Ravel, un imaginaire musical de Guillaume Metayer

1936. Ravel entreprend de conter son histoire à son fidèle ami et disciple Roland-Manuel. On assiste à la création de Gaspard de la nuit, de Daphnis et Chloé, du Concerto pour la main gauche et du Boléro. Le musicien se lance dans une évocation bigarrée de sa vie, tissée d’amitiés indéfectibles et de fulgurances musicales, où l’on croise Debussy, Fauré, Ida Rubinstein ou Colette.

 

 

Ravel, un imaginaire musical retrace la vie de ce musicien. Pour réaliser cette biographie dessinée, le compositeur et pianiste Karol Beffa, le chercheur au CNRS et traducteur de Nietzsche, Guillaume Métayer et le dessinateur Aleksi Cavaillez ont décidé de narrer le dialogue en 1936 entre Maurice Ravel et son ami musicologue Alexis Roland-Manuel, à qui il a décidé de confier ses souvenirs.

Les auteurs n’oublient pas de révéler des anecdotes sur la jeunesse de Ravel. J’ai suivi avec plaisir les prémices de la suite pour piano de « Ma mère l’Oye », du ballet « Daphnis et Chloé » et du mythique « Boléro » (1928). J’ai eu plaisir à retrouver d’autres musiciens, comme Claude Debussy, Erik Satie et Georges Gershwin.

Ravel, un imaginaire musical », de Karol Beffa, Guillaume Métayer, Aleksi Cavaillez (aux éditions Seuil/Delcourt, 200 p., 24, 95 €

 

 

Appelez-moi Nathan de Catherine Castro

CVT_Appelez-moi-Nathan_2226Catherine Castro
Quentin Zuttion (Illustrateur)

ISBN : 2228921629
Éditeur : Payot et Rivages (05/09/2018)
Nathan est né Lila, dans un corps de fille. Un corps qui ne lui a jamais convenu, il décide alors de corriger cette erreur génétique avec le soutien indéfectible de sa famille, ses amis, ses profs et, à seize ans, des injections de testostérone de 0,8 mg par mois. Quitte à devenir quelqu’un, autant que ce soit vous-même.
———————————————————————————————
Lila a tout pour être heureuse, des parents qui l’aiment, des amis. Mais Lila ne l’est pas, crise d’adolescence, non. Dans son corps, elle ne se sent pas fille. Née dans un corps de fille, elle ne s’est jamais considérée comme telle. Elle se sent différente. Toujours habillée en « garçonne »Qui est-elle ? Est-elle homosexuelle ? Elle tente de comprendre qui elle est vraiment.

Alors qu’elle se scarifie, sa mère est convoquée par l’infirmière du collège. Puis un soir, à la maison, un dialogue avec ses parents :

« – Ma chérie… qu’est-ce qui se passe ? Tu veux devenir un garçon, c’est ça ?

– Ma ta gueule ! Tu ne comprends rien ! Je suis un garçon ! Un garçon !!! Vous m’avez fait des seins pourris et une voix de merde !!! J’suis pas un fille !!! Vous n’avez pas de fille. » C’est le début du long parcours du combattant pour changer d’identité et de sexe…

La transformation de son corps, de petite fille à femme, sa poitrine naissante la confortera dans son choix.  Elle a réussi à savoir ce qu’elle voulait vraiment .Le parcours n’est pas simple, il est semé d’embûches.
Alors elle demande à ses parents de l’appelez Nathan.
Inspirée de faits réels, cette BD traite tout en délicatesse et bienveillance d’un sujet peu médiatisé, le transgenre. Le roman graphique met tout d’abord en avant le mal être, au combat de Lila. Puis dans la seconde partie, le cheminement vers la transformation, les rendez-vous multiples chez le psy, chez l’endocrinologue. L’ablation des seins, les démarches administratives fastidieuses rythment donc  la nouvelle vie de Nathan.
La grande chance de Nathan est qu’il est né dans une famille compréhensive et qui va l’accompagner tout au long de son parcours.
Appelez-moi Nathan sait raconter la transidentité avec une rare tendresse, portée par de superbes illustrations .

