La colombe et la fourmi de Jean de La Fontaine

La Colombe et la Fourmi 

Le long d’un clair ruisseau buvait une Colombe,
Quand sur l’eau se penchant une Fourmi y tombe.
Et dans cet océan l’on eût vu la Fourmi
S’efforcer, mais en vain, de regagner la rive.
La Colombe aussitôt usa de charité :
Un brin d’herbe dans l’eau par elle étant jeté,
Ce fut un promontoire où la Fourmi arrive.
Elle se sauve ; et là-dessus
Passe un certain Croquant qui marchait les pieds nus.
Ce Croquant, par hasard, avait une arbalète.
Dès qu’il voit l’Oiseau de Vénus
Il le croit en son pot, et déjà lui fait fête.
Tandis qu’à le tuer mon Villageois s’apprête,
La Fourmi le pique au talon.
Le Vilain retourne la tête :
La Colombe l’entend, part, et tire de long.
Le soupé du Croquant avec elle s’envole :
Point de Pigeon pour une obole.

Jean de LA FONTAINE   (1621-1695)

Jean de La Fontaine (né le 8 juillet 1621 à Château-Thierry, et mort le 13 avril 1695 à Paris) est un poète français de grande renommée, principalement pour ses  Fables et dans une moindre mesure ses contes licencieux. On lui doit également des poèmes divers, des pièces de théâtre et des livrets d’opéra qui confirment son ambition de  moraliste.

Fête des Mères

Je me souviens avoir eu ce poème pour la fête des Mères.

Une maman

Des milliers d’étoiles dans le ciel,
Des milliers d’oiseaux dans les arbres,
Des milliers de fleurs dans les jardins,
Des milliers d’abeilles sur les fleurs,
Des milliers de coquillages sur la plage,
Des milliers de poissons dans la mer
Et seulement seulement
Une maman.

 

Bonne Fête à toutes les Mamans 

DSCN0003

©Livresdunjour.

 

 

 

 

 

 

 

Oléron de Michel Garnier et Thierry Sauzeau

CaptureTH

 

Un cadeau à faire, n’hésitez pas, ce livre écrit et mis en images par deux passionnés de cette région: la Saintonge.

L’un est photographe, Michel Garnier, il a parcouru quelques pays avant de se poser dans ce joli coin de France, à Saintes.

L’auteur des textes, Thierry Sauzeau,  est un natif de la Saintonge. Il parcourt souvent la région. Il a enseigné l’histoire et la géographie. Il s’est dirigé ensuite vers des études universitaires. Il a  été élu maître de conférences en histoire moderne en 2004.

Il est chercheur à l’université de Poitiers, géo-historien, spécialisé dans l’aménagement du littoral.

Il joue avec les mots afin de nous présenter dans ce livre toutes les richesses de cette île, Oléron. Toutes le photographies ont une légende. Au cœur du livre, une dizaine de pages où Thierry Sauzeau retrace l’ Histoire de ce morceau de terre.

Un cadeau à offrir, ou se l’acheter pour soi, n’hésitez pas !

Je me le suis acheté et il m’ a été livré par un des auteurs. J’ai juste oublié de lui demander une dédicace.

Pour tout renseignement, contacter Michel Garnier 

Ce livre a été édité par Mediolanum

ISBN:9782955257210

Prix 35,00 euros

Le cancre de Jacques Prévert

Le cancre

Il dit non avec la tête
mais il dit oui avec le coeur
il dit oui à ceux qu’il aime
il dit non au professeur
Il est debout
On le questionne
et tous les problèmes sont posés
soudain le fou rire le prend
et il efface tout
les chiffres et les mots
les dates et les noms
les phrases et les pièges
et malgré les menaces du maître
sous les huées des enfants prodiges
avec des craies de toutes les couleurs
sur le tableau noir du malheur
Il dessine le visage du bonheur

 

Jacques Prévert (1900-1977)

Jacques Prévert est né le 4 février 1900 à Neuilly-sur-Seine. Il réside tantôt à Paris, tantôt en Provence, notamment à Saint-Paul de Vence. En 1971, il se retire dans sa maison d’Omonville-la-Petite, à la pointe du Cotentin, et il y meurt le 11 avril 1977 à l’âge de 77 ans.

La maison Jacques Prévert à Omonville-la-Petite a été le dernier refuge du poète. En marchant dans les pas de l’artiste, on se rappelle le poème Le cancre, les répliques du film Les Enfants du Paradis ou la chanson Les Feuilles mortes… La visite de sa demeure et de son jardin vous permettent d’entrer dans son univers artistique. La découverte des collections permanentes et de son atelier vous plongent au cœur même de l’atmosphère dans laquelle il aimait travailler. Un film retrace les moments clés de la vie de Jacques Prévert. Chaque année, une exposition temporaire présente une facette de l’œuvre de l’artiste, en particulier ses collaborations avec les grands artistes de son temps.

