le muguet de Maurice Carême

 Le muguet

Cloches naïves du muguet,
Carillonnez ! car voici Mai !
Sous une averse de lumière,
Les arbres chantent au verger,
Et les graines du potager
Sortent en riant de la terre.

Carillonnez ! car voici Mai !
Cloches naïves du muguet !

Les yeux brillants, l’âme légère,
Les fillettes s’en vont au bois
Rejoindre les fées qui, déjà,
Dansent en rond sur la bruyère.

Carillonnez ! car voici Mai !
Cloches naïves du muguet !

Maurice Carème

Publicités

Du feu de l’enfer de Sire Cedric

C’est avec ce livre que je découvre Sire Cedric, je dois dire que je fus happée par le récit malgré l’histoire terrifiante . Ce thriller, où la barbarie est reine, amène le lecteur dans de nombreux rebondissements.

Le sujet traite du milieu des sectes sataniques, des rassemblements un peu spéciaux pour des hommes de pouvoir. Ce sujet est associé à la vie de deux êtres, un frère, Ariel et une sœur, Manon aux personnalités différentes. Manon aime son frère, mais il a le don de se mettre dans des situations qu’elle n’apprécie pas du tout. Mais elle fera tout pour l’aider, même de mettre sa vie en danger. Ce thriller est addictif, vous le commencez et vous ne pouvez pas le lâcher.

Le suspens est garanti, l’auteur sait distiller quelques indices, et de faire éclater la vérité à la fin du livre qui est spectaculaire.

 

4° de couverture

Manon maquille les cadavres, Ariel maquille les voitures. Elle est thanatopractrice, il est délinquant. Ils sont frère et sœur. Un jour, l’une des combines d’Ariel tourne mal et Manon se retrouve complice malgré elle.

Lorsque les assassinats les plus sordides s’accumulent autour d’eux, traçant un jeu de piste sanglant vers une secte satanique, le capitaine Raynal s’intéresse à leur cas. Commence alors une traque qui brouillera les limites entre alliés et prédateurs et mettra à l’épreuve les liens du sang.

Du feu de l’enfer-Sire Cédric – Éditeur : Presses de la cité – Sortie : 09 mars 2017 – ISBN 9782258115699

Ce livre participe au challenge de Sharon :

 

Mois d’Avril de François Coppée

Mois d’Avril

Lorsqu’un homme n’a pas d’amour,
Rien du printemps ne l’intéresse ;
Il voit même sans allégresse,
Hirondelles, votre retour ;

Et, devant vos troupes légères
Qui traversent le ciel du soir,
Il songe que d’aucun espoir
Vous n’êtes pour lui messagères.

Chez moi ce spleen a trop duré,
Et quand je voyais dans les nues
Les hirondelles revenues,
Chaque printemps, j’ai bien pleuré.

Mais depuis que toute ma vie
A subi ton charme subtil,
Mignonne, aux promesses d’Avril
Je m’abandonne et me confie.

Depuis qu’un regard bien-aimé
A fait refleurir tout mon être,
Je vous attends à ma fenêtre,
Chères voyageuses de Mai.

Venez, venez vite, hirondelles,
Repeupler l’azur calme et doux,
Car mon désir qui va vers vous 2
S’accuse de n’avoir pas d’ailes.

François Coppée

Dramaturge, romancier et poète romantique français né le 26 janvier 1842 à Paris, François Édouard Joachim Coppée est décédé le 23 mai 1908 dans sa ville natale.

Scalp de Cyril Herry

Hans a neuf ans, il vit avec sa mère, Teresa, en Bretagne. Ils sont en co-location, des hommes se sont succèdes auprès de sa mère. Teresa lui apprend qui est son géniteur, il se nomme Alex. Hans a envie de connaître son père. Alex est marginal .

Sa mère et lui se décident d’aller le rencontrer. Il vit au milieu de la forêt, près d’un étang.Il a un style de vie différent , il milite pour la défense de l’environnement. Il vit dans une yourte.  Sans électricité, sans eau courante, pas de téléphone, juste la nature accompagne Alex. Sur place, ils ne trouvèrent personne.