 Des planches tout en délicatesse, qui sont dessinées par Quentin Zuttion . Ses superbes couleurs à l’aquarelle lui permettent de restituer les ambiances chaleureuses et parfois violentes de cet merveilleux album. Il y a aussi de la sensualité et de l’émotion dans ces très belles pages.

Appelez-moi Nathan : un album qui fait du bien à tout le monde, un parcours de vie qui a valeur d’exemple.

Aiôn de Ludovic Rio

Aiôn – Ludovic Rio

Genre : BD Science-Fiction

Éditions Dargaud (17/05/2019)

ISBN : 978-2-205-07936-4

Quand son vaisseau intercepte un message de détresse, Lexi Néel voyage déjà depuis plusieurs années à travers la galaxie, dans le système d’Alpha-Centaur, à une distance de 4,2 années-lumière de la Terre. Une procédure de réveil est enclenchée, réveillant Lexi. L’humanoïde chargé de veiller sur elle lui explique que le signal provient d’une colonie scientifique qui étudie certaines particularités de l’espace-temps.
Ce centre de recherche est situé sur la petite planète d’AIÔN, proche du vaisseau : le protocole prévoit que le vaisseau doit porter secours à la colonie… Ce que Lexi croyait être une simple mission de sauvetage va l’entraîner au cœur d’une expérience dont elle deviendra elle-même le cobaye !

—————————————————————————————————

Je ne suis pas une adepte de Bandes Dessinées, ni de science -fiction. Cette BD m’a attirée, et je ne fus pas déçue de mon choix.

Les Éditions Dargaud proposent une nouvelle collection de science fiction. Visions du futur est justement le titre et le premier opus « Aiôn » de Ludovic Rio.

Dès le début, nous entrons dans une ambiance  inquiétante, renforcée par la palette de couleurs froides.

En 2312, Le  premier réveil du capitaine Lexi Néel s’effectuera au son de la chanson « I Got You Babe », un clin d’œil manifeste au film culte d’Harold Ramis. Lexi répond au signal de détresse en se rendant au centre de recherche. Elle est en route pour la Terre, pour retrouver sa fille. Elle est accueillie par Maxine, l’androïde de la station qui lui ouvre la porte et l’enferme dans une pièce.

Je suis Maxine, l’intelligence artificielle en charge de cette station.

Le lecteur  est embarqué dans un huit clos glacial où les apparences sont trompeuses et les rapports complexes.

Les thèmes principaux de cette BD sont le voyage dans le temps, l’intelligence artificielle, quels en sont les enjeux ? Dans son intrigue Ludovic Rio joue avec le temps.

Caen, de Guillaume le Conquérant à la guerre de Cent Ans de Jean-Blaise Djian

Je ne suis pas fan de BD, mais celle-ci, je voulais la lire.

Elle se présente avec des planches , mais aussi avec du texte . Chacun des dix chapitres de cet album est agrémenté de documentaires richement illustrés qui vous feront voyager dans le temps jusqu’à la libération de la ville en 1450 par Charles VII.

L’histoire débute au III siècle après Jésus-Christ, dans une petite bourgade, nommée Catumagos qui deviendra plus tard, Caen….

——————————————————

Quatrième de couverture ;

Qui aurait parié en l’an 210 que Catumagos, petit village d’artisans, deviendrait en quelques siècles le fief du roi d’Angleterre Guillaume le Conquérant ? À travers une fiction passionnante ancrée dans la réalité historique, suivez le parcours des deux léopards taillés dans la pierre de Caen qui prirent part aux invasions vikings, à la bataille du Val-ès-Dunes et à la guerre de Cent Ans avant d’orner le blason officiel de la Normandie !

Caen , tome 1, Jean-Blaise Djian – Éditions Petit à Petit – 2018 –

ISBN:9791095670537

Tout plaquer et aller prendre un bain de Mathou

Une BD, toute simple qui nous conte les moments de la journée, tout simplement pour nous faire du bien. Un condensé de petites choses anodines mais quand on prend le temps de les savourer , cela fait tellement de bien, un hymne à la vie et à la poésie.