Ours qui lit de Eric Pintus

9782278062072-T

Ours est sagement installé dans la forêt, il lit. Mais peu à peu les animaux (renard, loup, sanglier, cerf, blaireau, corbeau, et bien d’autres) viennent le déranger. Il s’étonnent et lui posent tous la même question «Qu’est-ce que tu fais ?» «Je lis.» «Tu lis ? Tu lis quoi ?» Imperturbable, il répond : «je lis la liste des animaux que je dois manger aujourd’hui». Et tous de demander s’ils y sont, sur cette liste… L’un après l’autre,  » Ours les bouffe « . Arrive Lapin, qui a une approche différente, engage la conversation, et pose la bonne question pour éviter l’issue fatale.

 

Eric Pintus nous raconte cette histoire piquante, en fondant l’essentiel de la narration sur un simple dialogue entre les animaux et en le répétant quasiment à l’identique avec les différents personnages. Le texte offre en parallèle aux lecteurs plus experts des clins d’œil aux détournements des contes ou comptines traditionnels (Roule galette , les chansons « Promenons-nous dans les bois » ou « Le grand cerf »…).

On apprend par exemple le nom de la femelle et de ses petits pour chaque animal qui termine en Big Mac pour Ours.

Alors surtout si vous rencontrez » un ours qui lit », ne le dérangez pas ..

Afin de suivre le cheminement de l’histoire et comme on cocherait une liste de courses, une signalétique graphique a été ajoutée à chaque double page, représentant symboliquement la tête de l’ours sous forme d’un petit logo, qui se remplit progressivement des différentes « parts » de son festin, elles-mêmes colorées selon les teintes des différentes victimes. Un procédé très ingénieux que l’on ne remarque pas immédiatement mais qui sera certainement d’une grande aide pour les plus jeunes, qui peinent encore à retenir un déroulé narratif trop complexe.

Un album à lire et à exploiter dès la grande section de maternelle.

Eric Pintus 

Il est né et a grandi dans le Nord. C’est là qu’il a appris à manier la plume… Homme sans regret, il a la pudeur facile, le haussement d’épaule amical, enclin à parler de ceux qu’il aime avant toute chose. Pour le décrire, les adjectifs se bousculent, des synonymes et leurs contraires : baroudeur, complice, révolté, inquiétant, tendre, rugueux, émotif. « À l’école, j’avais du mal à compter, j’avais du mal à tout en fait… Sauf à écrire. »

Comédien et conteur, Éric Pintus aime donc les mots. Il en joue pour raconter la réalité toute crue, mais rappelle aussi qu’ils sauvent ou condamnent.

Martine Bourre

Elle est née à Paris en 1949 et vit actuellement en Normandie. Elle est auteur et illustratrice d’une centaine d’albums pour la jeunesse. Dans chaque livre nouveau, elle trouve la surprise d’une rencontre, une aventure, un monde à exprimer et l’inusable plaisir d’animer des animaux au fil des pages. elle utilise toute sorte de matériaux comme les tissus, le carton et tout ce qui lui passe sous la main pour illustrer merveilleusement les histoires pour enfants.

Un ours qui lit : Éditeur Didier Jeunesse ( 2010)

ISBN-13: 978-2278062072

369791686

 

 

Je vous écris dans le noir de Jean-Luc Seigle

je-vous-ecris-dans-le-noir,M199010Je ne connaissais pas la plume de Jean-Luc Seigle, je l’ai découverte au cours de cette lecture.

Connaissez-vous Pauline Dubuisson qui fut jugée et condamnée à perpétuité pour le meurtre de son ex-fiancé en 1953 ? Qui a vu le film de H. G. Clouzot La Vérité, sur cette affaire?

« Pauline devient la seule femme contre laquelle le ministère public, c’est-à-dire la société française, requiert la peine de mort pour un crime passionnel sans que cela n’émeuve personne à l’époque, pas même Simone de Beauvoir, qui pourtant aurait trouvé là un bel exemple de vie de femme saccagée par les hommes. »

Pauline a tué son fiancé,  sa vie fut frappée par des malédictions. Elle fut conduite à la Libération,  avec d’autres femmes sur la place publique afin d’être tondues, déshabillées, couvertes de croix gammées.

Pauline  avait eu le malheur de coucher avec un médecin allemand, afin de faire plaisir à son père.

« Personne ne peut imaginer ce que j’ai ressenti lorsque je me suis vue morte sur un écran en gros plan, parce que c’était moi que je voyais dans la peau de Brigitte Bardot. J’ai été naïve de croire qu’à la différence de la Justice, le cinéma tiendrait compte de moi. Ce fut pire encore. Le cinéaste avait réalisé le rêve de mes juges: me tuer. Au bout du compte, neuf années de prison m’avaient moins fait souffrir qu’une heure et demie dans l’obscurité d’une salle de cinéma. »

« Sans ce film, je n’aurais jamais quitté la France. »

Pauline fut graciée après neuf ans de prison  et s’exila au Maroc. mais la vie s’acharne sur elle. Elle rencontre Jean, dont elle tombe amoureuse. Il ne la connaît que sous un nom d’emprunt. Doit-elle lui dire la vérité ou non ? Elle décide de tout lui révéler. Elle écrit trois cahiers.

