Tempête de colère de Boris Sentenac

DSCN0044Quels secrets se chuchotent les vagues entre elles ? Et quel vent les fait vainement se trahir en écume que nul ne peut traduire ?

La mer ne finit déçue que par son déni de l’horizon qui la marie aux terres de découvertes et par les reflets désuets des étoiles qu’elle noie en un silence de ressac à la pertinence, en réminiscence, de ce qui justifie sa brisure au moment où elle s’abandonne sur sa peur qu’elle a désespérément hurlé, jadis, en montagne de ses tempêtes.

En se jouant du temps, elle s’étale indéfiniment pour rien. La haine est un aveu d’échec anachronique.

 

Pour lire la poésie de Boris Sentenac, une petite visite, ici 

 

Une belle brochettes de bananes de Jean-Philippe Arrou-Vignod

56041Connaissez-vous la famille des Jean – Quelque-Chose ?

N’attendez-plus, découvrez-là !! Une nouvelle histoire de cette famille, le père, la mère et les six garçons, six « Jean-Quelque – Chose , entre le grand qui photographie son postérieur en cachette Jean A ( surnommé Jean ai marre),  Zean qui zozote, Jean Bon, Jean C rien,  Jean dégâts et Jean Fracas ( car il pleure tout le temps), les chamailleries s »enchaînent.

Des petites tranches de vie sont racontées. C’est une famille attachante des années 60, c’est drôle, des anecdotes amusantes sont parsemées ici et là. Les chapitres étant courts,   cela peut faire l’objet de l’histoire du soir avec un enfant.

Il existe plusieurs histoires de cette familles, mais les livres peuvent être lus séparément.

Une belle brochette de bananes  : Jean-Philippe Arrou-Vignod

Gallimard Jeunesse -Mars 2016

ISBN:9782070580231

Roman jeune à partir de 9 ans

 

 

Les putes voilées n’iront jamais au Paradis de Chadortt Djavann

41Op5EE+tsL._SX195_Un titre fort, percutant pour ce roman, document. Après « réparer les vivants » , où l’auteur parle de vie, Chahdortt Djavann choisit de faire parler les morts , ou plutôt des mortes.

Romancière et essayiste franco-iranienne, a fui l’Iran de Khomeini pour trouver refuge en France pour avoir refusé à 13 ans de porter le voile. En juin 1980, elle est arrêtée devant son collège. Insultée, tabassée et emprisonnée, elle en sort défigurée avec deux côtes cassées. deux de ses meilleures amies sont exécutées.

L’auteur part d’une histoire vraie, dans plusieurs villes, de jeunes filles sont retrouvées mortes, étranglées avec leur tchador. Les assassins sont des musulmans, des éradicateurs de femmes. Nous sommes dans un pays où selon l’Islam les femmes mariées qui se prostituent, sont condamnées à la lapidation.

Dans ce pays, la prostitution est omniprésente. liée au chômage et au trafic de drogue.

L’auteur évoque la vie de deux jeunes filles,  Soudabeh et Zahra, qui finiront comme les autres dans la prostitution. Chaque témoignage  se termine de la même façon :

Mojdeh

Née le 5 janvier 1980 à Mashhad.

Assassinée le 3 mars 2002 à Mashad.

Elle a été étranglée avec son tchador. Sa famille n’a jamais cherché à savoir ce qu’elle est devenue. Nul ne sait où elle a été enterrée.

Le langage est cru, rempli de rage, on ressent la colère de l’auteur, face à cette société où les femmes ne sont que des objets. La lecture est dérangeante, car les faits sont dérangeants.

On ne sort pas indemne d’une telle lecture.

ISBN:9782246856979

Editeur : Grasset – Avril 2016

 

 

 

 

 

Marque – Pages

02_nUne activité facile à faire avec des enfants, pour occuper les moments de chaleur ou tout autre moment !

Je me suis inspirée du tuto suivant:

du papier origami ou autre, de 10 x 5 cm.

