Poésie de L’Europe de l’Est – La Serbie

Cette poésie est présentée dans le cadre du mois de l’Europe de l’Est d’Eva, Patrice et Goran

L’ÎLE

la guerre n’a jamais cessé. je me suis souvenu de l’aube quand

j’ai quitté ma maison. elle était partout la guerre. derrière la porte

elle tenait une hache. sur le lit elle a recroquevillé son corps

enveloppé dans une peau de loup.

elle ressemblait à un paon qui me regardait avec suspicion

et se préparait à me becqueter les mains. sur les fenêtres

elle baissait les stores. elle se cachait pour que je ne la voie pas.

je savais qu’elle respirait dans ma nuque

elle a attaché mon souffle et rendu transparentes les choses

auxquelles j’ai consacré ma vue.

elle s’adressait à moi avec mépris :

toi qui mâches le silex tu vas attendre avant de le regagner.

tu vas apprendre à te souvenir de ce que tu as oublié

je suis ta connaissance qu’éveillé tu as prédite

ce que tu vas voir en te retournant ce sera l’obscurité

le père qui ne va jamais revenir

la mer dont la flamme va venir

qui va te rendre sourd.

qui est plus fort que la guerre

moi à qui personne ne demande rien

l’île dont ne restera que le nom

un usurier qui va m’endetter

l’arme qui tue avant d’être forgée

ou le serpent qui monte à l’endroit auquel il n’appartient pas.

Poèmes de Jovan Zivlak publiés par les éditions L’Oreille du Loup. Traductions par Tanja Pekic et Jean Portante.

Jovan Zilvak,

Il est né le 9 octobre 1947 à Nakovo, en Voïvodine, province autonome de Serbie, est écrivain et poète serbe. Il habite à Novi Sad.

Diplômé en langue et littérature serbes, est directeur de la maison d’édition Adresse (Adresa), de la revue Zlatna Greda et du festival international de littérature de Novi Sad (Serbie). Il a publié quinze livres de poésie et deux anthologies : Poèmes (2006) et Au-dessous des nuages (2014). Son essai le plus récent s’intitule Les fantômes de la poésie (2016). Nombre de ses livres sont traduits en polonais, espagnol, français, allemand… Il a publié trois livres en français, dont le dernier est Le roi des oies (2014), traduit par Tanja Pekic et Jean Portante, et publié aux éditions L’Oreille du loup. Zivlak a remporté environ vingt prix en Serbie et à l’étranger pour sa poésie. ( source – Poésie du monde )

3 réflexions sur “Poésie de L’Europe de l’Est – La Serbie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s