Tant que le café est encore chaud de Toshikazu Kawaguchi

Chez Funiculi Funicula, le café change le cœur des hommes.

À Tokyo se trouve un petit établissement au sujet duquel circulent mille légendes. On raconte notamment qu’en y dégustant un délicieux café, on peut retourner dans le passé. Mais ce voyage comporte des règles : il ne changera pas le présent et dure tant que le café est encore chaud.

Quatre femmes vont vivre cette singulière expérience et comprendre que le présent importe davantage que le passé et ses regrets. Comme le café, il faut en savourer chaque gorgée.

Connaissez-vous ce café, il est situé dans Tokyo ? Le Funiculi Funicala est situé dans un sous-sol, sans aucune fenêtre extérieure. Ce lieu est toujours teinté de couleur sépia, trois horloges ornent les murs et aucune n’est à l’heure. Le Funiculi Funicala a la particularité d’être hanté par le fantôme d une dame en blanc seule à sa table. Quand cette dame quitte sa chaise, on peut prendre sa place et voyager dans le passé ou le futur, à condition de respecter certaines règles. La plus importante est de boire son café jusqu’à la dernière goutte avant qu’il soit froid.

Quatre personnes vont donc se succéder à la place du fantôme de la femme en blanc . Quelque soit le voyage que l’on fait, on ne peut pas changer le présent. Elles sont prévenues et ont accepté les conditions.

Cette courte escapade temporelle leur permettra -t-elle de se connaître mieux , de mieux se comprendre et de lâcher prise ?

Toshikazu Kawaguchi nous fait prendre conscience de l’importance du moment présent.

J’ai écouté avec beaucoup de plaisir la voix de Philippe Spiteri. La narration audio m’a transportée, dans ces voyages. La musique est adaptée à chaque moment . La beauté des mots une atmosphère particulière qui m’a plongée dans entre l’onirique et le fantastique. Un véritable moment de bonheur que je n’oublierai pas de sitôt.

Je remercie NetGalley et Audiolib de me l’avoir fait découvrir.

A propos de l’auteur ;

Toshikazu Kawaguchi est né à Osaka en 1971. Il est dramaturge et a produit et dirigé le groupe théâtral Sonic Snail.

Tant que le café est encore chaud est l’adaptation d’une pièce de sa société 1110 Productions, qui a remporté le grand prix du 10e Festival dramatique de Suginami. Il s’est vendu à 1 million d’exemplaires au Japon et est devenu un bestseller international.

Ravel de Jean Echenoz

Ravel fut grand comme un jockey, donc comme Faulkner. Son corps était si léger qu’en 1914, désireux de s’engager, il tenta de persuader les autorités militaires qu’un pareil poids serait justement idéal pour l’aviation. Cette incorporation lui fut refusée, d’ailleurs on l’exempta de toute obligation mais, comme il insistait, on l’affecta sans rire à la conduite des poids lourds. C’est ainsi qu’on put voir un jour, descendant les Champs-Élysées, un énorme camion militaire contenant une petite forme en capote bleue trop grande agrippée tant bien que mal à un volant trop gros. Ce roman retrace les dix dernières années de la vie du compositeur français Maurice Ravel (1875-1937).

D’après ce qu’avait lu Jean Echenoz, Ravel était un homme très fermé, peu démonstratif. Il va en tracer un portrait romanesque d’un personnage réel. Il se concentre sur les dix dernières années de Ravel. Il a donc choisi de présenter à travers de petites anecdotes . Il est donc parti de la tournée américaine pour suivre Ravel jusqu’à la fin, en fait jusqu’à la toute fin. Il souhaite que le lecteur ressente comment était Ravel , ce qu’il a vécu. Tout commence par son départ aux Etats-Unis, qu’en retiendra Ravel que c’est un pays où l’on mange mal. Mais il y a aussi toutes les rencontres qu’il pourra y faire. Mais Ravel vieillit mal, parfois il ne se souvient plus, il ne sait plus même écrire son propre nom..

Jean Echenoz évoque une œuvre célèbre, le Boléro, qui n’en a pas entendu parler. il indique de quelle manière il a été crée. Ce Boléro eut un succès immédiat, sans que Ravel ne comprenne réellement pourquoi.

La lecture fut agréable, le livre est plein d’humour et de fantaisie, une bien agréable façon de découvrir la vie de Ravel.

Rien de tel que d’aller écouter ses œuvres, il n’y a pas que le Boléro. : Musique de chambre, musique orchestrale, œuvres pour piano :.

Ce roman entre dans le cadre du défi « Le Printemps des Artistes » proposé par Marie-Anne du blog  » La Bouche à Oreilles d’avril à juin 2022.