Sauvages de Nathalie Bernard

Nathalie Bernard nous entraîne de nouveau au Québec. Nous sommes en pleine forêt , où des pensionnats  autochtones sont installés. Dans ceux-ci, des milliers d’enfants ont été » enlevés » à leur famille, pour qu’ils oublient leurs racines, leur culture. Ils deviennent des numéros. Ils apprennent de force le français, et ne doivent surtout pas parler dans leur langue maternelle.

Ces enfants essaient de survivre dans le froid des hivers canadiens. Ils sont sous l’autorité de trois religieuses et d’un prêtre. Parmi ces enfants, il y a le numéro 5, alias Jonas, qui va bientôt avoir 16 ans.Nous allons suivre avec lui ses derniers jours dans ce lieu , avant  » sa libération « . Il va apprendre à connaître numéro 42, alias Gabriel,  qui jusqu’à maintenant il avait ignoré comme tous les autres. Se retrancher dans la solitude était sa façon de vivre ici, dans ces lieux effroyables.

Les enfants endurent de pires sévices. Jonas et Gabriel sortent et travaillent sous les ordres de Samson. Ils se retrouvent un peu chaque jour dans une semi-liberté. Mais le soir, ils retournent dans ce lieu immonde,  où la peur règne.

Des événements inattendus vont contraindre ces deux enfants à fuir, à reprendre leur liberté. Une course effrénée contre les éléments humains se produit. J’ai été happée par l’histoire, cette course dans des milieux hostiles est sans limite. Jonas et Gabriel s’allient contre les hommes qui veulent les rattraper.

Le roman finit dans un souffle rédempteur qui apaise en même temps qu’il rend justice  à ces enfants et adolescents qui ont enduré de telles souffrances.

Ces pensionnats ont duré jusqu’en 1990.

L’écriture de Nathalie Bernard est poétique. le suspense est parfois entrecoupé par les souvenirs de Jonas. Ceux-là se distinguent par une écriture différente, en italique, une ode à la liberté et à l’issue incertaine jusqu’aux dernières pages.

Sauvages – Nathalie Bernard -Editions Thierry Magnier – isbn : 9781035201852- thriller historique pour Youngs adults –

Quatrième de couverture :

Jonas vient d’avoir 16 ans, ce qui signifie qu’il n’a plus que deux mois à tenir avant de retrouver sa liberté.
Deux mois, soixante jours, mille quatre cent quarante heures.
D’ici là, surtout, ne pas craquer. Continuer à être exactement ce qu’ils lui demandent d’être. Un simple numéro, obéissant, productif et discipliné.
En un mot, leur faire croire qu’ils sont parvenus à accomplir leur mission : tuer l’indien dans l’enfant qu’il était en arrivant dans ce lieu de malheur, six années plus tôt.

________________________________________________

 

Une mise à nue des pratiques des Canadiens, vis à vis de ces peuples autochtones (les Premières Nations, les Inuits et les Métis). Vous trouverez ici, un article sur ce génocide .

Ce livre participe au challenge:

2 réflexions sur “Sauvages de Nathalie Bernard

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s