Les couleurs de la paix de François Fournet

La paix, c’est un mot

une douceur qui sonne bien

mais la paix

n’est pas blanche

comme colombe

ou légère dentelle.

Elle est rouge

du sang de nos attentes

et de la guerre

que nous devons mener en nous,

rouge du cri de notre soif

et du tambour qui bat

contre les portes du silence.

Elle est bleue

des vagues bleus de l’espérance

de l’azur bleu de tout envol

des fièvres bleues de nos désirs

et  l’incendie bleu de l’âme qui aspire

à ouvrir l’horizon de note humanité.

François Fournet- poète du Berry

(novembre 2015)

La photo a été prise dans le marais de Bourges.

 

Le mur des poètes

Dans le marais de Bourges, se trouve un » mur des poètes ».

Belle visite dans ce marais , surprenant dans la ville de Bourges.

Bourgogne, sol joyeux de G.Riguet

Bourgogne, sol joyeux, coteaux ensoleillés,
Vignes à l’infini, vallonnements rustiques,
Vieux bourgs, celliers, châteaux, belles cités gothiques,
C’est plaisir de chanter vos attraits déployés,
Bourgogne, sol joyeux, coteaux ensoleillés.

Je n’évoquerai point les fastes du passé.
Philippe le Hardi, Jean sans Peur, chefs illustres
Par qui tout en ces lieux s’émut durant des lustres,
Dormez farouchement sous le marbre glacé!
Je n’évoquerai point les fastes du passé.

La ronce a mis sa griffe aux parapets caducs.
Armets, piques, les marteaux, estocs et couleuvrines
Achèvent de s’empoussiérer dans des vitrines.
Si Dijon garde encor la gloire de ses ducs,
La ronce a mis sa griffe aux parapets caducs.

Car des héros plus purs ont grandi ton renom,
Province au sang mêlé, franque autant que latine.
Rameau, Buffon, Prud’hon, et Greuze, et Lamartine…,
Qui douterait encor du génie bourguignon ?
Tant de célébrités ont grandi son renom !

Ô Bourgogne, la vie est belle en tes vallons.
Tes filles ont l’œil clair et la promesse chaude…
Tes horizons sont doux, sans mystère et sans fraude,
Et ta race ne connaît point les cœurs félons.
Ô Bourgogne, la vie est belle en tes vallons.

G.Riguet

Éphémérides de Esther Granek

Le temps d’un cri
C’est le temps qui commence

Le temps d’un rire
Et se passe l’enfance

Le temps d’aimer
Ce que dure l’été

Le temps d’après
Déjà time is money

Le temps trop plein
Et plus le temps de rien

Le temps d’automne
Il est là. Long d’une aune

Le temps en gris
Tout de regrets bâti

Le temps d’hiver
Faut le temps de s’y faire

Et trois p’tits tours
C’est le compte à rebours

Esther Granek, De la pensée aux mots, 1997

L’été circulaire de Marion Brunet

Marion Brunet est connue pour ses romans pour la jeunesse. Voici son premier roman pour adultes, c’est un roman noir.

Marion Brunet nous décrit une famille modeste qui vit dans le sud de la France, Céline et Jo, deux sœurs, deux adolescentes. Elles habitent non loin d’ Avignon, mais elles n’y vont jamais. la vie est compliquée.

Un jeune voisin, Saïd les emmène parfois dans sa voiture, retrouver d’autres jeunes. Mais Saïd est un enfant d’ailleurs, il n’est pas le bienvenu dans la famille de Céline et Jo. Puis un jour, Céline doit  accepter son état, et ne se confie pas, même pas à sa sœur. la honte tombe sur la famille.

Marion Brunet exploite les liens sociaux, les relations parents-enfants. Elle fait de ce roman, un roman sombre où la tension monte peu à peu.

Date de parution : le 31 janvier 2018
Auteur : Marion Brunet
Editeur : Albin Michel
Prix : 18 €

Ce livre participe au challenge Polar Thrillers 2018/2019

challenge-thrillers-et-polars-2018-2019

 

Cirque mort de Gilles Sebhan

51UGo9UormL._SX195_

Ce roman est court, une disparition d’enfant est survenue. Cet enfant est celui du commissaire . Celui-ci va enquêter, il ne semble pas désarmer face à ce fait qui le touche personnellement..

L’auteur nous entraine dans un hôpital psychiatrique pour enfants, le médecin qui s’en occupe, est plutôt bizarre, dans ses actes et actions face aux internés de ce lieu. Un jeune Ilyas se rapproche du commissaire, et lui parle de son fils. La personnalité d’Ilyas est déroutante, il va « jouer  » avec le commissaire.

L’auteur met l’accent sur la manipulation mentale qui peut s’exercer dans ces lieux.

Je qualifierai ce roman de roman noir.

Ce livre est dans la sélection du prix du Festival Bloody Fleury.

Il participe aussi au Challenge de Sharon :

Livre 2 –

chat-europeen-860070599

Danse d’atomes d’or de Olivier Liron

« Le bonheur ne s’ouvre que de l’intérieur. On ne peut que rester à la porte et dire des choses très douces afin de l’amadouer, de le faire changer d’avis. ( Et moi, j’avais attendu si longtemps en silence, j’avais chuchoté et supplié tant d’années à la porte ). Alors j’ai pensé très fort au bonheur et je me suis dit que ce serait bien s’il se passait quelque chose, justement.

Si la porte s’ouvrait…. »

Un plaisir de lire Olivier Liron, pour un premier roman, celui-ci est une merveille à déguster lentement. Son écriture est poétique. L’atmosphère est particulière, un peu feutrée, je dirai plus particulièrement magique.

Le sujet est grave, mais l’écriture minimise les faits. Ce livre revisite le mythe d’Orphée et Eurydice avec beaucoup de sensibilité.

Au cours d’une soirée, O rencontre Loren. Ils ont des univers complétement différents, lui est manutentionnaire. Il s’ennuie dans son travail. Elle est artiste, acrobate dans un cirque. Une soirée passée, puis d’autres se suivent.

Puis un jour Loren disparaît, sans laisser de trace. O sombre, se démène pour la retrouver, mais sans résultat. Puis un jour arrive un message, il doit se rendre en Normandie. Une femme doit lui remettre un colis. Je ne dévoilerai pas la suite.

Un roman poignant qui m’a bouleversée, de nombreuses références culturelles agrémentent le récit, et lui apportent plus de profondeur.

« En amour il n’y a pas de silence, même quand on est loin.
Quand on se tait, c’est qu’on a tant de choses à se dire. »

Danse d’atomes d’or – Olivier Liron – Éditeur Alma – 2016 – ISBN 2362791955