Alice de Heidi Perks

Merci à NetGalley et aux éditions Préludes pour ce partenariat.

Deux femmes, deux vies se côtoient dans ce roman. Charlotte, mère de trois enfants, a quitté leur père, Tom mais a gardé de bonnes relations avec lui. Harriet  a est mariée avec Brian, et ils ont une fille Alice.. Brian ne supporte pas qu’Harriet prenne des initiatives.

Harriet ne peut pas se rendre à la kermesse de l’école des enfants. Elle confie donc Alice à Charlotte, qui est contente de pouvoir lui rendre service. Harriet doit aller à un cours de comptabilité. Brian est parti à la pêche et n’est pas au courant.

Charlotte et les enfants profitent de la kermesse, une attraction attire les enfants. Ils y vont tous les quatre, mais ne reviennent qu’à trois. Il faut se rendre à l’évidence, Alice a disparu.

L’enquête commence. Les deux femmes vont vivre un enfer personnel. Harriet est effondrée par le chagrin, et Charlotte est critiquée durement par son entourage, se sent fautive de n’avoir pas su veiller sur Alice.

Les chapitres alternent sur ces deux femmes, maintenant et avant ce jour. J’ai aimé suivre la vie de Charlotte, plutôt que celle d’Harriet. Une simple disparition dévoile les secrets et non-dits d’une famille, et surtout des situations violentes.

J’ai aimé l’écriture de l’auteur. Le récit est très fluide.

Heidi Perks est née en 1973. Elle vit à Bournemouth, en Angleterre, avec ses deux enfants. Alice est son premier roman publié en France.

Publicité

Veillée d’avril de Jules Laforgue

 Veillée d’avril

Il doit être minuit. Minuit moins cinq. On dort.
Chacun cueille sa fleur au vert jardin des rêves,
Et moi, las de subir mes vieux remords sans trêves,
Je tords mon cœur pour qu’il s’égoutte en rimes d’or.

Et voilà qu’à songer me revient un accord,
Un air bête d’antan, et sans bruit tu te lèves
Ô menuet, toujours plus gai, des heures brèves
Où j’étais simple et pur, et doux, croyant encor.

Et j’ai posé ma plume. Et je fouille ma vie
D’innocence et d’amour pour jamais défleurie,
Et je reste longtemps, sur ma page accoudé,

Perdu dans le pourquoi des choses de la terre,
Ecoutant vaguement dans la nuit solitaire
Le roulement impur d’un vieux fiacre attardé.

Jules Laforgue

Nils & Zéna de Sylvie Deshors

Ce livre se présente comme un manga, même dimension. Il fait partie d’une nouvelle collection, Pépix Noir, chez Sarbacane. définie en trois mots : action, mystère et enquête ; une nouvelle collection inaugurée par la trilogie de Sylvie Deshors.

Apolline Delporte est l’illustratrice de cette série. Des illustrations en noir et blanc, qui rappellent celles des mangas. La série Nils & Zéna s’adresse aux lecteurs dès 10 ans. 

Des sujets de société sont abordés subtilement dans chaque tome, dans le premier, la contrebande est mise en avant. Chaque tome comporte une intrigue et son suspens.

J’ai aimé le style de l’auteur qui donne des descriptions simples, qui n’alourdit pas le texte et qui plante  le décor de l’histoire.

Du côté des personnages, Nils est  geek , il ne cherche qu’à aider et protéger Zéna.

Zéna agit toujours seule, elle ne se préoccupe pas des conséquences de ces actes . Ce sont deux jeunes qui aiment se retrouver dans un lieu commun, leur cabane perchée. Kraï, le corbeau de Zéna est toujours avec eux, et se manifeste toujours à sa façon. La première affaire surgit quand les deux adolescents vont découvrir par hasard des cartons de vêtements de marque ce qui va les plonger dans un engrenage dangereux.

D’un autre côté, il y a l’homme au cigare, et plus loin dans l’histoire apparait le commandeur. On n’apprendra pas grand chose de cet homme, il faudra lire le deuxième tome pour en savoir plus.

Un roman noir pour frissonner dès 10 ans, je vous le recommande.

Nils&Zéna – editions Sarbacane – Sylvie Deshors – ISBN : 2848659599

Participation au challenge ;

Parasite de Sylvain Forge

Merci à NetGalley et aux éditions Mazarine pour ce partenariat.

