Hysteria de Beth Draven

Merci à NetGalley et aux Editions Chambre Noire pour ce partenariat.

Une jeune femme se retrouve dans un hôpital, qui est-elle ? pourquoi est-elle là ? elle n’a aucun souvenir. On lui apprend qu’elle a été trouvée dans le parc Seattle, couverte de sang, présentant des hématomes, des brûlures .Le sang découvert sur ses vêtements , n’est pas le sien. A qui est-il ?Elle rencontre par hasard le docteur Scott,neurologue qui lui aussi , souffre de mal être. Cette femme lui donne une impulsion, sortir de son alcoolisme et s’intéresser à son cas.

Un homme se présente et se dit être le mari de cette jeune femme, Olivia Reeds, Ils sont mariés depuis un an. Olivia et Bradley Reeds vivent dans le luxe. Bradley quitte l’hôpital et emmène sa femme chez eux. Olivia ne se sent pas bien, Elle a depuis son arrivée des « flash-back » incompris, elle voit une petite fille « Sadie ». Ce prénom ne lui évoque rien. Elle ne mentionne à personne ces états d’âme. Elle voit aussi un homme hideux, qui est-il ? Il est violent.

Son mari la préserve. De quoi et pourquoi ? Elle ne se sent pas à l’aise avec lui. Pourquoi ?

De nombreux questionnements qui seront dévoilés au fil de la lecture. L’auteur joue avec le lecteur, la tension monte. J’ai lu ce livre rapidement, j’avais hâte de savoir la vérité. Ce roman est un bon thriller psychologique, je vous le recommande.

Hysteria – Beth Drawen – Chambre Noire – EAN : 9791035945909 – 449 pages – Sortie le 16/12/2020

Lu en numérique en décembre 2020.

Quatrième de couverture ;

Seattle. Parc Kerry. Une jeune femme se réveille sans aucun souvenir. Elle en a oublié jusqu’à son propre nom et la raison pour laquelle elle est couverte de sang, ni même à qui il appartient…

Recueillie à l’hôpital, madame X trouve son seul allié en la personne de l’étrange Dr Scott, un neurologue du service de psychiatrie qui semble pourtant ne plus avoir le droit d’exercer.

Quand la police tente d’enquêter sur les circonstances troublantes de sa découverte, l’un des hommes les plus puissants de la ville lui rend enfin son identité en clamant être son mari. Pourtant, de nombreuses zones d’ombres demeurent et des images pleines de violence refont soudain surface et assaillent son esprit.

Simples cauchemars ou souvenirs réels ?

La liste de Florian Dennisson

Florian Dennisson est un auteur indépendant.

Merci pour ce partenariat à NetGalley, à Florian Dennisson ,et aux Éditions Chambre Noire.

Maxime Monceau revient à la Brigade de recherche reprendre son activité après soixante jours d’arrêt maladie. Ce même jour, un homme se présente et ses seuls mots sont « je les ai tous tués « . Cet homme ne décline aucune identité. Tous ce sont quatre noms, trois hommes et une femme, la liste .Quel est cet homme ? où sont les victimes ? aucune indication, seulement cette phrase répétée, « je les ai tous tués « .

Les indices sont maigres, cet homme est placé en garde à vue. Le temps est court pour agir.

Maxime se retrouve dans cette brigade où il a déjà travaillé. Certains de ses collègues ont changé, on lui assigne un nouvel arrivé en partenaire de travail. , Boris Pawlovski et une nouvelle cheffe . Maxime ne veut pas se dévoiler, il est en proie à ses anciens démons et ce nouveau avec qui il va devoir collaborer.

Grâce à sa connaissance de la synergologie,et à son étude du langage non verbal. Il tente de décrypter cet homme . Mais il ne trouve aucune indication. Rien ne semble le diriger vers une piste qui le conduirait aux victimes présumées.

Dans ce roman, nous avons l’enquête, mais nous devons comprendre la personnalité de ce Maxime Monceau. Il semble avoir un passé qui le perturbe. Il ne veut surtout pas « re-plonger  » dans ce qu’il a vécu.Et pourtant des similitudes existent..

