Un soir d’été de Guillaume Apollinaire

Le Rhin
Qui coule
Un train
Qui roule

Des nixes blanches
Sont en prière
Dans la bruyère

Toutes les filles
À la fontaine
J’ai tant de peine

J’ai tant d’amour
Dit la plus belle
Qu’il soit fidèle

Et moi je l’aime
Dit sa marraine
J’ai la migraine

À la fontaine
J’ai tant de haine

Guillaume Apollinaire

Julien l’exhibé de Martine Gasnier

A propos de l’auteur : Martine Gasnier est née en Normandie. Docteur en histoire du droit, l’écriture a toujours accompagné sa vie. Après avoir collaboré à la réalisation de catalogues d’exposition ou de projets artistiques où se mêlent textes et œuvres visuelles, elle a entrepris une œuvre littéraire d’abord tournée vers la nouvelle puis le roman.Un prince mélancolique, son troisième roman, est paru à la rentrée littéraire 2020. Son premier roman (2018), L’Affaire Julie Clain, préfacé par Henri Leclerc, a reçu le Prix de Littérature 2020 des Lions clubs de Normandie. Itinéraire d’un révolté est paru en 2019. Son quatrième roman, Julien l’exhibé, est un véritable plaidoyer pour le respect de l’Autre différent.  ( Source ; Éditions Zinédi)

La préface du livre est écrite par Patrick Vincelet qui est professeur associé des Universités. Il a mené une activité d’enseignement et de consultant, après une formation littéraire et philosophique, se formant à la psychopathologie et à la psychanalyse. Élève de Deleuze, Tomkiewicz, Bettelheim et Jacques Lacan, bénéficiant de son éducation culturelle auprès de son père médecin-historien et sa mère philosophe, il a mené sa carrière avec la passion de la Transmission et du combat pour reconnaître la différence comme source de richesse entre les hommes.

Mon avis :

Nous sommes en Normandie, dans le Perche, à la fin du XIX siècle, dans un monde rural et pauvre. Un enfant est attendu dans le foyer d’Eugénie et Joseph. Cet enfant semble se développer normalement , après sa première année, le médecin a remarqué que l’enfant n’avait pas grandi .

Julien souffrait d’une maladie qui atteignait les os. Aucun traitement n’était connu.

Eugénie fut affectée par ce diagnostic. Il appartenait à la catégorie des nains. Son aspect était tout à fait harmonieux. L’explication de ce défaut de croissance fut associée à maintes raisons. Julien continua son chemin de vie, alla à l’école. Il fut le souffre-douleur de bon nombre d’enfants. Ils l’avaient baptisé « le nain« . Seule la maîtresse fut bienveillante, elle lui apprenait les lettres de l’alphabet. Elle prenait soin de lui. Ce temps fut pour Julien une période heureuse. Puis la maitresse fut emportée par une maladie.

Dès lors pour lui rester fidèle, il décida de ne plus aller à l’école .

Peu à peu il s’installa dans l’oisiveté, puis les année passèrent. Il fut appelé comme les autres pour effectuer ses classes.

Quelques semaines plus tard circulait une carte postale qui titrait  » le plus petit conscrit de France ». Julien avait évincé tous ces camarades à son profit, ils n’étaient plus que des figurants.

A partir de ce jour-là , la vie de Julien changea, il avait été remarqué par Oscar Mauclair, imprésario.

Martine Gasnier évoque la différence et démontre que tout individu a droit au respect des uns et des autres.

J’ai aimé suivre l’histoire de Julien, aussi cruelle soit-elle. L’auteur exploite bien ce genre, et montre bien la cruauté des individus, face à un être « différent ».

Depuis la fin du XXe siècle, des associations se constituent dans plusieurs pays pour favoriser les liens sociaux entre personnes naines (rencontres, information), ou bien pour travailler à la promotion et la défense des droits des personnes naines. Certaines associations militent pour la reconnaissance du nanisme comme handicap, en raison notamment d’un environnement moderne inadapté aux individus de petite taille.

