La Bête de Jean-Christophe Guelpa

Roman Policier – La bête – Jean-Christophe Guelpa – Éditeur Librinova – ISBN: 9791026237471

Ce roman s’ouvre sur la mort étrange d’un chat dans le parc qui surplombe la ville de Montréal. Suite à cet incident plutôt banal, plusieurs personnes sont violemment agressées et tuées. Les victimes ont subi des morsures et de profondes griffures. Une enquête est alors ouverte, mais une question demeure : quel animal a bien pu faire une chose pareille ? Face à ces questions sans réponses, des zoologistes, une informaticienne au look déjanté, un sergent géant et même un profileur anglophone se joignent au travail des enquêteurs. Et si les agressions n’étaient pas l’œuvre d’un simple animal ? Un roman envoûtant, qui plonge le lecteur dans une ambiance mystérieuse !

_______________________________________________________

Merci à NetGalley et aux Éditions Librinova pour ce partenariat.

L’histoire se passe à Montréal, au Québec . L’auteur est né à Paris et vit dans ce pays depuis quelques années. Des expressions québécoises parsèment le récit, ce qui ne m’a pas gênée .

Mimolette était une petite chatte tranquille, sortie juste se promener. Elle n’est pas rentrée dans son foyer, où sa maîtresse fut désemparée de ne pas la voir revenir. Ce pauvre animal fut tuée de façon atroce, quel animal peut tuer de la sorte, en laissant une odeur nauséabonde ?

Le vétérinaire évoque l’attaque d’un carcajou, tout en restant perplexe. Y – a -t – il cette sorte d’animal à Montréal. Il semble ne pas pouvoir résoudre cette affaire seul. Après le chat, un homme cette fois a été attaqué. Est-ce possible qu’un carcajou s’en prenne à un humain. « Un carcajou n’a pas de griffes si grosses. »Une spécialiste va être contactée afin de clarifier la situation et de trouver le coupable. D’autres morts s’ensuivent toujours aussi mystérieuses, et ayant toutes le même point commun. Les contours des plaies sont toutes griffées et les phanères du chat et des hommes dégagent une odeur nauséabonde.

Une éthologue va se joindre à cette équipe pour déterminer qui peut être l’auteur de ces morts.

L’enquête est intéressante, pleine de rebondissements. Des chapitres courts en italique  se glissent à travers les autres pages. D’un côté il y a l’enquête et de l’autre la vie de ceux qui mènent celle-ci. Les conjoints subissent les inquiétudes, et parfois se les approprient un peu trop.

Le mystère s’intensifie…jusqu’à la révélation finale.

j’ai passé un bon moment de lecture, j’ai appris beaucoup de choses concernant certains animaux. je vais regarder les écrits précédents de cet auteur.

Publicités

Enquête sous les galets de Marc S.Masse

Dieppe, 19 août 1942. L’opération Jubilee est lancée. Les troupes alliées sont clouées sur les plages de Dieppe par la riposte des Allemands. Terrible échec, dont la moitié des troupes engagées ne reviendra pas. Alan Carpenter, un soldat canadien, recueilli et caché par une famille française, parvient à échapper à cet enfer.
Soixante-quinze ans plus tard, Lionel Darsan, un consultant indépendant est chargé de retrouver cette famille. Cette démarche réveille un passé que certains ont intérêt à ne pas voir revenir au grand jour.

_________________________________________________

Nous sommes en Normandie, et 75 ans plus tard, Lionel Darsan est chargé de retrouver la famille qui a hébergé ce jeune soldat canadien.  Mais au fur et à mesure que son enquête avance, une série de meurtres se propagent, jusqu’à ce qu’il soit lui aussi accusé de meurtres.

Le motif de la guerre est un bon sujet pour un thriller, mais l’auteur nous mène à une réflexion, sur le « poids » du passé.  Les secrets de famille sont-ils toujours dévoilés aux descendants, si oui en accepte t-on toujours les conséquences ? Est-il plus facile de mentir pour échapper à la vérité ?

J’ai aimé suivre cette enquête dans ce coin de Normandie. J’ai voyagé de Dieppe à Notre Dame-de-Bonsecours ou encore Neufchâtel-en-Bray. J’ai appris un pan d’histoire que je ne connaissais pas.

« Enquête sous les galets » de Marc S. Masse, éditions Les Falaises, 319 pages. 18 €.