Marie Lesaux vient tout juste d’arriver au sein de la brigade de protection de la famille de Clermont-Ferrand . Elle se voit confier une mission top secret . Elle va « tester » Valmont, un nouveau  logiciel d’ intelligence artificiel , avec Ethan Milo, jeune capitaine qui vit cloué sur un fauteuil, suite à un attentat. Cet homme a travaillé sur le projet, et la guidera.

Que se passe -t-il donc ? des jeunes filles, même très jeunes disparaissent. La dernière s’est jetée d’un immeuble, des chiens  partent et ne reviennent plus. Que sont-ils devenus ?

l’histoire va s’intensifier au cours des chapitres. On se laisse facilement embarquer par cette histoire surprenante. Un darknet sous-jacent, de la maltraitance et l’exploitation des personnes fragiles, la souffrance des victimes, autant de thématiques humanistes s’enchainent dans ce thriller.

Deux volets , l’humain et la technologie se complètent.

Le rythme est soutenu, les chapitres sont courts et les personnages au passé perturbe sont attachants.

J’ai aimé ce thriller et vous encourage à le lire.

Parasite – Sylvain Forge – Editeur : Fayard Mazarine. ISBN : 2863747746 -Parution;13/03/2019

participation au Challenge:

 

Au pied des tours de Notre Dame de Francis Carco

57326230_10156345561835678_520249736456830976_nAu pied des tours de Notre-Dame.

Au pied des tours de Notre-Dame
La Seine coule entre les quais
Ah! le gai, le muguet coquet!
Qui n´a pas son petit bouquet?

Allons, fleurissez-vous, Mesdames,
Mais c´était toi que j´évoquais
Sur le parvis de Notre-Dame
N´y reviendras-tu donc jamais?
Voici le joli mois de mai

Je me souviens du bel été
Des bateaux-mouches sur le fleuve
Et de nos nuits de la Cité
Hélas! qu´il vente, grêle ou pleuve
Ma peine est toujours toute neuve
Elle chemine à mon côté

Dans le jardin du Luxembourg
Les feuilles tombent par centaines
Et j´entends battre le tambour
Tout en courant la prétentaine
Parmi les ombres incertaines
Qui me rappellent nos amours

De ma chambre, Quai aux Fleurs,
Je vois s´en aller sous leurs bâches
Les chalands aux vives couleurs
Tandis qu´un petit remorqueur
Halète, tire, peine et crache
En remontant à contrecœur
L´eau saumâtre de ma douleur.

Francis Carco

Oiseau de Printemps de Elodie Santos

Chardonneret élégant Carduelis carduelis European Goldfinch

Oiseau de Printemps

Joli Chardonneret tu es sorti de l’ombre
Posé sur la rambarde pour venir me chanter
Une ode à la Nature, au Soleil, au Printemps
Tu es venu me dire que l’Amour est devant

Saute, vrille, vole
Et mange toutes les graines que je t’ai données
Reviens sur mon balcon, recommence ton chant
Qui m’envahit toute entière
Ces matins des beaux jours

Joli Chardonneret je te veux sur ma route
dans ma jolie campagne
au pied de mon balcon

Elodie Santos, 2009

Le berceau de Fanny Chesnel

Joseph est Normand, la soixantaine, cultivateur, à la retraite. Il vit seul depuis le décès de sa femme. dans sa région qu’il n’a jamais quittée. Il fabrique de ses mains, un berceau, pour sa première petite fille. Mais un appel téléphonique va bouleverser Joseph. L’avion qui ramenait son fils et son compagnon s’est écrasé. Son fils aîné, expatrié aux Etats-Unis, était homosexuel. Lui et son compagnon avaient eu recours à une mère porteuse canadienne. La petite allait naître bientôt.

Joseph décide de partir à la recherche de cette petite. Il veut s’occuper de cette petite, tâche qu’il avait négligée quand ses enfants étaient petits.

J’ai aimé le début de l’histoire, puis il y a eu un nombre important d’invraisemblances qui s’accumulent tout au long du roman. Pourtant le sujet était bien choisi, la parentalité chez un couple homosexuel.  le sujet méritait plus d’attention, et non pas ce roman feel-good, qui plaira certainement à certains.