Julien l’exhibé – Martine Gasnier – EAN : 9782848592244
160 pages
Éditeur : Zinedi (27/05/2021)

Le violon de Colette Guinard

LE VIOLON

Toi mon instrument à cordes
Tu es pour moi le plus harmonieux
Langoureuse est ta mélodie
Qui rend les êtres amoureux.

Tes sanglots, complainte d’une passion
Entraînent mon âme à l’unisson
Ton archet caresse sur tes cordes
Tes merveilleux sons et ses accords.

Où s’envolent tes notes de musique
Dans ta caisse de résonance, si magique
Telles ruissellent les larmes de mon cœur
Je pleure sur la fin de mon amour.

Alors que je voulais l’aimer pour toujours
Vibre encore le fleuve de mon bonheur
Grace à tes accords et tes sons
Tu es pour moi ce joli violon
Qui restera le plus beau de tous les altos.

Texte de Colette Guinard

Tedi Papavrami , violoniste et écrivain.

Je peux te voir de Carina Rozenfeld

Max, unique survivant d’un accident de voiture, Le Pater, un homme mystérieux décide de prendre en charge le jeune garçon, ayant détecté chez lui un don hors du commun qui flirte avec l’irréel : la vision à distance, c’est-à-dire la capacité à se déplacer mentalement afin de voir des choses ou des lieux éloignés de soi.

Pourtant, l’auteur nous assure que ce don de perception psychologique existe réellement, la CIA l’utilise et en étudie la portée actuellement.Il semble que le Pater l’envoie effectuer certaines missions pour le bien d’une société dont Max ignore tout. Pourtant, isolé depuis l’accident, les missions sont son seul but dans sa vie et il les réussit à merveille sans se poser de questions.

Un jour, lors d’une mission, Max découvre une photo, qui l’émeut. Il veut alors en savoir plus. Max n’a alors qu’un seul but, fuir l’autorité du Pater.

L’auteur s’inspire des films du genre, le roman est frais. Des chapitres courts qui nous tiennent véritablement en haleine. Alternant des chapitres au présent et d’autres dans le passé ( avant l’accident de Max), des informations sont distillées page après page sur l’accident. C’est une histoire entraînante, qui manie avec habilité le suspens.

Qu’est-ce que tu mâchouilles de Coralie Saudo

Timini, un petit kangourou, se promène avec sa tétine.

Qu’est-ce que tu mâchouilles ? Je peux goûter ? demande le caméléon.

NON ! grogne Timini. C’est MA tétine !

Plusieurs animaux, perroquet, girafon, caméléon se succèdent pour demander à Timini de lui prêter sa tétine. La réponse est toujours , NON

Timini explique l’usage de la tétine aux animaux.

Une tétine, ça sert à se consoler et à trouver le sommeil

Et quand arrive le lion…..Il veut goûter . … ET ….

Cette thématique est souvent abordée dans les albums jeunesse, la tétine.

L’illustration est colorée, les textes sont courts et l’humour est présent. A la fin du livre , l’auteur met l’accent sur le plastique et sensibilise les enfants à l’écologie.

Coralie Saudo – Hervé Le Goff (illustrateur )
EAN : 9782844556004
24 pages
Éditeur (05/03/2020)

Les femmes sont sur la terre…

Les femmes sont sur la terre
Pour tout idéaliser ;
L’univers est un mystère
Que commente leur baiser.

C’est l’amour qui, pour ceinture,
A l’onde et le firmament,
Et dont toute la nature,
N’est, au fond, que l’ornement.

Tout ce qui brille, offre à l’âme
Son parfum ou sa couleur ;
Si Dieu n’avait fait la femme,
Il n’aurait pas fait la fleur.