Les yeux fumés de Nathalie Sauvagnac

Roman Noir  – JCLattés -04/09/2019

Au centre, il y a Philippe. Philippe qui vit dans une cité et passe ses journées à traîner, fumer et piquer des bières au centre commercial. Philippe, entouré d’une mère qui le déteste ouvertement, d’un père effacé qui a renoncé depuis longtemps et d’un frère aussi beau que bête.À côté, il y a Bruno, son pote baroudeur et destroy. Bruno qui raconte qu’il a fait le tour du monde, a connu les plus belles femmes, qu’il n’est là que de passage, avant son prochain voyage.Autour, il y a Gros Riton, P’tit Louis, Mme Piccini, La Vieille, Flora avec ses seins d’enfant et Anne, la plus moche des moches. Et puis il y a les canards du parc qui s’étouffent avec des bouts de plastique, les grues et les murs qui tiennent avec les dealers, les gamins qui crient trop fort aux pieds des barres d’immeubles.Les petites violences du quotidien n’atteignent pas Philippe, tant qu’il y a de la bière et les histoires de Bruno pour inventer un autre horizon que celui des tours de béton.Jusqu’à ce qu’un drame vienne pulvériser son équilibre de papier et déclenche la bombe à retardement..

Je remercie NetGalley et les éditions JCLattés pour ce partenariat.

J’avais aimé le premier roman de Nathalie Sauvagnac, celui-ci est un roman noir. Immersion totale dans la vie de banlieue avec Philippe, jeune homme qui erre, il ne sait pas quoi faire. Il n’a pas de travail . Il a une famille qui ne s’intéresse pas à lui. Une mère qui ne voit que son fils ainé, Arnaud, qui  lui  travaille. Le père ne dit jamais rien, les jumeaux  reçoivent des gifles tout le temps.

Il a des amis qui n’en sont pas vraiment. Il partage avec eux  des moments de beuveries. Sa vie se résume à pas grand chose. Quel sera donc son avenir ? Continuer de squatter , de rencontrer ses potes qui espèrent un avenir meilleur, de glaner quelques caresses auprès de jeunes filles. Est-cela la vie ?

«  »Je ne me construis aucun souvenir, je ne serai pas différent dans vingt ans, ni même le jour où je mourrai. Rien ne changera ce jour-là, pour personne. »

L’auteur nous décrit une vie de banlieue, une vie dans la cité. Elle décrit cette vie avec des mots durs et violents. Elle maitrise l’art de nous immiscer dans cette vie, de nous montrer les méandres de cette banlieue.

Philippe n’est que souffrance, et un événement va le faire basculer. tout s’enchaîne, et la fin inéluctable arrive.

Roman coup de poing que je vous recommande de lire !!

Les yeux fumés- Nathalie Sauvagnac – JCLattés -04/09/2019

Vous voulez en savoir plus sur l’auteur, lisez son blog : Le Petit Théâtre de Nath

Le cercle de Caïn de Sophia Raymond

Une journaliste baroudeuse en pleine débâcle professionnelle et affective.
Un corps qui réapparaît, miraculeusement conservé, 5000 ans après une mort peu naturelle.
Et L’Enfer de Dante…
Clara Fischer, en flairant le scoop qui doit relancer sa carrière de grand reporter, n’a-t-elle pas sous-estimé le danger menaçant ceux qui approchent de trop près la momie des glaces ?

 

L’histoire débute au cœur des Dolomites à la frontière de l’Autriche et de  l’Italie. Un corps datant de plusieurs années est retrouvé dans la glace, par un couple de randonneurs.

Toutes les personnes qui l’ont approché, disparaissent soudainement. Clara Fisher , journaliste parisienne, en  quête de reconnaissance, se retrouve mêlée à cette histoire. Après la mort tragique de son collègue, Clara se lance dans cette enquête.

Une vieille momie énigmatique, Clara fouine malgré le danger qui la guette à chaque instant. Elle aura fort à faire pour découvrir le fin mot de ce mystère où se mêle trahison, superstition et soif de pouvoir.

Sophia Raymond exploite entre autres le thème de la malédiction de la momie Ötzi. Un mystère glacé qui a mis en ébullition son imagination. Elle s’appuie sur des faits réels, pour en faire « un page -tuner » efficace.