Le berceau – Fanny Chesnel – Flammarion

Le soir de Rémy de Gourmont

 

 Le soir

Heure incertaine, heure charmante et triste : les roses
Ont un sourire si grave et nous disent des choses
Si tendres que nos cœurs en sont tout embaumés ;
Le jour est pâle ainsi qu’une femme oubliée,
La nuit a la douceur des amours qui commencent,
L’air est rempli de songes et de métamorphoses ;
Couchée dans l’herbe pure des divines prairies,
Lasse et ses beaux yeux bleus déjà presque endormis,
La vie offre ses lèvres aux baisers du silence.

Heure incertaine, heure charmante et triste : des voiles
Se promènent à travers les naissantes étoiles
Et leurs ailes se gonflent, amoureuses et timides,
Sous le vent qui les porte aux rives d’Atlantide ;
Une lueur d’amour s’allume comme un adieu
A la croix des clochers qui semblent tout en feu
Et à la cime hautaine et frêle des peupliers :
Le jour est pâle ainsi qu’une femme oubliée
Qui peigne à la fenêtre lentement ses cheveux.

Heure incertaine, heure charmante et triste : les heures
Meurent quand ton parfum, fraîche et dernière fleur,
Épanche sur le monde sa candeur et sa grâce :
La lumière se trouble et s’enfuit dans l’espace,
Un frisson lent descend dans la chair de la terre,
Les arbres sont pareils à des anges en prière.
Oh ! reste, heure dernière ! Restez, fleurs de la vie !
Ouvrez vos beaux yeux bleus déjà presque endormis…

Heure incertaine, heure charmante et triste : les femmes
Laissent dans leurs regards voir un peu de leur âme ;
Le soir a la douceur des amours qui commencent.
Ô profondes amours, blanches filles de l’absence,
Aimez l’heure dont l’œil est grave et dont la main
Est pleine des parfums qu’on sentira demain ;
Aimez l’heure incertaine où la mort se promène,
Où la vie, fatiguée d’une journée humaine,
Entend chanter enfin, tout au fond du silence,
L’heure des songes légers, l’heure des indolences !

Rémy de Gourmont

Ubac de Elisa Vix

Estelle a enfin trouvé le bonheur dans cette petite station de Val Plaisir en Savoie. Elle a déniché un emploi dans une pharmacie, et rencontré l’âme sœur avec qui elle ne tarde pas à se marier. Lilas naitra peu de temps après. Jérémy et Estelle file le parfait bonheur. Estelle a quitté son emploi, et aide Jeremy au bowling. Le bonheur est parfait.

L’arrivée de Nadia, sœur jumelle de Jeremy ne va pas tarder à perturber ce cocon familial. Estelle n’avait jamais entendu parler de Nadia, ni de leurs parents. Estelle se sent mal à l’aise.

Cette Nadia ne semble pas sympathique, ni chaleureuse auprès de sa nièce. Une seule personne l’intéresse son frère.

Un huis-clos où le malaise règne. La tension monte au fur et à mesure. L’auteur maîtrise parfaitement les rouages du thriller psychologique.

L’Ubac du titre évoqué ici le versant moins ensoleillé d’une montagne alpine, ce qui fait référence à la part sombre d’un individu. C’est le cas dans cette histoire vénéneuse qui insiste sur le coté pervers et troublant de la gémellité,

J’ai aimé cette histoire courte, j’ai trouvé la fin un peu trop rapide.

Elisa Vix – Ubac

Éditeur : Editions du Rouergue (06/01/2016)
ISBN : 2812609915

_________________________________________

Quatrième de couverture :

Cette saison-là, les loups sont revenus dans la vallée. Et Nadia est arrivée. Nadia dont Estelle n’avait jamais entendu parler. La sœur jumelle de son mari pourtant. Après quatre années passées à New York, elle s’est installée dans le chalet de l’ubac, chez les jeunes époux. Là où ils ont fait leur nid voici quelques mois à peine, juste après leur mariage. Mais avec la présence de Nadia, quelque chose a changé. Estelle a commencé à avoir peur. Peur pour son bébé. Sa petite Lilas si fragile. Si essentielle.Avec un art consommé du suspense, Elisa Vix signe un texte glaçant dans le décor impérieux des Alpes hivernales. Le temps d’une saison de neige, tout peut basculer, dans plus d’une vie..

Ce livre participe aussi au challenge de Sharon