Les buveurs de vent de Franck Bouysse

Quatre ils étaient,un ils formaient, forment et formeront à jamais.

Ils sont frères et sœur, Marc est un passionné de lectures qui se cache pour lire, Matthieu est amoureux de la nature, Mabel est l’ensorcelante et Luc, l’attardé, qui fut déscolarisé . Ils vivent tous dans le Gour Noir. Ils forment une vraie fratrie, face à un père qui a souvent la main lourde et à une mère bigote.

L’avenir est incertain, à moins de travailler pour la centrale électrique, le barrage qui l’alimente ou les carrières que possède Joyce le tyran. Souverain en son royaume, celui-ci a baptisé de son nom toutes les rues de la ville.à la centrale, sous les ordres de Joyce. Il règne sur toute la vallée. Chacun est soumis à cet homme.

Buveurs de vents est un récit qui rend hommage à cette fratrie, unie pour le meilleur et le pire. Ensemble, ils rêvent d’un avenir meilleur. Ils aiment se retrouver au viaduc, où ils se balancent avec une corde attachée et regardent la nature qui les entoure. Ils oublient leur quotidien, la noirceur environnante. Et bientôt un drame va anéantir ce coin de verdure.

Ce drame qui en entraînera un autre, où les hommes se révolteront, même les plus faibles, face au tyran.

L’écriture de Franck Bouysse est détaillée, bien ciselée . Chaque phrase est façonnée. Des références à des grands auteurs parsèment le livre, Stevenson, Jules Verne, London.

Franck Bouysse évoque bien des sujets la fraternité, la soumission, de l’adolescence, de la difficulté de passer à l’âge adulte.L’auteur pose des questions essentielles sur le travail des hommes, sur le devenir des femmes, sur cette nature qui nous entoure.

Il nous emmène dans les tréfonds de la légende du Gour Noir , Franck Bouysse est un incontestable conteur.

Franck Bouysse – Les buveurs de vent – EAN : 9782226452276 – Éditeur :Albin Michel (19/08/2020)
400 pages

Quatrième de couverture ;

ils sont quatre, nés au Gour Noir, cette vallée coupée du monde, perdue au milieu des montagnes. Ils sont quatre, frères et sœur, soudés par un indéfectible lien. Marc d’abord, qui ne cesse de lire en cachette. Mathieu, qui entend penser les arbres.
Mabel, à la beauté sauvage. Et Luc, l’enfant tragique, qui sait parler aux grenouilles, aux cerfs et aux oiseaux, et caresse le rêve d’être un jour l’un des leurs. Tous travaillent, comme leur père, leur grand-père avant eux et la ville entière, pour le propriétaire de la centrale, des carrières et du barrage, Joyce le tyran, l’animal à sang froid…

Paysages polaires de René Chopin

Paysages polaires

Là, bien loin, du côté des étoiles polaires,
Se dresse l’enfer froid des hauts caps convulsifs.
Et je crois voir les flottilles crépusculaires
Errantes sur le globe aux âges primitifs.

Monts à pic titubant sur une mer étale,
Cascades d’argent pur dont le saut fait un lac.
Dolmens bruts avec leurs tables horizontales,
Menhirs et tumuli, vastes champs de Carnac.

Par bandes les ours blancs seront expiatoires;
L’écume aux dents, lascifs, ils bâilleront d’ennui
Tandis qu’à l’horizon, au ras des promontoires
Brillera, globe d’or, le soleil de minuit.

René Chopin
Le Cœur en exil (trois des quinze strophes)

René Chopin naît à Sault-au-Récollet le 2 avril 1885. Il fait ses études classiques au Collège Sainte-Marie, puis des études de droit à l’Université Laval à Montréal, où il rencontre Paul Morin. Il est admis à la Chambre des notaires en 1910. Il voyage à Paris, où il suit des cours de chant, et à Rome avant d’exercer sa profession. Poussé par les encouragements de Paul Morin et de Marcel Dugas, il publie son premier recueil de poésie en 1913, Le cœur en exil. En plus de sa pratique professionnelle, il collabore, à partir de 1914, à La Revue moderne, à L’Action et au Nigog. Il est également critique littéraire au Devoir en 1944. Il est décoré de la croix de Chevalier du Latran. Après un silence de vingt ans, il livre un deuxième recueil de poésie, Dominantes, en 1933. Il meurt le 28 juin 1953. ( Source ; les Herbes rouges )