Le jardin et la maison de Anna de Noailles

Le jardin et la maison

Voici l’heure où le pré, les arbres et les fleurs
Dans l’air dolent et doux soupirent leurs odeurs.

Les baies du lierre obscur où l’ombre se recueille
Sentant venir le soir se couchent dans leurs feuilles,

Le jet d’eau du jardin, qui monte et redescend,
Fait dans le bassin clair son bruit rafraîchissant ;

La paisible maison respire au jour qui baisse
Les petits orangers fleurissant dans leurs caisses.

Le feuillage qui boit les vapeurs de l’étang
Lassé des feux du jour s’apaise et se détend.

– Peu à peu la maison entr’ouvre ses fenêtres
Où tout le soir vivant et parfumé pénètre,

Et comme elle, penché sur l’horizon, mon cœur
S’emplit d’ombre, de paix, de rêve et de fraîcheur.

Anna de Noailles

Anna, princesse Brancovan, comtesse Mathieu de Noailles est une poétesse française née le 15 novembre 1876 à Paris où elle décède le 30 avril 1933. Elle épouse Mathieu de Noailles le 18 août 1896 à Évian, le couple fait partie de la haute société parisienne de l’époque. Anna et Mathieu de Noailles n’auront qu’un fils, le comte Anne Jules de Noailles (1900-1979).

Anna de Noailles est la première femme devenue commandeur de la Légion d’honneur et l’Académie française lui nomma un prix. Elle est aussi la première femme reçue à l’Académie Royale de Langue et de Littérature de Belgique (lui ont succédé Colette et Cocteau). Elle est inhumée au cimetière du Père-Lachaise en 1933 mais son cœur repose dans le cimetière d’Amphion-les-Bains.