Scalp de Cyril Herry

Hans a neuf ans, il vit avec sa mère, Teresa, en Bretagne. Ils sont en co-location, des hommes se sont succèdes auprès de sa mère. Teresa lui apprend qui est son géniteur, il se nomme Alex. Hans a envie de connaître son père. Alex est marginal .

Sa mère et lui se décident d’aller le rencontrer. Il vit au milieu de la forêt, près d’un étang.Il a un style de vie différent , il milite pour la défense de l’environnement. Il vit dans une yourte.  Sans électricité, sans eau courante, pas de téléphone, juste la nature accompagne Alex. Sur place, ils ne trouvèrent personne.

« Personne n’avait mis les pieds là depuis des semaines « .

Hans ne voulait pas partir, sa mère avait réservé une place au camping. Voyant l’entêtement de Hans, elle accepta de monter la tente à côté de la yourte.

Hans découvre alors la nature. Cette nature que l’on respecte, mais qui impose ses lois. Dans la seconde partie du roman, arrive Alonso qui semble connaître Hans. Le roman sur la nature va se transformer en roman noir. Les gens du village ne sont pas accueillants, peu à peu les langues se délient ..

j’ai découvert un auteur qui nous conte la nature mais qui sait aussi plonger le lecteur dans du Noir.

Ce fut une belle découverte.

Scalp – Cyril Herry – Seuil – Date de parution : 01/02/2018 –

ISBN :  9782021384093

Cyril Herry habite en Haute-Vienne, où il aime marcher dans les bois, pour mieux s’arrêter, parfois, et construire des cabanes. Scalp, huis clos à ciel ouvert aussi émouvant que glaçant, est son premier roman au Seuil.

Il officie également à La Manufacture de Livres en tant que directeur de collection Territori.

 

 

Publicités

Plus jamais seul de Caryl Ferey

Mc Cash, ancien flic, découvre les joies de la paternité, Alice vient de perdre sa maman. Il va falloir qu’il se fasse à l’idée d’avoir une fille à ses côtés, presqu » adolescente. Ce n’est pas facile pour ce vieux loup solitaire. Il apprend la mort de son vieil ami, Marco, qui savait si bien navigué. Son voilier a été heurté par un cargo en pleine nuit . Il décide donc de mener sa propre enquête.

A bord du bateau se trouvait également Angélique, l’ex-femme de Mc Cash. Depuis cet accident , personne ne l’a vue. Où est-elle ? Mc Cash décide de partir en Grèce, où Marco était parti acheter un nouveau voilier.

Caryl Ferey nous entraîne dans une enquête sur fonds de trafic de migrants et de corruption en Grèce, principalement dans le port de Pirée à Athènes et sur l’île de Astipalea.

Abordant un sujet d’actualité, ce polar se lit bien, et nous fait réfléchir sur ce thème. Mc Cash est un peu bourru, mais il est un personnage bien sympathique malgré tout.

ISBN : 2072757916
Éditeur : Gallimard (08/02/2018)

Livre lu dans le cadre du challenge :

 

La chance du perdant de Christophe Guillaumot

Avec ce livre, je découvre l’écriture de Christophe Guillaumot. Ce roman policier va nous immerger dans le domaine des jeux. Nous allons suivre le Kanak Renato Donatelli, gentil, sensible et dévoué et  le jeune Jérôme Cussac, surnommé Six car il était le sixième élément de l’équipe de la crim avant d’être mis au placard avec Renato.
Un « banal » suicide pour certains, mais Kanak soupçonne autre chose. Un suicidé qui se retrouve entre les « mailles » d’un centre de tri de déchets. Cela n’est pas commun. Des joueurs compulsifs trouvent la mort  de manière violente et sans laisser de traces. Ils ont une particularité, tous retrouvés  porteurs d’une énigmatique dame de pique.

Nous sommes dans un polar classique avec enquête et couple de policiers où la vie privée déborde. Les personnages secondaires sont très attachants. J’ai surtout apprécié la description de cette jeune femme qui tague des portraits sur les murs et qui va avoir sa place dans ce polar. Elle sait trop de choses ..

Christophe Guillaumot, La chance du perdant, Liana Levi, 2017. 335 p.

ISBN : 2867469570

Je l’ai lu en numérique.

Christophe Guillaumot  est un policier et écrivain français, né le 09/04/1970.Il passe à 20 ans, après une année de droit, le concours d’entrée dans la police. Ses dix-neuf années d’ancienneté l’ont conduit de Paris à Grenoble, puis Châteauroux et Toulouse où il est capitaine de police depuis septembre 2009. ( source Babelio)

J’ai chroniqué ce livre dans le cadre du challenge Polar Thriller avec Sharon.

Février, le mois du polar 2018

Le mois de février touche à sa fin, voici mes lectures « polar » de ce mois :

 

La mémoire des morts de Eric Berg.

Mémoires secrets d’un valet de coeur de Brigitte Aubert

Entre deux mondes de Olivier Norek.

La soif de Jo Nesbo

ADN de Yrsa Sigurdardottir

J’ai voyagé durant ce mois de février, d’ Allemagne vers la France, avant de partir vers les pays nordiques, la Norvège et l’Islande.

Et vous, quelles furent vos escapades au cours de ce mois ?

Sharon et ses ami(e)s ont voyagé plus que moi, découvrez leurs périples ici

 

ADN de Yrsa Sigurdardottir

« Elisa Bjarnadottir méritait d’être punie. Elle devait payer. Mais quelle faute pouvait justifier d’une telle violence ».