Jean-Luc Seigle imagine et décrit la vie de Pauline, avec une plume si naturelle que l’on oublie que l’auteur est un homme.

A lire !

Flammarion , 233 pages, 18 € en broché, 14,99 € en numérique.

jeanlucseigle  JeanLuc SEIGLE a reçu le Prix littéraire de la Ville de Caen et le prix littéraire des lycéens pour son livre Je vous écris dans le noir (éditions Flammarion).

Jean-Luc Seigle, né dans le Puy de Dôme, près de Clermont-Ferrand est un auteur et scénariste français pour la télévision, le théâtre et le cinéma et dramaturge (auteur de sept pièces de théâtre, dont Excusez-moi pour la poussière).

Il a été élevé par un grand-père paysan, ancien soldat de 14 devenu ouvrier chez Michelin, et une grand-mère communiste qui lui a donné le goût des livres.

Il a publié cinq romans: « La nuit dépeuplée » en 2001, « Le sacre de l’enfant mort » en 2003, « Laura ou Le secret des 22 lames » en 2006, « En vieillissant les hommes pleurent » en 2012 (GrandPrix RTL-Lire) et « Je vous écris dans le noir » en 2014.

.

Poésies à votre guise !

photo1_n

   Frédéric G.Martin.

La poésie « Remerciement » n’est plus sur le blog de l’auteur. Je souhaite respecter ses désirs, je l’ai donc enlevée aussi.

J’aime la poésie de Frederic G.Martin, je vous laisse le libre choix de visiter son site et de choisir ce qui vous convient le mieux.

 

Telle est la question… saugrenue

J’ai trouvé l’article très intéressant, d’où ce partage:

Le Petit Théâtre de Nath

maison Des questions saugrenues au théâtre

Il y a des termes que j’aime particulièrement : saugrenue en fait partie. Qui un jour a inventé ce mot, saugrenue ? Voilà, je l’ai écrit trois fois rien que pour le plaisir

Lorsque je démarre mes cours, (aussi bien aux ados qu’aux adultes)  ou pour ponctuer une fin de cours, je pose souvent des questions saugrenues (et de quatre) , en voici quelques unes :

  • Si vous deviez choisir une lettre de l’alphabet qui vous représente : laquelle serait-elle et pourquoi ?

Essayez d’y répondre, vous allez voir qu’une lettre vous vient assez rapidement, qui vous convient le mieux. Le S pour son arrondi et sa sinuosité (joli mot aussi que j’aime beaucoup : sinuosité) ? Le s minuscule qui, lorsqu’on l’écrit à la main à la forme d’un dos de chat (je vole cette jolie explications à une mes élèves qui se reconnaitra)…

Voir l’article original 701 mots de plus

Les concombres du roi de Evelyne Brisou Pellen

livre-les-Concombres-du-roiUn album aux couleurs chatoyantes écrit par Evelyne Brisou-Pellen, les illustrations effectuées par Judith Guyefier , les couleurs sont vives, attirent l’œil des enfants.

Il y a bien longtemps, au Cambodge vivait un roi. Ce roi était égoïste et très gourmand. Il lui fallait chaque jour de nouveaux mets, jamais satisfait.

1

Parmi ses serviteurs, il y avait un jardinier, Trasak qui avait un talent fou. Il ne s’occupait que des fleurs.

Ce roi avait une fille, Indra, qui vivait cloîtrée dans sa chambre. Le parfum des fleurs l’envoûtait, elle se penchait par la fenêtre afin de respirer l’odeur des fleurs. Le jardinier tomba sous le charme d’ Indra, et lui envoya chaque jour une fleur.

Le roi s’aperçut de ce manège et ordonna à sa fille de ne plus se mettre à la fenêtre. Indra fit semblant d’obéir. Elle ne regardait plus par la fenêtre mais descendit au jardin. Trasak  lui révéla son secret, il cultivait des concombres, les plus délicieux du monde. Elle remontait se coucher et fermer les yeux lorsque sa servante arrivait dans sa chambre.

index

Le roi s’aperçut de la désobéissance de sa fille voulut s’en prendre au jardinier. Indra lui fit goûter les merveilleux concombres. Le roi décida que lui seul aurait le droit de manger ses concombres.

Le jardinier dût abandonner la culture des fleurs, ordre du roi et ne consacrer qu’à la culture des concombres.

Il y eut une surveillance jour et nuit de ce jardin, avec l’ordre de tuer les voleurs, mais une nuit …

index.jpg2

les dessins nous invitent au voyage.

Je l’ai lu ce midi à des enfants de grande section de maternelle, je dois dire qu’ils étaient très intéressés par ce conte.

 

Date de parution : 07/10/2014
Éditeur : Belin Jeunesse
ISBN : 978-2-7011-7474-7
EAN : 9782701174747
Présentation : Broché
Nb. de pages : 25 pages
Poids : 0,67 Kg
Dimensions : 28,7 cm × 36,0 cm × 0,7 cm

Lu en 2016