Étape 1 :

Pliez en deux votre rectangle de papier sur sa longueur.

origami-1

 

Étape 2 :

Pliez en deux votre nouveau rectangle sur sa largeur puis dépliez-le. Le milieu  de votre forme est ainsi marqué.

origami-2

 

Étape 3 :

Placez votre rectangle pli vers le bas. Ramenez une des extrémités du rectangle vers le haut. Placez  l’arête du bas sur le pli du milieu que vous avez formé en étape 2.

origami-3

Étape 4 :

Faites de même avec l’autre extrémité.

Étape 5 :

Retournez votre forme. Pliez les deux extrémités du haut sur un quart. Pliez ensuite le haut des extrémités sur le pli que vous venez de faire.

origami-4

Étape 6 :

Pliez chaque angle des deux extrémités. Faites des angles droits sur le bord du pli des extrémités.

origami-5

Étape 7 :

Votre cœur est fini ! Vous pouvez l’utiliser dés à présent comme marque page .

origami-6origami-7

 

 

Ballade des femmes de Paris de François Villon

Ballade des femmes de Paris

 

Quoiqu’on tient belles langagères
Florentines, Vénitiennes,
Assez pour être messagères,
Et mêmement les anciennes,
Mais soient Lombardes, Romaines.
Genevoises, à mes périls,
Pimontoises, savoisiennes,
Il n’est bon bec que de Paris.

De beau parler tiennent chaïères,
Ce dit-on, les Napolitaines,
Et sont très bonnes caquetières
Allemandes et Prussiennes ;
Soient Grecques, Egyptiennes,
De Hongrie ou d’autres pays,
Espagnoles ou Catelennes,
Il n’est bon bec que de Paris.

Brettes, Suisses n’y savent guères,
Gasconnes, n’aussi Toulousaines :
De Petit Pont deux harengères
Les concluront, et les Lorraines,
Angloises et Calaisiennes,
(Ai-je beaucoup de lieux compris ?)
Picardes de Valenciennes ;
Il n’est bon bec que de Paris.

Prince, aux dames parisiennes
De bien parler donnez le prix ;
Quoi que l’on die d’Italiennes,
Il n’est bon bec que de Paris

François Villon (1431 -1463 )

Vous pouvez trouver toutes les informations de la poésie  sur le site le printemps des poétes

Bel été

un-bel-ete-helen     Le blog va être en « pause été ».

Même si j’écris des billets, je serai moins présente pour répondre aux commentaires.

Je vous souhaite un bel été, de bonnes vacances à tous !!

Esprit débROuille de Guylaine Goulfier

1540-1

Des astuces,  pour améliorer notre quotidien.

Tous les deux mois, un mémo est détaillé. Les tâches précisées à faire, des listes de courses à prévoir et une annotation spéciale.

Tout ceci d’abord dans le jardin, puis dans la nature, au poulailler mais aussi en cuisine.

« la débrouillardise s’affiche comme un art de vivre revendiqué. »

J’aime emprunter ce genre de livre, cela permet de découvrir des petites astuces, surtout pour le jardin.

 

 

Guylaine GOULFIER

  • Après son BTS agricole de « Protection des Cultures », Guylaine Goulfier s’est spécialisée en gestion de l’information scientifique et technique et est devenue journaliste spécialisée en jardinage biologique.
  • Depuis plus de 20 ans, elle cultive fleurs, légumes et fruits dans son jardin campagnard, de façon plus ou moins expérimentale (mais toujours naturelle), et les transforme de mille manières en mets aussi simples que savoureux.
  • Autant d’expériences, de gourmandise et de curiosité qui colorent les ouvrages dont elle est l’auteur :Potagères, de la graines à l’assiette, Horticolor ; L’ortie, culture et usages, 2010, Rustica ; Révolution au potager : manifeste pour une nouvelle approche du jardinage, 2012, Rustica ; Le potager en lignes : le jardin des cultures associées, 2012, Rustica ; Je cultive, je cuisine, je conserve, 2012, Ouest-France.

Editions Ulmer – Mars 2016 ISBN :9782841387182

Réparer les vivants de Maylis de Kerangal

cvt_Reparer-les-vivants_6623Il y a bien longtemps que j’avais envie de le lire, mais il fut souvent emprunté. Mais cette fois, je l’ai lu.

Que contient ce livre?