L’auteur maitrise son texte, les actions des uns et des autres. Il nous présente aussi la région dans laquelle l’action se déroule, autour du lac d’ Annecy. (cela vous rappelle -t-il ma précédente lecture, Memory) .

Je dois dire que je fus surprise par un tel dénouement, et pourtant quand nous connaissons la fin, tout s’éclaire. Je vais suivre cet auteur afin de lire ses prochains écrits.

Quatrième de couverture

Quatre noms sur une liste. Quatre victimes introuvables. Comment les identifier et briser le silence ?

L’adjudant Maxime Monceau, spécialiste du langage non verbal, se voit chargé d’enquêter sur une affaire mystérieuse qui met la Brigade de recherches dans une impasse. Un homme étrange s’est présenté de lui-même à la gendarmerie pour s’accuser d’assassinat.

Problème, hormis une unique phrase qu’il psalmodie en boucle, l’inconnu reste totalement muet sur son identité et les raisons qui l’ont poussé à l’acte.

L’horloge tourne et, sans constatations ni victimes, ce suspect pourrait se retrouver en liberté et continuer sa folie meurtrière.

Memory de Arnaud Delalande

Merci à NetGalley et aux éditions Cherche Midi pour ce partenariat;

Un prologue qui met le lecteur en haleine, Marcus dépose une enveloppe dans une consigne automatique, puis il prend sa moto et se dirige vers l’aéroport. Très vite, il s’aperçoit qu’il est suivi. Il accélère , et dérape sur l’asphalte mouillée. La moto est à terre, et lui éjecté et vivant, au grand damne de son poursuivant.

L’histoire débute par la mise en terre du père de Jeanne, policier comme elle qui débute dans le métier. Les souvenirs affluent, Jeanne se remémore le temps passé avec lui . Maintenant elle est seule, sa mère est partie elle aussi, trop tôt. Jeanne était leur fille adoptive. Elle revient dans la maison familiale, ses collègues affluent vers le buffet après les funérailles. Peu à peu les policiers partent et elle se retrouve seule. Elle ressent l’absence de son père, ses objets sont encore là.

Les démons de sa petite enfance passée la harcèlent, elle voudrait oublier.

Jeanne regagne son appartement, au bord du lac d’Annecy. Le lendemain, elle rejoint son bureau, ne veut pas rester seule dans la peine et préfère travailler. Son chef lui donne du travail administratif, avant de rejoindre son collègue. Puis elle part seule vers « la clinique de la Forêt-Noire », elle est en pleine forêt, quand elle arrive sur le parking des véhicules de police sont déjà présents. Elle est accueillie par la directrice de l’établissement, Nathalie Hauteville qui lui présente les faits, Jeanne découvre un pendu, et huit personnes hébétées autour de lui. Elle est dans une unité du foyer, bienvenue en Harmonia, pour votre bien-être : l’autonomie contre l’oubli. Ce lieu est un établissement spécialisé dans les amnésies antérogrades, dont les patients ont perdu leur mémoire immédiate.

Suicide ou crime? l’enquête débute. L’identité du pendu est Marcus Kempf.

Dans cet établissement les patients ont un accompagnement personnalisé. Le personnel appelle ce service Memory, et les patients, les Dory. C’est dans un milieu très fermé que l’enquête va évoluer, avec des patients qui ont peu de mémoire. Ils souhaiteraient se souvenir. Chaque patient est un cas particulier qui sera décrypté au fur et à mesure de l’enquête.

Le suspens est maitrisé jusqu’au bout .

Nous sommes dans un huis clos, perdus en pleine forêt où les éléments extérieurs empêchent de sortir, froid et neige. Jeanne sera bloquée sur place. La vie de Jeanne est menacée. Elle est sur la piste du tueur ..

L’auteur domine parfaitement le sujet et nous plonge dans les méandres de la mémoire. Ce roman pose des questionnements sur la mémoire, sur son fonctionnement, sur notre capacité à la gérer. Comment vivre, quand la mémoire n’existe pas ?

L’écriture de l’auteur est fluide, les événements s’enchaînent sans temps mort.