A quoi bon vos étincelles,
Bleus saphirs, sans les yeux doux ?
Les diamants, sans les belles,
Ne sont plus que des cailloux ;

Et, dans les charmilles vertes,
Les roses dorment debout,
Et sont des bouches ouvertes
Pour ne rien dire du tout.

Tout objet qui charme ou rêve
Tient des femmes sa clarté ;
La perle blanche, sans Eve,
Sans toi, ma fière beauté,

Ressemblant, tout enlaidie,
A mon amour qui te fuit,
N’est plus que la maladie
D’une bête dans la nuit.

Victor Hugo

Hommage à Diane, qui est partie trop tôt, comme Goran.

Les Héros inconnus de Xavier Brulatout

Merci à Net Galley et à Librinova pour ce partenariat

Quatrième de couverture :

Dans un futur proche, vingt ans après la fracture écologique, Michael, étudiant à l’université, rêve de faire carrière dans la police scientifique. Quand le jeune orphelin se découvre un lien de parenté avec Ludovic Dasse, un policier célèbre connu pour ses nombreuses enquêtes, il cherche à comprendre quels sombres secrets, l’inspecteur à la retraite, cherche à enfouir en avançant la date de son effacement. Aux côtés de Rachel, Michael se lance à corps perdu dans sa quête de réponses : qui Dasse est-il vraiment ? Quel lien les unit ? Les deux étudiants parviendront-ils à découvrir la vérité dans ce monde où l’information est étroitement surveillée ? Un thriller rythmé par un suspense haletant, où chaque révélation bouleverse nos certitudes.

Mon avis :

En route pour l’année 2051, quel bond avons-nous fait !!

Michaël entre dans une école de police, il doit trouver un sujet de mémoire. Son sujet, il va l’entreprendre avec une jeune fille nommée, Rachel. Ils ont cherché puis finalement opté , pour une « tête » de la police : Ludovic Dasse. Celui-ci est maintenant dans une maison avant son effacement. On choisit ou non de disparaître de la vie à un âge donné,( une loi a été votée, tout individu est effacé à l’âge de 80 ans).

Avant cela, il va recevoir Michaël et lui dévoiler des affaires policières, et aussi un pan de sa vie, qui touche Michaël. Michaël fut abandonné et laissé dans un orphelinat. Il est en quête de ses origines.

Michaël serait-il de la même famille que ce Ludovic Dasse ? C’est ce qu’il va s’efforcer de découvrir, de nombreuses péripéties suivront et des révélations surprenantes.

Nous allons changer de période assez souvent, voyager dans le futur, revenir au présent. Les souvenirs de Ludovic se mêlent et s’emmêlent . A nous lecteurs de ne pas perdre le nord !

Je dois dire que je ne suis pas une fan de l’anticipation.

Je fus très mal à l’aise, ce livre est rempli de fautes d’orthographe, de grammaire . Je me suis même demandée si l’auteur ne l’avait pas fait exprès, qui sait dans les temps futurs, l’orthographe sera -t-elle importante aux yeux des lecteurs ?

Dommage !

Xavier Brulaatout EAN : 9791026275237
368 pages
Éditeur : Librinova (23/04/2021)

La Liberté de Jacques Prévert


La Liberté,
Ce n’est pas partir, c’est revenir,
Et agir,
Ce n’est pas prendre, c’est comprendre,
Et apprendre,
Ce n’est pas savoir, c’est vouloir,
Et pouvoir,
Ce n’est pas gagner, c’est payer,
Et donner,
Ce n’est pas trahir, c’est réunir,
Et accueillir.
La Liberté,
Ce n’est pas s’incliner, c’est refuser,
Et remercier,
Ce n’est pas un cadeau, c’est un flambeau,
Et un fardeau,
Ce n’est pas la faiblesse, c’est la sagesse,
Et la noblesse,
Ce n’est pas un avoir, c’est un devoir,
Et un espoir,
Ce n’est pas discourir, c’est obtenir,
Et maintenir.
Ce n’est pas facile,
C’est si fragile,
La Liberté,