Mois d’ août de François Coppée

11828714_10207040130099641_3598686970055077744_n

(à proximité de Brownsburg Chatham – Québec-2015, @copyrightClivresdunjour)

Par les branches désordonnées
Le coin d’étang est abrité,
Et là poussent en liberté
Campanules et graminées.

Caché par le tronc d’un sapin,
J’y vais voir, quand midi flamboie,
Les petits oiseaux, pleins de joie,
Se livrer au plaisir du bain.

Aussi vifs que des étincelles,
Ils sautillent de l’onde au sol,
Et l’eau, quand ils prennent leur vol,
Tombe en diamants de leurs ailes.

Mais mon cœur, lassé de souffrir,
En les admirant les envie,
Eux qui ne savent de la vie
Que chanter, aimer et mourir !

François Coppée  (1842 – 1908)

Advertisements

3 réflexions sur “Mois d’ août de François Coppée

  1. Bonjour Claude,
    Ce poème m’a rappelé un proche week-end au bord d’un étang où s’ébattaient dans l’eau, se bataillaient, se chamaillaient, se lavaient et s’envoyant des poignées de boue de jeunes enfants joyeux et insouciants des obstacles de la vie.
    Merci pour ce souvenir le jour de ma reprise 🙂
    Bisous

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s