J’ai aimé suivre cette enquête, et me suis plongée dans les explications sur les différentes sortes de mémoires. Je me suis souvenue avec plaisir de mes cours de philosophie.

Lu en Numérique – ce livre sortira le 14 janvier 2021 .

Memory – Arnaud Delalande – Éditions Le Cherche Midi – Nombre de pages 320 – ISBN – 978-2749165523

Quatrième de couverture ;

Un meurtre, huit témoins, pas un ne se souvient de ce qui s’est passé.Elle voudrait tout oublier.
Ils donneraient tout pour se souvenir…

Quelques phrases de cette chanson sont citées dans ce livre.

L’homme de la plaine du Nord de Sonja Delzongle

Hanna Baxter, profileuse bien connue, s’est expatriée aux États-Unis, après la mort de son co-équipier. Au moment où elle souhaitait changer de vie, un mandat d’arrêt international la somme de rentrer en Belgique. Elle est accusée d’un meurtre commis vingt ans auparavant, sur la personne de son mentor, Anton Vifkin. Elle va devoir collaborer avec le commissaire Peeters qui mène l’enquête depuis le début.

Le passé de la profileuse est trouble. Le passé revient, un homme dévoré par des chiens dans une forêt. Hannah est déjà venue là avec Anton Vitkin dans ce manoir au passé étrange où il s’est déroulé de drôles de scènes. Les souvenirs affluent.

Pendant ce temps, un homme les guette. Il n’a pas accompli la tâche qu’il s’était fixée il y a vingt ans. Cet homme de la plaine du Nord , tourmenté et amoureux des terrils du Nord. Cet homme a la double personnalité, homme du jour et la nuit, devenu Frida dont le charme a conquis le commissaire Peteers .

Le rythme est soutenu, l’auteur nous plonge dans l’horreur. La pression grimpe au fil des pages.

Je ne dévoilerai pas la fin du roman. A vous de le lire !

L’homme de la plaine du nord – Sonja Delzongle – Éditions Denoël – 296 pages – 2020 – lu en numérique

Langue aux chats de Xavier Caron

Merci à Librinova pour ce partenariat.

Je fus tout d »abord intriguée par le titre, puis les premières pages du roman furent un peu éprouvantes. L’action est là, le meurtre est accompli. Seul le chat veille, et est le seul témoin . Une jeune femme fut victime d’un bourreau, pourquoi ?

. En même temps, une autre femme, Muriel voit sa vie s’étioler, son couple se désagréger. Son mari ne rentre pas tous les soirs. Cette fois, son absence se prolonge. Muriel s’inquiète. Seule consolation de Muriel, le chat auquel elle a donné le nom de Truc, elle le caresse, il ronronne, lui apportant un peu de bien-être.

Quelques références musicales, bien agréables dans certains chapitres, parmi lesquels ‘Learn to fly » du groupe rock  » Les Foo Fighters ». et aussi Different Shades of Blue de Joe Bonamassa

Muriel est de plus en plus angoissée. Son mari Patrick n’a pas donné signe de vie. Elle prévient sa fille. Doit-elle alerter la police ? Elle ne sait pas comment faire. Elle va d’abord appeler au travail de son mari. Mais il est absent, personne n’a de ses nouvelles. Muriel prévient la gendarmerie de la disparition de son mari. Et là, les événements s’enchaînent, Muriel va mal, elle est abasourdie par ce qu’elle apprend.

L’enquête est confiée aux inspecteurs Larbre et Dutertre, qui seront souvent accompagnés du docteur Laviolette. Dans tout moment les chats veillent.

J’ai aimé suivre cette enquête, c’est ma première rencontre avec cet auteur, cela ne sera pas la dernière. J’ai apprécié les interventions de Larbre sur l’ étymologie des mots, sur la significations des chiffres et tout ce qui pouvait découler de ces sources.

J’ai surtout été bluffée, je ne m’attendais pas à un tel dénouement. La fin est époustouflante.

Je vous recommande vraiment cette lecture.