Le cercle de Caïn – Sophia Raymond – ISBN : 2749937418 – Éditeur : Michel Lafon (31/10/2018)

Requiem pour la république de Thomas Cantaloube

«Je connais bien la question algérienne. Je connais bien la police. Je ne veux pas être désobligeant avec vous, mais il y a des choses qui vous dépassent. L’intérêt supérieur du pays nécessite souvent que l’on passe certains événements, certaines personnes, par pertes et profits.» Automne 1959. L’élimination d’un avocat algérien lié au FLN tourne au carnage. Toute sa famille est décimée. Antoine Carrega, ancien résistant corse qui a ses entrées dans le Milieu, Sirius Volkstrom, ancien collabo devenu exécuteur des basses œuvres du Préfet Papon, et Luc Blanchard, jeune flic naïf, sont à la recherche de l’assassin. Une chasse à l’homme qui va mener ces trois individus aux convictions et aux intérêts radicalement opposés à se croiser et, bien malgré eux, à joindre leurs forces dans cette traque dont les enjeux profonds les dépassent.

____________________________________________________

Thomas Cantaloube évoque ici les premières années de la cinquième république, qui furent aussi chaotiques que celles que nous vivons de nos jours. On va côtoyer des politiques, des hauts fonctionnaires, mais aussi des malfrats, mais aussi une femme et un homme honnête.

Tout débute par l’assassinat d’un avocat algérien proche du FLN, commandité par Maurice Papon, qui est le préfet de la police de Paris. Abderhamane Bentoui, avocat,  est soupçonné de fricoter avec les indépendantistes algériens. L’exécution ne se passe pas comme prévue .

Tout s’organise autour de trois personnages qui vont être à la recherche du meurtrier.

Un jeune flic, Luc Blanchard,  novice dans la profession et qui va vite découvrir les coulisses de la préfecture de police .

Antoine Carrega, le truand corse qui rend service à son compagnon de la résistance, Aimé de la Salle de Roquemaure, dont la fille vivait avec l’avocat assassiné . Elle est morte avec lui, ainsi que leurs deux enfants.

Sirius Volkstrom,qui devait tuer Carrega, après le meurtre mais surtout homme à tout faire de l’extrême droite.

Une maitrise de l’intrigue, une histoire ancrée dans la réalité de l’époque, le racisme, la violence, les manigances politiques. L’enquête est passionnante du début jusqu’à la fin.
Deux épisodes de notre passé sont relatés:

le 18 juin 1961, il y a eu l’attentat du Strasbourg-Paris,le déraillement est provoqué par une bombe placée sous le rail et qui explose au passage du train.La bombe aurait été placée par l’OAS, dans le cadre de la guerre d’Algérie.

La Nuit Oubliée – 17 octobre 1961 .Ce jour-là, des dizaines de milliers d’Algériens manifestent pacifiquement contre le couvre-feu qui les vise depuis le 5 octobre et la répression organisée par le préfet de police de la Seine, Maurice Papon. La réponse policière sera terrible. Des dizaines d’Algériens, peut-être entre 150 et 200, sont exécutés. Certains corps sont retrouvés dans la Seine. Pendant plusieurs décennies, la mémoire de ce épisode majeur de la guerre d’Algérie sera occultée.
L’évocation de ces faits historiques n’est pas pesante dans le livre.

je peux dire que Requiem pour une République est un polar historique dont la trame policière est aussi intéressante que le fond politique.

Thomas Canteloupe a su mêler, pour un premier roman faits réels et fiction avec une maîtrise parfaite.

Difficile de ne pas être touchée par ce livre qui nous rappelle ce que fut cette période, qui fait partie de notre Histoire.

Thomas Cantaloube, Requiem pour une république, Gallimard, Série Noire, 2019. 541 p. – ISBN : 2072787564

 

