La différence invisible de Julie Dachez et de mademoiselle Caroline

Ce livre est une BD, qui parle d’une maladie non visible, mais bien présente qui est le syndrome d’Asperger. C’est une forme d’autisme légère, qui ne se voit pas.

L’auteur Julie Dachez est atteinte par cette maladie. Elle raconte sa vie  de tous les jours dans cette bande dessinée. Jeune femme de 27 ans, qui travaille, elle aime être seule. Elle se sent oppressée par les gens. Le midi, lors de sa pause, elle déjeune seule. Dans sa vie privée, elle ne sent bien que chez elle, seule. Elle se sentait en marge, mais ne l’expliquait pas. Avec ses mots, elle exprime sa différence, les choses banales peuvent devenir des exploits pour elle.

 

Le jour où le diagnostic arrive, elle se sent soulagée, enfin mettre un nom sur son état. Elle va pouvoir vivre sa vie.

L’album donne à découvrir le quotidien  Son univers est poivre et sel, doux, ponctué de touches de rouge, comme des petites touches de bonheur. Mais dès lors que les discussions se font trop fortes, trop répétitives, trop présentes, le rouge envahit l’espace. La réalité se recouvre alors de tons carmins.

« En France, plus qu’ailleurs, l’autisme est très mal connu. « Seuls 20 % des enfants autistes sont scolarisés, contre 80 % dans les autres pays développés », nous apprend-on dans l’annexe. Les gens ont donc une opinion toute faite, des préconceptions. Faire évoluer les mentalités demande de faire entrer l’autisme dans la discussion publique. »

A la fin de l’album, une présentation de l’Autisme, les faits. Le Syndrome d’Asperger, késako?, description de la maladie. Puis « être autiste Asperger ( Aspie pour les intimes). ses intérêts, ses difficultés dans les interactions sociales, l’hypersensibilité, leurs stratégies d’adaptation et les points forts des  « Aspies » sont expliqués point par point.

 

 

Une BD que je vous recommande.

Editeur ; Delcourt –

Date de parution ; 31/08/2016

 

Publicités

11 réflexions sur “La différence invisible de Julie Dachez et de mademoiselle Caroline

  1. J’aime beaucoup le blog de Mlle Caroline 🙂 dans le livre que j’evoquais l’auteur a seulement ete diagnostique a la quarantaine et ca a pour lui explique beaucoup. Mais il dit aussi que ne pas savoir avant a ete une bonne chose car il a eu une scolarite et une vie « normale » malgre son handicap

    Aimé par 1 personne

      • Oui on est d’accord! Mais le sien etait handicapant mais pas assez pour qu’il ne puisse pas s’integrer. Dans le livre il dit qu’il pense que parfois les parents surprotege leur enfant autiste au lieu de les laisser s’epanouir… C’est sa perspective hein, pas la mienne 😉

        J'aime

      • Je suis d’accord avec toi, Hélène.
        j’ai un exemple près de moi, le jeune homme a une forme d’autisme. Lui, par contre , n’est pas capable de s’adapter pour un travail d’une journée. Mais il peut et le fait être présent et efficace dans des tâches précises , de courtes durées.

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s