Vous pouvez retrouver Mathou sur sa page Facebook «  Crayon d’humeur « 

Dessinateur Mathou – Éditeur Monsieur Pop Corn – date de parution ;24/11/2016 – ISBN : 979-1090962262

 

S’enfuir de Guy Delisle

Une BD  graphique, un peu particulière, Guy Delisle retrace les 111 jours de captivité d’un homme. Christophe André était en mission humanitaire pour une ONG, dans le Caucase. Il a vécu 4 mois de séquestration avant de réussir à s’évader.

 

Cet homme vit attaché, juste « libre » le temps de prendre quelque maigre nourriture apporté par celui qu’il nomme « Thénardier ».  Un surnom donné à son geôlier, ses tracas quotidiens viennent adoucir le drame . Son univers est restreint, un matelas et toujours menotté à un radiateur. Il est dans une pièce où la fenêtre est barricadée . Des questions se bousculent, pourquoi moi ? pour combien de temps ? Une astuce pour ne pas sombrer, toujours savoir la date du jour. Il évoque aussi  les batailles napoléoniennes , à chacun sa méthode pour ne pas déprimer. Christophe va échafauder tous les scénarios possibles afin de pouvoir s’évader par ses propres moyens. Et cette idée ne le lâchera pas : s’enfuir.

 

Guy Delisle indique qu’il a mis 15 ans à élaborer cet album, Il a fait un travail remarquable en accentuant ou non les couleurs monochromes, ici du bleu-gris, suivant le moment du récit. J’ai été happée par cette BD de 410 pages.

 

Éditeur : Dargaud (16/09/2016)

ISBN : 2205075470

 

 

 

Monet, nomade de la lumière de Jalva Rubio

 

 

Monet, nomade de la lumière

Scénario: Jalva Rubio, dessins et couleurs: EFA

éditions Le Lombard, collection Contrechamp

Date de publication: le 17 mars 2017

Prix: 17,95€

 

 

Je ne suis pas fan de BD, mais celle-ci m’a fait de l’œil.. J’aime la peinture, et je dois dire que j’ai aimé lire cette BD. Elle retrace la vie romancée du célèbre peintre que fut Monet.

La préface de cet ouvrage est écrite par le directeur de la « fondation Claude Monet »et du musée Giverny; En déplaçant la focale, en peignant les tableaux de l’artiste et ceux de ses amis d’un point de vue différent, Salva Rubio et Ricard Efa nous font découvrir les œuvres de Monet sous un jour nouveau » explique t-il. « A travers un subtil jeu de miroirs, où le peintre et ses œuvres deviennent à leur tour les modèles, ils nous offrent de pénétrer dans cet espace que Monet affectionnait tant, entre le motif et la toile… » 

Pour Monet, le motif était secondaire. Il disait vouloir peindre avant tout une sensation, au détriment du détail.

La première planche de la BD est noire, pourquoi ?  » le lecteur se retrouve dans les yeux de Monet. Des yeux que le peintre vieillissant et célèbre garde obstinément fermés. La raison? Il refuse de se faire opérer de la cataracte au moment où le docteur Coutela (ca ne s’invente pas) approche son couteau (Eh oui, à l’époque on taillait dans le vif sans anesthésie), car il redoute de perdre la vue, sa raison de vivre. L’ami qui l’accompagne et va finalement le convaincre après l’avoir traité de poule mouillée, n’est autre que celui qu’on surnommait le Tigre, un certain Clémenceau… »

On retrouve ici toute la vie de Monet, avec ses joies mais aussi ses peines à ne pas subvenir aux besoins de sa famille.

 

 

 

Ce roman graphique est suivi d’annotations portant sur les peintures.

Un bel ouvrage à lire et à relire pour apprécier toute la grandeur de Monet.

