De pierre et d’os de Bérangère Cournut

De pierre et d’os

Bérangère Cournut

Éditions Le Tripode (29/08/2019)

ISBN : 2370552123

« Les Inuit sont un peuple de chasseurs nomades se déployant dans l’Arctique depuis un millier d’années. Jusqu’à très récemment, ils n’avaient d’autres ressources à leur survie que les animaux qu’ils chassaient, les pierres laissées libres par la terre gelée, les plantes et les baies poussant au soleil de minuit. Ils partagent leur territoire immense avec nombre d’animaux plus ou moins migrateurs, mais aussi avec les esprits et les éléments. L’eau sous toutes ses formes est leur univers constant, le vent entre dans leurs oreilles et ressort de leurs gorges en souffles rauques. Pour toutes les occasions, ils ont des chants, qu’accompagne parfois le battement des tambours chamaniques. » (note liminaire du roman).

De pierre et d’os a reçu le prix du roman Fnac 2019.

________________________________________________

Une nuit, dans cette contrée du monde, un choc scinde la banquise en deux. D’un côté  Uqsuralik et de l’autre sa famille. La jeune Inuit doit affronter le froid, la solitude, la faim. Il ne lui reste que ses cinq chiens de sa vie passée.

Elle va rechercher à se rapprocher de ses semblables, elle va devoir composer face à la nature. Elle aidera à pourvoir en nourriture les peuples qu’elle rencontrera sur son chemin. Elle découvrira la sociabilité, son désir de femme ainsi que la maternité. Elle cohabitera avec des tribus comme avec les bêtes peuplant le Grand Nord : baleines, morses, renards arctiques, ours.. Elle sera initiée au chamanisme.

Au milieu des pages, quelques chants s’y glissent, en voici  l’un : Le chant du renard arctique

Je suis un flocon de neige

Qui est tombé du ciel

Jusqu’à une banquise inconnue

Je suis un souffle au creux de la nuit polaire

Je suis un renard blanc qui a fondu.

J’ai vécu moins de deux lunes

Au milieu d’un peuple de lanternes

J’ai vu des hommes qui vivent sous la glace

D’une mer antique à jamais disparue

Je suis le garçon qui cherchait la femme de pierre

Je suis l’enfant de l’ourse et de l’homme lumière

Mon père fait peur aux humains qui ne le connaissent pas

Aucun de leurs défunts n’a voulu me donner

Me donner un nom qui soit le sien

Je reviendrai sous une autre forme, à un autre moment

Je suis une étincelle qui n’a vécu qu’un instant

Sous le ventre  lisse et poreux de ma mère.

C’est un magnifique voyage que nous propose Bérangère Cournut .  Elle a étudié tout ce qui se rapportait au Groenland : le fonds polaire de Jean Malaurie, celui de Paul-Emile Victor, des écrits de missionnaires oubliés, le célèbre récit de Knud Rasmussen, des photographies, cartes et dessins, des livres écrits par les Inuits eux-mêmes. Elle a fréquenté deux ethnologues spécialisées, Bernadette Robbe et Joëlle Robert-Lamblin. De fait, cet ethno-romanest ­augmenté en fin de volume d’un cahier de ­photographies en noir et blanc.

Le récit est aussi captivant que dépaysant. Ce livre  est à la fois un roman d’aventures, un récit d’apprentissage, une expérience ethnographique, un conte poétique, ce fut pour moi  un excellent moment de lecture.