Auteur – Xavier Caron – Langue aux chats – Editeur Librinova – Date de parution 12/10/2020 – EAN ; 979-1026255857

A propos de l’auteur :

Né le 6 mars 1959 à Charleville-Mézières dans les Ardennes, Xavier Caron fait ses études à Reims et s’installe en 1990 comme médecin généraliste à Troyes. Musicien de rock, passionné de littérature et de photographie, « Langue aux chats » est son troisième roman. Le lecteur y retrouve le docteur Laviolette, déjà rencontré en 2015 dans « Trois heures » puis dans « Rouges et bleus », publié en 2018. ( Source – Librinova)

Après le jour de Christophe Molmy

Merci à Babelio et aux Editions de la Martinière pour ce partenariat.

J’ai reçu ce livre dans le cadre de la Masse Critique Babelio Mauvais Genre.
Je remercie Babelio et la maison d’éditions La Martinière de m’avoir fait découvrir cet auteur.

L’intrigue démarre doucement, quelques allusions aux précédents livres sont insérées entre les lignes. Cela ne m’a pas perturbée. On fait la connaissance de François Legal qui purge sa peine dans un milieu carcéral . Il ne tient ici qu’en pensant à Diane, la femme qu’il aime, qui l’attend dehors. Pour cela il est prêt à tout, même à devenir indic Il offre ses services à Philippe Lelouedec, l’homme qui l’a incarcéré.

Legal sort, il reprend contact avec quelques malfrats, qui n’ont qu’une volonté, gagner de l’argent par tous les moyens. Il est avec les voyous, et indic pour le policier. Une double fonction qui le mettra peut-être dans une position incertaine.

On voit évoluer les différents policiers, et parmi eux, une jeune femme, Coline, elle est jeune, n’est pas encore aguerrie par tout ce qui peut se passer au sein du « 36 ». Parfois, elle cache ses larmes, mais finit par se ressaisir. Elle est sous les ordres de Lelouedec.

Plusieurs enquêtes se profilent, des échanges d’argent insolites, des bijouteries dévalisées jusqu’au jour où un imprévu fera tout basculer ou toute la brigade sera sur le qui-vive, et l’incompréhension demeure.

La plume de l’auteur est rythmée, il n’y a pas de temps mort. L’enquête policière est bien menée. L’auteur Christophe Molmy est chef de la BRI de Paris (Brigade de recherche et d’intervention, dite aussi brigade anti-gang).

Christophe Molmy EAN : 9782732489988
368 pages
Éditeur : Éditions de la Martinière (17/09/2020)

Quatrième de couverture :

Un roman policier rythmé et superbe, entre Engrenages et The Wire, qui entremêle les points de vue des flics et des truands. Une course dopée à l’adrénaline où chacun veut sauver sa peau.

Détenu en quartier d’isolement depuis trop longtemps, François Legal s’apprête à prendre la plus grande décision de sa vie : trahir les siens. Il n’a plus l’âge de courir après le fric facile et rêve d’une retraite paisible aux côtés de Diane, qui l’attend dehors. Tant pis pour l’honneur : il va devenir indic. Mais la spirale du grand banditisme, les ravages de la vengeance et une affaire d’enlèvement d’enfant vont venir saccager ses espoirs.
De son côté, la jeune flic Coline Lafleur a tout à prouver dans la brigade parisienne où elle vient d’arriver. Et ce Legal, elle ne le sent pas, depuis le début. Le prix à payer sera cher pour aller au bout de leur enquête et parvenir, peut-être, à ramener un peu d’ordre et de justice dans ces vies furieuses.

Erectus de Xavier Muller

Ce fléau ne ressemble à aucun autre modèle connu. Le virus se développe de manière spontanée et anarchique. A ce jour, nous dénombrons mille cent soixante trois victimes. Partout, les symptômes sont les mêmes: douleurs musculaires, fièvre, saignements cutanés puis coma de stade 2.

Ce thriller fantastique m’a plu, même je ne suis pas une habituée de ce genre.’Un virus effroyable s’est abattu sur la Terre.. On décide de l’appeler Kruger du nom de l’homme qui s’occupe de la réserve sauvage du parc Kruger, en Afrique du Sud.Le soigneur du parc est tombé dans un léger coma. A son réveil , il est devenu un homme préhistorique.

