Paysages polaires de René Chopin

Paysages polaires

Là, bien loin, du côté des étoiles polaires,
Se dresse l’enfer froid des hauts caps convulsifs.
Et je crois voir les flottilles crépusculaires
Errantes sur le globe aux âges primitifs.

Monts à pic titubant sur une mer étale,
Cascades d’argent pur dont le saut fait un lac.
Dolmens bruts avec leurs tables horizontales,
Menhirs et tumuli, vastes champs de Carnac.

Par bandes les ours blancs seront expiatoires;
L’écume aux dents, lascifs, ils bâilleront d’ennui
Tandis qu’à l’horizon, au ras des promontoires
Brillera, globe d’or, le soleil de minuit.

René Chopin
Le Cœur en exil (trois des quinze strophes)

René Chopin naît à Sault-au-Récollet le 2 avril 1885. Il fait ses études classiques au Collège Sainte-Marie, puis des études de droit à l’Université Laval à Montréal, où il rencontre Paul Morin. Il est admis à la Chambre des notaires en 1910. Il voyage à Paris, où il suit des cours de chant, et à Rome avant d’exercer sa profession. Poussé par les encouragements de Paul Morin et de Marcel Dugas, il publie son premier recueil de poésie en 1913, Le cœur en exil. En plus de sa pratique professionnelle, il collabore, à partir de 1914, à La Revue moderne, à L’Action et au Nigog. Il est également critique littéraire au Devoir en 1944. Il est décoré de la croix de Chevalier du Latran. Après un silence de vingt ans, il livre un deuxième recueil de poésie, Dominantes, en 1933. Il meurt le 28 juin 1953. ( Source ; les Herbes rouges )

4 réflexions sur “Paysages polaires de René Chopin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s