Le Mois de l’Europe de l’Est, l’Ukraine

Je renouvelle ma participation à ce Mois de l’Europe de l’Est. Pour ce premier jour du mois de mars, on ne peut qu’évoquer ce pays, l’Ukraine durement touché par la guerre depuis un an.

De Paris à New York, l’hymne ukrainien résonne dans le monde entier. Un hymne qui porte en lui l’histoire de tout un pays. 🇺🇦

En photo ou sur les réseaux sociaux, vous avez peut-être vu passer cette petite fille au drapeau ukrainien, couronnée de fleurs, marchant sur des chars d’assaut. La patte derrière ce dessin, c’est celle de Seth.

Pour l’état civil, le street artiste français s’appelle Julien Malland. Obsédé par l’enfance, ce quinquagénaire ne fait d’ailleurs pas son âge.

Ce dessin date de février 2022. La Russie vient alors d’envahir l’Ukraine. Comme la guerre se joue aussi sur le terrain de l’iconographie, Julien Malland sort dans son quartier, le 13 arrondissement de Paris, en quête d’un mur sur lequel témoigner de son soutien à ses amis ukrainiens. Ce sera la rue Buot, où il peint cette petite fille qui, très vite, devient un “meme” : imprimée sur des t-shirts, dessinée dans un abri anti-bombes en Ukraine, croquée sur une pancarte devant la mairie de Kharkiv, elle fait le tour du monde. ( source France Culture)

Comment préserver le riche patrimoine ukrainien en temps de guerre et sauver ce qui peut l’être encore.

Publicité