mais ne connait pas du tout, ayant été adoptée en France peu après sa naissance. Que lui arrive -t-il donc ?

Dès le début j’ai été happée par l’histoire, Christian Blanchard propose une intrigue complexe et pleine de rebondissements. Il s’interroge sur les mystères des origines, deux  survivantes au passé complexe. Il entre dans l’ Histoire de ce pays, dans la terreur qu’ont semé les Kmers rouges. Il a tout fait pour restituer les événements vécus par ce pays, violences, tortures.

Elle décide de partir dans le pays qui l’a vu naître avec l’accord de son psychiatre. Elle visitera la prison de Tuol Sleng, appelée camp S21, où Pol Pot a fait déporter, torturer et exécuter 17000 personnes. Lorsque Champey arrive au camp S-21 au Cambodge pour remonter le fil de son histoire, je fus comme suspendue à ses émotions.

La première partie  aborde la mémoire transgénérationnelle et l’épigénétique.

Un événement inattendu l’oblige à rentrer en France. Cette première partie fut haletante, j’aurai aimé que cela continue.

Dans ce deuxième opus, les scènes d’actions se multiplient.  L’accent est mis sur le père de Mau, qui sévit en prison. La fin arrive un peu vite et est un peu rocambolesque. Les réponses n’arriveront qu’à la fin du livre.

Plusieurs thèmes abordés dans ce roman noir, l’histoire des Kmers rouges, ils furent aussi cruels que les nazis. Puis il y a le thème du Darknet, où le mal existe aussi, et est parfois difficile à déceler, et  la pédophilie.

L’écriture est fluide, très agréable à lire.Un roman noir puissant à lire. Âme sensible s’abstenir . Angkar – Christian Blanchard Éditeur : Belfond, 288 pages, date sortie : 13 février 2020 ISBN : 2714493262 

Mois du polar 2020 chez Sharon

Sharon, du blog « Des livres et Sharon  » organise tout au long de l’année un challenge polar/ thriller. Elle l’ accentue au mois de février, un mois spécial polar.

Voici mes lectures du mois de février  :

 

 

 

La disparue du Venezuela de Diane Kanblaz

« Et tout de suite, le visage de Cécile lui revient en mémoire. Cette fille est vivante, il le sait, il le sent. Il la sent toute proche. Mais où ? »
Philippe Larcœur, policier attaché à l’ambassade de France à Caracas, est appelé sur une affaire d’enlèvement. Une ressor­tissante française a disparu dans l’une des zones les plus dangereuses d’Amérique latine… Faisant progres­sivement de cette enquête une affaire personnelle, Larcœur n’hésitera pas à braver le danger dans un pays où la ­corruption, la mort et la trahison sont monnaie courante. Il finira par tenter le tout pour le tout pour sauver la jeune femme en même temps que son âme, quitte à se mettre à dos tant sa hiérarchie que la pègre locale !

————————————————————————————————–

Vous voulez voyager, embarquons dans ce pays , le Venezuela.

L’auteur  décrit un pays pauvre, la misère, la corruption, la violence sont là au quotidien. Une jeune française, Cécile est enlevée à Mérida,  récemment arrivée dans le pays. Trois semaines plus tard, l’enquête est au point mort. Le Quai d’Orsay prend contact avec Caracas. L’affaire est alors confiée au capitaine Philippe Larcoeur, officier de liaison détaché à l’ambassade de France. Celui-ci se serait bien passé de cette affaire, il n’a qu’un objectif, être à Paris pour l’anniversaire de sa fille le 26 décembre. Il reste peu de jours avant cette date.

Larcoeur rencontre d’abord le commissaire Lazares, personnage haut en couleurs, flic ou truand ?, puis la famille française arrivée en urgence dans le pays. Puis peu à peu Larcoeur est pris par cette enquête, il veut retrouver Cécile par tous les moyens. Il enfreint les règles, il fait de cette enquête une affaire personnelle. Larcoeur n’hésite pas à prendre des risques pour lui-même et pour les autres. À plusieurs reprises il compromet la suite même de l’enquête.