« Personne n’avait mis les pieds là depuis des semaines « .

Hans ne voulait pas partir, sa mère avait réservé une place au camping. Voyant l’entêtement de Hans, elle accepta de monter la tente à côté de la yourte.

Hans découvre alors la nature. Cette nature que l’on respecte, mais qui impose ses lois. Dans la seconde partie du roman, arrive Alonso qui semble connaître Hans. Le roman sur la nature va se transformer en roman noir. Les gens du village ne sont pas accueillants, peu à peu les langues se délient ..

j’ai découvert un auteur qui nous conte la nature mais qui sait aussi plonger le lecteur dans du Noir.

Ce fut une belle découverte.

Scalp – Cyril Herry – Seuil – Date de parution : 01/02/2018 –

ISBN :  9782021384093

Cyril Herry habite en Haute-Vienne, où il aime marcher dans les bois, pour mieux s’arrêter, parfois, et construire des cabanes. Scalp, huis clos à ciel ouvert aussi émouvant que glaçant, est son premier roman au Seuil.

Il officie également à La Manufacture de Livres en tant que directeur de collection Territori.

Ce livre participe au challenge de Sharon :

 

 

Le petit loup rouge de Amélie Fléchais

Il était une fois un jeune louveteau toujours de rouge vêtu qui devait apporter un lapin à sa grand-mère. Sa maman lui fit une recommandation, ne surtout pas aller dans la forêt. Il risquerait de voir des humains, surtout s’éloigner de la demeure du chasseur et de sa fille.

Mais ce louveteau n’en fit qu’à sa tête, et se perdit dans la forêt. Il rencontra une petite fille charmante, qui lui proposa de venir chez elle. Le louveteau la suivit sans hésitation, elle était tellement gentille. Les apparences sont parfois trompeuses.

Le conte de Perrault est ici détourné, l’histoire est différente. Les illustrations sont magnifiques, et accentuent l’ambiance qui se dégage de ce livre.

j’ai aimé ce livre où la morale a une place importante comme dans tous les contes, il ne faut pas faire confiance au premier venu qui croise notre chemin.

Les enfants hier furent ravis de cette lecture, l’histoire se finit bien.

Le petit loup rouge – Amélie Fléchais – Ankama Editions – 2014 – ISBN : 2359104055 

Nous dormirons ensemble de Louis Aragon

Je viens d’avoir un autre lien pour cette chanson, j’aime l’interprétation, et je vais la partager :

http://www.aupositeur.be/nous-dormirons-ensemble/

Que ce soit dimanche ou lundi
Soir ou matin minuit midi
Dans l’enfer ou le paradis
Les amours aux amours ressemblent
C’était hier que je t’ai dit
Nous dormirons ensemble

C’était hier et c’est demain
Je n’ai plus que toi de chemin
J’ai mis mon cœur entre tes mains
Avec le tien comme il va l’amble
Tout ce qu’il a de temps humain
Nous dormirons ensemble

Mon amour ce qui fut sera
Le ciel est sur nous comme un drap
J’ai refermé sur toi mes bras
Et tant je t’aime que j’en tremble
Aussi longtemps que tu voudras
Nous dormirons ensemble.

Louis Aragon 

 

Printemps de Victor Hugo

 

Printemps

Voici donc les longs jours, lumière, amour, délire !
Voici le printemps ! mars, avril au doux sourire,
Mai fleuri, juin brûlant, tous les beaux mois amis !
Les peupliers, au bord des fleuves endormis,
Se courbent mollement comme de grandes palmes ;
L’oiseau palpite au fond des bois tièdes et calmes ;
Il semble que tout rit, et que les arbres verts
Sont joyeux d’être ensemble et se disent des vers.
Le jour naît couronné d’une aube fraîche et tendre ;
Le soir est plein d’amour ; la nuit, on croit entendre,
A travers l’ombre immense et sous le ciel béni,
Quelque chose d’heureux chanter dans l’infini.

Victor Hugo, Toute la lyre