Le virus qui fait impitoyablement régresser de plusieurs dizaines de milliers d’années les espèces animales et végétales existantes. Un éléphanteau présente quatre défenses. Quant à l’homme atteint de ce virus, il se transforme en homo erectus venant tout juste de domestiquer le feu.

C’est au cours de cette période qui oscille entre trente-six et soixante douze heures que le corps se transforme. La suite, vous la connaissez, quand ils reprennent conscience, les malades ont acquis une physionomie  » préhistorique « .

L’auteur nous entraîne dans un vrai cauchemar, mais ses propos sont cohérents, et bien documentés. Une paléontologue, Anna se rend en Afrique, pour étudier tous ces phénomènes anormaux.et tenter de trouver un traitement pour éradiquer ce virus, et venir en aide à ces Erectus. Elle travaille sans relâche, se confrontant à sa hiérarchie.

Ce thriller fantastique nous interroge sur l’espèce humaine, son évolution dans le temps. Ce roman a la construction bien rythmée m’a permis de passer un bon moment.

Xavier Muller – EAN : 9782266299787
512 pages
Éditeur : Pocket (02/01/2020)

Présentation de l’éditeur ;

Et soudain l’humanité se mit à régresser
À Richards Bay, en Afrique du Sud, c’est le choc.
Un homme s’est métamorphosé. Il arbore des mâchoires proéminentes, est couvert de poils, ne parle plus.
Bientôt, à New York, Paris, Genève, des Homo erectus apparaissent en meutes, déboussolés, imprévisibles, semant la panique dans la population.
De quel virus s’agit-il ?
Que se cache-t-il derrière cette terrifiante épidémie ?
Une scientifique française, Anna Meunier, se lance dans une course contre la montre pour comprendre et freiner cette régression de l’humanité.
Partout, la question se pose, vertigineuse : les erectus sont-ils encore des hommes ?
Faut-il les considérer comme des ancêtres à protéger ou des bêtes sauvages à éliminer ?

Challenge polar et thriller 2020/2021 chez Sharon

Voilà je continue l’aventure avec Sharon, le challenge 2019/2020 est fini. Un autre commence. mon quatrième challenge. Lancement du  challenge Polar et thriller 2020-2021, donc du 11 juillet 2020 au 10 juillet 2021.

Voilà les différentes catégories :

– jusqu’à cinq livres lus : Imogène.
de cinq à quinze livres lus : Montalbano.
de quinze à vingt-cinq livres lus : Miss Marple.
– de vingt-cinq à cinquante livres lus : Erlendur Sveinsson.
– de cinquante à soixante-quinze livres lus : commissaire Jules Maigret.
– de soixante-quinze à cent livres lus : Walt Longmire.
– plus de cent livres lus : Sherlock Holmes.
– plus de deux cents livres lus : Lucky Sherlock (j’aurai pu mettre Belette Sharon, mais cela manquait de discrétion).

Cette année, ajout d’ une option « série télévisée » et d’une option « cinéma ».

Mes billets pour ce challenge

La vallée de Bernard Minier

Terminus Elicius de Karine Giebel

L’amante d’Etretat de Stanislas Petroski

La vengeance Gillian de Hervé Darques

Les Disparues du tableau de Daria Descombres

Je m’engage pour la catégorie Montalbano. J’avais changé de catégorie l’an passé.

Si vous souhaitez nous rejoindre, cliquez sur ce lien ; inscription et logos (nouveaux logos de Cannibal Lecteur) : Challenge polar et thriller 2020/2021 , 

Les Disparues du tableau de Daria Descombre

Depuis qu’elle a découvert l’identité de l’assassin de son père, Macha Karavaï, jeune étudiante en droit et stagiaire à la police de Moscou, reste cloîtrée chez elle. Mais un nouveau tueur en série sévit dans la ville, laissant dans son sillage le corps de jeunes femmes nues, étranglées au moyen d’un ­ fin lacet de soie. Près d’elles, une esquisse du peintre Ingres. Ce sont toutes des femmes parfaitement ordinaires, pourtant, avec chacune d’elles l’assassin semble donner corps à une œuvre de son cru, et se jouer des enquêteurs à ses trousses.
Aux côtés d’Andreï Yakovlev, son supérieur, Macha décide alors de s’engager dans une véritable course contre la montre pour tenter d’établir un lien entre les jeunes femmes russes et le légendaire peintre français.