L’auteur semble bien connaître le pays. Les gangs dictent leur loi. La violence et la corruption restent souvent impunies. Le danger rôde en permanence.

Pour son premier roman, Diane Kanbalz nous livre un polar documenté, sans temps morts, envoûtant.

Diane Kanbalz, La disparue du Venezuela, éditions de l’aube, coll. « Noire », octobre 2017, 268 p., 22 €.

Lu en numérique.

 

La nuit des lavandières de Guénaël Le Duc

Caen, la ville sombre, se blottit, séduite par les charmes de la nuit. Une nuit au cours de laquelle pourtant, on allume des bûchers ardents. Une maison est retrouvée incendiée. Des jeunes femmes enlevées subissent des autodafés.Qui est ce corbeau qui prévient les gendarmes par des courriers morbides ? Quel est ce fantôme que le lieutenant Bauman de la gendarmerie va chasser, secondé par Clémence Weber sa troublante collègue ? À moins que ce ne soit lui la proie. Les deux gendarmes vont affronter le passé pour faire la lumière, mais faire la lumière, ce n’est pas forcément rendre les choses lumineuses, et la recherche de la vérité est parfois un jeu de dupes.

_________________________________________________________

L’histoire se déroule en Normandie, avec une petite virée dans le Poitou. Ce roman est lu dans le cadre d’un prix littéraire, donc une lecture imposée.

Qui allons nous rencontrer dans ce polar ? Un lieutenant Bauman et Clèmence son adjointe, un duo fort sympathique qui vont être amené à   ces terribles énigmes.

Disparition inquiétante de deux personnes dont la voiture,  aux portes ouvertes, est abandonnée sur une  route. Leurs papiers, sac et bagages sont restés dans la voiture, des questions surgissent, enlèvement ?

Non loin de ce lieu, une maison est incendiée, deux corps retrouvés carbonisés. Pourquoi ?

Des jeunes filles disparaissent mystérieusement, certaines sont attachées  et brulées sur des bûchers, quelle est la raison de cette barbarie ?

Et si tout ceci remontaient à des temps anciens, autant de pistes données aux lecteurs, et qu’évoque cette couverture, un souvenir de vacances ?

Au commissariat on commence à recevoir des lettres anonymes adressées à Bauman, et il en reçoit même chez lui. Pourquoi, quel est ce lien mystérieux avec  » le corbeau » de tous ces drames ?

L’auteur présente une  une écriture rythmée, et maitrise le suspens .

Je dois dire que j’ai aimé suivre  cet inspecteur parfois dans des situations cocasses, qui permettent de dédramatiser les situations dramatiques.

J’ai hâte de lire la suite des aventures du lieutenant Bauman et de Clémence.

Je vous invite à lire ce premier roman  » La nuit des lavandières »de  Guénaël Le Duc, édité par les Éditions des Falaises  

Paru en Juin 2019 –  isbn : 978-2-84811-422-4

 

 

Celle qui pleurait sous l’eau de Niko Tackian

Auteur : Niko Tackian

Éditeur : Calmann-Lévy

Celle qui pleurait sous l’eau

SI CLARA N’AVAIT PAS AIMÉ CET HOMME, ELLE SERAIT TOUJOURS EN VIE.
Aujourd’hui, Clara n’est plus qu’un dossier sur le bureau de Tomar Khan. On vient de la retrouver morte, flottant dans le magnifique bassin Art Déco d’une piscine parisienne. Le suicide paraît évident.
Tomar est prêt à fermer le dossier, d’autant qu’il est très préoccupé par une enquête qui le concerne et se resserre autour de lui. Mais Rhonda,son adjointe, veut comprendre pourquoi une jeune femme aussi lumineuse et passionnée en est venue à mettre fin à ses jours. Elle sent une présence derrière ce geste.
Pas après pas, Rhonda va remonter jusqu’à la source de la souffrance de Clara. Il lui faudra beaucoup de ténacité – et l’appui de Tomar – pour venir à bout de cette enquête bouleversante.
QUI RENDRA JUSTICE À CELLE QUI PLEURAIT SOUS L’EAU ?

