Le Nageur d’ Auschwitz de Renaud Leblond

Merci à NetGalley et aux Éditions de l’Archipel pour ce partenariat

Renaud Leblond est directeur de la fondation Jean-Luc Lagardère et maître de conférence à sciences po. Je ne connais pas cet auteur, le titre du livre m’a intriguée. Je lis peu de livre sur les guerres mais je ne regrette pas mon choix. Je n’avais jamais entendu parler de ce nageur .Ce livre sortira le 5 mai 2022.

Surnommé le nageur d’Auschwitz, il s’appelait Alfred Nakache né dans une famille juive traditionnelle de Constantine le 18 novembre 1915. Il fut sacré vice-champion d’Europe en 1938.

A 13 ans, il avait une peur de l’eau.  » Alfred a 13 ans et la mer l’effraie, tout comme les bassins moins profonds. Il ne sait pas d’où vient cette phobie. « 

Le jeune Alfred a vaincu sa peur, et devient peu à peu un champion de natation. En 1931, il devient le champion d’Afrique du Nord.

En 1933, il arrive à Paris, et participe aux Championnats de France. Il arrive deuxième. Son but est alors de se préparer pour les Jeux Olympiques de 1936 à Berlin. En finale du relais quatre fois 100 mètres nage libre, les Français finissent quatrième, devant l’équipe allemande, sous les yeux d’Hitler et de Goebbels présents dans les gradins. Il réussit en 1939 l’examen pour devenir professeur d’éducation physique. Il intègre par la suite l’École normale d’éducation physique, futur Institut national du sport, de l’expertise et de la performance, comme son épouse Paule , également juive avec qui il s’est marié le 6 octobre 1937. Lorsque Philippe Pétain abolit le décret Crémieux, Alfred Nakache, en tant que juif d’Algérie, est déchu de sa nationalité française. Professeurs et juifs, lui et son épouse, doivent partir pour continuer de travailler et s’installent avec leur fille à Toulouse en zone libre.

Cela n’empêchera pas qu’ils soient dénoncés comme juif et arrêtés par la Gestapo.

Les Nakache partent le 20 janvier 1944 dans le convoi 66, direction Auschwitz.

Surnommé « Artem » (le poisson), il est aussi connu sous le surnom de « nageur d’Auschwitz », où il a été déporté durant la Seconde Guerre mondiale.

L’auteur alterne des passages de vie d’Alfred, avant la guerre et les périodes difficiles dans les camps. Durant sa captivité, le nageur a subi beaucoup d’humiliations. Nakache va échapper à la mort. Sa passion le sauvera des camps d’extermination. Mais quand il sort des camps, il a beaucoup maigri.

Auschwitz, Février 1944
A l’eau, Nakache ! Ne nous fais pas attendre, tout l’état major est là pour t’admirer , mon vieux.
L’officier Muller, responsable d’Auschwitz, du bâtiment de l’infirmerie, jubile. Nakache recordman du monde de 200 mètres brasse , est son divertissement préféré.

Le 11 avril 1945, les Américains libèrent le camp de Buchenwald et découvrent toute l’horreur de la Shoah. Rapatrié, Alfred a du mal à retrouver ce monde qui le croyait mort . Il croit toujours pouvoir retrouver sa femme Paule et leur fille, Annie, déportées en même temps que lui. Il se rend chaque soir sur les quais de la gare, et attend en vain.

le 8 août 1946, Alfred Nakache remporte le record du monde aux championnats de Marseille, un hommage en mémoire de tous les déportés, de sa fille et de sa femme. Il continue de nager pour le plaisir chaque jour.

Il est mort en nageant, d’ une crise cardiaque et le 4 août 1983 à 67 ans.

A la fois documentaire et romancé, ce livre m’a plu. Il évoque un pan de l’Histoire que je ne connaissais pas. L’histoire est poignante et enrichissante. Merci à l’auteur pour son travail de recherche, pour nous présenter un livre à la portée de tous.

Une bibliographie complète ce récit ainsi que les titres des extraits de récits, de témoignages ou de romans qui permettent aux lecteurs de compléter cette lecture.

Le nageur toulousain Alfred Nakache a fait son entrée au Panthéon mondial de la natation – le Swimming Hall of Fame de Fort Lauderdale en Floride en mai 2020. Une cérémonie officielle a eu lieu en aux Etats-Unis.

Le 12 mars 2021, le gouvernement français lui rend hommage à travers les portraits de 318 personnalités représentatives de l’histoire de la diversité française.

Le nageur d’ Auschwitz – Laurent Leblond – Éditions de l’Archipel – parution : 05/05/2022 – EAN : 9782809844559

Quatrième de couverture :

Jamais Alfred Nakache, enfant juif de Constantine, n’aurait imaginé défendre un jour les couleurs de la France aux Jeux olympiques de Berlin, en 1936. Ni décrocher le record du monde du 200 mètres brasse papillon en 1941, sous le régime du maréchal Pétain. À force de volonté, armé d’un invincible sourire, il s’est hissé au sommet des podiums.

Mais, lors des championnats de 1943, le voilà interdit de bassin. En décembre de la même année, « le poisson », comme on le surnomme, est arrêté, puis déporté à Auschwitz. Il y bravera ses gardiens en allant nager, au péril de sa vie, dans des réserves d’eau à l’autre bout du camp. Sans savoir s’il reverra un jour sa femme et sa fille, dont il a été séparé, sur le quai, à l’arrivée du convoi 66.

Ce héros oublié revit dans ce roman vrai mettant en scène un gamin qui avait peur de l’eau et aura pratiqué son sport jusqu’en enfer.

7 réflexions sur “Le Nageur d’ Auschwitz de Renaud Leblond

  1. C’est une belle chose de publier un tel livre. Mais je ne pourrai jamais lire sans avoir les yeux humides tellement la barbarie de certains racistes me désespère. Pourtant il faut de tels livres pour répondre et tout faire pour ne pas revivre ces situations sous une forme ou une autre…

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s