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

Merci à Net Galley et aux éditions JC Lattés ( le Masque ) pour ce partenariat.

Encore une de ces filles « portées disparues ». Tu vois, c’est une histoire bizarre. D’abord les filles disparaissent. Les filles les plus banales qui soient. Pas des top-modèles, pas des filles de banquiers ou de célèbres animateurs télé. Autrement dit, on peut tout de suite exclure la piste d’un enlèvement avec rançon à la clef. D’ailleurs, y’a jamais le moindre coup de fil pour réclamer de l’argent.

Pour sortir Macha de sa dépression, Andreï Yakovlev, capitaine à la Petrovka lui demande de l’aider à élucider cette sombre affaire de jeunes filles disparues. Elles sont retrouvées mortes, et ont toutes une esquisse d’Ingres sur leurs corps.

Cette enquête va nous mener de Moscou à Montauban, en passant par les musées prestigieux de Moscou .L’auteur a bien mis en valeur la vie en Russie, Elle a su dépeindre la population moscovite, de relever l’indigence d’une population appauvrie, qui a bien du mal à s’extirper de la morosité du quotidien.

Il y a une alternance des différents personnages qui animent ce roman, on passe d’Andreï à Macha, du meurtrier à sa victime, ou même du capitaine russe à notre commissaire parisien Perrin, ce qui donne du mouvement et de l’ action au roman.

Daria Desombre sait captiver le lecteur, cette immersion dans le monde de la peinture et en particulier dans l’univers pictural d’Ingres,  m’a permis de passer un bon moment de lecture.

Les disparues du tableau – Daria Desombre – Editions JC Lattes/Le Masque – 352 pages –  septembre 2020 – Traduit par Julia Chardavoine

Challenge Polar et Thriller 2020/2021

La vengeance Gillian de Hervé Darques

En mars 2019, Caroline Malandain, agent d’entretien pour la société de ménage HNA est battue, violée et laissée pour morte. Elle entend son agresseur parler d’un contrat rempli et découvre ainsi que des personnes veulent l’éliminer sans comprendre leurs motivations.

Cette lecture est une lecture imposée, je ne connais pas l’auteur. Son livre est en lice pour le Prix Reine Mathilde 2020.

Caroline  Malandain est laissée pour morte , agressée, violée sauvagement dans une maison isolée non loin du Havre. Elle ne se rappelle que la dernière phrase de son agresseur.

Et voilà, salope, le contrat est rempli.

Malgré son état, elle réussit à appeler les secours .

Quelqu’un avait donc payé pour ce qui lui est arrivé, pourquoi. Elle ne comprend pas, Caroline vit seule, sans parent, sans ami. Elle travaille dans une société de nettoyage.

Elle continuera d’être traquée par un tueur, qui réussit à la retrouver à l’hôpital. Mais qui est-elle pour susciter un tel acharnement ? Elle va être sauvée par un policier la prenant complétement en charge, il va assurer sa garde. Ils se cacheront pour échapper à ce tueur.

Quelques incohérences, avec des détournement de situation qui font réfléchir. Où l’auteur veut-il nous emmener et pourquoi ? La cohésion des événements sera dévoilée à la fin du livre.

Un thriller au rythme époustouflant, qui tient en haleine dès le premier chapitre. L’intrigue est présente  et les rebondissements, au fil des pages, se suivent.

A vous de découvrir la suite .. Je peux juste dire, âme sensible s’abstenir, les scènes sont violentes et multiples. Ce suspens est bien sanglant, comme le rouge de la couverture du livre.

La vengeance Gillian – Hervé Darques – Ramsay – (28/04/2020)  EAN : 9782812201509