_________________________________________________________

Ce livre  est le troisième d’une trilogie, après «  Toxique » et « Fantazme« . Il peut se lire séparément mais il faut juste savoir que la vie de Kan Tomar n’est pas simple, sa mémoire lui joue des tours, il a des absences qu’il ne contrôle pas.

Ce livre débute par une noyade dans une piscine parisienne, une jeune femme, Clara,  se serait suicidée. Rhonda la coéquipière de Tomar est dubitative, elle ne  croit pas à cette version des faits.

Khan Tomar est pris par ses affaires et souhaite que cette nouvelle affaire soit élucidée vite.

Rhondha ne lâche pas l’affaire, elle veut que la vérité éclate. Elle veut rendre justice à Clara.

Le rythme est soutenu, il y a de l’action et beaucoup d’émotion. Le sujet est grave après les droits des hommes, Tackian s’attaque et défend à merveille les droits des femmes.

A travers  les personnages du livre , on ressent l’empathie et l’intérêt pour la cause féminine que Niko Tackian semble porter. En effet, l’enquête qui obsède Rhonda traite de violence et de maltraitance psychologiques de la part d’hommes qui profitent de la fragilité de certaines femmes.

les aventures de Tomar Khan semblent loin d’être finies et avoir encore de beaux jours devant elles. J’espère retrouver  Niko Tackian et ses acolytes très bientôt dans un prochain roman.

 

Canicule dans la baie de Paul de Marinville

Pierrot, seul depuis l’âge de dix huit ans, vit près de Granville et exerce nombre de petits boulots : guide pour des groupes visitant la baie, surveillance de résidences secondaires en l’absence de leurs propriétaires et un peu de pêche… Cette vie paisible en pleine nature va basculer, tant sur le plan sentimental que sur le plan financier, avec la proposition d’un travail quotidien au sein de l’Observatoire de la Biodiversité Marine, visant la préservation de l’environnement. Cependant, se produit une succession d’événements (ouragan, meurtre d’un militant écologique, arrivée de monstres marins…) et Pierrot se trouvera confronté alors à de nombreuses interrogation. Paul de Marinville signe ici un vrai roman d’aventure actuel où se mêlent savamment dosés, écologie, tourisme, amour sur un fond toujours magique et attirant, celui du Mont Saint Michel. On y trouve des personnages hauts en couleur, avec leurs qualités et leurs défauts, soumis aux aléas de l’évolution humaine et climatique.

⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔⇔

Merci à Babelio et aux éditions « In Octavo  » pour ce partenariat.

Amusant de se promener sur cette côte que je connais très bien, de la Baie du Mont Saint-Michel à Granville, aux côtés de Pierrot, cet homme est seul. Il habite Carolles Il vivote de plusieurs manières, il vérifie les maisons que lui ont confié des propriétaires qui ne viennent qu’à la belle saison. Il est aussi guide touristique et pêcheur.

Sa vie tranquille va être perturbée, un militant écologique est retrouvé mort, un trafic d’animaux exotiques est suspecté et une étrange rencontre avec une touriste qui va « envouter » notre brave Pierrot.

Cette fiction aux allures édulcorées donne à réfléchir sur l’écologie, sur la vie actuelle sur les changements climatiques et sur les décharges de tous genres sur terre comme dans la mer.

Un bon moment de lecture avec un vocabulaire riche sur tout l’environnement marin.

ISBN : 2377590284
Éditeur : In Octavo (31/12/2019)