Pour ceux qui ne connaissent pas , je vous invite à visiter Giverny , peut-être juste une visite virtuelle.

 

Leçons de vie de CATSASS de Claude Combacau

Je remercie Babelio avec l’opération Masse critique et les éditions Hors Collection pour l’envoi de ce livre.

Quelle surprise ce livre, une BD mais pas comme les autres. Elle a mille facettes. Ce ne sont pas seulement des planches avec des bulles. Vous trouverez à l’intérieur de ce livre, bien sûr l’histoire d’un chat, pas n’importe quel chat. Il s’agit de Catsass et de ses leçons de vie.

 

Ce livre est un mélange où il y a des petites BD, des jeux, des coloriages, des tests. Il y a surtout la vie de ce chat pas ordinaire, qui vous en conte de toutes les couleurs ( ah ! non, le livre est en noir et blanc) rien ne vous empêche de le colorier ce chat .

Ce livre s’adresse à tous, petits et grands. Pas trop petit, car parfois Catsass a un drôle de langage. Que vous aimiez ou non les chats, ce livre est pour vous ! En feuilletant ce livre, c’est un peu comme une invitation au  lâcher prise, le tout écrit avec beaucoup d’humour .

Titre : Leçons de vie par CATSASS
Auteure : Claude Combacau
Edition : Hors Collection – Collection Humour
Date de parution : mars 2017
Prix : 12,00 €

ISBN :9782258143432

 

Je vais ajouter un lien, ce chat est célèbre il a aussi sa page Facebook ., son site 

Claude Combacau est une artiste de 28 ans qui crée des dessins hilarants et pour qui la cohabitation avec les chats n’a plus de secrets.

Vous pouvez découvrir d’autres pages du livre sur le site de l’auteur.

 

Le grand méchant renard , BD et jeu

Je vous avais présenté la critique de la BD, «  le grand méchant renard  « .

Maintenant le film est sorti

Et pour ceux qui aime jouer, vous pouvez aller ici 

Ce jeu est amusant.

La différence invisible de Julie Dachez et de mademoiselle Caroline

Ce livre est une BD, qui parle d’une maladie non visible, mais bien présente qui est le syndrome d’Asperger. C’est une forme d’autisme légère, qui ne se voit pas.

L’auteur Julie Dachez est atteinte par cette maladie. Elle raconte sa vie  de tous les jours dans cette bande dessinée. Jeune femme de 27 ans, qui travaille, elle aime être seule. Elle se sent oppressée par les gens. Le midi, lors de sa pause, elle déjeune seule. Dans sa vie privée, elle ne sent bien que chez elle, seule. Elle se sentait en marge, mais ne l’expliquait pas. Avec ses mots, elle exprime sa différence, les choses banales peuvent devenir des exploits pour elle.

 

Le jour où le diagnostic arrive, elle se sent soulagée, enfin mettre un nom sur son état. Elle va pouvoir vivre sa vie.

L’album donne à découvrir le quotidien  Son univers est poivre et sel, doux, ponctué de touches de rouge, comme des petites touches de bonheur. Mais dès lors que les discussions se font trop fortes, trop répétitives, trop présentes, le rouge envahit l’espace. La réalité se recouvre alors de tons carmins.

« En France, plus qu’ailleurs, l’autisme est très mal connu. « Seuls 20 % des enfants autistes sont scolarisés, contre 80 % dans les autres pays développés », nous apprend-on dans l’annexe. Les gens ont donc une opinion toute faite, des préconceptions. Faire évoluer les mentalités demande de faire entrer l’autisme dans la discussion publique. »

A la fin de l’album, une présentation de l’Autisme, les faits. Le Syndrome d’Asperger, késako?, description de la maladie. Puis « être autiste Asperger ( Aspie pour les intimes). ses intérêts, ses difficultés dans les interactions sociales, l’hypersensibilité, leurs stratégies d’adaptation et les points forts des  « Aspies » sont expliqués point par point.

 

 

Une BD que je vous recommande.

Editeur ; Delcourt –

Date de parution ; 31/08/2016