BAAD de Cédric Bannel

51Bw8QnP+TL._SX195_

Je tiens à remercier Pierre Krausse de Babelio, et les Editions Robert Laffont pour l’envoi de ce livre.

BAAD : B-barbarie, A, abomination, A- affrontement,D- déflagration

D’un côté, le « quomaandaan  » Oussama Kandar et son équipe  mènent une enquête dans son pays, l’Afghanistan. Des petites filles sont enlevées, torturées, violées, elles sont toujours retrouvées en robes d’apparat .Ils sont sur la trace d’un homme. Ils ont dix jours pour éviter le même sort à la fille de Nahid, Badria. Oussama traque l’assassin dans un pays le plus dangereux du monde.

De l’autre, une femme, Nicole et sa famille sont enlevées par la mafia italienne. La Copula veut anéantir un homme, chimiste, travaillant pour les russes, qui est en train de devenir le leader de la drogue. Nicole est une ancienne de la DSEG,  va devoir trouver cet homme afin de sauver sa famille. Nicole enquête seule, la peur au ventre.

Deux enquêtes et un lieu commun, l’ Afghanistan, ce pays où la violence est présente partout. les attentats existent.

Cédric Bannel nous transporte dans un pays dur, entre trafiquants de drogue, djidaïstes. Il explique très bien les causes et les conséquences de la toxicomanie, qui touche toute la population. Il nous livre également sa vision du pays qu’il connait bien.

 

J’ai retrouvé avec plaisir le « quomaandaan Kandar, et son équipe. Mon précédent livre de cet auteur : l’homme de Kaboul.

 

Cédric Bannel :

Écrivain né en 1966 mais aussi brillant entrepreneur partageant sa vie entre Paris et Kaboul, il connaît ce pays qui ne cesse de construire et de détruire sa liberté. Il a partagé l’existence de ses habitants, capables de parcourir des kilomètres et courir tous les dangers pour reconstruire les grands bouddhas détruits par les fous de Dieu. Aux éditions Robert Laffont, Cédric Bannel a publié Le Huitième Fléau (1999), La Menace Mercure (2000) Élixir (2004) et L’homme de Kaboul (2011).

 

BAAD : Cédric Bannel

Editeur : Robert Laffont

Collection : La Bête Noire

ISBN: 9782221189115

 

Date de parution : mai 2016

⇐⇒  ⇐⇒  ⇐⇒⇐⇒    ⇐⇒

cvt_Lhomme-de-Kaboul_4268

 

L’homme de Kaboul  lu en octobre 2012

Cédric Bannel nous propose ici un roman, qui nous entraîne principalement en Afghanistan . On se retrouve pris dans un voyage entre le Moyen-Orient et l’Occident, à la découverte d’une inter-interculturalité dont les traits les plus vifs affinent notre portrait de l’humanité. Deux univers qui se rencontrent, deux univers complètement différents; L’Afghanistan déchiré entre des tensions religieuses, ethniques , politiques, et sans oublier l’injustice faîte aux femmes d’une part et la Suisse aux inégalités sociales et économiques, d’autre part.
Nous allons suivre Oussama Kandar, la cinquantaine, chef de la police criminelle de Kaboul. Un homme qui croit encore en la justice, qui tente de l’appliquer, ce qui se fait de plus en plus rare dans ce pays corrompu. Un homme très croyant aussi, correct et modéré, et très respectueux , qui mènera son enquête au rythme de ses prières. Il est appelé sur les lieux d’un suicide, il ne croit pas à ce suicide. Il commence une enquête, parfois au risque de sa vie.
De l’ autre côté , en Suisse, un jeune analyste Nick, qui voit son monde peu à peu s’écrouler. Ces deux hommes vont se rencontrer, leurs deux « affaires » n’en font qu’une.
Cédric Bannel nous a transmis son savoir sur ce pays. Il le décrit très bien, il connaît les rouages des systèmes financiers internationaux, puisqu’il est un ancien haut fonctionnaire des Finances. Kaboul nous est présentée comme une ville où l’angoisse règne. Des petites ruelles où à chaque coin un drame peut survenir. La ville est déstabilisée, les femmes sont toujours soumises aux hommes. Elles ne peuvent pas sortir , sans ce carcan qui les étouffe. le port de la burqa est obligatoire.
Les attentats suicides se succèdent et laissent des morts. La ville est encore marquée par les actes des Talibans.
Ce livre est non seulement un thriller ,mais surtout il est une source d’informations, une ouverture d’esprit à cet Orient que nous ne connaissons pas bien.
On ne sait que ce que les médias veulent bien nous transmettre.
A la fin de son livre, Cedric Bannel nous cite ses ouvrages préférés, afin que nous continuions d’approfondir notre connaissance sociologique, géopolitique et historique de ce pays.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s