Archives

Nous dormirons ensemble de Louis Aragon

Que ce soit dimanche ou lundi
Soir ou matin minuit midi
Dans l’enfer ou le paradis
Les amours aux amours ressemblent
C’était hier que je t’ai dit
Nous dormirons ensemble

C’était hier et c’est demain
Je n’ai plus que toi de chemin
J’ai mis mon cœur entre tes mains
Avec le tien comme il va l’amble
Tout ce qu’il a de temps humain
Nous dormirons ensemble

Mon amour ce qui fut sera
Le ciel est sur nous comme un drap
J’ai refermé sur toi mes bras
Et tant je t’aime que j’en tremble
Aussi longtemps que tu voudras
Nous dormirons ensemble.

Louis Aragon

 

Chevaux de bois de Paul Verlaine

Tournez, tournez, bons chevaux de bois,
Tournez cent tours, tournez mille tours,
Tournez souvent et tournez toujours,
Tournez, tournez au son des hautbois.

Le gros soldat, la plus grosse bonne
Sont sur vos dos comme dans leur chambre,
Car en ce jour au bois de la Cambre
Les maîtres sont tous deux en personne.

Tournez, tournez, chevaux de leur coeur,
Tandis qu’autour de tous vos tournois
Clignote l’oeil du filou sournois,
Tournez au son du piston vainqueur.

C’est ravissant comme ça vous soûle
D’aller ainsi dans ce cirque bête :
Bien dans le ventre et mal dans la tête,
Du mal en masse et du bien en foule.

Tournez, tournez sans qu’il soit besoin
D’user jamais de nuls éperons
Pour commander à vos galops ronds,
Tournez, tournez, sans espoir de foin

Et dépêchez, chevaux de leur âme :
Déjà voici que la nuit qui tombe
Va réunir pigeon et colombe
Loin de la foire et loin de madame.

Tournez, tournez ! le ciel en velours
D’astres en or se vête lentement.
Voici partir l’amante et l’amant.
Tournez au son joyeux des tambours !

Paul Verlaine, Romances sans paroles

Le cœur trop petit de Jean Rousselot

3-the-avenue-claude-monet-woods-forestPeinture de Claude Monet

Quand je serai grand
Dit le petit vent
J’abattrai
La forêt
Et donnerai du bois
A tous ceux qui ont froid.
Quand je serai grand
Dit le petit vent
Je nourrirai tous ceux
Qui ont le ventre creux.
Là-dessus s’en vient
La petite pluie
Qui n’a l’air de rien
Abattre le vent
Détremper le pain
Et tout comme avant
Les pauvres ont froid
Les pauvres ont faim.
Mais mon histoire
N’est pas à croire :
Si le pain manque et s’il fait froid sur terre
Ce n’est pas la faute à la pluie
Mais à l’homme, ce dromadaire
Qu’a le cœur beaucoup trop petit.

Jean Rousselot

(1913-2004)
Jean Rousselot est né en 1913 à Poitiers dans une famille ouvrière. Orphelin, il doit gagner sa vie dès l’âge de 15 ans. Fonctionnaire, il démissionne en 1946 pour se consacrer exclusivement à l’écriture. Entre temps : la guerre, la résistance, la rencontre des Amis de Rochefort ( Cadou, Béalu, Guillevic … ). Chargé de missions de conférences par les Affaires Étrangères et l’Alliance Française, il a beaucoup voyagé. A présidé la Société des Gens de Lettres et est membre de l’Académie.
Mallarmé.Grand Prix de l’Académie Française et de la Ville de Paris.
Médaillé des Forces Françaises Libres, chevalier de la Légion d’Honneur, officier de l’Ordre National du Mérite, Commandeur des Arts et des Lettres.
Vit en île de France. Marié,deux filles.Violon d’Ingres, la peinture.

La neige est belle de Jean Richepin

monet190_nClaude Monet (1840-1926) – Effet de neige à Giverny

La neige est belle

La neige est belle. Ô pâle, ô froide, ô calme vierge,
Salut ! Ton char de glace est traîné par des ours,
Et les cieux assombris tendent sur son parcours
Un dais de satin jaune et gris couleur de cierge.

Salut ! dans ton manteau doublé de blanche serge,
Dans ton jupon flottant de ouate et de velours
Qui s’étale à grands plis immaculés et lourds,
Le monde a disparu. Rien de vivant n’émerge.

Contours enveloppés, tapages assoupis,
Tout s’efface et se tait sous cet épais tapis.
Il neige, c’est la neige endormeuse, la neige

Silencieuse, c’est la neige dans la nuit.
Tombe, couvre la vie atroce et sacrilège,
Ô lis mystérieux qui t’effeuilles sans bruit !

Jean Richepin  (1849-1926 )

Odelette de Madeleine Ley

spider-229958_960_720

Odelette

Araignée grise,
Araignée d’argent,
Ton échelle exquise
Tremble dans le vent.

Toile d’araignée
– Émerveillement –
Lourde de rosée
Dans le matin blanc !

Ouvrage subtil
Qui frissonne et ploie,
Ô maison de fil,
Escalier de soie !

Araignée grise,
Araignée d’argent,
Ton échelle exquise
Tremble dans le vent.

Madeleine Ley

Janvier de Alain Bosquet

toronto_n

Janvier, pour dire à l’année « bonjour »

Février pour dire à la neige « il faut fondre »

Mars pour dire à l’oiseau migrateur « reviens »

Avril pour dire à la fleur « ouvre-toi »

Mai pour dire « ouvriers nos amis « 

Juin pour dire à la mer « emporte nous très loin »

Juillet pour dire au soleil « c’est ta saison »

Août pour dire « l’homme est heureux d’être homme »

Septembre pour dire au blé « change toi en or »

Octobre pour dire « camarades la liberté »

Novembre pour dire aux arbres « déshabillez-vous « 

Décembre pour dire à l’année « adieu, bonne chance »

Et douze mois de plus par an,

Mon fils

Pour te dire que je t’aime.

 

Alain Bosquet

photo  ©Livresdunjour

Toile d’hiver d’Elodie Santos

topelementLa neige est si belle sur les arbres
lorsque s’empilent petit à petit
tous les flocons qui tombent du ciel

Tout est blanc et couleur d’écorce
et quelques oiseaux qui brillent comme des étoiles
au milieu de ce ciel de jour où le bleu est parti

Un rouge-gorge
Une mésange
Orange
virevoltent autour de la mangeoire

Et le grand pré est si blanc
Blanc
Comme une toile moelleuse
Comme une toile d’Hiver
Où les couleurs de vie
ne partiront jamais

Elodie Santos

Peinture de Claude Monet « La pie «