Comme un homme de Florence Hinckel

Quatrième de couverture :

Il était parti dès qu’il avait su, mû par un instinct animal. Juste se protéger du froid, juste saisir la carabine de chasse au passage, et juste une pensée en tête.

Je vais le tuer.

———————————————————————————————————–


Les premières lignes du texte nous plongent directement dans le sujet .

Il marchait dans le froid et le vent glacial depuis deux heures déjà. C »était de la folie. La haine, la fureur et le chagrin étaient de puissants moteurs physiques qui aveuglaient les sens.

Ethan a rejoint le chalet familial, où il ne vient avec sa mère que l’été. Le chalet semble habité à cette période. Il ne savait pas. Et il voit cet homme, qu’il n’aurait jamais dû rencontrer. Il n’a qu’une idée en tête, le tuer.

Qui ? Pourquoi ? A vous de le découvrir, Florence Hinckel maîtrise bien sa plume. Elle évoque un sujet poignant, déroutant sur un sujet délicat. Il n’y a pas besoin de nombreux mots. Tout est suggéré, cela reste pudique. L’émotion gagne le lecteur au fil des pages. Des réflexions pourraient surgir, sur le sens de  » Comme un homme « .

La description de la nature , des paysages montagneux aident à la réflexion.

J’ai aimé ce texte court , 55 pages, il y a quelques jours que je l’ai fini. Comment évoquer ce livre , sans trop dévoiler son contenu. Pour l’instant , ces mots ne sont que mon ressenti sur ma lecture, je vais télécharger l’application Nathan pour avoir accès au livre audio et au livre numérique.

Court toujours – Comme un homme – Florence Hinckel – Nathan

2/50