Dix petits frelons de Valérie Valeix

Après la disparition de son mari, gendarme d’élite et membre des forces spéciales, survenue lors d’une mission en Syrie, Audrey se rend chez Grégory Larcher, prêtre éducateur de rue et apiculteur spécialiste en gelée royale, afin d’y suivre une formation approfondie sur la précieuse substance.
Cet homme habite le célèbre village normand de Giverny où il a créé la « Ferme aux Enfants », un lieu d’accueil pour jeunes en difficulté qu’il initie à l’apiculture et à la peinture, étant voisin de la propriété où vécut le peintre Claude Monet.
À peine arrivés sur place, Audrey et son fidèle ami, Lebel, se rendent au vernissage de l’exposition « Magie d’un peintre » qui révèle au public un dessin inédit de Monet, « Collier aux Nymphéas », de 1909, et la réalisation contemporaine de ce projet de bijou par le prestigieux joaillier Chaumet.
La nuit suivante, la Fondation est cambriolée. Seuls le dessin et le collier ont disparu ; à leur place ont été déposés deux frelons secs…

______________________________________________

Giverny est bien connu pour être le berceau de Monet, où ses célèbres tableaux sont exposés, et où son jardin est très visité.

C’est ma première rencontre avec Audrey qui est  apicultrice mais aussi auxiliaire de justice.

Audrey  rejoint ce lieu  Normand pour apprendre plus sur la gelée royale auprès d’un prêtre éducateur, Grégory Larcher. Elle est accompagnée de Francis Lebel, ancien adjudant de gendarmerie à la retraite.

Lors d’une exposition dans la maison de Monet, qui célèbre les quatre-vingt dix ans de sa mort , un dessin inédit du peintre est présenté  » « Collier aux Nymphéas » qui servit de modèle pour un bijou. Le lendemain, le dessin et le collier  ont disparu. A la place se trouvent deux frelons séchés.

Ce sont ensuite des pensionnaires du Père Larcher qui disparaissent. L’enquête s’annonce difficile. Tous semblent avoir des choses à cacher. Les objets volés auront bien du mal à être revendus. Y-a-t-il des liens entre ces différentes affaires ?

Audrey va tenter de se joindre à l’enquête. Elle propose de fouiller le passé pour comprendre le présent. Résoudra -t- elle l’énigme ?

Cette enquête est simple, sans rebondissement , où se mêlent parfois des invraisemblances mélangées avec un peu d’ésotérisme.

Valérie Valeix propose une enquête où les mondes du  milieu de l’art, le néonazisme, le clergé et l’apiculture vont se croiser, se mélanger pour donner un roman agréable où la fin est surprenante.

Les dix petits frelons – Valérie Vaix  – Éditions du Palémon – (20/06/2019)-ISBN : 2372603140

 

Je sais que tu sais de Gilly MacMillan

Hanté par le meurtre de ses deux amis d’enfance survenu vingt ans plus tôt, Cody Swift, un jeune réalisateur, revient sur les lieux du crime à Bristol. Bien décidé à faire la lumière sur les zones d’ombre qui persistent, Cody interroge les habitants et diffuse ses avancées dans un podcast, réveillant au passage de vieilles blessures et des traumatismes enfouis.
Quand un corps est retrouvé à l’endroit exact où ont été abandonné ceux des enfants des années plus tôt, l’enquête prend une nouvelle tournure. Le détective John Fletcher s’empare alors de ses dossiers poussiéreux et se replonge dans l’affaire. Les meurtres sont-ils liés ?
L’horloge tourne, et d’autres vies sont en danger…

Merci à NetGalley et les Éditions Escales pour ce partenariat.

Nous sommes à Bristol où le corps d’un homme est découvert, à l’endroit même où vingt ans auparavant, les corps de Scott et Charlie, deux enfants de dix et onze ans, ont été retrouvés.

Y-a – t-il un lien entre ces deux affaires ?

Cody, ami de Scott et Charlie, aurait dû être avec ses amis. Il fut puni par sa mère, ne fut pas autorisé à sortir avec eux. Il pense que celui qui fut accusé Sidney Noice, n’est pas coupable. Le récent suicide de Sidney le pousse à « réveiller » cette affaire, qui selon lui a été vite résolue.

Cody décide de lancer une série de podcasts pour faire toute la lumière sur le drame.

Certains ne semblent pas satisfaits que des éléments réapparaissent, ni l’inspecteur en charge de l’affaire, ni la mère de Charlie au comportement étrange. Certaines versions des faits passés paraissent contradictoires.

L’auteur nous présente un thriller psychologique , au rythme lent, avec des personnages complexes et intéressants.J’étais loin d’avoir trouvée le coupable. Le dénouement est surprenant.

Gilly Macmillan

ISBN : 2365694632
Éditeur : Éditions Les Escales (29/05/2019)