Un meurtre, puis un deuxième, puis un troisième, ceux-ci sont-ils liés. Ils ont été exécutés de la même façon. Le tueur les a malmenés, les sévices furent atroces. Et il a une particularité, il laisse derrière lui une liste de chiffres, pourquoi, quelle est leur signification ? Lors du premier meurtre, une enfant Margret était présente, elle a tout entendu. La police piétine. Au bout de nombreuses investigations, un suspect est arrêté, mais est-ce le bon ?

Je me suis interrogée sur ce suspect, il savait beaucoup de choses mais finalement…et quand la vérité éclate à la fin du livre, on est tout pantois de ne pas avoir deviné le responsable de tous ces crimes odieux.

Traductrice ; Catherine Mercy –

Editeur : Actes Sud Editions (3 janvier 2018)

ISBN-13: 978-2330090555

Je l’ai lu en numérique –

Quatrième de couverture :

Qui pouvait bien vouloir tuer Elísa Bjarnadóttir, cette jeune mère de famille islandaise sans histoires ? Et pourquoi tant de sauvagerie ? Avec pour seul témoin une fillette de sept ans murée dans le silence et comme seul indice d’étranges suites de nombres écrites par l’assassin, la tâche de la police s’avère délicate. Mais les enquêteurs n’ont pas de temps à perdre : un monstre se promène dans les rues de Reykjavik, et il n’a pas fini de faire parler de lui. Thriller machiavélique et glaçant, ADN secoue le polar islandais. Élu meilleur roman policier de l’année au Danemark et en Islande.

Ce livre participe au challenge de Sharon 

    

 

Entre deux mondes d’Olivier Norek

Titre : Entre deux mondes 
Auteur : Olivier Norek
Édition : Michel Lafon (05/10/2017) – ISBN :  978-2749932262

Un nouveau roman policier d’Olivier Norek, il a quitté la banlieue parisienne , pour Calais. Il nous propose là  un documentaire bien réel et non pas une fiction. Il nous parle de migrants qui vivent, ou plutôt qui survivent dans la Jungle de Calais, juste avant son démantèlement.

Adam est arrivé à Calais, il vient d’un pays en guerre . Il cherche sa femme et sa fille  qui auraient dû se trouver là avant lui . Il assiste à un crime et son instinct de flic revient. Il défend pour ne pas sombrer. Il demande de l’aide à Bastien, flic français lui qui connaît cette zone de non-droit et les terreurs qu’elle engendre.

Oliver Norek nous décrit l’impensable, l’inimaginable dans notre monde. capable de tout , du pire comme du meilleur. . L’auteur a concocté une intrigue effrayante, mais aussi passionnante.Le lecteur est malmené, des scènes terribles sont dévoilées. On ne sort pas indemne d’une telle lecture.

J’ai aimé les personnages de Bastien et d’Adam, qui sont deux flics ayant des émotions vives, qui se complètent et se respectent dans leurs faits.

Pour avoir vu lors de mes allées et venues en Grand-Bretagne, des migrants qui cherchent par tous les moyens à s’accrocher aux camions pour un éventuel passage, on imagine leur vécu dans la Jungle comme un véritable calvaire.

4° de couverture

Fuyant un régime sanguinaire et un pays en guerre, Adam a envoyé sa femme Nora et sa fille Maya à six mille kilomètres de là, dans un endroit où elles devraient l’attendre en sécurité. Il les rejoindra bientôt, et ils organiseront leur avenir.
Mais arrivé là-bas, il ne les trouve pas. Ce qu’il découvre, en revanche, c’est un monde entre deux mondes pour damnés de la Terre entre deux vies. Dans cet univers sans loi, aucune police n’ose mettre les pieds.
Un assassin va profiter de cette situation.
Dès le premier crime, Adam décide d’intervenir. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il est flic, et que face à l’espoir qui s’amenuise de revoir un jour Nora et Maya, cette enquête est le seul moyen pour lui de ne pas devenir fou.
Bastien est un policier français. Il connaît cette zone de non-droit et les terreurs qu’elle engendre. Mais lorsque Adam, ce flic étranger, lui demande son aide, le temps est venu pour lui d’ouvrir les yeux sur la réalité et de faire un choix, quitte à se mettre en danger.

Ma participation au challenge polar chez Sharon :

 

 

La soif de Jo Nesbo

Quatrième de couverture :

Une jeune femme est assassinée suite à un rendez-vous via un site de rencontres. Elle porte des marques de morsures semblant indiquer que le meurtrier est un prédateur sanguinaire. Lorsqu’un deuxième corps est retrouvé dans les mêmes circonstances, l’enquête est confiée à Harry Hole. Mais ce dernier a mis de l’ordre dans sa vie et ne souhaite plus être mêlé à une dangereuse affaire.

Ma critique :

Un vampire assoiffé de sang rôde dans les rues d’Oslo. Harry Hole ne croit pas aux vampires. Ce vampire est particulier, il laisse des traces de rouille dans les plaies de ses victimes.

Nous retrouvons dans cette enquête Harry Hole . Il est devenu sobre mais il est toujours obsessionnel, ça c’est une bonne maladie lorsque l’on travaille dans la police. Il vivait paisiblement installé avec sa femme et son beau fils, quand il est rappelé pour une enquête.

Jo Nesbo reprend des ingrédients connus tels que un tueur psychopathe, des flics corrompus, une société en manque de repères, et tout ceci mêlé de sang, beaucoup  trop de sang..C’est un roman glauque qui fait froid dans le dos.

Jo Nesbo rend un  hommage à plusieurs classiques de la littérature de genre, tels Dracula, de Bram ­Stoker (1897), ou Le Silence des agneaux, de Thomas Harris (Albin Michel, 1990).

Un fond musical apprécié suit le fil de l’histoire.

Jo Nesbo : la soif – Éditeur ; Gallimard – ISBN :  2070145042  – Parution : 05/10/2017.

Je l’ai lu en numérique.

Ce livre participe aux challenges de Sharon