De nombreuses réflexions, de la  douleur, la perte d’un enfant. Une question et une réponse à donner, vite, le jeune homme n’est plus, mais son cœur peut sauver une autre vie.

Mais surtout un hymne à la vie, ce roman est bouleversant. Il retrace les 24 heures, avant une transplantation. La décision des parents, toute la « mécanique » pour assurer le transport du cœur, le transport de celui-ci. Toute une équipe médicale mise sur pieds, les chauffeurs de taxi, pilotes, tous embarqués dans cette transplantation. Il faut assurer vite et bien. Chaque maillon est indispensable,  afin de permettre à une autre personne de vivre.

24 heures : le temps du roman – de la fin d’une vie aux premiers battements du cœur transplanté. Ce roman m’a émue, un roman document qui entraîne une propre réflexion sur le consentement de dons d’organes.

Synopsis :

« Le cœur de Simon migrait dans un autre endroit du pays, ses reins, son foie et ses poumons gagnaient d’autres provinces, ils filaient vers d’autres corps ». « Réparer les vivants » est le roman d’une transplantation cardiaque. Telle une chanson de gestes, il tisse les présences et les espaces, les voix et les actes qui vont se relayer en vingt-quatre heures exactement. Roman de tension et de patience, d’accélérations paniques et de pauses méditatives, il trace une aventure métaphysique, à la fois collective et intime, où le coeur, au-delà de sa fonction organique, demeure le siège des affects et le symbole de l’amour.

Réparer les vivants», de Maylis de Kerangal, Gallimard, 280 p., 18,90 €.ISBN : 9782070144136 -2014

 

Maylis de Kerangal :Né(e) à : Toulon , le 16/06/1967 – Maylis de Kerangal a grandi au Havre. Maylis de Kerangal a été éditrice pour les Éditions du Baron perché et a longtemps travaillé avec Pierre Marchand aux Guides Gallimard puis à la jeunesse.

Elle est l’auteur de cinq romans aux Éditions Verticales, Je marche sous un ciel de traîne (2000), La vie voyageuse (2003), Corniche Kennedy etNaissance d’un pont (2010; Folio 2012) et Réparer les vivants (2014), ainsi que d’un recueil de nouvelles, Ni fleurs ni couronnes («Minimales», 2006) et d’une novella, Tangente vers l’est («Minimales», 2012; prix Landerneau 2012). Aux Éditions Naïve, elle a conçu une fiction en hommage à Kate Bush et Blondie, Dans les rapides (2007; Folio, mai 2014 .

 

 

 

Prends dans ta paume les grains de sable de Tanella Boni

DSCN1094Prends dans ta paume les grains de sable
Apportés par le souffle du vent
Et laisse-les couler au gré du temps.
Ils peuvent raconter ce qu’ils veulent
Comme toi ami
Habité par la spirale du vent
Qui n’attend pas la cuisson des carottes
Pour applaudir la victoire des bons gagnants

Les grains de sable sont sans attache
Comme les amis de ce jour
Qui ignorent la valeur de l’amitié
Qui partent dans l’air du temps
Oubliant la proximité dans la distance

Pour toi poète au verbe flamboyant
Le bonjour amical et fraternel
Est un rituel qui s’épuise dans le sable
Loin très loin de l’oasis du partage

Les dunes de l’amitié se meuvent
A l’ombre du jour où se tissent
Les fils d’Ariane pour chaque grain
Clamant son ego la brillance de sa peau

Prends dans ta paume le sable qui vient
Et qui part sans attache
Oubliant les mots du partage

Née à Abidjan en Côte d’Ivoire, elle a fait ses études supérieures à Toulouse puis à Paris IV Sorbonne (élève d’Emmanuel Levinas, Pierre Hadotet et Pierre Aubenque) d’où elle est sortie docteur ès-Lettres.
Professeur de philosophie à l’Université d’Abidjan.
Présidente de l’Association des écrivains de la Côte d’Ivoire de 1991 à 1997.
Elle écrit à la fois des romans, des livres pour enfants et de la poésie.
Elle vit aujourd’hui en France.Elle a reçu le Prix international de poésie Antonio Viccaro au 27ème Marché de la Poésie (juin 2009).